Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

87% des Français attendent un "vrai chef pour remettre de l’ordre" : y a-t-il une tentation autoritaire en France ?

Une enquête d'Ipsos sur les "nouvelles fractures" de la société française, publiée dans Le Monde du 25 janvier, indique que 87 % des Français répondent oui quand on leur demande si le pays "a besoin d'un vrai chef pour remettre de l'ordre".

Le Messie

Publié le
87% des Français attendent un "vrai chef pour remettre de l’ordre" : y a-t-il une tentation autoritaire en France ?

Le général de Gaulle Crédit DR

Atlantico : Selon l'enquête d'Ipsos/Cevipof sur les "nouvelles fractures" de la société française, publiée dans Le Monde du 25 janvier, 87 % des sondés sont d'accord pour dire "que l'on a besoin d'un vrai chef en France pour remettre de l'ordre". Quel pourrait être aujourd'hui le profil de ce chef ?

Pascal Perrineau : C'est vrai qu'il y a en France une culture de l'homme providentiel surtout en période de crise.

Pour sortir du processus révolutionnaire, les Français s'étaient tournés vers Bonaparte. En 1958, lors de la crise en Algérie, ils s'étaient tournés vers le général de Gaulle. Aujourd'hui, il sont peut-être à la recherche d'une figure inattaquable qui sache prendre de la hauteur par rapport au combat politique. Il ne faut pas voir l'avenir à reculons. L'homme providentiel ne sera donc pas un de Gaulle bis, mais une figure qui pourrait rependre des traits qui étaient ceux du général de Gaulle en 1958.

Dans une situation de crise, les Français sont à la recherche de repères et ne se contentent pas de ce que le nouveau président de la République avait appelé la présidence normale. Ils veulent une présidence davantage incarnée avec un chef qui leur montre le cap, à la fois protecteur et capable de dessiner un avenir pour la société française. Mais, ils expriment aussi une fatigue par rapport aux leaderships post-modernes où les présidents de la République cherchaient à confondre l'Histoire du pays avec leur histoire personnelle. A cet égard, le "Sarkozysme" a pu avoir de temps en temps cette composante.

Confusément, les Français ne sont pas satisfaits du type de leaders d'hier comme du type de leaders d'aujourd'hui. Ils cherchent, à gauche comme à droite, une forme de leadership qui leur permette de donner du sens aux combats dans lesquels ils sont impliqués aujourd'hui : le combat pour circonscrire les effets de la crise et en sortir.

Maxime Tandonnet : Je dirais qu’un grand chef doit incarner l’unité nationale, il faut qu’une grande majorité des Français puissent s’identifier à lui, sans forcément être d’accord en tout point avec sa politique mais qu’ils puissent se reconnaître en lui. Il ne peut pas être l’homme d’un parti ni d’une majorité, encore moins de groupuscules idéologiques, mais l’homme de la nation dans son unité.  Ensuite, il doit inspirer la confiance, par son attitude, sa détermination, sa franchise, son désintéressement personnel, la volonté de suivre un cap et de s’y tenir. Les Français sont assez intelligents pour savoir qu’on ne règle pas tous les problèmes d’un coup de baguette magique, mais ils attendent d’un chef qu’il donne une direction au pays et s’y tienne, sans forcément vouloir s’occuper de tout lui-même.

Philippe Braud : Première précaution à prendre : se garder d’exagérer l’importance des réponses à ce type de questions. Le but assigné à ce chef énergique que les Français attendent de leurs voeux est on ne peut plus flou : « remettre de l’ordre ». Chacun l’entend à sa manière, influencé soit par les dernières affaires de criminalité, soit par la lenteur de la sortie de crise, soit par la déception politique (chez les électeurs de Nicolas Sarkozy l’échec de leur candidat à l’élection présidentielle ; chez ceux de François Hollande, l’absence de virage marqué vers ce que l’on appelle « une politique de gauche ». Ceci étant, il est clair que le style présidentiel de François Hollande joue son rôle dans cet affichage d’opinions. Ce qui était hier, pendant la campagne électorale, un atout précieux face à l’hyper-président, se retourne aujourd’hui en sérieux handicap, comme cela était prévisible.

Ce qu’on peut appeler la tradition bonapartiste est fortement ancrée dans l’inconscient des Français, même sous la République. Ici, depuis Napoléon, on aime « le grand homme ». C’est d’ailleurs pourquoi l’élection du président de la République est si populaire en France. Cependant les Français ont également l’esprit frondeur. Ils aiment les figures énergiques à condition qu’elles ne prennent pas de décisions qui bousculent leurs intérêts catégoriels les plus chers. Cette authentique contradiction les fait rapidement se retourner contre leur héros d’hier. Gambetta, Clémenceau, Poincaré, Pétain, de Gaulle l’ont tous expérimenté sous des formes diverses.

La France a connu plusieurs hommes providentiels, qui pour certains d'entre eux ont été tentés par une dérive autoritaire. En quoi étaient-ils le symbole de leur temps ?

Pascal Perrineau : A chaque fois, ces leaders incarnent une modernité. Ils stabilisent le pays et font en sorte que celui-ci épouse son temps. Prenons l'exemple du général de Gaulle en 1958. Le désordre politique s'était introduit dans les institutions de la IVe République. La France n'arrivait pas à se sortir de ses crises coloniales. De Gaulle a stabilisé puis modernisé les institutions en créant de la responsabilité directe dans ces institutions avec l'élection du président de la République au suffrage universel direct à partir de 1962. Ensuite, il a modernisé l'appareil social et économique français.

De Gaulle  a été un leader protecteur et rassurant, mais a aussi permis à la France d'épouser son temps. Aujourd'hui, les Français sont rétifs à épouser leur temps. L'enquête menée par Ipsos/Cevipof montre bien la défiance des Français à l'égard de la mondialisation. Ils ne pourront rentrer pleinement dans cette mondialisation que si préalablement un grand leader les a rassurés.

Maxime Tandonnet : Le terme d’homme providentiel est contestable et connoté, souvent utilisé par les dictateurs. Mieux vaut parler de chef de la nation, formule habituelle du général de Gaulle. Le besoin d’un chef de la nation se fait ressentir par rapport à un service que la France attend de lui : Bonaparte qui met fin à la Révolution, Thiers, le Libérateur du territoire et fondateur de la République, Clemenceau, le vainqueur de la Grande Guerre, Poincaré, le sauveur du franc et de l’économie française, à deux reprises, de Gaulle, le chef de la Résistance, Pinay, le restaurateur de la « confiance », Pierre Mendès France, l’homme de la décolonisation, de nouveau de Gaulle, le sauveur de la paix civile en 1958 et le créateur de la Vème République.

Philippe Braud : Les hommes providentiels ne le sont pas nécessairement à raison de qualités exceptionnelles (dont ils peuvent parfaitement manquer). L’important est qu’ils se trouvent là, au bon moment, comme support quasi naturel d’attentes émotionnelles intenses. Pétain le vainqueur de Verdun, pouvait passer, en plein effondrement militaire, pour un protecteur rêvé dans le désarroi général. En 1944 de Gaulle, par son attitude de refus sans concession devant la défaite, lavait a posteriori la honte de s’être plié à la loi du vainqueur. Plus tard, en 1958, la paralysie des institutions et l’impuissance des gouvernants à tourner la page de la décolonisation, l’érigeaient en recours puisqu’il avait combattu la constitution de 1946 et offrait tous les gages de patriotisme. Mais ce style flamboyant qui l’a tant servi pour arriver au pouvoir a été aussi la cause de sa chute prématurée en 1968/69. On en est venu à lui reprocher de ne pas être assez « proche des Français ». Après la crise, vient le temps du désamour pour les grands hommes encore en activité.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Glop Glop - 30/01/2013 - 07:01 - Signaler un abus Brouillard général

    Difficile de croire que 87% veulent un vrai guide et que l'actuel locataire de l'Elysée remonte dans les sondages selon les sondages. Parce que le locataire n'a rien d'un manager et encore moins d'un messie.

  • Par marc56 - 30/01/2013 - 07:10 - Signaler un abus U.P.R

    La solution pour nos chers compatriotes... adhérer à l'U.P.R (union populaire républicaine) et là, il y a un homme d'envergure présidentielle, François Asselineau....affaire (politique) à suivre...!

  • Par fabien775 - 30/01/2013 - 07:13 - Signaler un abus Fin des grands hommes

    Il en est des hommes politiques comme des philosophes qui n'ont pas d'envergure ni de charisme. On a fabriqué des moules ou aucune tête ne doit dépasser et on en crève de cette uniformité.

  • Par fabien775 - 30/01/2013 - 07:25 - Signaler un abus Sarkosy

    @Tendonnet Sarkosy aurait du repasser? Il doit vous manquer des éléments d'analyse pour sortir une telle ânerie.

  • Par Gégé Foufou - 30/01/2013 - 07:29 - Signaler un abus A Marc56

    A NON pas encore un François, on en a soupé

  • Par mouraveil - 30/01/2013 - 07:55 - Signaler un abus besoin d'un chef ?

    Les Français n'ont ils pas plutôt besoin de quelqu'un qui ferait ce qu'il a promis ? Je crois qu'en fait ce qu'ils souhaitent c'est se débarrasser du carcan Européen ( je n'ai pas dit de l'Europe) il est invraisemblable que Sarkozy ait pu faire adopter un traité contre l'avis exprimé par les Français lors d'un référendum . Ils sentent bien que la politique aujourd'hui consiste non pas à fixer un cap puisque l'Europe le fixe mais à naviguer en zigzag pour appliquer les consignes sans qu'il y ait trop de vagues . Ce n'est pas un hasard si les maitres du monde réunis à Davos se disent inquiets de la hausse des inégalités . Les politiques ne sont là que pour essayer de limiter les risques dûs à ces inégalités ...mais surtout ne pas toucher au système qui parait il serait irremplaçable comme tous les systèmes ayant existés jusque là ... et disparus aujourd'hui . Certains pays ont osé se dresser contre ce système mondial qui ne profite qu'à une minorité ! Et bien sûr cela ne plait pas , mais alors pas du tout . Les Français ne sont pas plus idiots que les autres , arriveront ils à trouver le leader qui les entrainera ?

  • Par Guzet31 - 30/01/2013 - 08:22 - Signaler un abus La contradiction française

    Contradiction évidente de l'opinion française : l 'autorité pour les autres, oui, mais la satisfaction totale des désirs individuels pour soi.... !

  • Par sam75 - 30/01/2013 - 09:05 - Signaler un abus Mythe de Jeanne d'Arc

    Les Francais comptent sur un homme providentiel lorsque tout semble perdu, tel Jeanne d'Arc .Malheureusement des que les choses se sont arrangées ils oublient et finissent par congédier celui ou celle qui les a sauve. De Gaule a été remercie deux fois , quand a Jeanne d'Arc, tout le monde connait la fin. Cela dit l'actuel occupant précaire de l'Elysée est l'oppose d'un homme providentiel et fort. Il manque fortement d'envergure

  • Par sbgf43 - 30/01/2013 - 09:12 - Signaler un abus A force de divisions...

    Tout laisse a penser que l'évolution se passera dans la rue...

  • Par Terranostra - 30/01/2013 - 09:14 - Signaler un abus La question n'est pas la bonne.............

    La seule question pertinente serrait de rétablir une vraie démocratie avec la proportionnelle.

  • Par laurentso - 30/01/2013 - 09:14 - Signaler un abus gageons que ce bon M. Goldnadel

    va fustiger Atlantico qui s'interroge sur le fait de savoir si les Français sont tentés par le fascisme...

  • Par evans94 - 30/01/2013 - 09:27 - Signaler un abus édifiant...

    Oui, l'être humain à besoin d'un chef. Depuis la nuit des temps une société n'a jamais été efficacement et durablement "autogérée"... Cela ne veut pas dire dictature, bien entendu. Mais un Chef, qui propose une "vision" pour la société qu'il dirige, un objectif clairement défini et accessible, bien compris et accepté. Ou devons nous aller, pourquoi, pour qu'elle mieux être,... Et pas un "catalogue" de 60 mesurettes" que personne ne retient, qui n'ont pas de cohérence apparente. Oui, nous avons besoin d'un (une) autre De Gaulle et pas d'un colporteur de la "Redoute". Cette vision pourrait être impulsée par l'Europe, mais là aussi, il n'y a que des (brillants) technocrates. Cela dit, à mon avis, il n'existe actuellement sur le "marché" politique aucun(e) personnage "providentiel", tant notre monde facile et assisté à engendrer des "moules" sans charisme ni talent. Seul une situation "dramatique" ( révolution, guerre) peut (peut-être) faire émerger quelqu'un (???)...Napoléon, De Gaulle, Qu'en pensez-vous ?

  • Par EOLE - 30/01/2013 - 09:31 - Signaler un abus L'horreur du vide

    Les peuples comme la nature ont horreur du vide, du vide politique, du vide institutionnel depuis la réduction à 5 ans du mandat présidentiel, du vide d'espérance notamment européenne depuis la "merkelisation", etc. Les peuples comme la nature ont horreur du trop plein, du trop plein de lois, de juridisme, de médiatisation, de projets inconsistants, de fonctionnaires, de collectivités publiques, de financiarisation, etc.

  • Par Papy Geon - 30/01/2013 - 09:37 - Signaler un abus Nos dirigeants fonctionnent en « boucle ouverte »

    et ne savent faire que des empilages. Ce n’est pas de leur faute, puisqu’ils n’ont pas appris une règle essentielle : rien ne peut fonctionner sans boucle de régulation. Alors ils rampent en poussant le tas devant eux, pour masquer les trous qu’ils ont préalablement creusés. Ils ne comprennent pas non plus l’une des lois majeures de la physique : la réaction, loi universelle qui n’est qu’un embryon naturel de régulation. Il faudrait ajouter dans le cursus de à l’ENA des cours de bon sens (et du sens de l’humain), ainsi que des cours de remise en cause : savoir regarder au-delà de son nombril et du cercle des petits copains. Pour diriger la nation, je suis persuadé que parmi les personnes qui créent et font fonctionner avec succès des fusées Ariane, des Airbus ou des TGV par exemple, se trouve une pépinière qui vaut largement celle de l’école spécialisée citée plus haut. Mais si nous subissons trop longtemps l’URSF qui noyaute l’ENA (Union pour la République Socialiste Française), nous sommes condamnés.

  • Par Jules Leclairé - 30/01/2013 - 09:40 - Signaler un abus Et puis quoi encore !

    Un chef ? Un dictateur ? Un roi ? Un empereur ? Pays démocratique par excellence, les Français ont un chef avec un président élu. Si, celui qui a été choisi par les élections, libres dans notre pays, ne leur convient pas, ils pourront en changer dans moins de cinq ans. C'est ce qu'ils viennent de faire. Tout le reste n'est que littérature et bavardages. Aucun des « grands chefs » de notre histoire ne furent grands en toutes circonstances. Même De Gaulle n'a pas toujours été si grand que ça. À Londres, de 1940 à 1944, oui, mais ensuite, il fut lui aussi, un politicien, rusé et combinard.

  • Par Nathalie m - 30/01/2013 - 09:40 - Signaler un abus Besoin d'une réelle démocratie...pas cette mascarade république.

    À force de fabriquer des politicards carriéristes qui ne pensent qu'à leur pomme et celles de leur cour....on fait tout sauf gérer un pays correctement ! Et surtout du courage ! Exemple de vrai démocratie, peut être la suisse....

  • Par Terranostra - 30/01/2013 - 09:48 - Signaler un abus Le système UMPS est à bout de souffle........

    Leurs magouilles politiciennes pour se maintenir en place alternativement ne donnent plus que des personnalités médiocres de compromis, des marionnettes aux mains de partis politiques institutionnels qui les ont faites élire . Le suffrage universel est perverti , vidé de son sens et l'électeur lambda trompé

  • Par Atlante13 - 30/01/2013 - 09:49 - Signaler un abus Le vrai problème

    est que les français sont incohérents. Ils élisent des politiciens totalement corrompus, qui font de la politique une source confortable de revenus et avantages divers, confondent idéologie et gestion du pays, et souvent nostalgiques des anciens pouvoirs doctrinaires. Et tout naturellement se battent et se divisent pour mieux profiter du fromage. Dans quel autre pays au monde, le gouvernement est-il constitué à 90% de fonctionnaires idéologues et économiquement incultes? Aucun. Alors on peut comprendre un certain sentiment de ras-le-bol des discours idéologiques. Entretenir et nourrir les parasites n'a jamais été un programme de gouvernement.

  • Par evans94 - 30/01/2013 - 09:51 - Signaler un abus Quand même...

    Julesléclairé : 87 % qui en creux disent que FH n'est pas un chef, sauf à penser que le sondage est "bidon", cela ne peut pas laisser indifférent...NON ? Alors bien sûr qu'il a été élu "démocratiquement"...quoique, avec des médias complices et une brouette de mensonges...où est la démocratie ??? vous avez sûrement votre réponse.

  • Par Hugo from Caracas - 30/01/2013 - 09:55 - Signaler un abus L'homme providentiel

    Les français qui croient toujours en l'homme providentiel tel un sauveur, je ne comprendrai jamais. Y avait Sarko avant, mais qui s'est révélé aussi impuissant que les autres et pire, il a vendu la France au Qatar en échange de l'organisation de la coupe du monde 2022. Pire que les autres encore celui là !

  • Par Vertigo - 30/01/2013 - 10:03 - Signaler un abus Par Atlante13 - 30/01/2013 - 09:49

    Je ne suis pas sûr qu'il s'agisse d'incohérence, pour valider votre thèse il faudrait qu'au moment du choix qu'au moins un ne le soit pas pour que pouvoir leur faire porter la responsabilité de ce choix. Hors, politique et corruption vont aujourd'hui de pair, tôt ou tard les casseroles font surface et on l'on finit par constater qu'aucun n'a le cul propre.... Je pense plutôt que les Français votent en connaissance de cause et espèrent que celui qu'ils choisissent ne le sera "pas trop".

  • Par Vertigo - 30/01/2013 - 10:07 - Signaler un abus Par Hugo from Caracas - 30/01/2013 - 09:55

    Si il n'y avait que ça ... La France vend et brade tout ce qu'elle a ou plutôt avait, elle est aujourd'hui à poil au milieu de la mondialisation, le cul offert à celui qui voudra bien payer.

  • Par pierre60 - 30/01/2013 - 10:19 - Signaler un abus Sondages a la mord moi le n....

    Je ne sais si 87% des Français attendent un vrai chef pour remettre de l’ordre? Par contre, je vois que des groupes de pression poussent clairement dans ce sens. Nous prepareraient-il une nouvelle "divine surprise"?

  • Par sianabog - 30/01/2013 - 10:23 - Signaler un abus Soyons constructivement critiques

    "Qui prend les sondages au sérieux n'est pas sérieux" Qui admire le putschiste De Gaulle non plus. Non je ne suis pas du tout un nostalgique de l 'OAS Simplement un informé sur celui qui aima plus son idée "personnelle à lui" de la France que les Français qu'il laissa exploités par ses barons avec son premier ministre de chez Rothschild

  • Par FIGAROCB - 30/01/2013 - 10:23 - Signaler un abus OUI, IL NOUS FAUT UN VRAI CHEF !

    Notre démocratie ne nous permet plus de prendre les bonnes mesures ! Tous les acteurs, députés, sénateurs, maires, ministres, etc... sont devenus de nouveaux "nobles" sans oublier bien entendu les "syndicats" qui bloquent tout ! En conclusion, comme en 1958, il nous faut trouver un "homme" fort, qui puisse remettre tout sur la table et refondre complètement notre système devenu parasitaire. Une nouvelle constitution, avec une approche démocratique à la "SUISSE" laquelle ouvre la parole au peuple sur tous les problèmes sociaux, économiques et politiques. Si nous l'avions en France aujourd'hui, les Français auraient certainement voté la même chose que les Suisses : arrêt des minarets !

  • Par Olivaw - 30/01/2013 - 10:32 - Signaler un abus Restauration

    J'ai un chef à vous proposer. Sa famille a régné sur la France pendant des siècles, il incarne la nation, l'unité du pays. Il aura une vision à long terme et son seul souci sera le bien-être du pays. Qui est-il donc ? Le roi bien sûr !

  • Par Un Citoyen - 30/01/2013 - 10:32 - Signaler un abus Qui nous débarrasera de l'oligarchie corrompue ?

    L'analyse me semble assez simple, les français demandent un chef capable de virer les quelques centaines de malfaisants (la clique du Siècle par exemple: http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Si%C3%A8cle), ce milieu interlope de financiers, journalistes et politiques qui formate les esprits, désindustrialise la France, ruine l'économie, brise la cohésion sociale en renforçant l'immigration, transfère tous les pouvoirs à Bruxelles, etc. à son seul profit. L'insupportable P. Perrineau que l'on retrouve partout, avec sa mondialisation heureuse, est le premier qui devrait être viré... Malgré le lavage de cerveau, les français sentent bien qu'on les sacrifie, eux et leur pays, au profit d'une oligarchie et que les notions de droite/gauche ne sont que du vent. Ils voient bien qu'on leur vole la démocratie pour transférer le pouvoir aux technocrates non élus de Bruxelles... C'est pour ça qu'ils cherchent désespérément quelqu'un qui puisse les débarrasser de cette oligarchie... Pour aller plus loin, cherchez le Siècle, Bilderberg, ou le lobby pro-americain dont est membre F. Hollande et 5 de ses ministres. Sur l’Europe, écoutez les conférences éclairantes de F. Asselineau sur Youtube...

  • Par sbgf43 - 30/01/2013 - 10:39 - Signaler un abus J'ai trouvé cet homme

    L'homme "providentiel" surement un transfuge de Goldman Sachs...

  • Par pemmore - 30/01/2013 - 11:16 - Signaler un abus Nicolas Sarkozy le plus mauvais exemple,

    et s'il n'y avait pas eu fillon le quinquénat finissait en jus de Boudin, que reproche t'on à Hollande le manque de charisme?, on voit qu'il évolue au cours de son mandat et fait montre de plus en plus d'autorité, pour cette guerre au Mali contre d'infects criminels assassins et voleurs toute la France est derrière, et de plus une certaine réprobation de nos voisins européens fait plaisir à voir, la guéguerre à Sarkozy nous a tous gênés car on en connaissait la fin. Quand aux autres grands hommes, un peu de réalisme à l'aune de notre époque, Napoléon un dictateur criminel (guerre esclavage), thiers pas la peine d'en parler, Clémenceau qui refuse l'armistice de 1917 et fait tuer mon grand-père, pétain l'homme providentiel___de la collaboration!, De Gaulle, un mélange de très bon et de très mauvais, il libère la France mais laisse tranquilles les collabos, fin de la guerre d'Algérie mais sans gérer les pieds-noirs. Mais c'était un grand parmi les grands. On se contentera de Hollande qui prendra le pas sur l'histoire et si les vieux cons comme-moi rouspètent, la jeunesse est avec le principal.

  • Par ClairdeLune - 30/01/2013 - 11:17 - Signaler un abus Si de Gaulle revenait!!

    La première chose qu'il demanderai, c'est "où se trouve la radio la plus proche?",cela pour lancer un appelle au peuple pour jeter dehors cette troïka du PS et de l'UMP qui trahissent les Français depuis 40 ans...Un jour dans mon Pays,y fera pas bon d'être ou d'avoir été un politicard du PS ou de l'UMP. Vont devoir courir vite les bouffis des restos de luxe,payés avec notre pognon,payés avec notre misère. Y en a même qui vont pleur comme des gonzesses...Et oui,quand le Peuple est en colère,parfois il fait un peu n'importe quoi,ça s'appelle la vindicte populaire!!.

  • Par evans94 - 30/01/2013 - 11:18 - Signaler un abus je diffuse...

    largement votre texte mauserfloyd , beau résumé... pas d'autre commentaire, soyons forts

  • Par francoise - 30/01/2013 - 11:28 - Signaler un abus mettre un terme à la génération Mitterand

    Toute cette génération mitterand bobo, gaucho ont mis à sac notre pays... Il faut mettre fin à tout ces inutiles qui n'apportent rien à la république et qui sont de gros centres de coût. Il y a trop de politiques (députés, sénateurs, président de communauté de commune) ces gens là ont créé des postes supplémentaires afin de ne pas perdre leurs privilèges, ils s'élisent entre eux... Ils sont nuisibles à notre république... Pareil dans le milieu journalistique, ils manipulent l'information... Nous peuple français devons rapidemment descendre dans la rue, pour les stopper... Dissolution des écologistes gaucho qui ne servent à rien...Marre de payer des impôts.

  • Par General3Gaulle - 30/01/2013 - 11:35 - Signaler un abus Aprés le Général 2 Gaulle, ils attendent le Général 3 Gaulle

    Aprés le Général 2 Gaulle, ils attendent le Général 3 Gaulle Oui vous avez marre de cette france des parties infeodes a l'oligarchie financiere qui n'a cesse depuis 40 ans de trahir le peuple. Votez pour moi. Vous avez marre de cette sois disante démocratie dite represenative ou les deux partie majoritaires vont ce qu'ils veulent sans tenir compte des aspirations du peuple et encore moisn defendre ses intérets economiques. Vous voulez une nouvelle démocratie ? Celle ou les lobbys, les communautarisme sont réduit a ce qu'ils sont une tyrannie des minorités qui numeriquement ne represente rien ? Vous voulez alors une démocratie participative comme en Suisse. Alors votez pour moi et commencons le processus de destruction créatrice. Mais pour allé vers le renouveau de la France ce ne se fera sans les larmes et le sang vu les obstacles auquels nous devrons nous affonter. Mais c'est le prix pour un avenir radieu et sortir de declin.

  • Par Papy Geon - 30/01/2013 - 11:52 - Signaler un abus Prenons l’exemple de nos voisins,

    oui, nos voisins allemands (encore eux !), puisque nos représentants européens vivent ensemble. Ils ont un chef issu du peuple, qui a connu l’URSS, et se méfie par conséquent avec raison de l’URSF, championne de la fuite en avant. Ce chef n’a pas fait de grande école spécialisée lui ouvrant les portes d’une vie confortable. C’est un physicien, ayant appréhendé le monde réel, et qui a vécu parmi son peuple. Et cela fonctionne !

  • Par Glabre et Ingambe - 30/01/2013 - 11:52 - Signaler un abus Ce que ne dit pas cette étude

    c'est que ce chiffre très élevé (87%) est stable depuis au moins 30 ans ^^

  • Par troiscentsalheure - 30/01/2013 - 12:00 - Signaler un abus Faux débat

    Le référendum d'initiative populaire national et municipal redonnerait le pouvoir au peuple et responsabiliserait l'électeur acheté par des promesses. Il responsabiliserait également les hommes politiques, remis à leur place lorsque les lois votées par le peuple seraient promulguées. La Pologne qui a été moult fois démembrée aurait certainement aimé voir arriver l'homme providentiel...

  • Par Pihoui - 30/01/2013 - 12:08 - Signaler un abus Nous sommes déjà en dictature

    Une dictature polymorphe et multicéphale : celle de ce que l'on appelle PS aujourd'hui et qui n'a plus rien à voir avec ses racines humanistes. De provocation en provocation, d'erreur en erreur,Hollande & Co fait monter le ton et divise gravement les Français sur des sujets qui n'ont aucun caractère d'urgence. Rien de sérieux n'est fait pour lutter contre le chômage et régulariser nos comptes. Les Français grondent et finiront par l'exprimer clairement. Le plus tôt sera le mieux. Et là, Messieurs et Dames qui formez une véritable association de malfaiteurs pour mettre la France en coupe réglée, il vous faudra faire très vite vos valises...Ils savent être rancuniers contre ceux qu'ils auront abusés.

  • Par minibellule - 30/01/2013 - 12:31 - Signaler un abus 87 % attendent un vrai chef ?

    Et c'est hollande qui est élu aux dernières présidentielles ? Cherchez l'erreur dans le paradoxe français.... Par contre, concernant la dictature, le chemin est tracé, pensée unique, circulaire sur la GPA, absence de référendum, cours de morale version peillon, encore 4 ans comme ça et ils vont annuler la prochaine présidentielle pour être sûrs d'avoir plus de temps pour définitivement couler le pays !

  • Par vangog - 30/01/2013 - 12:34 - Signaler un abus Non, non, il faut un Président avec une autorité "normale"!

    mais qui ne soit pas entouré par des avocats qui se mêlent d'économie, des enseignants qui se mêlent de réformes sociales, des Énarques incompétents qui se cooptent entre eux en fonction de leurs appétences politiques pour l'égalitarisme archaïque...

  • Par romainF - 30/01/2013 - 13:01 - Signaler un abus Degaulle = minable

    La photo n est pas appropriée. Ce minable de Degaulle n est pas représentatif d'une France sauvée. Il a vendu notre pays aux arabes.

  • Par fabien775 - 30/01/2013 - 13:11 - Signaler un abus François Asselineau

    C'est un des seuls à dire la vérité, malheureusement il aurait fallut qu'il se manifeste beaucoup plus tôt. Il commence à être trop âgé pour pouvoir être audible.

  • Par Sophile - 30/01/2013 - 13:12 - Signaler un abus Le chef, chacun l'a en soi

    Au lieu de vous diviser, de vous facher avec vos voisins, d'y voir une poutre et au lieu d'aller voir la misère au bout du monde et vous attendrir devant elle, faites tout pour vos voisins, soyez prôches les uns des autres, soutenez-vous et surtout devant l'inacceptable, levez la tête et osez dire : non ça je n'en veux pas, car c'est contraire à la France. Les mots "religion", "France", nation, pays, coûtumes sont là pour rassembler. Y penser tous les jours et l'inculquer à ses enfants. Ah mais les parents ne sont pas disponibles, car tout le monde travaille pour subvenir à leurs besoins qui sont de plus en plus grands, etc, etc !!! Vous ne voyez pas que c'est fait exprès. Le siècle des lumières a été appelé ainsi parce que les Français avaient l'esprit libre et n'étaient plus assujettis à des contraintes pécunières, car le bon roi Louis XIV "les" avait fait passer les frontières.

  • Par 20dicte - 30/01/2013 - 13:15 - Signaler un abus Nos Elites ne nous servent

    Nos Elites ne nous servent pas. Elles se servent. Nous n aimons pas plus les tyrans que les autres mais notre poesie humaniste assène un discours égalitaire adressé à l' esprit citoyen. un boulevard en soit pour les communautés et les loby au pays des braves gens. Autrement dit la loi du coptage au pays de l' egalité des chances : la curée. Une anachronie verticale dans un nouveau monde horizontal.

  • Par franek100 - 30/01/2013 - 13:22 - Signaler un abus Exceptions

    Pas besoin de chefs, il suffit juste de faire respecter les lois et rien que les lois, pas d'exception. Aujourd'hui il y a des lois et à chacune 99% d'exceptions pour satisfaire tout le monde;c'est ingérable!

  • Par l'enclume - 30/01/2013 - 13:37 - Signaler un abus Les rois du pétrole

    Quand on lit la plupart des commentaires l'on comprend mieux pourquoi notre beau pays est tombé si bas. YaKa, Yfoque, yfodraitquon, c'est de la faute des autres, on est les plus nuls. Bon diou, arrêtez les pleurnicheries de bas étages, le problème essentiel, on continue à faire croire aux Français que nous sommes toujours les maîtres du monde, et certains idiots inutiles le croient.

  • Par nikita - 30/01/2013 - 14:23 - Signaler un abus quel roi ?

    En réponse à Olivaw - Et si le roi était Hollande, on ne serait pas déçu du voyage............bonjour les dégâts !!!!!

  • Par nikita - 30/01/2013 - 14:29 - Signaler un abus un chef ?

    Réponse à minibellule - Entièrement d'accord avec votre commentaire. Et si les français devenaient plus clairvoyants et se mobilisaient pour nous débarrasser de ce nul de Hollande avant 2017?

  • Par mascarine - 30/01/2013 - 14:30 - Signaler un abus la France

    est bonapartiste n'en déplaise aux politologues adeptes de la normalitude , preuve en est l'espoir suscité par les élections présidentielles : un homme , un pays , un destin ; l'opposition de gauche a passé son temps à tuer l'homme qui leur faisait peur, un seul éternuement de sa part suffisait à déclencher un concert de critiques occultant tout ; je reste persuadée que Nicolas Sarkozy était l'homme de la situation , que la France a perdu grandement et que si cela n'avait pas été le cas les critiques à son encontre eussent été moins violentes ;certains français se sont laissés abuser par les sirènes de la détestation ; ils ont donné le pouvoir à des marionnettes; nous sommes aujourd'hui dans une situation confuse , avec des projets de loi qui n'intéressent personne et peu d'espoir dans l'avenir : bravo!! ceux qui ont pris l'habitude d'insulter et de hurler quand le nom de l'ancien président est mentionné sont priés de la mettre en veilleuse merci !

  • Par Salaudepatron - 30/01/2013 - 15:36 - Signaler un abus Rambollande... de la gonflette et rien dans la tête !

    Ca c’est sûr qu’avec Flamby à la tête du pays, on est à mille lieux du Vrai Chef ! Une couille molle qui reste focalisée sur ses idées dépassées, comme une huitre sur son rocher, avec ça on est mal barrés... Et ce n’est pas la « promenade Malienne » qui va redorer son blason... en délivrant Tombouctou... d’où les terroristes étaient déjà partis... quelle brillante victoire !!!

  • Par prochain - 30/01/2013 - 15:43 - Signaler un abus Tentation ou prétention?

    Le volontarisme ne suffit pas, Napoléon lui-même a perdu la guerre, Hollande a-t-il les moyens de ses ambitions, il faudrait lui poser la question...il a 40 conseillers mais qui va oser de lui dire la vérité? Il serait courageux de laisser la place à un personnage charismatique, un rassembleur qui saurait développer un projet et inspirer la confiance. La France a la politique la plus à gauche en Europe disait son premier ministre, bonjour les dégâts on n'est pas sorti de l'auberge d'une idéologie désuète.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Perrineau - Philippe Braud - Maxime Tandonnet

Pascal Perrineau est professeur des Universités à Sciences Po. Il dirige le CEVIPOF devenu, en janvier 2004, le Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Philippe Braud est  un politologue français, spécialiste de sociologie politique. Il est professeur des Universités à l'Institut d'Études Politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au CEVIPOF (Centre d'Études Politiques de Sciences-Po)

Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur. Il commente l'actualité sur son blog personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€