Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Progressisme contre nationalisme : en Finlande, Emmanuel Macron tente d’effacer le conservatisme du débat public

En déplacement en Finlande, le chef de l'Etat a opposé "deux visions européennes", les nationalistes contre les progressistes.

Europe

Publié le
Progressisme contre nationalisme : en Finlande, Emmanuel Macron tente d’effacer le conservatisme du débat public

Le 30 août, durant son voyage en Finlande, Emmanuel Macron a déclaré :

Immigration, économie... deux visions européennes s'opposent : une vision nationaliste et une vision progressiste. Certains veulent fracturer l'Europe et sa solidarité.

Ceux qui disent : « Mettons dehors tous les étrangers, fermons toutes les portes » mentent. Notre exigence à nous, Européens progressistes, est d'entendre les peurs et de les calmer en apportant une réponse humaine et efficace.

Ici, Emmanuel Macron oppose le progressisme, qu’il revendique, au nationalisme. Or, le contraire du progressisme n’est pas le nationalisme, mais le conservatisme.

Le progressisme est une doctrine considérant que la société doit être profondément transformée, par la loi ou par la force, afin de garantir le progrès social.

Au cours de l’Histoire, cette notion a été invoquée aussi bien par les défenseurs des Lumières, que par les pires obscurantistes communistes.

Lors de la grande opération de porte à porte qui accompagnait le lancement d’« En Marche », la notion de progressisme a été accueillie favorablement par les français sondés, ce qui explique sa reprise par le candidat Macron dans son programme.

Le nationalisme, pour sa part, est une doctrine dans laquelle le sentiment national est exalté. Il peut aussi s’entendre comme une doctrine qui revendique le droit, pour une nation, de posséder un Etat propre. Aucune de ces deux définitions n’a de rapport avec le progressisme, et opposer les deux notions est inepte.

Dans le contexte des déclarations finlandaises du président, sur l’immigration et le protectionnisme, parler de nationalisme a du sens. En revanche, parler de progressisme n’en a aucun. Il s’agit d’un vieil artifice politique consistant à remplacer « gentil » ou « camp du bien » par l’adjectif que le parti s’est accolé : en l’occurrence « progressiste ». Il est vrai que remplacer « progressiste » par « gentil » dans les tweets ci-dessus aurait un côté ringard. Mais le fond serait exactement le même.

Ainsi, Emmanuel Macron cherche à vendre son prétendu progressisme en opposant cette notion connotée positivement à celle du nationalisme, connotée négativement, car associée à l’extrême-droite. Il met ici des mots gracieux sur une rengaine bien connue : « Soit vous êtes avec moi, soit vous êtes fasciste ».

Rien de bien neuf dans le nouveau monde donc, à un souci près : en opposant progressisme et nationalisme dans une sémantique politicienne douteuse, Emmanuel Macron efface du débat l’opposé du progressisme : le conservatisme.

Celui-ci peut être défini comme une doctrine considérant que les valeurs, les traditions et les ordres préétablis sont source de sagesse, et qu’ils ne peuvent être modifiés que par les évolutions naturelles de la société, sans intervention de l’état ou d’une force quelconque.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par raslacoiffe - 01/09/2018 - 15:20 - Signaler un abus Bonne analyse.

    Dommage on ne connait pas l'auteur. Oui le conservatisme n'est pas le nationalisme. D'autant que le nationalisme est souvent accolé au socialisme. Et le conservatisme à la droite. La stigmatisation de Macron pour se décréter dans le camp du bien est insupportable.

  • Par zen-gzr-28 - 01/09/2018 - 15:58 - Signaler un abus Très bon article

    Je crois que bon nombre de personnes est convaincu des non sens ou des contresens des propos de Jupiter. Ce dernier ne pense surtout pas que les riens gaulois peuvent se lasser de ses discours nourris de " en même temps", pas très clairs mais très énarquiens !

  • Par vangog - 01/09/2018 - 17:29 - Signaler un abus Que Macron aille se présenter à la Présidence de la Finlande...

    ou du Danemark, s’il déteste à ce point la Nation française! Le terme « nationaliste » est aussi erroné que le terme « progressiste »...Macron est un socialiste défroqué, qui en a conservé les mauvaises habitudes de dépense publique, de chômage de masse, et des connivence avec les capitallistes. Avec ses réformettes avortées, et son immigration de remplacement , Macrouille fait bien partie du camp conservateur international-socialiste. Et ses adversaires font partie du camp des patriotes nationaux...aucune idéologie là-dedans! encore perdu, Macrouille...

  • Par gerint - 01/09/2018 - 19:48 - Signaler un abus Ce qui est sûr pour moi

    C’est qu’il faut effacer Macron du débat public en le renvoyant le plus vite possible dans ses foyers

  • Par Anouman - 01/09/2018 - 21:54 - Signaler un abus Vision

    Il y a en effet deux visions de l'Europe mais ce ne sont pas celles décrites. Il y a la vision de ceux qui croient que plus on crée des strates administratives, politiques et juridiques et plus on est heureux (ce sont les progressistes qui progressent vers moins de libertés, plus de contraintes , de taxes, de frustrations) et les autres qui trouvent qu'on les prend pour des cons depuis Maastricht. Ils ne sont d'ailleurs pas forcément très nationalistes, ni même conservateurs, ils sont juste un peu lucides.

  • Par TADD - 02/09/2018 - 10:30 - Signaler un abus Progressisme et populisme?

    Le populisme existe parce que le progressisme existe .C'est le progressiste qui a inventé le populiste . Le populisme est son contraire . Un système ne peut exister que s'il a un ennemi , sinon il meurt.

  • Par ajm - 02/09/2018 - 10:45 - Signaler un abus La Finlande le contre- exemple.

    La Finlande justement est un petit pays très moderne sur tous les plans, economie, commerce, niveau culturel et importance des sciences appliquées ( pays de Nokia ) mais aussi très homogène ethniquement ( très peu d'immigrés ) , avec une langue très particulière , très attaché à son passé et â ses traditions . Il illustre très bien le contraire du simplisme conceptuel manipulateur Macronienn

  • Par TADD - 02/09/2018 - 10:51 - Signaler un abus La méthode des progressistes : l'insulte

    D'abord , il faut être de gauche , elle a une force que les autres non pas ( et ça je le reconnais très volontiers ) , c'est qu'elle s'appuie sur des mots à connotations positives ( dans le progressisme , il y a le mot progrés ) , c'est important parce qu'il n'est plus nécessaire d'argumenter. Si vous n'êtes pas progressiste , alors vous êtes contre le progrès donc un salaud qu'il faut combattre à tout prix , il n'est plus nécessaire d'argumenter, l'insulte est suffisante . Vous êtes xénophobe pétainiste, lépeniste , homophobe, néo-nazi, extréme-droite ...etc..... Tous ces mots ils ( les progressistes ) les résument en un seul .vous êtes un populiste .

  • Par TADD - 02/09/2018 - 11:08 - Signaler un abus C'est quoi un progressiste ?

    Un progressiste est quelqu'un qui veut transformer la société en donnant des droits , beaucoup de droits sans jamais demander en retour des devoirs .C'est pour moi la définition même du laxisme . Au bout d'un certain temps tout part à volo . Un ex, tous les hommes ont le droit de circuler partout et de s'installer partout ( au nom des droits de l'homme ) . Résultat les banlieues deviennent des ghettos .Ce sont des gens qui voient pas plus loin que le bout de leur nez.

  • Par TADD - 02/09/2018 - 11:27 - Signaler un abus Que veut un progressiste

    Ouvrir les frontières toute grande . Combattre et si possible éradiquer beaucoup de nos coutumes et traditions , de ce fait la religion( chrétienne en priorité ) est la plus visée , elle est un ennemi qu'il faut combattre à tout prix . Par contre , et là , je ne comprends pas toujours, leur indulgence que certain éprouve envers la religion musulmane . On pourrait aussi parler de la repentance , qui pour eux, est un progrès , l'homme blanc est un méchant , l'homme noir est un gentil ....etc... Vous pouvez en rajouter si vous voulez .

  • Par TADD - 02/09/2018 - 11:29 - Signaler un abus Conclusion

    Une bande de fachos qui se disent démocrate

  • Par Septentrionale - 02/09/2018 - 11:41 - Signaler un abus Le progressisme ou les nouvelles tromperies du socialisme en vue

    Après la religion de l'international socialisme avec les cocos, après la religion du national socialisme des nazis voici venue la nouvelle religion liberticide du socialisme à savoir le mondialisme. Notre théâtreux national, un pion collabo socialop sardonique, est prié de nommer "progressisme" ce néo coupe-gorge sans frontière.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€