Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le malaise d’Hillary Clinton est bien plus qu’une question de santé

Pour les Américains, derrière la question - préoccupante - de la santé d’Hillary Clinton, il y a celle plus inquiétante de son obsession maladive pour la dissimulation et le mensonge.

Trans-amérique Express

Publié le
Pourquoi le malaise d’Hillary Clinton est bien plus qu’une question de santé

Hillary Clinton est en "parfaite santé". Son médecin, le Dr Lisa Bardack, l’assure. Elle la suit régulièrement, et après l’avoir examinée cette semaine, elle l’a trouvée en "condition physique normale" malgré une "légère pneumonie bactérienne non transmissible." Sa "santé mentale" est "excellente" et elle est "apte à occuper la fonction présidentielle".

En publiant ce communiqué rassurant l’état-major de campagne, la candidate présidentielle démocrate a voulu mettre un terme à l’affaire du "malaise" qui perturbe sa campagne depuis dimanche. Mais cette affaire dépasse le simple cadre médical. Certes, voir Hillary Clinton s’évanouir et s’effondrer a surpris et préoccupé nombre d’électeurs, mais ce qui les a encore plus inquiété a été la façon dont son entourage a traité l’affaire. A savoir qu’ils ont voulu dissimuler et même nier les faits jusqu'à ce que ceux-ci leur explosent au visage.

Ce n’est pas tant le malaise qui pose problème, c’est le mensonge qui l’accompagne. La vraie question n’est pas celle de la santé d’Hillary, mais de la confiance dont elle est digne.

Pour comprendre toute la portée de ce qui s’est passé, il faut reprendre par le détail le fil des événements. Cela se passe dimanche 11 septembre à New York, lors de la commémoration des attentats de 2001. Il est 9h30 et Hillary s’éclipse avant la fin de la cérémonie. Sans explication. Les médias s’interrogent aussitôt en direct sur les raisons de ce départ. La question de la santé de la candidate est évidemment évoquée.

Depuis plusieurs semaines cette question encombre la campagne comme un éléphant au milieu de la route. Incontournable et pourtant ignorée. Elle a été soulevée pour la première fois par Donald Trump et les Républicains à l’issue de la convention démocrate, dont Hillary Clinton était sortie particulièrement épuisée. A presque 69 ans, Hillary n’aurait plus l’énergie nécessaire à la fonction présidentielle, disent ses adversaires… Mais le sujet reste tabou. Les journalistes, faisant preuve d’une bienveillante complicité avec la candidate démocrate, hésitent à aborder la question de front. Pour ne pas être taxé de "sexisme" en attaquant une femme, sur ses capacités de résistance physique ; pour ne pas non plus se sentir instrumentalisé en jouant le jeu du candidat républicain ; et enfin par respect d’un code déontologique non écrit qui veut qu’on n’importune pas le candidat sur une question personnelle tant que celle-ci n’est pas urgente. Ainsi, Hillary Clinton est régulièrement prise de quinte de toux – certaines pouvant durer plusieurs minutes - lors de ses réunions publiques mais celles-ci ne sont jamais montrées. Après tout avoir un chat dans la gorge n’est pas une maladie et cela n’empêche pas de gouverner. Certes Hillary a connu des alertes par le passé - un accident cardio-vasculaire en janvier 2013 - mais elle ne souffre d’aucune maladie susceptible de remettre sa candidature en question et dès lors il serait indécent d’insister sur le sujet…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 16/09/2016 - 09:24 - Signaler un abus « Lunettes de soleil sur le nez »

    Mais vous oubliez de préciser que ses lunettes sont spécialement conçues par l’entreprise Zeiss pour protéger son épilepsie photosensible.

  • Par Texas - 16/09/2016 - 10:07 - Signaler un abus Et qu'un...

    ....syndrome épileptique pourrait conduire à tant d' autres spéculations .

  • Par adroitetoutemaintenant - 16/09/2016 - 17:28 - Signaler un abus L'épilepsie la rapproche d'un célèbre salaud

    Comme le pseudo-prophète de la secte. C’est peut-être pour cela qu’elle a comme conseillère la fille d’une éditrice Saoudienne qui le lendemain de l’attentat des tours publiait un article comme quoi c’était un coup des américains. La fille est aussi éditrice assistante de son ordure de mère ! Il n’y a pas que Hollande qui vend son pays !!!

  • Par cloette - 17/09/2016 - 10:23 - Signaler un abus Elle est grillèe

    Ce sera donc Trump , un sacré changement !

  • Par A M A - 17/09/2016 - 16:44 - Signaler un abus De malades mentaux à la

    De malades mentaux à la Maison Blanche ne sont pas des garanties de paix et d'équilibre pour le monde. F.D.Roosevelt en fut un célèbre. Il laissa la terre s'enflammer et se détruire pour n'intervenir que lorsque seule l'intervention de la force américaine puisse éteindre le conflit et assurer son hégémonie mondiale.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€