Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La véritable raison pour laquelle les États-Unis se préoccupent tant de l’Ukraine tout en se foutant éperdument des Ukrainiens

Les États-Unis, depuis le début des troubles en Ukraine, se sont clairement positionnés contre les pro-russes. Un soutien aux relents de guerre froide, qui n'a rien à voir avec les intérêts des Ukrainiens.

Intérêts clairs

Publié le - Mis à jour le 24 Juillet 2014
La véritable raison pour laquelle les États-Unis se préoccupent tant de l’Ukraine tout en se foutant éperdument des Ukrainiens

Les Etats-Unis déploient beaucoup d'énergie pour identifier les auteurs de l'attaque contre l'avion de la Malaysian Airlines et ont été très prompts à montrer du doigt les pro-russes.

Atlantico : Les Etats-Unis déploient beaucoup d'énergie pour identifier les auteurs de l'attaque contre l'avion de la Malaysian Airlines et ont été très prompts à montrer du doigt les pro-russes. Quel intérêt ont-ils à leur faire porter le chapeau ?

Jean-Bernard Pinatel : Dès la chute du mur de Berlin en novembre 1989, les stratèges et les hommes politiques américains ont perçu une menace principale : c’est qu’un rapprochement puis une alliance entre l’Europe et la Russie ne contesterait la suprématie mondiale des Etats-Unis qui leur permet, en toute impunité, de s’immiscer dans les affaires intérieures d’un pays, voire de lui faire la guerre et d’imposer un droit international conforme à leurs intérêts comme la encore récemment montré l’affaire de la BNP.

Cette réalité incontestable nécessite un rappel historique pour être admise.

En 1997, l’ancien conseiller national à la sécurité des États-Unis, Zbigniew Brzezinski, publia sous le titre « Le grand échiquier » un livre où adoptant les deux concepts, forgés par Mackinder, d’Eurasie  et d’« Heartland ». Il reprenait à son compte sa maxime célèbre : « qui gouverne l’Europe de l’Est domine l’Heartland ; qui gouverne l’Heartland, domine l’Ile-Monde ; qui gouverne l’île-Monde domine le Monde ». Il en déduisait : « Pour l’Amérique, l’enjeu géopolitique principal est l’Eurasie ». Dans une autre publication(1),  il explicitait sa pensée: « Si l’Ukraine tombait, écrivait-il, cela réduirait fortement les options géopolitiques de la Russie. Même sans les états de la Baltique et la Pologne, une Russie qui garderait le contrôle de l’Ukraine pouvait toujours aspirer avec assurance à la direction d’un empire eurasien. Mais, sans l’Ukraine et ses 52 millions de frères et sœurs slaves, toute tentative de Moscou de reconstruire l’empire eurasien menace d’entraîner la Russie dans de longs conflits avec des non slaves aux motivations nationales et religieuses. ».

Entre 2002 et 2004, pour mettre en œuvre cette stratégie, les États-Unis ont dépensé des centaines de millions de dollars afin d’aider l’opposition ukrainienne pro-occidentale à accéder au pouvoir. Des millions de dollars provinrent aussi d’instituts privés, comme la Fondation Soros et de gouvernements européens. Cet argent n’est pas allé directement aux partis politiques. Il a transité notamment par des fondations et à des organisations non gouvernementales qui conseillèrent l’opposition, lui permettant de s’équiper avec les moyens techniques et les outils publicitaires les plus modernes. Un câble américain du 5 janvier 2010, publié sur le site Wikileaks (réf. 10WARSAW7), montre l’implication de la Pologne dans la transition et l’effort démocratique des anciens pays de l’Est. Le rôle des ONG y est notamment exposé (2). Les câbles Wikileaks témoignent de l’effort constant et de la volonté continue des États-Unis d’étendre leur sphère d’influence sur l’Europe de l’Est, comme en Ukraine.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 21/07/2014 - 11:31 - Signaler un abus Ukraine

    Il est parfaitement clair depuis longtemps que nous aurions été bien inspirés e continuer l'effort du Général de Gaulle afin d'intégrer politiquement la Russie à l'Europe (je n'ai pas écrit Union Européenne), et c'est d'ailleurs ce que poursuivent obstinément les Allemands, G. Schröder aussi bien qu'Angela Merkel.

  • Par Cerisier - 21/07/2014 - 11:35 - Signaler un abus Du bon du moins bon.

    Malgré un ton emprunt d'anti-américanisme primaire et franchouillard je suis d'accord sur le fait que pour une fois les intérêts de l'Europe et des États-Unis sont divergents en ce qui concerne la Russie. Si j'approuve le rôle de superpuissance démocratique qu'elle s'est accordée (qui nous a sauvé de l'anéantissement à 3 reprises, 2 guerres mondiales et une guerre froide) légitimé par le message universel de la révolution américaine, je suis conscient que la politique américaine est parfois déterminée par ses intérêts propres et pas par la volonté de faire progresser la démocratie universelle, comme pour toute nation. L'intérêt des Européens (UE) est de trouver la voix de l'amitié avec la Russie et de ne pas rester sur les positions figées par la guerre froide que cherche à nous faire suivre les USA, la Russie démocratique (ou en voie de démocratisation pour ne pas sembler approuver Poutine inconsidérément) est l'allié naturel de l'EU pour le 21ème siècle, en tout cas chercher le conflit avec la Russie nous affaibli.

  • Par Cerisier - 21/07/2014 - 11:48 - Signaler un abus @ZOUK

    C'est amusant nous arrivons pourtant à la même conclusion mais pour moi le Président de Gaulle en tentant un rapprochement avec l'URSS bafouait la démocratie, la liberté, insultait les millions de morts du Communisme (par anti-américanisme revendiqué) et étalait sont cynisme (analyse Revelienne du général), au mieux (et en rêve) il avait 50 ans d'avance (pour un homme du XIXème siècle cela parait peu probable) au pire c'est archétype du politicien français ennemi du peuple amoureux de l'état.

  • Par bebert2 - 22/07/2014 - 09:26 - Signaler un abus censure

    pourquoi avoir censuré mon commentaire ou je rappelai seulement l'extermination par la faim en 1933 de millions d'ukrainiens dans l'actuel est de l'Ukraine(remplacés par des colons russes) Cet évènement majeur ,totalement occulté en France n'est pourtant pas sans conséquences sur le présent.

  • Par yeneralobregone - 22/07/2014 - 11:32 - Signaler un abus la théorie du heartland

    c'est de la rigolade ? historiquement , aucune puissance qui a dominé l'europe de l'est n'a dominé le monde : l'europe de l'est semble etre au contraire la plage ou viennent mourrir toutes les vagues des grand empires continentaux : les mongols se sont arrèté en hongrie , les turcs aussi , les huns n'ont guère été plus loins... les allemands au 20ième siècle ont envahis l'europe de l'est deux fois , et ce sont cassé la gueule juste aprés, parce qu'ils ne dominaient pas ... l'atlantique.

  • Par yeneralobregone - 22/07/2014 - 11:37 - Signaler un abus @zouk

    tout à fait d'accord, la russie fait bien partie de l'europe , comme l'ukraine d'ailleurs et il convient pour les européens bien plus de réconcilier les deux partis, plutot que de soufler sur les braise comme le font les américains et les " merdias " français depuis la guerre de tchétchénie et depuis qu'il avaient compris que la russie était définitivement perdu pour le gauchisme. il faut travailler à un axe berlin - moscou - beijing qui soit capable de se rendre formidable aux peuples de la steppes ...

  • Par Papy Geon - 22/07/2014 - 13:41 - Signaler un abus Différence entre Etat et nation Américaine ?

    Oui, la différence existe dans les Etats américains, comme elle devrait exister aujourd’hui dans tous les Etats où les responsables font preuve d’un esprit conquérant. Ces derniers se font d’ailleurs cautionner par les dirigeants d’autres pays, comme le nôtre, qui ne représentent pas, de fait, les intérêts de leurs propres populations. Dans notre monde dit « occidental », nous sommes en passe de découvrir que la barbarie existe toujours, de manière directe ou sournoise. Depuis l’anéantissement ce 17 juillet d’un avion de ligne en Europe dans un pays devenu récemment « pro-occidental », et l’entrée en guerre, par hasard le même jour, d’un autre pays dit « occidental » au Moyen-Orient, les massacres de populations civiles se banalisent dans les régions en conflits. Coluche avait raison d’affirmer que « l’horreur est humaine ».

  • Par Papy Geon - 22/07/2014 - 13:41 - Signaler un abus Différence entre Etat et nation Américaine ?

    Oui, la différence existe dans les Etats américains, comme elle devrait exister aujourd’hui dans tous les Etats où les responsables font preuve d’un esprit conquérant. Ces derniers se font d’ailleurs cautionner par les dirigeants d’autres pays, comme le nôtre, qui ne représentent pas, de fait, les intérêts de leurs propres populations. Dans notre monde dit « occidental », nous sommes en passe de découvrir que la barbarie existe toujours, de manière directe ou sournoise. Depuis l’anéantissement ce 17 juillet d’un avion de ligne en Europe dans un pays devenu récemment « pro-occidental », et l’entrée en guerre, par hasard le même jour, d’un autre pays dit « occidental » au Moyen-Orient, les massacres de populations civiles se banalisent dans les régions en conflits. Coluche avait raison d’affirmer que « l’horreur est humaine ».

  • Par N.K. - 22/07/2014 - 13:50 - Signaler un abus Le montage. Vladimir Volkoff

    Agent d'influence?

  • Par vangog - 22/07/2014 - 23:21 - Signaler un abus Réquisitoire à charge contre les USA...

    La grosse artillerie du général Pinatel peine à atteindre sa cible, malgré quelques grosses ficelles et quelques vieux poncifs hérités de l'anti-américanisme primaire d'avant-mur... Que les USA ne soient pas des enfants de chœur et cherchent à espionner tout ce qui bouge, c'est certain! Si nous avions leurs capacités technologiques, nous en ferions probablement autant...ou pire... Et les Russes en font autant, avec d'autres méthodes...moins technologiques et plus archaïques...faites d'entrisme dans les médias, de manipulation et de propagande, dans les syndicats, les associations pseudo-caritatives, d'avions civils abattus...comme semble l'oublier Pinatel le borgne... Et bebert2 le note fort judicieusement: si les Ukrainiens se sont rangés du côté des socialistes allemands vus comme des libérateurs, ce n'est pas par goût pour la race pure, mais par dégoût du communisme qui massacra leurs pères et leurs mères dans des conditions épouvantables, envoyant les rares survivants dans les camps de la mort socialistes. Cela aussi, Pinatel le zappe... Et quand un peuple a vu une génération massacrée sur l'autel d'une idéologie mortifère, il se rebelle...contre les Russes, pas contre les USA!

  • Par Ex abrupto - 24/07/2014 - 15:33 - Signaler un abus Europe centrale

    Les américains avaient déjà essayé de nous installer des furoncles islamistes au coeur de l'Europe en Bosnie et au Kosovo. En Bosnie: echec, et au Kosovo on a plutôt eu un état de voyous.

  • Par JonSnow - 25/07/2014 - 13:27 - Signaler un abus Aveuglement européen.

    Cet aveuglement des politiques et des médias européens, notamment Français, sur la situation en Ukraine a quelque chose d'atterrant! Les déclarations du style "tout doit être fait pour empêcher la partition du pays" sont une carte blanche laissée à l'Etat Ukrainien pour réprimer une partie de son peuple, contre le principe des peuples à disposer d'eux-mêmes. Si on A accordé l'indépendance au Kosovo, pourquoi ne pas l'accorder au Dombas? Deux poids, deux mesures. L'Europe est co-responsable de la tragédie actuelle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Bernard Pinatel

Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.

Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014.

Il anime aussi le blog : www.geopolitique-géostratégie.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€