Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l’Etat islamique n’est pas dans une fuite en avant désordonnée mais dans une stratégie extrêmement pensée de déclenchement d’une guerre civile en Europe

Les actions se réclamant du terrorisme islamiste en Occident s'inscrivent dans une stratégie plus large, théorisée en 2004 par un dénommé Abou Moussab Al-Souri dans un ouvrage de 2 500 pages. On en retrouve l'idée dans la revendication de l'Etat islamique des attentats perpétrés vendredi 13 novembre à Paris.

Plan global

Publié le - Mis à jour le 20 Novembre 2015
Pourquoi l’Etat islamique n’est pas dans une fuite en avant désordonnée mais dans une stratégie extrêmement pensée de déclenchement d’une guerre civile en Europe

Des combattants de l'Etat islamique. Crédit http://m.ceip.org/

Atlantico : Quelle analyse peut-on faire du communiqué de l'Etat islamique revendiquant les attentats perpétrés vendredi 13 novembre à Paris quant à la stratégie de l'EI ?

Alexandre Del Valle : Tout d’abord, nous pouvons constater la marque de fabrique de Daech, une extrême radicalité barbare mêlée à des références coraniques et chariatiques orthodoxes et rigoureuses puis le souvenir idéalisé de l’Age d’or du Califat conquérant. Le Communiqué commence d’ailleurs par une citation de la sourate 59, verset 2. et le titre du communiqué, « L’Attaque bénie de Paris contre la France croisée » s’inscrit dans une stratégie de choc civilisationnel global et dans une symbolique de longue durée. Une fois encore, Daech tente de s'inscrire dans la tradition des grands califats des premiers siècles de l'islam.

C'est une stratégie efficace et très séduisante pour le monde musulman car dans ces pays, surtout arabes, contrairement à l’Europe, le passé califal est très fortement et unanimement valorisé et glorifié, y compris aux niveaux éducatifs et officiels. Daech escompte donc prendre aux mots les leaders musulmans qui ont inculqué cette fierté impériale et tentent d’être ainsi cohérents avec les racines de leur histoire religieuse. En commençant avec une sourate du Coran, les jihadistes essayent de se montrer comme très orthodoxes, ce qui est le propre et la raison des succès des salafistes en général partout dans le monde. Les acteurs de l’EI essayent ainsi de séduire les cœurs des croyants intégristes qui ne sont pas forcement totalitaires. En prônant la mort pour les croisés, les blasphémateurs et les idolâtres, la déclaration ne fait que s’appuyer sur la Tradition islamique sunnite orthodoxe jamais réformée et qui prévoit en effet la mort pour les blasphémateurs, les idolâtres et les croisés qui attaquent un territoire islamique. Et la dimension de guerre psychologique, vrai but de tout terrorisme, est très présente à travers l’expression « jeter l’effroi et la peur dans le coeur des ennemis infidèles ».

>>>>>>>>> A lire également : Attentats de Paris : ce totalitarisme islamique dont nous avons tant de mal à comprendre la nature réelle (et non, il ne s’agit pas juste d’un intégrisme religieux)

Ensuite, dans ce communiqué, les cibles-ennemis sont les Français dans leur semble : qu'ils soient favorables à Charlie Hebdo, païens, non croyants ou croisés catholiques. Cela fait écho à l'expansion de l'Etat islamique qui ne s'appelle d'ailleurs plus DAECH (Etat islamique en Irak et au Levant) depuis l’été 2014 mais Etat islamique tout court, à l’image de sa prétention planétaire. Ainsi, Daech veut clairement reprendre le flambeau des premiers califats, successeurs de Mahomet, qui s'en prenaient au monde croisé, au monde byzantin, au monde mécréant, ou au monde perse et avec succès foudroyants grâce à la stratégie de la «  sidération". Les Jihadistes se réfèrent aux grands premiers califes (Rachidoun, omeyyades, abbassides) des premiers siècles de l’islam conquérant. à cette époque, le jihad permanent rencontrait des succès extraordinaires et permettait d’étendre le règne de l'islam. Le califat islamique de Daech entend simplement refaire ce qu'ont fait les premiers califes qui ont étendu le royaume de l'Arabie aux portes de la Chine jusqu'au Sud de l'Espagne. Ils expriment aujourd'hui cette volonté de conquête massive globale où l'ennemi n'est pas que le juif, mais l'Occident chrétien.
 
L’attaque spectaculaire à Paris vise à sidérer l’ennemi, créer l’effroi général, créer un syndrome de Stokhcolm généralisé chez les populations pour que celle-ci exigent un infléchissement de la stratégie syrienne et arabe de la France.
Bizarrement, la Russie n’est pas mentionnée clairement. Mais l’Allemagne l’est. 
 
La France est présentée comme ce qu’il y a de pire au sein des nations « Mécréantes". Elle cumule à la fois la tare d’être la fille aînée de l’Eglise, le pays de croisés et en même temps d’être le pays de la révolution française, le pays de Charlie Hebdo, le pays qui a « humilié" les religions, et surtout l’Islam, et qui a en plus d’avoir participé à des guerres contre les musulmans au Mali et en Syrie. C’est de ce point de vue un désaveu total de la politique de François Hollande qui a voulu choisir ni entre l’Etat islamique ni entre Bachar El-Assad.
 
Ridiculisation et discrédit du dirigeant français 
 

Dans le cadre de l’efficace et froide guerre psychologique livrée par l’Etat islamique, François Hollande est traité comme un imbécile, « l’imbécile de France François Hollande ». Cette attaque en ridiculisation ne doit pas être sous-estimée ou considérée comme un délire pamphlétaire ou un dérapage verbal qui témoignerait d’une pauvreté intellectuelle. En stratégie de communication, la ridiculisation d’un chef d’Etat, d’un responsable et de n’importe quel dirigeant est très puissante et dommageable. Ici, Daech ne se contente pas de diaboliser l’ennemi, il cherche aussi à le ridiculiser pour lui faire perdre le peu de crédit qui lui reste encore au sein des populations. Lorsqu'on veut détruire un ennemi dans le cadre d’une guerre psychologique, c’est extrêmement habile d’allier la diabolisation au ridicule. Le but est de discréditer l’autorité suprême au sein de sa propre population, afin d’entraîner le chaos et la division, ce que préconisait d’ailleurs Sun Tzu. J’appelle cette guerre des représentations ou guerre psychologique la « DCR2 (Discréditer, Culpabiliser, Ridiculiser et Renverser) : 1/ Discréditer: ici le chef illégitime est jugé responsable des attentats a cause de l’intervention en Syrie contre Daech et du refus de renverser Bachar, 2/ Culpabiliser :la France est le pays « croisé ancien colonisateur qui persécute l’islam »), 3/ Ridiculiser : Daech tente de faire perdre le respect et l’autorité morale du dirigeant. 4/ Renverser: le « vrai » responsable des attentats et des morts français n’est pas le barbare jihadiste kamikaze mais le dirigeant qui a fait bombarder les camps terroristes.

L’extension du domaine de l’ennemi: la France pays des croisés et des idolâtres

Le communiqué de Daech met en fait en avant une rhétorique double : il accuse les victimes des attentats de Paris d'avoir été soit des "idolâtres" soit des "croisés". L’attaque vise donc le monde païen mécréant autant que et le monde chrétien. Il s’agit d’une revendication tout à fait nouvelle car l’ennemi sioniste, juif, « apostat » ou « blasphémateur", qui avait motivé les attentats de ces dernières années, a été remplacé par un ennemi plus large encore: l’ensemble des Français (croyants ou pas) et l’ensemble du monde chrétien ou post-chrétien. La France est maintenant visée sous tous ces régimes, dans l’ensemble de son histoire, à travers toutes ses composantes et pour des raisons à la fois religieuses et géopolitiques (action militaire en Syrie et refus de combattre Bachar al-Assad).

-Avant, les islamistes évoquaient les croisés sionistes, les judéo-croisés, on tuait soit des Juifs enfants ou adultes, on visait des écoles ou centres juifs (Hypercasher), des journaux « anti-musulmans » (Charlie Hebdo) ou des soldats ou policiers français souvent « apostats » d’origine maghrébine. La cible était plus « ciblée ». Cette fois-ci, l'élément juif est beaucoup moins présent que d’habitude, et le mobile puis les cible sont élargis à un niveau bien plus global. Autant l'an dernier, en janvier 2015, les attaques étaient portées surtout contre des juifs et un journal « blasphémateur » « païen". Autant cette fois-ci le communiqué désigne l’ennemi français de façon globale, en tant que croisé et idolâtre à la fois. Dans la traduction du monde salafiste djihadiste, le "croisé » renvoie à l’époque où la France était à la tête de la lutte contre le Califats islamiques et de l’occupation de la terre sainte. La France est depuis lors considérée dans les représentations islamistes comme le pays « porte-bannière de la croix », ce qui est évoqué dans le communiqué. Paris est représentée, à égalité avec Rome, comme la capitale de la chrétienté croisée. La France est visée ici dans sa globalité, dans son histoire de longue durée et sous tous ses régimes, en tant que royaume des Francs, fille aînée de l’Eglise, et du fait qu’il existe dans ce pays la plus forte mobilisation catholique, comme on l’a vu notamment  à l'occasion du mariage pour tous. 

-D’un autre côté, la France représente également pour DAECH et les islamistes en général, le pays du blasphème, la république laïque qui offense l’islam, interdit le voile et la burka et pratique le sacrilège (Charlie Hebdo), lequel a déjà été puni pour avoir "insulté le prophète". Les islamistes jihadistes voient donc dans la France une double matrice anti-islamique, à la fois catholique de l’Ancien Régime et républicaine laïcarde et anticléricale depuis la Révolution française. D’un point de vue philosophique, la revue de DAECH en français (Dar al-Islam, n° de juillet dernier) et ce communiqué de revendication des attentats de vendredi soir soulignent le fait que la France est la « pire" des nations d’Occident et la plus "anti-islamique" pour ces raisons. Les Jihadistes accusent également la France d’abriter des «  idolâtres », donc des païens, pire accusation théologique dans l’islam sunnite car les païens sont considérés comme les plus hostiles au Dieu unique et à la religion monothéiste islamique en vertu du principe de base des salafistes qui est le culte du Tawhid, l’Unicité. Ainsi, le communiqué décrit les victimes présentes au Bataclan au concert de Hard Rock comme des « idolâtres » assistant un un évènement de « perversité » (hard rock). Ces Idolâtres et "associateurs » (Muchrikûn) pervers représentent ce qu'il y a de pire dans les écrits du Coran et de la Charia et dans la démonologie islamiste. La hiérarchie est la suivante: en premier il y a les « vrais » musulmans, les salafstes, puis les autres musulmans sunnites, puis les chiites orthodoxes, puis les chrétiens et les juifs, puis, bien plus bas, les sectes hétérodoxes « apostates » issues du chisme (Alaouites, druzes, etc) et les idolâtres. 

Enfin, l’objectif des Jihadistes est atteint: le pays ennemi est plongé dans l’effroi, les magasins et lieux publics sont sur contrôlés, les citoyens sont terrifiés par les médias qui ne parlent que de cela en boucle et qui ne cessent de relayer les revendications des Jihadistes. Pendant ce temps, Daech continue d’envoyer des activistes futurs terroristes dans le flux global des immigrés clandestins… 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bebert4 - 15/11/2015 - 13:54 - Signaler un abus Bonne idée

    La guerre appelée faussement civile (une guerre civile est au sein d'un même peuple,il vaut mieux ici parler de guerre de libération nationale) est inéluctable :le plus tôt sera le mieux.

  • Par de20 - 15/11/2015 - 14:05 - Signaler un abus taïaut sus à l ennemi.

    taïaut sus à l ennemi.

  • Par jurgio - 15/11/2015 - 15:00 - Signaler un abus Bruckner : « C'est notre civilisation qu'ils veulent détruire »

    Laquelle ? Celle qui était traditionnelle à la France, la Gauche a déjà commencé.

  • Par jurgio - 15/11/2015 - 15:05 - Signaler un abus @bebert4

    Ce n'est pas l'avis de tous. On peut très bien y voir une classique guerre civile puisque, aux yeux des experts, ceux qui massacrent sont bien des citoyens français ; du moins la République actuelle les a acceptés en tant que tels, même s'ils sont de retour de Syrie ou d'ailleurs. .

  • Par martin-vogel - 15/11/2015 - 15:06 - Signaler un abus Union nationale

    Hollande essaie de refaire le coup de l'union derrière lui en espérant regagner des points dans les sondages. Il réussit dans cette union : 85% des français n'ont plus confiance en lui.

  • Par bebert4 - 15/11/2015 - 15:22 - Signaler un abus a Jurgio

    Derrière tout ça il y a un non dit essentiel:l'invasion migratoire a été imposé aux français,on a bafoué le referendum de 1962(les français ayant choisis le vivre séparemment),on a laissé entrer 200 à300000 personnes par an sans jamais consulter les français (et pour cause...) et aujourd'hui c'est les migrants,en fait des clandestins. Nos soi-disants élites nous font la guerre ,le metissage n'est jamais que notre anéantissement physique et culturel programmé.

  • Par Gré - 15/11/2015 - 16:01 - Signaler un abus Pour persuader les Musulmans

    Pour persuader les Musulmans d'être "maltraités" par la société, il n'y a nul besoin de faire appel à l'EI : nos politiciens de gauche et autres organisations bobos subventionnées s'en chargent fort bien. Si les étrangers arrivés sur notre sol s'étaient trouvés face à une société sûre d'elle-même et fière de ses principes, ils l'auraient adoptée ou ils seraient partis. Notre relativisme culturel a nourri leur mépris et leur intégrisme.

  • Par Mike Desmots - 15/11/2015 - 16:15 - Signaler un abus La réponse est simple ..mais difficile a admettre ....

    c'est que les commanditaires de Daech and Co. .... sont extérieur allah région.......................

  • Par bjorn borg - 15/11/2015 - 16:50 - Signaler un abus Ceux qui ont mis le cahos

    Les occidentaux principalement, donc extérieur à l'Etat Islamique !

  • Par bjorn borg - 15/11/2015 - 16:50 - Signaler un abus Chaos ??

    lol

  • Par vangog - 15/11/2015 - 18:18 - Signaler un abus Prosélytisme via des mosquées, des clubs sportifs,

    des associations (caritatives gauchistes?)...si le pouvoir gauchiste ne ferme pas définitivement ces mosquées, ces clubs sportifs, ces associations caritatives gauchistes, alors il prendra la responsabilité des prochains attentats...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc), il intervient pour le groupe Sup de Co La Rochelle et des institutions patronales et européennes et est chercheur associé au CPFA (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment auteur des livres Le Chaos Syrien, printemps arabes et minorités face à l'islamisme (Editions Dhow 2014), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Editions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (Editions du Toucan).

 

Voir la bio en entier

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur en 2015 de "Grand angle sur les mafias" et de " Grand angle sur le terrorisme" aux éditions UPPR (uniquement en version électronique), en 2013 "le crime organisé du Canada à la Terre de feu", en 2012 "les triades, la menace occultée", ces deux ouvrages parus aux éditions du Rocher, en 2007 de "Iran : la prochaine guerre ?" et en 2006 de "Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme" aux éditions ellipse, Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier "la face cachée des révolutions arabes" est paru chez ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€