Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les six traits de caractère qu'il faut avoir absolument pour réussir dans la vie

Le professeur Jeffrey Pfeffer, de l’Université de Standford en Californie, a analysé par le prisme de ses étudiants les clés de la réussite des plus grands, comme l’ancien président Johnson ou bien encore Robert Moses, l’urbaniste chargé de la rénovation de New York entre 1930 et 1970.

Question de talent

Publié le
Les six traits de caractère qu'il faut avoir absolument pour réussir dans la vie

Pour Jeffrey Pfeffer, professeur à l'Université de Standford, en Californie, le président américain Johnson était un grand homme et un grand travailleur. Crédit Reuters

Six. Six traits de caractère, de personnalité qu’a recensé le professeur Jeffrey Pfeffer. Ces six traits sont pour lui la clé de la réussite, de la puissance et de la performance, afin d’atteindre le haut niveau. Mais le professeur n’a pas fait que comparer ce qu’avaient les "champions" en commun : son analyse s’est également penchée sur le manque des moins "forts".

Le premier trait concerne l’énergie et l’endurance physique. En partant de ce postulat, effectivement, il y a déjà une sélection qui s’effectue. Car tous les individus n’ont pas la résistance physique d’aligner au minimum dix heures de travail par jour, et des semaines oscillant entre 60 et 65 heures, minimum. Pour le professeur Pfeffer, la capacité et la volonté de travailler comme un acharné a caractérisé bon nombre de personnages puissants. Cette masse de travail abattu permet de "dépasser" certains individus, pourtant plus intelligents ou compétents. De plus, cette énergie dépensée dans le travail va inspirer l’entourage à travailler également plus.

Une émulation par le labeur en somme.

Deuxième clé de la réussite, la concentration/application/attention/perspective. Le focus, en un mot. Le professeur cite l’exemple d’un étudiant qui a refusé un excellent poste dans une compagnie pétrolière. La raison ? Son ambition de conquérir le bureau ovale étant plus forte que tout, travailler dans le pétrole, l’or noir du XXIe siècle l’aurait grandement compromis. Selon Jeffrey Pfeffer, les directeurs à succès de grands groupes sont ceux qui ont concentré leurs efforts de carrière au sein de la même entreprise, ou d’un nombre restreint.

Un peu d’humanité dans ce monde de brute : la troisième clé du succès repose sur la sensibilité aux autres. Car savoir ce que les autres veulent aide à mieux communiquer. Mais, il y a un pas entre savoir ce qu’autrui désire, et ce qu’il obtient. Et le professeur de Standford le sait bien. La négociation entre alors en compte.

La quatrième clé réside dans la flexibilité. Et là, cela devient complexe, voire schizophrène comme le décrit l’auteur de l’article de Business Insider, qui n’hésite pas à parler de Machiavel.

Un subtil dosage s'avère nécessaire

Pour Pfeffer, si la flexibilité peut conférer un grand pouvoir, elle s’oppose à la fois à la clé numéro 2, ainsi qu’indirectement à la clé numéro 3. Dans le rapport aux autres, être flexible peut être compris comme faible, peu ferme par rapport aux autres…Un subtil dosage de toutes ces clés s’avère donc primordial. L’avant dernière clé du conflit réside dans la capacité à tolérer les conflits. Mais il ne faut pas pour autant forcément les fuir. C’est un peu comme remporter une bataille, ou la guerre…Enfin, la dernière clé à assembler aux cinq autres, concerne la capacité à maîtriser son ego, à ravaler parfois sa fierté. Car l’ego peut être un ennemi redoutable.

La conclusion peut être déroutante : s’il faut parfois tracer son chemin en solitaire, carriériste, il est bon aussi à certains moments de créer des alliances et des réseaux d’amitié. Pour Jeffrey Pfeffer, les gens qui peuvent accéder aux plus hautes charges sont en mesure de modifier leur comportement en fonction de l’opportunité qui se présente à eux. Légèrement schizophrène donc. Mais six vous possédez ces six traits de personnalité, et que vous le souhaitez, vous devriez parvenir à de grandes carrières.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bcool - 02/09/2013 - 14:33 - Signaler un abus Contre exemple:

    Les traits de caractères n'y sont pas toujours pour grand chose, à en croire Ségolène Royal il y en a qui ont aussi les pattes palmées qui arrive à décrocher la présidence....

  • Par timi - 02/09/2013 - 17:53 - Signaler un abus On ne nous dit pas tout

    « Les six traits de caractère ... » Oui, certainement... de la même manière que le vainqueur des courses doit être un cheval qui possède quatre pattes bien musclées : ce n'est pas faux, mais c'est à l'évidence très insuffisant, parce que c'est aussi ce qui caractérise un bon article de boucherie chevaline. Le portait du « gagnant » qui est dressé ici ressemble à s'y méprendre à celui du « gagneur » (masculin de « gagneuse »), celui de l'employé-modèle cadre ou assimilé, sorte de bête de somme, qui réussit précisément moins bien sa vie professionnelle que les autres, parce que, trop profitable pour l'entreprise et souvent jalousé, il se verra tout au long de sa carrière empêché d'évoluer vers des postes plus à son avantage. Il faudrait au minimum un septième critère pour donner une recette qui tienne la route. Alors, info ou propagande stakhanoviste ?

  • Par ciceron - 02/09/2013 - 22:48 - Signaler un abus Endurance physique.....

    au minimum dix heures de travail par jour, et des semaines oscillant entre 60 et 65 heures, minimum...............pendant combien de temps ? J'aime beaucoup le minimum Apparemment, c'est plutôt l'inverse pour réussir en politique......

  • Par DEL - 02/09/2013 - 23:07 - Signaler un abus Valeurs...

    Parlez-moi de réussir sa vie, avant que de parler de réussir dans la vie: ne confondons pas poudre aux yeux et fondamentaux.

  • Par Democrator - 02/09/2013 - 23:24 - Signaler un abus Hélas... Atlantico...

    De Atlantico à Atlantique donc US inscrit dans le patronyme sinon dans les gènes... De là à offrir bêtement des traductions... Et ce qui peut le cas échéant fonctionner aux US n'est pas nécessairement ce qui fonctionne en Europe et moins encore en France... Ce beau pays dans lequel 20% des emplois sont "assurés" par des fonctionnaires... De fait, en France, pour réussir, 4 traits de caractères suffisent. 1/ Enquiller Siences-Po en tant que prépa à l'Ena 2/ Enfiler sur l'ENA 3/ Adhérer à un parti politique (indépendamment de ses convictions, celui qui semble présenter les meilleures conditions à court ou moyen terme) 4/ Intégrer le plus tôt possible un cabinet ministériel, puis fort des relations établies, passer dans le privé au niveau CODIR ou COMEX. NB : avec la garantie qu'en étant éventuellement viré du privé, on n'a rien perdu des avantages acquis dans le passé, puis retrouver un poste dans un cabinet ministeriel, puis le quitter pour intégrer un poste dans le privé, au niveau CODIR ou COMEX, puis s'étant fait éventuellement virer, revenir dans so corps d'origine, en ayant rien perdu des avantages acquis, intégrer un cabinet ministériel...

  • Par Froggy - 03/09/2013 - 10:25 - Signaler un abus Il faut plus que ça...

    Il est évident que pour "réussir professionnellement" tous ces ingrédients sont nécessaires. Quoi que... les hommes parvenant à ces carrières ont souvent une compagne dévouée pour les soutenir et gérer le quotidien familial. Ou alors ils sont célibataires ou divorcés ou veufs. Je note qu'il n'est question que des hommes ici. Le machisme au travail a encore de beaux jours devant lui. Eh oui, les femmes en sont encore à jongler avec minimum 2 vies : la professionnelle et la familiale. Comment voulez-vous qu'elles percent ? A moins d'avoir une armada de domestiques...

  • Par SteakKnife - 03/09/2013 - 11:35 - Signaler un abus Et surtout...

    ...la cupidité. Pour pouvoir crever au bureau par appât du gain comme le stagiaire allemand de la semaine dernière.

  • Par el zorro - 03/09/2013 - 11:51 - Signaler un abus Un gros oubli mais de taille

    IL y a aussi le facteur chance qui est nécessaire aux grandes réussites.Napoléon qui s'y connaissait, disait quand on lui recommandait quelqu'un " Tout cela est bien beau mais dites moi a-t-il de la chance"?

  • Par grosboeuf - 03/09/2013 - 12:01 - Signaler un abus Quel pipeau pour gentils crétins crédules

    Une morale digne de dessins animés pour enfants, où le laborieux fini par gagner grâce à ses efforts et à ses capacités hors du commun Parlons plutôt de la lignée familiale, des relations de papa-maman, du réseau (école, parti) d'on on est issu. A l'exemple du milieu du spectacle où ils arrivent tous à placer leur progéniture dans le circuit

  • Par jo1934 - 03/09/2013 - 16:38 - Signaler un abus Exercice vain !

    Je suis assez d'accord avec Timi ! Tout ceci n'est pas faux, mais c'est tellement général que ça ne signifie plus grand chose. Cela ressemble à ces travaux qui prétendre trouver la recette du bonheur dans une équation mathématique. La vanité de cet effort apparaît d'ailleurs dans la formulation de la question : ''réussir dans la vie'' ou bien ''réussir sa vie'', choses très différentes. S'il s'agit de réussir ''dans'' la vie, on voit bien que les critères de réussite matérielle deviennent prépondérants et que les traits de caractère en question deviennent pour certains ''superflus''. S'il s'agit de réussir sa vie, on voit immédiatement que se pose la question de la définition même de la notion de 'réussite'. Je prends 3 exemples qui me viennent à l'esprit: Van Gogh, Stefan Zweig, Romain Gary. Tous trois ont mis fin à leur vie. Il est difficile de prétendre qu'eux jugeaient que leur vie était une réussite. Du moins au moment où ils prirent la décision d'en finir avec la vie. Peut-on pour autant dire de chacun d'eux, nous extérieurs à eux, aujourd'hui , qu'il n'a pas réussi dans la vie, ou qu'il n'a pas réussi sa vie ?

  • Par jo1934 - 03/09/2013 - 16:39 - Signaler un abus rectif

    ''....ces travaux qui prétendent.......''

  • Par curnonsteen - 04/09/2013 - 22:39 - Signaler un abus Autres critères

    Quels sont les critères requis pour vendre avec succès ses salades aux autres, même - et surtout - s'il s'agit d'authentiques salades ?

  • Par tiji007 - 05/09/2013 - 15:10 - Signaler un abus la réussite ?

    Pourquoi chercher à réussir alors que vous habitez un pays où la réussite est suspecte et rackettée ? Le nivellement par le bas a commencé car rien n'est plus confortable pour nos dirigeants que de diriger des ânes. Les résultats de nos chères têtes (blondes,brunes etc....) dans les tests sont si modestes que l'avenir n'est plus au travail mais à l'assistance sociale en permanence. Alors pourquoi réussir ? Pour payer les fonctionnaires que nous embauchons par vague et qui par leurs charges nous attirent vers le bas.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€