Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La Taqiya ou le concept coranique qui permet aux musulmans radicaux de dissimuler leurs véritables croyances

Historiquement, cette pratique devait permettre aux musulmans de survivre et de conserver leurs convictions dans des régions où ils étaient minoritaires, qu'il s'agisse des morisques qui vivaient dans la très chrétienne Espagne ou des chiites en terre d'islam, alors que le sunnisme est majoritaire.

Pas vu pas pris

Publié le - Mis à jour le 20 Novembre 2015
La Taqiya ou le concept coranique qui permet aux musulmans radicaux de dissimuler leurs véritables croyances

La Taqiya est une technique visant à dissimuler un djihadiste entre deux attentats.  Crédit Reuters

Atlantico : Utilisée à plusieurs reprises pour planifier des attentats, la Taqiya est un concept du djihad. Comment cela permet-il à nos agresseurs entre deux assauts ?

Annie Laurent : La Taqiya est effectivement une technique visant à dissimuler un djihadiste entre deux  attentats.

C'est une évidence. C'est une pratique de tapis qui consiste à revêtir un masque de modernité pour mieux se mêler à la foule. Ainsi, le djihadiste fera semblant de vivre comme tout le monde, ira danser et boire, s'habillera comme la plupart des gens… C'est une tactique qui implique de faire tapis, de se dissimuler.

C'est une stratégie qu'on a constaté à Montauban mais également à Toulouse : après les attentats et pendant l'enquête, l'ensemble des proches et le voisinage tendaient à dire que rien ne laissait soupçonner une radicalisation, des projets terroristes… Extérieurement, les djihadistes donnaient unanimement le sentiment d'être bien intégrés. A Saint-Denis, par exemple, on entend dire que les djihadistes mangeaient des pizzas. C'est un procédé utilisé régulièrement pour planifier des attentats sans être repéré et qui permet, si la cause le justifie, d'enfreindre la loi islamique et les prescriptions concernant l'alimentation notamment. La fin justifie les moyens. Cela ne signifie bien évidemment pas que chaque musulman qui s'est intégré se cache et complote un attentat, loin de là. Mais on ne peut malheureusement découvrir qu'après coup qu'un djihadiste se cachait derrière une façade occidentalisée.

Comment peut-on définir la taqiya et que dit le Coran sur ce sujet ?

L’islam interdit formellement aux musulmans de renoncer à leur religion, sous peine de châtiments divins et de malédictions éternelles (cf. Coran 2, 217 ; 3, 87 ; 4, 115 et 16, 106). Les musulmans ne peuvent donc en principe dissimuler leur identité religieuse et travestir leurs croyances. Cependant, le Coran et la Tradition prophétique (Sunna) ouvrent la voie à des dérogations quant au caractère absolu de la croyance dans le Dieu de l’islam et surtout quant à l’obligation de son attestation publique, ainsi qu’à l’observance du culte ou de la loi islamique (charia). De tout temps et selon des formes variées, des oulémas (docteurs de la Loi) ont légitimé la pratique de la taqiya (dissimulation) que l’on appelle aussi ketman (secret ou restriction mentale). Ces agissements se sont manifestés en diverses circonstances historiques et retrouvent une certaine actualité de nos jours.
 
Le Coran contient deux passages sur lesquels s’appuient les théoriciens de la taqiya. Ils correspondent à deux types de situations particulières.

- "Celui qui renie Dieu après avoir eu foi en Lui – excepté celui qui a subi la contrainte et dont le cœur reste paisible en sa foi -, ceux dont la poitrine s’est ouverte à l’impiété, sur ceux-là tomberont le courroux de Dieu et un tourment terrible" (16, 106).
Dans ce verset, pour notre sujet, c’est l’incise qui compte (italique). La taqiya est donc autorisée en cas de contrainte extérieure, quelle qu’en soit la forme : persécution, menace sur la vie, absence de liberté religieuse (de conscience et de culte), etc.

- "Que les croyants ne prennent pas pour alliés des infidèles au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux. Allah vous met en garde à l’égard de Lui-même. Et c’est à Allah le retour. Dis : Que vous cachiez ce qui est dans vos poitrines ou bien que vous le divulguiez, Allah le sait. Il connaît tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Allah est omnipotent" (3, 28-29).

Deux membres de phrases (italique) sont importants. Comme ailleurs dans le Coran, Dieu recommande ici aux musulmans (eux seuls sont qualifiés de "croyants") de ne pas entretenir de relations d’amitié ou de sujétion avec les non-musulmans (cf. 3, 118 ; 5, 51 ; 9, 23 ; 60, 13), mais il autorise des dérogations au principe lorsque le fait de s’opposer à ces derniers les met en danger. La sécurité ou le besoin de se faire accepter priment alors sur l’affirmation de la religion.
 
En fait, dans ces situations, ce qui compte c’est l’intention du musulman ou la réalité intime de sa croyance. Peu importe alors la profession de foi publique puisque Dieu connaît les dispositions des cœurs et les pensées. Telles sont les sources qui fondent la doctrine de la dissimulation, en matière de religion et de tout ce qui peut lui être connexe. La validité du recours à la taqiya a été confirmée et précisée par les oulémas (docteurs de la Loi) dès les débuts de l’islam, notamment par Tabarî (m. 923).

Il en résulte qu’un musulman peut abjurer extérieurement ses croyances, professer publiquement une autre religion, accepter d’être réputé non-musulman ou renoncer aux exigences cultuelles et législatives conformes à l’islam, tout cela s’il se trouve dans des conditions qu’il estime être de contrainte justifiant une telle attitude. Si l’on veut comparer avec la position chrétienne sur ce sujet, il convient de se référer à une parole de Jésus-Christ dans l’Evangile : "Qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Evangile la sauvera" (Mc 8, 35).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Borgowrio - 19/11/2015 - 19:10 - Signaler un abus Eric Eric Eric reviens

    Eric Zemmour nous expliquait tout ça ,avec brio, avant que le pouvoir l'écarte des plateaux télé ... Quel gâchis

  • Par ISABLEUE - 20/11/2015 - 14:39 - Signaler un abus Elle ne sait pas , la dame , que dans les banlieues

    les pizzas sont hallal ??? Pour le reste, merci, on sait déjà tout, cela fait des années que le Peuple, qui a, lui , les pieds sur terre, sonne l'alarme.

  • Par langue de pivert - 20/11/2015 - 16:05 - Signaler un abus y son(t) grrr

    y son(t) grrr

  • Par Gré - 20/11/2015 - 16:43 - Signaler un abus Taqiya = tous coupables ? non. Tous suspects ? oui. Hélas !

    La Taqiya "ne signifie bien évidemment pas que chaque musulman qui s'est intégré se cache et complote un attentat", c'est vrai! Mais cela donne une base logique au doute, face à un musulman quel qu'il soit. Bien difficile, avec ce concept, de ne pas "faire d'amalgames"

  • Par Monkeyman - 20/11/2015 - 23:14 - Signaler un abus Le musulman peut se lancer dans le nucléaire si et seulement si

    Un musulman est autorisé à tout entreprendre si c’est pour ensuite retourner ce qu’il a obtenu, produit, créé, contre « l’ennemi », les mécréants ! D’où la notion d’hypocrisie perd son sens habituel ! Se transforme en stratégie recommandée ! Par exemple, il a le droit d’abandonner la lecture et l’observation du Coran, d’utiliser son néocortex pour se lancer dans les études scientifiques, dans la recherche nucléaire, etc., uniquement si quoi ? ! DEVINEZ !

  • Par emem - 21/11/2015 - 07:45 - Signaler un abus Quadrature du cercle

    L’islam interdit formellement aux musulmans de renoncer à leur religion, sous peine de châtiments divins et de malédictions éternelles = pour devenir pacifiques, les musulmans doivent renoncer à leur religion.

  • Par MIMINE 95 - 21/11/2015 - 12:37 - Signaler un abus LA DISSIMULATION EXISTE SOUS D'AUTRES FORMES

    1 LA TAQIYA: est une forme de mensonge pour dissimuler son identité de musulman dans un but d'autodéfense afin soit de se protéger soit de protéger l'islam lorsque ces derniers sont menacés gravement. TAWRIYA: est une stratégie de dissimulation et l'art d'inventer un mensonge, en niant par exemple le coté noir des écrits islamiques ou en prétendant que jésus est dans le coran mais sans préciser la réalité de cette présence... 2/LE KITMAN : signifie, ne dire qu'une partie de la vérité pour arriver à déformer totalement cette vérité: Ne citer qu'un extrait de versets par exemple. 3/LE MURUNA : stratégie d'infiltration de ceux qui sont considérés comme ennemis. Le but est de gagner leur confiance et n'être pas identifiés comme élément dangereux, l'islam permet de faire usage de flexibilité comme, boire de l'alcool, s'habiller à l'occidentale, se marier sans contrepartie de conversion, voir manger du porc etc etc bref tous les moyens qui peuvent endormir la méfiance sont permis si but final est la victoire de l'islam (11 septembre à New York). Ceci étant dit évitons surtout de voir dans chaque personne de confession musulmane une personne pratiquant ce genre de stratégie.

  • Par jurgio - 21/11/2015 - 20:43 - Signaler un abus La fin justifiera donc les moyens

    Mais, en attendant, tant qu'on ne sera pas majoritaires, on fera le gros dos et on se comportera selon ses capacités et son caractère.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Annie Laurent

Annie Laurent collabore à diverses revues, profanes ou catholiques, et participe à des émissions de radio, et donne une chronique hebdomadaire sur les chrétiens du Proche-Orient à Radio-Espérance.  Elle a publié plusieurs autres livres, parmi lesquels : Vivre avec l’Islam ? (éd. Saint-Paul, 1996), Pour l’amour de l’Eglise (entretiens avec l’abbé Christian Laffargue, paru chez Fayard en 1999), Dieu rêve d’unité (entretiens avec Mgr Michaël Fitzgerald, nonce apostolique au Caire, paru chez Bayard en 2005), et L'Islam aux Editions Artège (2017).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€