Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi Google s'intéresse tant à l'allongement de la vie

Larry Page, le PDG de Google, a annoncé l'arrivée d'une nouvelle entreprise du géant : Calico. Son but est de se pencher à long terme sur des questions de santé, notamment celles de l'allongement de la vie.

Eternel moteur de recherche

Publié le - Mis à jour le 1 Octobre 2013
Pourquoi Google s'intéresse tant à l'allongement de la vie

Calico, la nouvelle entreprise lancée par Google souhaite faire des recherches pour allonger la vie des hommes Crédit Robert Scoble

Atlantico : Le géant du web Google a annoncé le lancement d'une nouvelle société : Calico. Cette entreprise sera en charge de s'attaquer au défi "de l'âge et des maladies associées". Pourquoi Google et son dirigeant Larry Page, s'intéressent-ils à cette question de l'allongement de vie ? Dans quel but et depuis combien de temps ?

Daniel Ichbiah : Larry Page par nature, est friand de défis insensés. En 1996, alors qu’il avait mis les pieds à l’université de Stanford et que le Web devenait le fait du jour, il a eu cette idée qui pouvait alors paraître folle de répertorier une copie entière du Web sur des ordinateurs. Il voulait faire cela en vue de créer un moteur de recherche, bien évidemment, mais c’était alors un challenge incroyable que Google poursuit encore aujourd’hui. Et il y est parvenu. En parallèle, un autre étudiant, Sergey Brin – qui allait devenir le co-fondateur de Google – s’est associé à Larry Page.

La spécialité de Brin, c’était le "data mining". En gros, faire ressortir une tendance de l’analyse de millions de données. La combinaison des talents de Page et de Brin a donné le moteur de recherches Google.

Pourtant, très vite, Page s’est donné d’autres défis de même envergure. Numériser toute la littérature mondiale, par exemple, ce qui a initialement fait bondir les éditeurs de livres. Il n’empêche que cela impliquait de faire venir des millions de livres jusque dans des locaux spécialement affectés par Google pour les numériser. Ce sont des projets d’une ampleur pharaonique et Page aime cela.

Il en résulte toutefois que Page et Brin ont une sorte de foi dans le brassage d’immenses volumes de données. Or, dès lors que l’on parle de l’ADN, il y a de quoi être servi. Séquencer le génome humain, c’est quelque chose qui paraissait presque utopique il y a encore 20 ans – c’est un code qui correspond à 3 ou 4 Go d’informations. Il a fallu attendre le début des années 2000 pour que la société Celera annonce qu’elle avait réussi à coder le génome d’une personne. Depuis 2005, de nouvelles technologies sont arrivées comme celle de la société Roche Diagnostics qui permet d’obtenir le séquençage de l’ADN en quelques mois seulement. Plus récemment, d’autres sociétés comme Illumina et Life Technologies ont annoncé pouvoir produire ce codage en moins d’une semaine.

Du coup, aux USA, un nouveau marché a progressivement émergé : disposer de son génome sur soi, pourquoi pas dans son iPhone par exemple. Il y a des sociétés qui vous proposent cela, et le tarif, qui se situait d’abord aux alentours de 20 000 dollars, est peu à peu en train de chuter vers le millier d’euro.

Google étant spécialiste du "data mining", il va de soi que ce type de défi puisse intéresser Larry Page : stocker le génome de millions d’individus, et pourquoi pas – je suis sûr que cela lui plairait beaucoup – de la planète entière. Et à partir de là, faire ressortir certaines tendances qui permettraient d’enrayer certaines maladies.

Bien évidemment, il y aurait un autre facteur à prendre en compte, qui est davantage personnel. En 2006, Sergey Brin a eu connaissance qu’il était porteur de l’un des gènes qui peut provoquer la maladie de Parkinson – à long terme. Par la suite, il a lui-même donné 50 millions de dollars à la recherche contre cette maladie. Il est possible que Brin se dise qu’en stockant et analysant l’ADN de millions de personnes, la recherche sur cette maladie puisse s’accélérer.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Rayleigh - 29/09/2013 - 15:36 - Signaler un abus Merci pour cet article. A

    Merci pour cet article. A partir du moment où les données sur un génome ne sont pas nominatives, elles n'ont peut etre pas de quoi inquiéter leur propriétaire... ? A ce moment là google pourrait collecter les données anonymes de personnes qui le souhaitent, et faire du data mining dans ces nouvelles bases de données. Je trouverais dommage de s'arrêter à un problème d'éthique san schercher à le contourner ; le bénéfice humain pourrait être tellement grand qu'il y a surement une solution pour exploiter les données sans porter atteinte à la vie privée des gens.

  • Par Decrauze - 29/09/2013 - 19:43 - Signaler un abus Un moteur non polluant

    21 blogs sur Google... La totalité de mon journal en ligne... rien que pour cela, je rends hommage au plus efficace et agréable moteur de recherche. Un fervent MERCI ! http://pamphletaire.blogspot.fr/

  • Par John Pold - 30/09/2013 - 05:39 - Signaler un abus Google n'a pas inventé les moteurs de recherche.

    Les moteurs de recherches comme AltaVista, Daum, Excite, Lycos, Yandex, etc. sont antérieurs à Google

  • Par zelectron - 30/09/2013 - 11:02 - Signaler un abus Google, mais pas que ...

    D'autant plus que Raymond C. Kurzweil fait partie de l'équipe ...

  • Par grosboeuf - 04/10/2013 - 13:45 - Signaler un abus Petit rappel pour les rêveurs

    Google, cela n'est pas une société philanthropique, ou une université dévouée à la recherche C'est une société commerciale, qui draine des masses de données personnelles utilisateurs considérables, et qui est susceptible de les revendre à qui veut bien payer pour ça. Autant dire qu'avec les progrès continuels dans la génétique et la biologie moléculaire, ces génomes pourraient bientôt intéresser beaucoup de sociétés (assureurs, recruteurs, organismes prêteurs, industries pharmaceutiques

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Daniel Ichbiah - Roland Moreau

Daniel Ichbiah est écrivain et journaliste, spécialisé dans les jeux vidéo, les nouvelles technologiques, la musique, et la robotique.

Il est l'auteur de nombreux best-sellers tels que La Saga des jeux vidéosLes 4 vies de Steve JobsRock VibrationsBill Gates et la saga de Microsoft

Parmi les biographies musicales écrites par l’auteur figurent celles de Téléphone, de Michael Jackson, des Beatles, d’Elvis Presley, de Madonna, des Rolling Stones

Roland Moreau est médecin et inspecteur général des Affaires sociales.

Il a écrit "L'immortalité est pour demain" (Bourin Editeur, 2010).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€