Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand l’Obs s’inquiète d’une intervention de Poutine contre Emmanuel Macron : inquiétude sérieuse, ou pulsion de complotisme à gauche ?

Entre intérêts non déguisés du Kremlin pour certaines candidatures et réalisme politique de Vladimir Poutine, il est aisé d'imaginer une intrusion russe dans la campagne présidentielle française. Mais parce qu'il est réaliste, le soutien de Vladimir Poutine n'ira jamais aussi loin que d'autres soutiens plus visibles du monde économique français qui se pressent derrière Emmanuel Macron.

L'oeil de Moscou

Publié le
Quand l’Obs s’inquiète d’une intervention de Poutine contre Emmanuel Macron : inquiétude sérieuse, ou pulsion de complotisme à gauche ?

Dans un article publié par l'Obs, l'hebdomadaire indique "Le Kremlin va-t-il laisser perdre Le Pen sans intervenir ? Sûrement pas". En laissant croire que Vladimir Poutine chercherait à favoriser Marine Le Pen au détriment d'Emmanuel Macron, une telle vision ne tombe-t-elle pas dans une forme de piège complotiste ? Comment expliquer cette facilité à faire un tel lien ?

Laurent Leylekian : Pas nécessairement. Cette vision des choses est attestée par des faits et notamment par des prises de positions du Kremlin qui a réellement exprimé directement ou indirectement sa préférence pour certains candidats à la présidentielle française dont, évidemment, Marine Le Pen. Ce qui est problématique en revanche, c’est la paresse intellectuelle qui accompagne souvent ce genre de commentaires. Il est d’une part proprement ridicule de vouloir tout expliquer par, ou tout réduire à, la préférence de la Russie pour tel ou tel candidat.

Evidemment, il y a des dynamiques nationales sur lesquelles le Kremlin n’a aucune prise. 

D’autre part et surtout, il est préoccupant que beaucoup de médias rapportent ce fait sans chercher à lui donner une explication mais uniquement à des fins de diabolisation mutuelle entre Le Pen et Poutine. Les systèmes dominants sont ainsi faits qu’ils ne portent sur eux-mêmes aucun regard critique. Le système de valeurs que proposent la Russie ou le Front national – dans le cadre de l’actuelle doctrine Philippot – fondé sur la souveraineté, l’identité ou la préférence nationale n’est certainement pas exempt de travers. Mais l’aberration écologique et "l’horreur économique" - pour reprendre le titre d’un ouvrage – toutes deux induites par la circulation débridée des hommes, des marchandises et des capitaux ne le sont certainement pas non plus. Voir Poutine derrière Le Pen est moins préoccupant que de ne pas voir les grands intérêts capitalistiques derrière Macron.

Cet aveuglement procède d’un immense et long travail de fascination face auquel les réseaux d’influence de Poutine sont des jouets d’enfants. Quand on lit le programme lepéniste de 2017, on pourrait croire qu’il est issu d’une vision dirigiste et souverainiste de la société telle qu’elle était conçue par les gaullistes ou les communistes de l’après-guerre. Mais beaucoup l’ont oublié et semblent considérer qu’une telle vision, qui a pourtant prévalu jusque dans les années 1980, relève de l’utopie.

Emmanuel Macron incarnerait-il réellement une opposition à Vladimir Poutine ? N'y a-t-il pas une forme d'excès dans ces propos quant aux intentions réelles du Kremlin ? 

C’est effectivement très exagéré. Encore une fois, on ne peut nier qu’une vision de la société plus conservatrice – façon Fillon – ou plus dirigiste – façon Le Pen ou Mélenchon – soit plus en phase avec la conception actuellement dominante en Russie. De ce point de vue, Vladimir Poutine préférerait certains ce type de leaders avec lequel il pourrait plus facilement s’entendre. De là à dire qu’Emmanuel Macron pourrait incarner une forme d’opposition, il me semble que c’est excessif pour deux raisons. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 25/04/2017 - 08:34 - Signaler un abus Bouuuuh Poutine le chasseur de

    Sociaux-libéraux. Il sort de son cercueil le Vlad Anti progressssssistes! (On a vu le scalp de Clinton à sa ceinture).

  • Par cloette - 25/04/2017 - 09:14 - Signaler un abus Matraquage habiruel

    De la pourriture qui s'installe avec la haute finance internationale les médias infeodès et la gauche bobo caviar . Quelle tristesse ! Il faudrait un sursaut , mais l'abrutissement est tel apres ces cinq années de plomb qu'on vient de vivre ....

  • Par A M A - 25/04/2017 - 09:49 - Signaler un abus Bruxelles, sauve qui peut,

    Bruxelles, sauve qui peut, Frexit en vue, vive Macron.

  • Par Gordion - 25/04/2017 - 10:36 - Signaler un abus Parfaitement observé...

    ...et dans la ligne d'analyses de Husson, Galacteros entre autres. Macron ne sera que le caniche de l'oligarchie financière qui le soutient, le fidèle toutou de Merkel, le supplétif de l'OTAN et de la "communauté internationale" (entendez Washington). Quant à l'Obs et son emblématique représentant qu'est Joffrin - Young Leader de l'AFA - non content d'être le politiquement correct et financé par le contribuable, il a l'outrecuidance d'agiter le chiffon rouge d ela menace Poutine, dans la droite ligne de la rhétorique de l'OTAN. Plus hypocrite, c'est difficile.

  • Par habert - 25/04/2017 - 18:02 - Signaler un abus l'obs

    L'Obs ? C'est quoi ? L'obsession ? l'obsédé ? l'obscurantisme ? l'obscurité ? ...

  • Par tapio - 25/04/2017 - 20:08 - Signaler un abus Mais alors, qu'attend le président macron ...

    pour déclarer la guerre à la Russie ? Quoi? il n'a pas encore été élu ? Et alors ? Pourquoi perdre son temps en formalités administratives alors que le danger est à nos portes ? Bon, Brejnev, ça passait encore, mais Poutine, NON !!!! De plus, en supprimant Poutine dès à présent, macron s'éviterait du même coup ce douloureux supplice qui se profile à l'horizon : chier dans son froc devant les caméras en titubant à la sortie du bureau de Poutine lors de leur première rencontre à venir, comme son prédécesseur sarko.

  • Par bd - 27/05/2017 - 19:10 - Signaler un abus Les fauteurs de guerre sont ici!

    Désolé d'en décevoir ici mais Macron est une personne parfaitement pacifique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Leylekian

Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€