Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le royaume des secrets gênants : ce que les nouvelles fuites Wikileaks nous apprennent sur l’Arabie saoudite

Le site WikiLeaks a publié, vendredi 19 juin, près de 61.000 communications confidentielles de la diplomatie saoudienne. Une opération dénommée "Saudi cables" et qui selon Julian Assange, le fondateur du site, a pour but d'en révéler 500.000 au total. De quoi étaler au grand jour les manigances extérieures des Saouds et la terreur qu'ils font régner chez eux.

"Saudi cables"

Publié le
Le royaume des secrets gênants : ce que les nouvelles fuites Wikileaks nous apprennent sur l’Arabie saoudite

WikiLeaks a publié près de 61 000 communications de la diplomatie saoudienne.  Crédit Reuters

Atlantico : Que nous révèle aujourd'hui ces documents sur les liens qu'entretient le royaume wahhabite avec ses alliés comme les Etats-Unis ?

Haoues Seniguer : Les documents divulgués par le site WikiLeaks exposent au grand jour la grande duplicité du royaume saoudien et, par ricochets, met à mal un certain nombre d’États occidentaux, en particulier les Etats-Unis, qui ont fait de Riyad, depuis des décennies, un partenaire privilégié de leur politique étrangère dans la région du Moyen-Orient. En effet, comment, d’un côté, dénoncer les violations flagrantes et continues des droits de l’homme des acteurs étatiques et non étatiques de la région, et, de l’autre, prendre langue avec un pays, l’Arabie saoudite en l’espèce, qui elle-même viole les droits de l’Homme les plus élémentaires ? L’alliance Arabie saoudite-Etats-Unis apparaît ainsi de plus en plus comme contre-nature et très largement dictée, pour les seconds, à la fois par des considérations économiques et de pragmatisme politique.

La France est également éclaboussée, il est vrai tout aussi indirectement. En effet, il est difficile de justifier auprès de l’opinion publique française la vente de rafales à un pays dont le moins qu’on puisse dire est qu’il ne brille pas par son attachement scrupuleux aux droits de l’Homme qui s’opposent au contraire à son idéologie.

Selon Julian Assange, "Saudi Cables a mis en lumière une dictature qui devient de plus en plus imprévisible, (qui) est aussi devenue une menace pour ses voisins ainsi que pour elle-même". Que nous apprennent ces documents sur le caractère dictatorial du régime ?

Les documents, dont je n’ai pas pris connaissance de la totalité, ne nous apprennent rien de plus que ce que nous savions déjà au sujet de la monarchie saoudienne, à savoir un État qui applique une vision très littéraliste et, partant, répressive de la religion, et qui n’hésite pas, par ailleurs, à s’appuyer sur la diplomatie de chéquier pour soigner son image à l’étranger. Il faut reconnaître que la diplomatie de chéquier procède d’une relation clientéliste où il y a un patron ou des patrons et un ou plusieurs obligés. En d’autres mots, si clientélisme saoudien il y a, la clientèle en accepte les termes. La responsabilité est par conséquent largement partagée.

WikiLeaks nous renseigne également sur les tentatives des Saoudiens pour influencer leurs voisins, Libanais par exemple, afin de contrecarrer l’influence grandissante de l'ennemi iranien. Le royaume n'hésitant pas à utiliser le clientélisme. Qu'apprend-t-on à ce sujet ?

On y apprend notamment que l’Arabie saoudite financerait (ou serait disposé à financer) des partis politiques libanais pour asseoir sa présence et son influence diplomatique dans un Proche-Orient en crise chronique, en vue de contrebalancer, en effet, "l’influence grandissante de l’Iran" et de ses alliés régionaux que sont notamment les membres du Hezbollah libanais. Riyad craint vraiment de perdre du terrain face à un Iran qui semble s’imposer de plus en plus comme un interlocuteur crédible des puissances occidentales, États-Unis en tête, pour la résolution de crises régionales, à l’image du conflit syrien qui n’en finit pas.

Riyad a d'ores et déjà réagi en affirmant que ces Saudi cables étaient faux. Face à un régime si dur, peut-on imaginer que ces révélations aient une quelconque répercussion sur le royaume saoudien ?

Un régime aussi autoritaire et sûr de lui-même a néanmoins toujours besoin de soigner son image à l’étranger, notamment à l’heure des Nouvelles Technologies des Informations et de la Communication (NTIC), où, ce faisant, il n’est jamais très bon, auprès d’une opinion publique internationale de plus en plus sensible et exigeante sur les violations des droits humains, de véhiculer à grande échelle une image négative de soi. La diffusion de ce genre d’informations est également en mesure de gêner la communication publique des nations démocratiques, à l’instar de la France, qui dénoncent le radicalisme ou le "djihadisme", d’un côté, et, de l’autre, ferment les yeux sur les actions très discutables du régime saoudien qui cultive un paradigme religieux très proche de celui de Daech, à la différence près que l’Arabie Saoudite est un pays reconnu sur le plan international tandis qu’il n’en est rien, et pour cause, s’agissant de l’organisation de l’État islamique. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 22/06/2015 - 14:57 - Signaler un abus Arabie Saoudite

    Et ne faisons pas semblant de découvrir avec surprise qu l'islamisme radical sous toutes ses formes est soutenu, prôné et financé par ce modèle exemplaire de démocratie

  • Par Fredricci - 23/06/2015 - 12:30 - Signaler un abus Et le Qatar

    Combien de temps allons nous fermer les yeux sur l'autre ange du mal qu'est le Qatar ?

  • Par VV1792 - 24/06/2015 - 23:20 - Signaler un abus Pourquoi cette vsion partiale

    Pourquoi cette vsion partiale sur les regimes qu' appliquent ces pays?? En quoi est-ce de l' islamisme radical? Car le raisonnement est qd meme bien pave: regimes autoritaires et dictatoriaux fonde sur le fondamentalisme religieux = en fait Daesch..Ne seraient-ils pas en fait l' essence meme d' un islam purifie de ses influences occidentales?Vue de cette perspective, il faut choisir notre camp et designer l' ennemi, tout en etablissant des relations cordiales ou conflictuelles avec ceux avec qui nous pouvons developper nos interets.. le reste, c' est de l' occidentocentrisme. Seuls la defense de notre civilisation, de ses interets et de son pouvoir doivent guider nos politiques...

  • Par Amouyal - 26/06/2015 - 08:36 - Signaler un abus Franchement vous exagerez

    A part quelques centaines de decapitations en public , et l esclavage des travailleurs immigres , le financement du terrorisme et les subventions aux futurs terroristes en france , one ne peux rien reprocher a ce beau pays qui achete comptant la quincaillerie française impossible a vendre ailleurs , respectons donc ce grand et magnifique allié et attaquons les salauds d israeliens , qui non contents d occuper la moitié de la planete nous concurrencent violement sur tous les marchés

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Haoues Seniguer

Haoues Seniguer est maître de conférences en science politique à l'Institut d'Études Politiques de Lyon (IEP)

Il est aussi chercheur au Triangle, UMR 5206, Action, Discours, Pensée politique et économique à Lyon et chercheur associé à l'Observatoire des Radicalismes et des Conflits Religieux en Afrique (ORCRA), Centre d'Études des Religions (CER), UFR des Civilisations,Religions, Arts et Communication (CRAC), Université Gaston-Berger, Saint-Louis du Sénégal.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€