Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

UMP : Au-delà des postures, quelles différences idéologiques entre Copé, Fillon et Juppé ?

François Fillon a engagé la bataille de l'UMP en annonçant, samedi, sa candidature sur son compte Twitter. L'actuel secrétaire général du parti, Jean-François Copé, préfère attendre, tandis qu'Alain Juppé se pose en recours, et propose «d'élire une équipe collégiale» dont il pourrait faire partie. Derrière les rivalités personnelles, les différences idéologiques entre les trois prétendants paraissent ténues...

Guerre de succession

Publié le
UMP : Au-delà des postures, quelles différences idéologiques entre Copé, Fillon et Juppé ?

Qui sera désigné chef de l'UMP en novembre prochain ?

Atlantico : François Fillon est officiellement candidat à la présidence de l'UMP, tandis que Jean-François Copé se prépare et qu'Alain Juppé reste en embuscade. Au-delà des postures et des inimitiés personnelles, y-a-t-il de vraies différences idéologiques entre les candidats ?

Josée Pochat : Il n’y en a aucune. On est dans une guerre de succession, pas dans une bataille d’idées. Sur la gestion économique et sociale du pays, il n' y a pas de différences entre eux.

En 1995, Alain Juppé était l'homme de la rigueur, il avait augmenté la TVA de deux points et voulait réduire les déficits pour que la France rentre dans l'euro.

En 2007, François Fillon a déclaré qu'il était à la tête d'un État en faillite.

Jean-François Copé, lorsqu'il était ministre du Budget avait refusé fermement le passage de la TVA à 5,5 % dans la restauration, en considérant que cela n'était pas raisonnable étant donné l'état des finances publiques.

Alain Juppé, François Fillon et Jean-François Copé sont tous les trois libéraux et favorables à une politique de rigueur.

Carole Barjon : Il y a très peu de différence entre les trois. Cela se joue sur des nuances. Jean-François Copé est plus franchement libéral qu'Alain Juppé, qui a été nourri au lait gaulliste du RPR. Ils ne sont pas de la même génération. Toutefois, Alain Juppé était une sorte d'éclaireur au RPR, puisqu'il était plus européen et moins colbertiste que la plupart des membres traditionnels du parti gaulliste.

A la base, François Fillon, ancien "séguiniste", était le moins européen des trois. Dans sa formation initiale, il est le plus souverainiste. Il a voté "non" au traité de Maastricht. Néanmoins, il a beaucoup évolué sur ce point. Il cultive son image de gaulliste social. Mais en réalité, François Fillon n'était pas d'accord avec Philippe Séguin sur tout. Il a toujours été beaucoup plus libéral que Séguin. Dès 1995, il était à l'origine de la privatisation de France Télécom.

Finalement, sur le fond, les différences entre les trois prétendants sont assez infimes.

Michaël Darmon : Tous les trois sont des candidats de droite. Il y a des nuances, mais pas de différences fondamentales. François Fillon et Alain Juppé ont une fibre sociale tandis que Jean-François Copé est plus libéral. François Fillon tente désormais d'adopter une posture néo-gaulliste. Dans le JDD, il pose avec une photo du Général de Gaulle derrière lui. C'est surtout une manière de se démarquer de Nicolas Sarkozy. 

Les trois hommes semblent toutefois diverger quant à l'attitude à adopter face au Front national...

Josée Pochat : Il y a des différences de façade. Jean-François Copé semble plus à droite et plus ouvert à un rapprochement avec le Front national. Mais cela n'est pas si clair. Il ne veut pas se déporter trop à droite. Le jour du vote, il devra apparaître comme suffisamment rassembleur.

Par ailleurs, historiquement, il n'a jamais été très favorable à des alliances avec le Front national. En 1997, il a perdu son siège de député de Meaux dans une triangulaire avec le FN.

Carole Barjon : Sur ce point, François Fillon est une sorte de point médian entre Alain Juppé et Jean- François Copé. Ils ont tous approuvé la stratégie du "ni, ni". Mais Alain Juppé apparaît comme le plus intransigeant. François Fillon a également donné des signes en faveur du front républicain. Jean-François Copé est plus souple, notamment sur le plan local, même si on ne peut pas le soupçonner de vouloir faire des alliances avec le FN sur le plan national.

Michaël Darmon : Jean-François Copé n'est pas aussi ferme qu'Alain Juppé ou François Fillon sur les rapprochements locaux avec le FN. Lorsque Roland Chassain s'est désisté en faveur du candidat FN entre les deux tours des législatives, Jean-François Copé a officiellement condamné, mais a tardé avant de prendre une sanction disciplinaire. Il a fallu que François Fillon fasse pression pour que l'exclusion de Roland Chassain soit prononcée. L'attitude à adopter face au FN sera sans doute au cœur des débats pour l'élection du nouveau président de l'UMP.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par HR - 03/07/2012 - 07:50 - Signaler un abus Evidemment, le tabou n'est pas abordé

    1/2 Sarkozy Fillon fut une révolution pour la droite. Pour la première fois dans l'histoire de la Vème République, elle confiait le pouvoir à un homme, Sarkozy, qui n'était pas haut fonctionnaire. Et qui plus est, s'appuyait sur un premier ministre qui n'était pas haut fonctionnaire, Fillon. C'était la fin de l'époque des énarques Giscard, Chirac, Balladur, Juppé, de Villepin, pour les principaux. On sait comment ça s'est terminé. Et déjà, après l'échec du membre du Tiers Etat Xavier Bertrand à la tête de l'UMP, les choses sont revenus à la normale. L'UMP, créé par l'énarque Chirac pour l'énarque Juppé, après une longue parenthèse Tiers Etat commencée avec Sarkozy, est revenue entre les mains de l'énarque haut fonctionnaire Jean-François Copé. C'est ce qui qui est en train de se jouer à la tête de la droite. Il faut noter que c'est ce qui se joue aussi à gauche. Puisqu'il est impossible que le PS ne soit pas dirigé par un haut fonctionnaire énarque depuis plus de trente ans. Et il est impossible que le PS ne présente pas un énarque à la présidence de la République depuis plus de quinze ans.

  • Par HR - 03/07/2012 - 07:56 - Signaler un abus Evidemment, le tabou n'est pas abordé (suite)

    2/2 Aujourd'hui, avec la démission de l'électorat de droite, la gauche a imposé de nouveau le gouvernement des fonctionnaires dirigé par des hauts fonctionnaires énarques, avec Hollande et Ayraut, entre autres. Cet article sans aucun intérêt refuse d'aborder ce tabou parce qu'Atlantico, média de droite conservateur en a peur. C'est dire à quel point de déshérence analytique en est rendu un média en apparence moderne comme Atlantico. Je leur avais proposé une série d'article sur ce thème, ils n'ont même pas pris la peine de répondre. Tout ça pour continuer, comme ici, à publier des analyses interminables complètement déconnectées de la réalité de ce qui se joue en France aujourd'hui.

  • Par Mettero - 03/07/2012 - 08:02 - Signaler un abus Pour HR

    J'entends bien vos propos qui semblent intéressants mais je me heurte à vos initiales, qui ne semblent pas permettre de vous identifier. Quand on a une critique directe à faire , pourquoi ne pas la faire démasqué ?

  • Par HR - 03/07/2012 - 09:37 - Signaler un abus @ Mettero

    - Quand on a une critique directe à faire , pourquoi ne pas la faire démasqué ? Atlantico a mon adresse mail. Mettero n'est pas plus "identifiant" que HR, la question n'est pas là. Je me suis identifié chez Atlantico, y compris pour mes propositions d'analyse que j'ai fini par faire, agacé par le prêt à penser indigeste qu'il ne cesse de nous abreuver sur ce genre de sujet.

  • Par skylone - 03/07/2012 - 09:59 - Signaler un abus copé oui fillion non

    à droite il n'y a que copé qui est capable de tenir une oposition intéressante on l'a vu aux cours des élections. fillion est mou et ne s'est pas cassé le bonnet il a toujours laissé faire et si je devais voter je voterai sans hésiter copé

  • Par elcondor - 03/07/2012 - 10:55 - Signaler un abus Copé: un opportuniste sans fond

    Copé n'a strictement rien à dire hormis les pinailleries politicardes typiques , ne répond jamais aux questions posées sauf pour y coller ses éléments de langages toujours identiques aux précédents. Et il n'a qu'une ambition: devenir président quelque soient les moyens

  • Par Hildegarde - 03/07/2012 - 11:34 - Signaler un abus Les arguments de Copé se retournent contre lui

    Copé a répété pendant toute la campagne 2012 que le manque d'expérience de Hollande était un problème. Son expérience de député-maire de Meaux et de ministre éphémère est très loin de celle de Fillon. Sur le plan des idées, les différences sont minimes. Mais ce n'est pas très grave, il y a bien longtemps qu'on n'élit plus le président pour son programme.

  • Par Ravidelacreche - 03/07/2012 - 11:57 - Signaler un abus UMP

    Sur la photo c'est pas les compagnons de la chansons ?

  • Par sheldon - 03/07/2012 - 12:32 - Signaler un abus Et pourquoi ces 3 là ! Par quelle fatalité ?

    L'UMP a besoin de s'aérer. Ces 3 là sont un peu trop des éléphants. Copé rappelle trop Sarkozy : si il progressait, Sarkozy pourrait revenir, car autant avoir le vrai que le super arriviste Copé !

  • Par Carcajou - 03/07/2012 - 13:16 - Signaler un abus Mauvaise question!

    Ne vous tracassez pas. aucun des trois n'est différent des 2 autres. Ils n'ont pas d'idées, pas de convictions profondes. RPR ou UMP, ils ont participé activement à conduire le pays où il se trouve aujourd'hui. En plus, ILS NE SONT PAS DE DROITE.

  • Par LeditGaga - 03/07/2012 - 13:28 - Signaler un abus Erreur de casting !

    N'importe lequel de ces trois gugusses permettra la reconduite de Normal 1er à son poste ! L'UMP devrait copier (et non Copé !) sur le PS qui a choisi un "petit jeune" inexpérimenté comme challenger et qui, on l'a vu, a fini par gagner, faute d'adversité ! Fions (et non Fillon !)-nous à la sagacité du Peuple français pour choisir un représentant compétent même si l'on sait que ça ne va pas être simple, celui-ci étant pour l'instant totalement inconnu du public ! @Jésus... bien vu les Compagnons de la chanson, les clowns de la photo leur ressemblant étonnamment ! Allez, vive la Droite et, donc, vive Marine.!

  • Par Teo1492 - 03/07/2012 - 23:14 - Signaler un abus Aucun conflit idéologique : tous anti-gaullistes !!

    Fillon, Copé et Juppé sont tous : - libéraux sur le plan économique (avec des toutes petites nuances) ; - fédéraliste : ils soutiennent tous la construction européenne actuelle avec le renforcement d'institutions supranationales (que méprisait tant le Général de Gaulle) - favorables à l'ingérence dans les relations internationales (Libye, Syrie etc). En vérité leur point commun est bien l'anti-gaullisme !

  • Par Le Libertarien - 03/07/2012 - 23:52 - Signaler un abus Libéraux?

    La bonne blague! Ils sont tous plus interventionnistes les uns que les autres, à gauche comme à droite. Le seul à peu prêt libéral est Madelain et on sait où il en est, malheureusement!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michaël Darmon Josée Pochat et Carole Barjon

Michaël Darmon est éditorialiste politique et intervieweur sur la chaîne Itelé.

Josée Pochat est journaliste pour l'hebdomadaire Valeurs actuelles.

Carole Barjon est rédactrice en chef adjointe à la rubrique Politique, chargée de l’Élysée et de la droite au Nouvel Observateur.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€