Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi vous ne devriez jamais publier de photos de vos jeunes enfants sur Facebook

Le réflexe pourtant anodin et innocent de publier des photos de ses enfants sur Internet peut avoir des conséquences insoupçonnées sur leur avenir et leur anonymat. Le manque de connaissances sur les systèmes de tag, de reconnaissance faciale et de collecte de données crée des failles non négligeables pour leur sécurité.

Cheese !

Publié le - Mis à jour le 26 Juillet 2016
Pourquoi vous ne devriez jamais publier de photos de vos jeunes enfants sur Facebook

Atlantico : Poster une photo de son enfant sur Facebook peut-il lui porter préjudice ? Si oui, quand ? Et pourquoi ?

David Fayon : Publier une photo de ses enfants sur Facebook - qui est de loin le leader des réseaux sociaux dans le monde - est un acte compréhensible mais qui fait surtout plaisir sur le moment aux parents. Les parents façonnent l’identité numérique de leurs enfants à l’insu de leur plein gré alors même que le droit à l’oubli n’existe pas sur Internet. Plus tard, certaines traces numériques (photos ou vidéos postées avec les commentaires et tags associés) peuvent être utilisées contre eux surtout si les paramétrages de confidentialités sont mal utilisés.

Et même en postant une photo accessible aux seuls amis, celle-ci peut ensuite être partagée plus largement. En outre les personnes qui vont réagir à la photo permettent de révéler l’écosystème relationnel de la personne. Il est facile d’établir des corrélations entre les personnes. Et en fonction du profil des personnes réagissant de déterminer quel est le profil potentiel de l’enfant sur la photo. Pour les préjudices, on pense avant tout à l’attitude d’un recruteur mais ce peut être aussi des amis potentiels de l’enfant qui le jugeront avec un autre regard. Déjà on google une personne avant de la rencontrer ce qui induit un prisme dans la première rencontre. Le préjudice peut intervenir à des périodes charnières de la vie : adolescence où l’individu se construit et est sensible au regard des autres, entrée dans la vie active, rencontre amoureuse, etc.

Comment fonctionne le système de tag ? Quelle est sa fonction ? Pourquoi l'utilise-t-on ?

Il s’agit d’un système mis en place par Facebook qui permet à un utilisateur de Facebook d’indiquer qu’une personne figure sur une photo. En quelque sorte, un traitement manuel du facebooknaute lui-même vient en complément de l’algorithme mis en place par Facebook pour collecter des données personnelles (en l’occurrence les photos des visages des personnes) de nature à faire grandir la base d’information relative à une personne. Facebook peut avec l’expérience lui-même déterminer les personnes reconnues sur les photos, ce qui est parfois bluffant. Facebook peut ensuite, en fonction des références à d’autres posts, déterminer le cercle probable de personnes autour de celle qui a été taguée. Ceci lui permet de faire des suggestions (par exemple amis que l’on pourrait connaître, voire produits ou services que l’on est susceptible d’aimer car les goûts de ses amis sont souvent plus proches des siens que ceux d’inconnus) avec des taux de retour plus pertinents.

L’objectif de Facebook est d’exploiter le big data constitué par les photos et leurs tags pour sans cesse améliorer les résultats pour les marques partenaires et qui paient ses services. Par ailleurs, les algorithmes qui permettent de reconnaître les visages et les techniques de bio-identification ne sont qu’à leur début. Demain, à partir d’une simple photo, il sera, avec des outils idoines, possible de dresser le portrait robot d’une personne en allant fouiller sur l’ensemble de la webosphère (pas seulement sur Facebook mais sur l’ensemble des réseaux sociaux et des sites) pour collecter les numéros de téléphone, les adresses mails et d’autres détails personnels associés. Ceci peut présenter des opportunités réelles pour mieux connaître rapidement une personne, mais présente des risques. Des garde-fous et une éthique sont à construire pour éviter que le numérique ne soit un facteur d’exclusion ou un moyen d’ostraciser les internautes. Alors que les États-Unis sont dans le mécanisme d’opt-out (utilisation a priori des données personnelles sans autorisation préalable), l’Europe préfère l’opt-in qui constitue un principe de précaution quant à l’exploitation des données personnelles. Mais force est de constater que les outils majoritairement utilisés en Europe sont Américains et que nous sommes GAFA-dépendant (Ndlr : GAFA  = Google, Apple, Facebook, Amazon) et qu’en contrepartie de la gratuité d’utilisation d’un service, nous fournissons et souvent avec beaucoup de zèle des données personnelles que ces outils utilisent à la fois avec un traitement automatique et un traitement humain qui le perfectionne comme celui des tags.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

David Fayon

David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. Il est l'auteur de Web 2.0 et au-delà (Economica, 2è éd., 2010), Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le monde ? (Economica, 2013). et Facebook, Twitter et les autres... (avec Christine Balagué, Pearson, 3e éd, 2016) ainsi que de Transformation digitale (avec Michaël Tartar, Pearson, 2014). Observateur et acteur de la société numérique, ses recherches portent sur la transformation digitale des banques.

Il anime enfin le site davidfayon.fr, sur l'actualité du Web et du numérique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€