Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Retraites, le modèle qui venait de loin : ce que la France pourrait gagner à s'inspirer du système australien

A l'inverse de la France, où 67% des citoyens se déclarent inquiets pour leur future retraite, l'Australie jouit d'un système de retraite performant et d'une grande simplicité.

Des idées d'ailleurs

Publié le
Retraites, le modèle qui venait de loin : ce que la France pourrait gagner à s'inspirer du système australien

Atlantico : Plus des deux tiers des Français (67 %) se déclarent inquiets pour leur future retraite. Un quart se déclare même très inquiet. Les systèmes danois et néerlandais sont souvent cités en exemple pour leur efficacité. L'Australie fait à cet égard également figure de modèle, son système étant le 2e le mieux noté au monde. Tous les employés y sont couverts par un régime de retraite financé obligatoirement par l'employeur. Quelles sont les forces de ce système ? 

Philippe Crevel : Le système australien repose sur plusieurs étages, c'est un système assez pur dans son mode d'organisation.

Il y a une pension de vieillesse qui a des conditions de ressources et qui est financée par l'impôt. C'est le minimum dont bénéficie chaque Australien, quelle que soit sa carrière. On est ici dans une logique britannique. Après, il y a le niveau lié à la carrière professionnelle, qui s'appelle la garantie de retraite et qui est financée par une cotisation payée par l'employeur qui est autour de 9 % et qui va atteindre un plafond de 12 % d'ici 2020. En plus de ces deux premiers étages, il y a un troisième étage qui consiste dans les systèmes facultatifs, soit payés par les employeurs, soit payés à titre individuel par les Australiens.

>>>> A lire également : Economies drastiques en vue : mais avant de couper à la hache, les dépenses publiques françaises pèchent-elles vraiment le plus là où on le croit ?

Voilà l'architecture du système qui, quand on prend les taux de remplacement, est relativement correct au niveau de l'OCDE : le montant de la pension par rapport au salaire net est de 100 % pour ceux qui sont à un revenu relativement modeste, 0.5 fois le salaire médian, et qui s'étale de 100 % jusqu'à 55 % pour les salaires équivalant à deux fois le salaire médian. En France, on est bizarrement moins généreux avec les salariés modestes, parce qu'on passera de 76 % à 55 %. In fine, le système australien est assez généreux avec les salariés modestes, et assez équivalent pour les salariés à revenu plus important comparé à celui de la France. En revanche, il a l'avantage d'être un peu plus équilibré financièrement.

C'est un système d'assistance relativement simple à trois étages : régime professionnel par capitalisation, par répartition et individuel. C'est une architecture classique d'un régime de retraite mais simple par rapport à la France puisqu'en France on a un ensemble de caisses avec la trentaine de régimes de base, une centaine de régimes complémentaires. Il y a quand même une raison à cette simplicité : l'Australie est un pays plus récent, plus neuf, à philosophie britannique. 

Quelles peuvent en être les limites, voire les dérives, potentielles ?

Les dérives d'un tel système seraient que les entreprises diminuent le montant de leurs cotisations ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. L'Australie bénéficie d'une croissance relativement forte grâce au développement de la vie. Il y a d'importantes matières premières. Le chômage est inférieur. Ils sont confrontés au même problème que nous toutefois qui est un vieillissement important de leur population, d'où le fait qu'ils aient besoin de réformer leur système de retraite. La proportion de personnes de plus de 65 ans est même supérieure à celle de la France : 23 % en Australie contre moins de 20 % en France. Cela explique le fait que l'Australie soit en train de reporter l'âge pour bénéficier du régime de la garantie de retraite (le deuxième étage) qui va donc passer de 65 ans à 67 ans d'ici 2023.

Le système français en est-il dans le principe si éloigné ? Comment expliquer qu'il soit si défaillant en comparaison ?

Le système français est un système majoritairement contributif au niveau des entreprises. Ce sont des cotisations sociales qui sont liées aux salaires qui payent la quasi-totalité du régime de retraite. En Australie, il y a un régime d'assistance. On retrouve ce régime d'assistance en France, c'est le minimum-vieillesse, mais il est payé par la CSG. On va retrouver des mécanismes d'assistance également dans le régime par répartition, qui s'appelle le minimum contributif et qui est là payé par les cotisations sociales.

Nous n'avons pas fait le nettoyage, nous n'avons pas bien réparti ce qui était du domaine de l'assistance en France et ce qui était du domaine du contributif lié au travail. En Australie, c'est plus propre, avec d'un côté la solidarité et de l'autre, ce qui relève de l'assurance vieillesse et qui est financée par les entreprises à travers une cotisation.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par michel43 - 14/02/2014 - 06:55 - Signaler un abus triste

    ET comme toujours; vous ne proposer AUCUNE; vrais solutions? 9 millions touchent moins de 850 euros; nos politiciens ; EUX qui on toujours vécu au frais du contribuable et OUI.. touchent de 5000 a 31 000 euros Chirac-Giscard; Rocard 17 000 et les autres;; donc; plafonnons le montant a 3000 euros; UNE caisse pars régions pour TOUT les FRANCAIS; militaire compris; supprimons le Sénat; sa chaine parlementaire: TOTAL 450 millions d"euros le conseil économique et Social .la CRISE est LA et pour longtemps.et un référendum? beaucoup d"en HAUT vont hurler...mais pour le moment; on PAYE les RETRAITES a coup d'emprunt?

  • Par Anguerrand - 14/02/2014 - 08:32 - Signaler un abus Solutions françaises

    Retraite par point pour TOUS y compris les fonctionnaires et régimes spéciaux. Pour un euro cotisé le même montant de retraite pour TOUS. La gestion autonome de nos caisses de retraite, qui deviendrait unique et non plus gérées par les syndicats (non élus )depuis 30 ans contrairement à la loi qui prévoit des élections. Ces dit syndicats représentants les fonctionnaires ( si peu) ne se sont pas gêné de " pomper" dans les caisses du privé pour réaliser des " adéquations" avec les régimes du publique déficitaire. Bien entendu les régimes du privé se retrouvent maintenant exsangues. Les plus anciens ont thésaurises sur l'assurance vie qui devait rester defiscalises afin de compléter les retraites, mais voilà ces milliards durement économisés sont devenus imposables ( CSG) . Et ce n'est pas fini. Pour les socialistes on prend de l'argent partout ou il en reste. Les " fourmis" paieront donc pour les " cigales"

  • Par Sesmar2 - 14/02/2014 - 09:15 - Signaler un abus Bravo Atlantico

    mais vous savez comme tous les français que les bonnes idées d"ailleurs n'intéressent pas nos gouvernants, et sur qu'ils ne les mettrons jamais en exécution chez nous car les dites bonnes idées ne viennent pas d'eux, et tous les prétextes seront bons pour nous expliquer du n"importe quoi.

  • Par Gilles - 14/02/2014 - 09:30 - Signaler un abus En Suisse auxii

    Pas besoin d'aller si loin. En Suisse il y a ce qu'ils appellent les 3 piliers. Le minimum de base (AVS), puis la Caisse de pension et enfin la retraite libre par capitalisation.

  • Par cd233 - 14/02/2014 - 09:41 - Signaler un abus le plus important est ailleurs

    L'Australie est un pays vaste, avec de grandes ressources naturelles, à l'immigration choisie et une économie dynamique. Rien à voir avec nous, donc. C'est bien entendu beaucoup plus facile de financer des retraites dans ces conditions. Le reste n'est que vues personelles et artifices de com.

  • Par la saucisse intello - 14/02/2014 - 09:52 - Signaler un abus @ Michel43.......

    20/20 !..............Avec mention ! Putain, ça fait plaisir à lire !

  • Par FATALITAS - 14/02/2014 - 10:03 - Signaler un abus Et dire qu'ils nous mettent

    Et dire qu'ils nous mettent la retraite jusqu'à 67 ans pour avoir le taux plein, il faudrait, pour une plus grande justice sociale, le plafonnement de la retraite par répartition, à hauteur de 3 000€ mensuels pour une personne seule et à 5 500€ par foyer fiscal. Une fois retraité, les nantis qui pourtant n’ont plus aucune responsabilité dans notre pays, sauf d’aller à la pêche, continuent à se goberger… ici 10 000€, là 15 000€ voire 20 000€ , de retraites mensuelles qui dit mieux et les patrons du CAC 40 des millions d’€ annuels.

  • Par Ravidelacreche - 14/02/2014 - 10:07 - Signaler un abus système australien

    Ils n'ont pas remplacé un kangourou sur deux ? quelque chose comme ça.

  • Par crisemajeure.fr - 14/02/2014 - 10:26 - Signaler un abus LA RETRAITE des salariés et la part illicite des syndicats

    En France : le gouvernement appelle obligatoirement à une nouvelle réforme défavorable aux retraités. Pourtant une solution toute simple existe : les partenaires sociaux sont d'un côté les syndicats qui représentent moins de 5 % des salariés français - de l'autre le MEDEF - CGPME - CEDIFRANCE - UPA... des organismes patronaux qui dans les faits ne sont pas reconnus par une majorité de dirigeants de petites entreprises, TPE et PME, car seuls 7 à 8 % des patrons adhèrent à une organisation patronale. En France, ces structures non légitimées touchent 4 milliards € par an de subventions publiques. En 2010, lorsque le gouvernement SARKOZY a prélevé 6 milliards € dans les caisses de l'ARGIC et de l'ARCO pour les transférer dans les caisses de l'IRCANTEC, dont la provision en 2013 n'est toujours pas assurée, les partenaires sociaux ont laissé faire ! Pour solutionner cet immense problème, il suffirait de retirer la gestion des caisses de retraite complémentaire à ces organisations non légitimes. L'économie réalisée serait de 4 milliards € par an, soit 16 milliards € d'ici 2017.

  • Par crisemajeure.fr - 14/02/2014 - 10:28 - Signaler un abus LA RETRAITE des salariés et la part illicite des syndicats - Fin

    De quoi régler le déficit actuel et le gouffre à venir des caisses complémentaires, de surcroît revaloriser les pensions de retraite. Contrairement à la France, qui a rehaussé le barème de l'impôt pour rendre imposables 1,5 millions de petits retraités et du même coup augmenter leurs cotisations sociales à 8,40 %, la Suède assure un régime de retraite équitable pour tous,indexé sur l'inflation. http://www.ifrap.org/Reforme-des-retraites-la-Suede-en-vedette,887.html Tandis qu'aux Etats-Unis, 23 % des retraités se retrouvent maintenant dans un état de grande pauvreté, contre 7 à 8 % en Europe. Pour plus d'informations sur les mesures tordues prises par l'actuel gouvernement sur les retraites, voir le site sauvegarde retraites. Les fonds de retraite ont de plus en plus de mal à payer aux nouveaux retraités - le monde http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/11/08/serieux-retards-dans-le-paiement-des-pensions-aux-nouveaux-retraites_3510464_823448.html

  • Par legaulois55 - 14/02/2014 - 11:16 - Signaler un abus que dir de plus que cd233

    l'AUSTRALIE n'a pas les régimes spéciaux très ruineux par rapport au privé ni tous les statuts de notre fonction publique et territoriale pléthorique qui plombent les budgets nous sommes un pays qui est resté sous les statuts de 1946 qui se justifiés dans le contexte de l'époque sans aucune évolution d'adaptation à la crise actuelle

  • Par jemima - 14/02/2014 - 11:29 - Signaler un abus l'Australie ? ... à des années lumière du modèle français ...

    les Australiens sont dans leur majorité propriétaires de leur résidence principale ... (toutes classes confondues : 55% des bas salaires sont propriétaires) ... cela fait toute la différence ! en France et en quelques décennies ni l'épargne, ni l'accès à la propriété deviennent possibles pour le plus grand nombre ... . autant dire que le modèle des retraites australien ne pourrait à lui seul régler le problème ... non, la solution est ailleurs mais personne n'aura le courage politique de l'appliquer ...

  • Par walküre - 14/02/2014 - 13:26 - Signaler un abus Pas possible chez nous

    puisque la mentalité socialiste prône l'égalité, même pour les fainéants et les parasites. En France il vaut mieux ne rien foutre du tout et se faire entretenir. Car si tu gagnes ta pitance par ton travail, les fisc va te tomber dessus. Mais tu as une solution entre les deux : bosser dans une association pseudo-humanitaro-anti-racisto-sociale qui ne représente que dalle mais qui encaisse moultes subventions d'état. Tu pourras grimper dans la hiérarchie et te faire offrir bagnole de fonction, appartement itou, et salaire de PDG.

  • Par GREGOIRE.goumy - 14/02/2014 - 14:36 - Signaler un abus RETABLIR L EGALITE

    Chantier facile techniquement mais politiquement infaisable. Rétablir l'égalité entre public et privé. Voir Ana Hidalgo, un symbole en ce domaine qui prend sa retraite à 52 ans car elle a eu 3 enfants qui touche 75% de son salaire en retraite sans oublier son indemnité d'adjointe au Maire. Prenez la même dans le privé ! Elle aurait encore 10 ans à travailler pour toucher au mieux 65% de son salaire. Voir le reportage tourné dans son appartement. Vous verrez c'est une femme avec de très gros moyens qui ne peut comprendre les problèmes des parisiens notamment en matière de logement. Il ne faut pas oublier qu'elle a continué à toucher son salaire d'inspecteur du travail alors qu'elle ne travaillait plus effectivement. Seul un fonctionnaire peut faire de la politique et avoir toujours son salaire. Une autre très très grosse injustice et qui est une entrave à la démocratie. Les fonctionnaires sont juges et parties. Soit ils démissionnent soit ils renoncent à faire de la politique.

  • Par FATALITAS - 14/02/2014 - 16:07 - Signaler un abus La droite a eu 3 mandats de

    La droite a eu 3 mandats de suite pour rétablir l'égalité elle ne l'a pas fait, mieux pendant le réforme des retraites elle n'a fait que taper sur le privé comme à chaque réforme des retraites jamais ils n'ont revu les régimes spéciaux alors l'équité, après ils peuvent venir se faire reluire avec leur liberté égalité fraternité que du baratin comme d'habitude.

  • Par FATALITAS - 14/02/2014 - 16:13 - Signaler un abus Il faudrait remettre de

    Il faudrait remettre de l'équité dans les régimes, car il y a bien un manque d'équité flagrant au dépend du privé, c'était bien la peine que la gauche fasse un tel souk pendant la réforme des retraites de Sarkosy pour en repasser une couche un an après. Quand vous voyez les régimes spéciaux qui partent à 51 pour certains, et bien tant mieux si des gens du privé ayant un métier pénible (BTP, COUVREUR, ROUTIER ETC ...) peuvent partir à 59 ans, ils devraient même partir à 55 ans puisque certains partent à 55 en étant pas les plus fatigués. Les acquis sociaux vont au pouvoir de nuisance, c'est à dire la gréve, les dockers ont même obtenu la retraite à 55 ans en pleine réforme des retraites de Sarkozy après des semaines de gréve, c'est pour ça que droite comme gauche n'ont jamais touché aux régimes spéciaux, les élus d'ailleurs en bénéficient. Il est plus simple et moins risqué de taper sur le privé qui ne bronche pas.

  • Par FATALITAS - 14/02/2014 - 16:14 - Signaler un abus Qu'elle entreprise voudra

    Qu'elle entreprise voudra embaucher les gens passé 60 ans, quand on sait qu'il y a un maximum de licenciement avant 60 ans, et avec 43 ans de cotisation il faudra pour de plus en plus de gens travailler au delà de 60 ans, jusqu'à 67 ans pour le taux plein. Et bien comme ça il y aura de plus en plus de gens du privé avec des retraites de misère.

  • Par prochain - 14/02/2014 - 18:27 - Signaler un abus Rien ne sert de comparer

    Australie est un pays libéral. Nos socialistes veulent défendre leur "modèle" en faillite et prolonger son agonie.

  • Par ignace - 14/02/2014 - 19:01 - Signaler un abus de qui devrait s'inspirer la france

    le regime des retraites aux australiens les impots aux americains le traitement du chomage aux pays scandinaves les salaires aux chinois la protection sociale aux anglais les fonctionnaires au luxembourg les prostitués au danemark ............................ les cons....... partout

  • Par zelectron - 14/02/2014 - 20:23 - Signaler un abus faire le ménage dans la gestion de la SeCu !

    les employés et cadres de la sécurité sociale en France sont bien plus nombreux par ayant-droits que dans les 3 pays cités et "jouissent" d'avantages et d'émoluments (dont les vacances, primes cachées et retraites avantageuses) La morale? ils se traitent bien mieux eux-mêmes que les gens qu'ils sont censés servir !

  • Par Baskerville - 14/02/2014 - 22:10 - Signaler un abus Foutaises

    Cet article est une plaisanterie. Supprimez tous les régimes spéciaux, à commencer par les cheminots, et il n'y a plus de déficit. D'autre part, l'État refuse d'instaurer les fonds de "pension" (c'est-à-dire retraite, en français) pour le privé, mais il l'a fait depuis longtemps pour ses fonctionnaires, avec Préfon, dont les cotisations sont déductibles des impôts ! On marche sur la tête. Le problème des retraites en France n'est pas une question de chiffres, c'est une question de courage.

  • Par gladio - 15/02/2014 - 06:05 - Signaler un abus Les vieux riches devront payer pour les vieux pauvres

    et ils n'y verront pas tant d'inconvénients si on leur prouve que les vieux pauvres ont travaillé, et ne sont pas arrivés du Maghreb avant hier, pour repartir au bled avec une pension versée par la France

  • Par vangog - 15/02/2014 - 09:15 - Signaler un abus Il faut faire des efforts pour mériter le Libéralisme

    de l'Australie. Les gauchistes et ultra-gauchistes ont tout verrouillé dans les administrations, les collectivités (800000 fonctionnaires en plus depuis les années Mitterrand...), les syndicats ( Aubin le fasciste CGT hurle à la mort des qu'on parle de toucher aux privilèges...), les Médias (ouvrez votre TV et vous ne verrez plus que les ecolo-Trotskyste genre Hautin qui font leur propagande électorale jusqu'à Juin 2013...) et les syndicats ( qui ont obtenu tout le bénéfice des class-actions à la française, c'est à dire à la mode Marxiste...). Rien ne bougera tant que cette police médiatique et politique restera en place, excitant la Noblesse étatique à conserver ses privilèges et les crédules à croire aux fantasmes gauchistes! Et leur pouvoir s'est singulièrement renforcé depuis Flamby...comme s'ils craignaient la colère du peuple de France!

  • Par vspatrick - 15/02/2014 - 11:20 - Signaler un abus Nos politiques sont bien .....

    trop occupés à protéger leur statut et celui de leurs collègues fonctionnaire pour vouloir changer la moindre chose dans notre système . Les français n'ont ce qu'ils méritent après 1/2 siècle de sabotage des mentalités orchestrés par la gauche "bien pensante" au travers de l'education nationale.

  • Par Anguerrand - 15/02/2014 - 14:16 - Signaler un abus Système français le plus inégalitaire

    Comment justifier l'inégalité des retraites du public ,des régimes spéciaux et ceux du privé? À la SNCF les conducteurs usés à 50 ans ,malgré leur belle retraite reprennent leur travail sous les couleurs de la DB allemande ou pour Vivendi et gardent tous les avantages SNCF . Seul le système par point est juste pour un point cotisé le même montant de retraite,à condition que le public cotise également et non le contribuable comme actuellement.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€