Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les athées sont-ils plus nombreux en France qu’ailleurs ?

Avec 29% des ses habitants qui se déclarent "athées convaincus", la France serait le 4ème pays le plus athée au monde selon une récente étude internationale de WIN/Gallup.

Pas croyable !

Publié le

Atlantico : Selon une récente étude internationale de WIN/Gallup, la France serait le 4ème pays le plus athée au monde avec 29% de ses habitants qui se déclarent "athées convaincus" derrière la Chine, le Japon et la République tchèque. Comment expliquer cette caractéristique française ? Est-ce uniquement dû à notre passé révolutionnaire ?

 
Jean-Sébastien Philippart : Il est certain que la volonté des Lumières de rejeter tout fondement religieux afin d’établir les principes fondamentaux d’une morale non confessionnelle et universelle constitue l’un des traits caractéristiques de l’"esprit" français. A cet égard, la laïcité "à la française" s’est toujours assimilée facilement à un combat en faveur de la liberté de conscience et de connaissance que toute religion semblerait menacer par nature.
Toutefois, il ne faut pas oublier qu’aux yeux d’une partie des Lumières, l’athéisme, certes moins meurtrier que le fanatisme religieux, devait être condamné pour cause d’immoralisme (l’athée n’étant pas jugé digne de foi). Alors que les Lumières défendaient la perfectibilité humaine — et donc admettaient une déchéance toujours possible de l’homme —, c’est au positivisme et au comtisme en particulier que l’esprit français doit l’idée assurée que la religion (l’"état théologique") constitue un moment dépassé par l'"état métaphysique", puis par l’"état positif" émanant des sciences les plus abstraites pour s’emparer ensuite des sciences humaines. Or Jules Ferry, dont on connaît l’importance dans la constitution de l’identité républicaine, fut le promoteur de cette doctrine. Pour lui, la science s’oppose désormais victorieusement à la religion dont les illusions théologiques ne tiennent plus debout. Si, aujourd’hui, le positivisme a été à son tour dénoncé à titre de mythologie (par les mêmes sciences qu’il a lui-même promues), son spectre ne cesse d’être efficient et explique selon moi que le phénomène perdure. 
 
 

Quels sont les autres facteurs politico-historiques et sociologiques qui nous différencient des pays "comparables" à la France ? 

L’explication tourne toujours autour du concept de laïcité que seuls des pays comme la France et les Pays-Bas ont inscrit dans leur constitution. Si la laïcité espagnole a ceci de commun avec le modèle français de présenter une déconfessionnalisation de l’Etat, les conditions dans lesquelles elle s’est opérée vont en donner une autre figure. Dans la mesure en effet où l’Eglise, par souci de réalisme, s’est montrée plutôt conciliante vis-à-vis du processus de sécularisation, elle jouit aujourd’hui encore en Espagne d’une grande liberté organisationnelle et d’expression. Comme l’Italie, l’Espagne reste sous un régime concordataire. Malgré le passé compromettant de l’Eglise de part et d’autre sur le plan politique (accords du Latran, appui au régime franquiste), les deux pays n’ont jamais véritablement remis en cause le rôle de la religion. Le catholicisme demeure la religion d’une grande majorité des italiens, tandis que l’Etat finance les écoles religieuses et maintient l’enseignement religieux dans les écoles publiques. Et face aux plaintes devant l’ostension d’un crucifix dans une classe, le Conseil d’Etat italien a souvent justifié son maintien par la valeur culturelle de l’objet. Il semble donc que l’enjeu soit le rapport au passé, en l’occurrence, à la religion historique. Il y a peut-être en France quelque chose du passé qui ne veut pas passer. Quant au Royaume-Uni, le concept de laïcité y paraît bien étranger. Pour des raisons historiques en effet, le chef d’Etat est gouverneur suprême de l’Eglise d’Angleterre tandis que le Parlement contrôle la doctrine, le culte et nomme le personnel dirigeant. Et paradoxalement, c’est au nom de cette union que l’Angleterre tolère l’expression des autres religions.
 

Dans quelle mesure déclarer que l’on est "athée convaincu" relève-t-il d’une posture sociale plutôt que d’une conviction ? Ce chiffre reflète-t-il une réalité ? 

 
L’athéisme est une forme de croyance : celle qui affirme que l’au-delà n’existe pas. Or dès le moment où elle s’exprime — et comment une affirmation pourrait-elle ne pas devoir s’exprimer ? —, la croyance tombe dans le domaine public et se confronte à d’autres convictions face auxquelles elle se maintient, se renforce ou se déforce. Mais il y a plusieurs manières d’être athée. L’athéisme peut se confondre avec le laïcisme (militant) comme il peut assumer pacifiquement l’héritage religieux en y reconnaissant des valeurs essentielles. Et de la même manière que des catholiques s’affirment aujourd’hui "non-pratiquants", on peut imaginer des athées non-pratiquants, c’est-à-dire ne cherchant pas à convaincre. Eu égard au contexte français évoqué plus haut et à la forte augmentation statistique (en 2005,  l’étude comptait 14% d’athées en France), je dirais qu’il doit y avoir une bonne part d’athéisme qui s’exprime ici en guise de conscience citoyenne. Devant notamment les affaires de pédophilies qui ont fortement sali l’Eglise et devant un islam qui ne fait pratiquement parler de lui que de manière négative, la posture athée s’impose comme un devoir contre la violence extrême dont peut être génératrice la religion.
 

La France est-elle en avance ou en retard sur l’histoire ? Diriez-vous que le reste de l’Occident a déjà traversé cette étape d’athéisme ou qu’il va la traverser ?

Votre question est bien française en ce qu’elle suppose une marche linéaire de l’histoire à la manière positiviste. La synchronie nous révèle tout autre chose : un ensemble complexe de tensions. Le développement de l’islam, sans organisation véritable, oblige le christianisme en Europe à repenser les modalités de son affirmation au risque de diviser un peu plus les chrétiens ou de les agglomérer dans l’identitarisme. Face à ce retour du religieux, les progressistes montent au créneau et le besoin de laïcité se fait toujours plus pressant çà et là, mais en se confrontant par la même occasion à l’identité historique et culturelle du pays que ce besoin ne manque pas de réveiller. Tensions également entre les nations et les institutions européennes, lesquelles défendent une vision strictement contractuelle du lien social, au mépris de l’histoire et des histoires à travers lesquelles les hommes se reconnaissent les uns les autres. A cet égard, l’Europe ultra-libérale défendant un universalisme abstrait où les préférences de n’importe qui vaudraient les préférences de n’importe qui d’autre, dans les limites de la simple tolérance, cette Europe déracinée donc, réduite aux bruits et aux cris d’un gigantesque marché, rejoint les aspirations les plus progressistes. Toutes ces tensions se croisent et se recroisent en direction d’un avenir incertain…  


Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Le gorille - 26/05/2013 - 09:58 - Signaler un abus L'ineptie !

    "La France est-elle en avance ou en retard sur l’histoire ?" Attendez ! C'est quoi c'te question ? A-t-elle seulement un sens ? Personne n'est en avance ou en retard dans l'histoire : cela suppose un sens qui n'existe pas ! Et puis chacun vit son histoire. La crée-t-il ? Peut-être, si l'on considère que ses décisions, ou ses choix contribuent à modeler son histoire. Est-il en avance ou en retard ? Non ! Cette idée est inepte : l'histoire n'est qu'un relevé du moment, qu'une archive. On est donc toujours "à l'heure", pour reprendre l'ineptie, avec une archive morte !

  • Par Quid Novi - 26/05/2013 - 10:18 - Signaler un abus Beaucoup de vérité mais

    une volonté d'analyse qui s'emporte dans votre propre interprétation de l'histoire. Concernant votre dernier chapitre, je dis sensiblement la même chose : http://www.atlantico.fr/decryptage/printemps-francais-manif-pour-tous-et-recuperations-politiques-tous-azimuts-qui-est-vraiment-au-coeur-mouvement-opposants-au-mar-737148.html / 26/05/2013 - 09:40. Jules Ferry oppose la science au religieux, c'est son église, pas la mienne. Comme il faut un mot, je suis athée, mais sa définition ne correspond pas à ce que je suis, pas plus qu'agnostique. Le problème c'est qu'il faut faire rentrer les gens dans une boîte, celle du passé au cas d'espèce. Ma non croyance est naturelle, innée, surtout pas une posture, encore moins une religion, et c'est la que vous interprétez, à tort. Cette notion semble vous échapper, alors vous théorisez, en conséquence tout vous est opposable, pire encore vous n'arrivez pas à sortir du débat car vous l'enfermez dans les remugles du passé. Votre philosophie s'en trouve bridée par une réinterprétation permanente de l'histoire, vous avez trop de maîtres pour soutenir un débat endogène.

  • Par Casa123 - 26/05/2013 - 10:42 - Signaler un abus Vous vous posez encore la question

    Parce que tout suinte le socialisme et la secte qui est derrière cette idéologie dans ce pays....

  • Par Maria85 - 26/05/2013 - 10:49 - Signaler un abus La France .....

    n'a pas plus d'athées que dans les autres pays, mais comme La France (pays soit disant des droits de l'homme) fustige dans son gouvernement les Catholiques (mais non les muzzlims) et qu'on ose même au gouvernement parler d'intégristes pour cataloguer tous les cathos, les gens préfèrent se dire athées ! Tous les adjectifs sont bons pour cataloguer les catholiques en France : extrémistes, homophobes, islamophobes, haineux, tout cela lparce qu'un gouvernemnt veut fair passer une loi que le peuple en majorité et les catholiques réprouvent et rejettent . Il y a des athées, je ne puis dire une contre-vérité, mais les réels sont moins nombreux qu'on ne le pense

  • Par Outre-Vosges - 26/05/2013 - 10:58 - Signaler un abus Athéisme ou simple anticatholicisme ?

    Je ne crois pas que tant de Français soient athées ; la vérité c'est qu'ils sont d'abord anticatholiques : l'oppression que l'Église romaine a fait trop longtemps peser sur nous a eu ce résultat que bien des gens se sont dit : « Tout peut être vrai sauf le catholicisme » (et l'ensemble du christianisme a été atteint par ricochet). Mais comme en même temps le peuple est impressionnable, je me rappelle que, tant qu'a vécu Pie XII les églises étaient encore pleines et la presse parlait avec sérieux de ses divagations. Seulement, quand est venu un incapable comme Paul VI, qui a détruit le mystère et la majesté de la messe en la mettant en langue vulgaire, quand il a pratiqué ce qui est en politique la faute des fautes : la repentance, il est normal que tout se soit écroulé. En face regardez l'islam : il est de plus en plus radicalisé et, quand on entend parler d'un massacre de chrétiens, de lapidations etc., ses adeptes condamnent du bout les lèvres en se disant : « Quand même ceux-là, ils ont la foi. »

  • Par Quid Novi - 26/05/2013 - 11:17 - Signaler un abus @Golvan

    Comme l'auteur, vous êtres pris par le besoin irrépressible de tout classifier. Tout comme vous êtes pris dans le filet de vos certitudes, vous êtes en perte de repères et, vous faites preuve d'un esprit manichéen. Pour vous, si on n'est pas croyant, c'est donc la faute au marxisme, tout comme l'auteur qui, sous un autre abord, cherche à étiqueter ce qu'il ne comprend, sinon à l'aune d'une histoire et d'un passé sans cesse réinterprété, sa seule carte de lecture. Vos maîtres et démons vous dominent, votre attachement à une religion signifie exactement que vous avez besoin de béquilles ou de substituts, pas moi. Vous opposez votre religion à d'autres croyances, pour ma part je fustige toutes les religions, sans chercher de substitution, ni les sciences, ni la politique, ni marxiste, ni anarchiste, ni rien. Comme cela échappe à votre grille de lecture, vous êtes agressif, empruntant maladroitement les mêmes codes de ceux que vous souhaitez dénoncer.

  • Par Gégé Foufou - 26/05/2013 - 11:52 - Signaler un abus Faut reconnaitre aussi

    Le travail extraordinairement efficace des Francs Maçons dans leur lutte anti curés.

  • Par golvan - 26/05/2013 - 11:54 - Signaler un abus @ Quid novi

    Je me passe volontiers de vos commentaires sur ma psychologie personnelle. Mon post explique que l'enseignement à l'EN est tenu par des marxistes, nul affabulation là-dedans, que l'Histoire a été revisitée pour coller aux thèses marxistes, c'est une évidence, et que l'enseignement sur les religions est inexistant, dixit Debray qui le regrette (et qui n'est pas spécialement catholique). Que vous ne soyez pas religieux, grand bien vous fasse, mais votre cas personnel n'est qu'un cas personnel. Je ne parlais pas de béquilles morales mais d'aspiration à la spiritualité, ne déformez pas mes propos comme un trotkiste d'une cellule obscure. Quant à la pédophilie, j'en parle parce que l'auteur en parle comme d'une composante du catholicisme alors qu'hier encore un directeur d'école publique a été mis en examen pour recel d'images pédo-pornographiques. Je ne catégorise pas mais j'explique que les pédophiles se trouvent au contact des enfants, qu'on soit religieux ou pas, et que ce genre de désinformation relève lui aussi d'automatismes liés à la désinformation sur le catholicisme.

  • Par golvan - 26/05/2013 - 11:57 - Signaler un abus @ Quid novi

    Dernier point: depuis quarante ans les francs macs et les laïcards ont cru pouvoir se servir des musulmans comme supplétifs contre la frange chrétienne de la population française, mais visiblement ils se sont pris les pieds dans le tapis.

  • Par Gégé Foufou - 26/05/2013 - 11:58 - Signaler un abus Il n'y a plus de croyants

    parce qu'il n'y a plus rien à croire. CQFD

  • Par jurgio - 26/05/2013 - 12:00 - Signaler un abus Les francs-maçons de 89

    ont intoxiqué les Français : il faut profiter de la société sans y prendre part. Chacun pour soi. Pour l'altruisme prôné par la religion, on se contentera de jeter une pièce dans une sébile.

  • Par Duffy - 26/05/2013 - 12:06 - Signaler un abus Les athées sont des solitaires voués à la mort éternelle

    La foi chrétienne, c'est à dire la perception de la présence, intime, permanente de l'Eternel, a été défigurée par l'imposture écclésiastique. Le prince des imposteurs: Saul de Tarse, persécuteur des apotres, détesté à juste titre par Pierre, est l' escamoteur qui a accompli la prophétie de Jésus: le prophète avalé par le léviathan (la récupération de l'enseignement de Jésus par l'Empire romain). Imposture complétée par Constantin et le concile de Nicée, qui firent du clergé paien les prince de l'église. Enfin le comble du contre sens théologique, Augustin d'Hippone, le prétendu saint Augustin, qui déclara que l'acte d'amour était le péché originel.

  • Par pemmore - 26/05/2013 - 12:12 - Signaler un abus Athée, c'est bien plus une attitude comme on se dit de gauche,

    quand on voit le nombre qui se marie à l'église, vont aux baptèmes, se font enterrer religieusement, déjà il y a des doutes. Puis tous ceux qui suivent les horoscopes, vont voir les voyants, les rebouteux. Ou vont rejoindre les nombreuses sectes chrétiennes. Même s'il est persuadé que l'au-dela n'éxiste pas, l'être humain a besoin de l'irrationnel religieux. Dommage que certaines sectes ou religions renvoient à ce qui n'est pas le sens de l'homme.

  • Par Quid Novi - 26/05/2013 - 12:27 - Signaler un abus @Duffy

    St Augustin a été le théologien de Dieu (lisez la thèse de fin d'études de Hannah Arendt "le concept d'amour chez St Augustin"). Jusque la, vous avez à peu près juste, Puis, lisez toute l'oeuvre de Arendt, ça devrait vous occuper un peu (commencez par l'ouvrage de Laure Adler "dans les pas de Hannah Arendt", c'est un bon codicille ;-) ). D'autre part, votre coté prédicateur promettant les foudres aux non croyants, les athées comme vous les appelez non sans mépris, a un coté Cecil B. Demille, assez touchant, il faut bien le reconnaître.

  • Par Quid Novi - 26/05/2013 - 12:34 - Signaler un abus @Golvan

    c'est 'manichéen' que vous ne comprenez pas ?

  • Par tenébon - 26/05/2013 - 13:06 - Signaler un abus Inventions dues à la faiblesse d'esprit

    L'homme a peur de la mort et il s'est imaginé une autre vie postmortem. Seulement, parmi toutes les ethnies, on a imaginé différents dieux et différentes pratiques, ce qui a conduit à des guerres de religions, ce qui est inadmissible. En plus, sont venues s'ajouter les sectes, avec toutes les dérives consécutives. Alors, excusez du peu, ça commence à bien faire, il faut bien se mettre dans la tête que Dieu est une invention de l'homme, que après la mort, c'est fini. Celui qui laisse une progéniture et a transmis la vie, n'est pas toalement mort, son sang circule dans les veines de ses enfants: Et comme disait mon père, dans la vie, il faut mener son chemin droit, sans faire le mal, et si toutefois, existait ce soit-disant paradis, on ira comme tout le monde. Or, l'homme est l'animal le plus redoutable de la terre, et il y a du souci à se faire.

  • Par jurgio - 26/05/2013 - 14:00 - Signaler un abus Les athées sont les plus désespérés

    Ils ont la haine de Dieu. Ce qui prouve, d'une certaine façon, qu'il existe ! Ce n'est pas la peur de la mort qui a fait les dieux, car depuis des millénaires, l'homme a eu l'instinct de son existence et a été communément bien plus stoïque devant la mort que nous-mêmes, aujourd'hui. Rien n'a pu lui enlever cette intuition. L'erreur de ceux qui pensent qu'un dieu devrait tout rendre facile, sont les mêmes insouciants qui attendent tout de l'État-providence ! Aide-toi, le Ciel t'aidera, comme on dit.

  • Par OmbreDuZ - 26/05/2013 - 14:21 - Signaler un abus La Fance est un pays de scientifiques

    d'ingenieurs, de Descartes, etc La raison s'accomode mal des religions, de ses propheties, de son discours. Apres je connais des croyants heureux, d'autres aigris qui vont manifester, des athees heureux et d'autres vindicatifs, bref il ne faut pas faire de generalites. Il y a des croyants heureux et biens dans leur peau. En fait, ca devient deletere quand on commence a s'occuper de la vie des autres. Par experience, les croyants que je connais qui vivent leur vie sans chercher a nuire a ceux qui sont differents, me semblent etre des modeles.

  • Par Duffy - 26/05/2013 - 14:27 - Signaler un abus @Quid Novi

    Je ne promet rien aux athées: je dis qu'ils sont voués à la mort éternelle, car c'est ce à quoi il croient. C'est la sanction qu'ils s'imposent de souffrir: une vie dont la seule perspective est dans le meilleur des cas un désespoir stoique et le plus souvent un désespoir tout court. Augustin d'Hippone, débauché prétendument repenti, abuseur d'enfants, a séparé les chrétiens de l'amour et de l'érotisme, une des portes du paradis (lequel n'existe que dans cette vie). L'appel à vivre en chair et en conscience l'éternité contenue dans le présent et par lequel l'humain s'identifie à son créateur a été dénaturé par les églises, institutions humaines aveugles.

  • Par Duffy - 26/05/2013 - 14:29 - Signaler un abus @Quid Novi

    Je ne promet rien aux athées: je dis qu'ils sont voués à la mort éternelle, car c'est ce à quoi il croient. C'est la sanction qu'ils s'imposent de souffrir: une vie dont la seule perspective est dans le meilleur des cas un désespoir stoique et le plus souvent un désespoir tout court. Augustin d'Hippone, débauché prétendument repenti, abuseur d'enfants, a séparé les chrétiens de l'amour et de l'érotisme, une des portes du paradis (lequel n'existe que dans cette vie). L'appel à vivre en chair et en conscience l'éternité contenue dans le présent et par lequel l'humain s'identifie à son créateur a été dénaturé par les églises, institutions humaines aveugles.

  • Par Quid Novi - 26/05/2013 - 14:54 - Signaler un abus @jurgio

    quelle assertion que la votre : "les athées ont la haine de dieu". Non, ils en ont assez de la religion, que vous confondez avec dieu. Les religions divisent tout en prétendant rassembler, sinon sous leur bannière, et seulement. Le problème des religions, c'est qu'elles s’immiscent illégitimement dans la vie publique. Dans une société de droit, surtout celle Française ayant prétention de servir de modèle, eu égard à la la déclaration des droits de l'homme et du citoyen (inspirés de la révolution américaine, ayant précédée celle Française, qui influença sa constituante). Il est dès lors difficile de s'opposer à des modèles qui s'imposent à nous, et pour être clair je cite les musulmans. Sinon à prétendre qu'une religion est plus légitime qu'une autre, ce qui au demeurant est fortement contradictoire. Laissez vos religions au vestiaire, il sera beaucoup plus aisé de faire respecter nos prérogatives, usages, coutumes et de remettre l'homme au centre du débat et ainsi redonner toute légitimité à l'état. Les dieux (le pluriel s'impose) s'ils existent, n'ont qu'à s'arranger de leurs créations.

  • Par Quid Novi - 26/05/2013 - 15:09 - Signaler un abus @Duffy

    merci d'apaiser le débat, mais vous prophétisez bel et bien que "les athées sont voués à la mort éternelle". Si vous acceptez le fait que je n'ai pas besoin d'une religion, quelle que soit sa forme, vous admettrez avec un effort supplémentaire que je n'ai que faire de l'existence de dieu. J'ai des préoccupations infiniment plus métaphysiques, c'est ma réflexion, l'effort que je dois à la société est celui par lequel je m'oblige a respecter ses lois, les seules que je reconnaisse, et seulement. Se faisant, il est plus facile d'imposer (et j'assume le terme) les codes de ladite société aux postulants. Ce sont les religions qui véhiculent une notion délétère, utopique et irréalisable d'universalisme, non ?

  • Par lsga - 26/05/2013 - 15:13 - Signaler un abus Le positivisme est une conséquence, pas une cause

    Difficile de comprendre sociologiquement le positivisme d'Auguste Comte si on ne le remet pas dans le contexte de la 'science de salon' du XIXème siècle (cf: obstacle épistémique de Bachelard), lui-même issu de la 'sorcellerie de salon' (cf: Elivas Levi, et toute la Franc-Maçonnerie du 18ème)... D'ailleurs, le positivisme se définit comme "Religion scientifique" ('Ordre et Progrès...')   La France n'a jamais été véritablement christianisée. Les élites ont certes été parmi les premières à se convertir pour légitimer leur pouvoir et recevoir le soutient militaire et l'appuie de Rome et du Vatican. Mais, les populations, elles, sont restées ferventes pratiquantes des anciennes religions pendant des siècles, puis sont restées clientes de "la sorcière du fond des bois".   Peu d'études historiques ont étudié en détail cette histoire tabou, mais on pourra se référer à la bibliographie de Françoise d' Eaubonne dans le "Sexocide des sorcières".   La survivance du paganisme, religions d'origines pratiques et agricoles, est la vrai source du positivisme, du scientisme, et aujourd'hui de l’athéisme.

  • Par Teo1492 - 26/05/2013 - 17:30 - Signaler un abus La France est athée, c'est pour cela qu'elle décline...

    Le XXIe sera spirituel ou ne sera pas. Sans religion, c'est la fin de l'Homme. Celui-ci ne vaut alors pas mieux qu'un simple animal.

  • Par castrofidel - 26/05/2013 - 17:43 - Signaler un abus Heu…………

    Peut-être parce que Dieu n'existe pas …

  • Par DEL - 26/05/2013 - 17:46 - Signaler un abus Religions et athéisme

    Il existe deux sens au mot religion: il y a cette religion qui est croyance personnelle, et dont l'athéisme fait partie, et cet aspect-là, personnel, intime et qui sort du plus profond de l'être humain, ne doit jamais être mis en cause par qui que ce soit, car c'est ressenti comme une blessure profonde de l'être profond. Et il y a cette autre religion qui est une croyance rassemblant de nombreux êtres humains, et qui, elle, est discutable. Mais c'est bien la confusion sémantique qui pose le plus grand problème en ce domaine: il manque un mot pour séparer ces deux aspects. Personnellement, en tant qu' athée, ce qui m'intéresse c'est: que pouvons-nous faire ensemble?

  • Par PIF31 - 26/05/2013 - 18:32 - Signaler un abus Une preuve d'intelligence .

    Le chiffre avancé est bien loin de la réalité . Les "Athés" sont même majoritaires en France . Le problème , c'est comme les Français de Gauche qui sont contre le mariage homo......Ils n'ont pas le doit d'exister car "politiquement incorrects" ; mais ils existent . C'est cela l’exception Française et c'est une preuve d'intelligence . Mais , car il y a un mais , jusqu'à quand si nos responsables politique laisse le pays se faire envahir par les Islamistes .

  • Par Carcajou - 26/05/2013 - 19:05 - Signaler un abus Une autre voie

    @lsga - 26/05/2013 - 15:13 Mais pourquoi, pourquoi ce blaireau de Constantin jugea-t-il utile de raconter ce rêve farfelu où il vit une croix avec ce titulus: "Hoc signo vinces" qui galvanisa ses légions puisque les dieux ancestraux dominaient chez les Romains? Même si la véracité du fait est parfois mise en doute, cet empereur signa l’Édit de Milan qui allait donner une impulsion formidable au christianisme. Comment put-il remplacer une religion profondément ancrée par celle d'une secte? Parce que la population était déjà acquise à la nouvelle doctrine. Les anti-cléricaux qui amenèrent l'excellente loi de 1905 se laissèrent un tant soit peu emporter par leur ardeur à secouer le joug de Rome et des évêques et sapèrent les fondements du christianisme en même temps que ceux de son clergé. Les athées qui se réclament du rationalisme et du siècle des Lumières omettent de préciser que la plupart des philosophes "lumineux" étaient croyants, le plus souvent déistes. Que Renan, s'il n'a pas de mots assez durs pour l’Église, considère le Christ comme le plus grand réformateur de l'Humanité et un véritable précurseur. Je surenchéris humblement: il inventa la laïcité.

  • Par Guzet31 - 26/05/2013 - 20:02 - Signaler un abus Une prophétie de Chateaubriand

    Cet athéisme comme l'atonie de la réflexion philosophique dans une culture qui semble escamoter toutes les questions métaphysiques et existentielles (au contraire de ce qu'il en était à l'époque de Camus par exemple...) font penser à cette sombre prophétie de Chateaubriand : "Au fond de l'horizon, au terme du voyage, j'aperçois le repos dans la stupidité d'une demi-barbarie, de vastes pâturage où des troupeaux humains brouteront une herbe épaisse, le front bas, sans jamais regarder le ciel"

  • Par golvan - 26/05/2013 - 20:33 - Signaler un abus @ quid novi

    Non, manichéen est un mot que je comprends très bien, c'est juste que me cassez les couilles.

  • Par De France et de plus loin - 26/05/2013 - 20:41 - Signaler un abus Si dieu existait, les athées

    Si dieu existait, les athées le sauraient, comment voulez vous passez à côté d'un truc pareil ? Dieu serait vérité amour , il serait partout et des millions de gens ne s'en rendraient même pas compte ? Ridicule. Les religieux sont avant tout..des enfants de religieux . Quant on pense , on s'écarte de la religion

  • Par jurgio - 26/05/2013 - 20:44 - Signaler un abus Le plus facile est d'être athée

    car on a rien à faire, on laisse couler. On comprend que la société socialiste a toujours ses partisans. Pour le moment, elle vit à crédit ou dépouille les possédants (une bonne habitude de deux siècles) . Ce qu'elle appelle le progrès social. La misère toujours recommencée.

  • Par De France et de plus loin - 26/05/2013 - 20:46 - Signaler un abus Jurgio

    " les athées ont la haine de dieu " En tout cas vous n'avez pas la haine des contradictions. Au fait, en combien de jours il a crée le monde dieu ? 5 , 6 ? J'ai un trou

  • Par jurgio - 26/05/2013 - 20:53 - Signaler un abus L'athéisme est une faiblesse d'esprit

    que l'on masque par des airs supérieurs. Le problème des athées est de repousser l'idée d'un dieu quelconque, mais sans montrer qu'ils combattent, en réalité, des moulins à vent puisqu'ils ne croient pas à son existence. Mais on reconnaît toujours un véritable athée à ses cendres dans une urne.

  • Par De France et de plus loin - 26/05/2013 - 21:15 - Signaler un abus Jurgio

    L'athéisme n'est pas un combat, il est une conviction. Je parie que parmi les milliers de dieux, prophètes et religions que les hommes ont crée depuis qu'ils sont sur terre , vous avez choisi...le dieu, le prophète et la religion de vos parents ( rassurez vous 99% des religieux ont fait comme vous) Voilà ou est l'infini faiblesse d'esprit des religieux : ils ne choisissent en fait rien du tout. Si votre père était musulman ou juif, vous le seriez aussi... Autre chose: si on démontre au religieux que dieu n'existe pas, il souffre atrocement. Si on démontre à l'athée que dieu existe, il est le plus heureux des hommes. Ou est la faiblesse intellectuelle à votre avis,?

  • Par Duffy - 27/05/2013 - 00:36 - Signaler un abus L'athéisme est vigoureux en pays catholique.

    On peut rapprocher le cas de l'église orthodoxe (elle aussi prétendument catholique = universelle) qui vit un anti-cléricalisme virulent s'opposer à elle pendant le communisme. Dans les pays protestants, il y a beaucoup moins de détestation de la religion, car celle-ci s'est séparée de la pensée unique catholique depuis longtemps, les multiples églises ou sectes protestantes en témoignent. Les francs maçons sont tenus de croire en Dieu en pays anglo-saxon et prêtent serment sur la bible.

  • Par Duffy - 27/05/2013 - 00:48 - Signaler un abus @De France et de plus loin

    ''Au fait, en combien de jours il a crée le monde dieu ? 5 , 6 ?'' Il n'y a pas de véritable opposition entre la Genèse et la théorie de l'évolution. Sauf à méconnaitre l'origine et le sens des faits décrits dans ce livre. Jusqu'à Noé, l'auteur du livre (Moïse?) la Genèse rapporte un fond mythologique commun aux peuples du croissant fertile - principalement Babylo-Sumérien et n'a pas de caractère judéo-chrétien. Les 7 ''jours'' de la création sont bien entendu des périodes de temps longues et indéfinies et correspondent assez précisément à la succession de l'apparition de la vie sur Terre telles que décrites aujourd'hui par la science. Les patriarches d'avant le déluge sont connus par ailleurs, exemple Enoch (Hermès-Mercure), Noé (Bacchus), Tubal-Cain (Hesphaistos-Vulcain), etc ... Seuls certains fétichistes ignorants prennent ces livres symboliques au pied de la lettre et en font une opposition sans objet.

  • Par svidrigaylov - 27/05/2013 - 00:56 - Signaler un abus Pourquoi les athées sont-ils plus nombreux en France qu’ailleurs

    Personnellement, je suis athée depuis l'âge de 14 ans et ce n'est pas une "posture sociale". Le chiffre annoncé est plausible car les précédents sondages donnaient à peu de choses près les mêmes chiffres. NON, l'athéisme n'est pas une forme de croyance. Il est d'ailleurs remarquable que les croyants ne puissent pas imaginer que des gens n'aient aucune croyance, il faut à tout prix leur en affubler une. Je rejette toute forme de surnaturel, de spirituel, d'ésotérique, etc., car cela pollue toute réflexion rationnelle, scientifique… Le but des athées que je connais n'est pas de supprimer du-ie de l'esprit des gens, ni de faire quelque prosélytisme que ce soit, ils ne se sentent pas vraiment concernés, moi non plus. Ils vivent leur vie en souhaitant ne pas être continuellement perturbés par les informations relatives aux religions, qui pour moi sont des abjections. Pour répondre à la question du début, le cartésianisme, l'esprit des Lumières avec ses athées (Diderot, d'Alembert, d'Holbach, Sade…), la Révolution française qui, en établissant la République, a séparé, déjà !  – l'église de l'Etat, puis les révolutions du 19e s. et les lois laïques sont les facteurs de l'athéisme montant.

  • Par patrick25 - 27/05/2013 - 01:57 - Signaler un abus Ouvert.

    http://www.thebookedition.com/tetes-a-flaques-thiellee-patrick-p-96895.html Et pendant que les cathos manifestent, le parlement a voté une loi qui annule les CDI. Ceci sans qu'aucun syndicats ne bronche ! Dorénavant, le Medef a gagné, plus de contrat à durée indéterminé, nous sommes tous sur un siège éjectable. Sauf nos élus qui continuent à magouiller et à s'engraisser sur le dos des travailleurs...

  • Par svidrigaylov - 27/05/2013 - 02:09 - Signaler un abus @Isga

    @Isga Sauf que les anciennes pratiques payennes étaient des rituels avec chants, drogues et gesticulations. Que je sache, il n'y a aucun rituel chez les athées car, pour ceux que je connais, aucun n'a de réflexion ésotérique. Si les les gens qui fréquentaient les salons des 18 et 19es siècles pratiquaient le spiritisme et autres inepties, cette mode a quasiment disparu. La franc-maçonnerie, que j'ai fréquentée pendant un temps (+ de 15 ans), avait évidemment un rituel qui était plutôt perçu par beaucoup comme mécanique. Personnellement, je n'y attachais que très peu importance. Mais il me pesait, c'était lourd, donc j'ai démissionné car je suis paresseux. @Teo1492 Quand ont effectue un sondage sur les croyances dans les milieux scientifiques, le nombre d'athées dépasse largement les 50 %. Où est le déclin à cause de l'athéisme ? Les affirmations péremptoires n'apportent rien sans preuves. La France a commencé à s'éloigner de l'église catho en 1300, sous Philippe Le Bel. Depuis un différend avec le pape de l'époque, Boniface XIII, les évêques sont nommés par le chef de l'Etat (le roi, puis les suivants, jusqu'en 1905) et confirmés par Rome. C'est ce qu'on a appelé le gallicanisme.

  • Par Quid Novi - 27/05/2013 - 03:38 - Signaler un abus @Golvan / 26/05/2013 - 20:33

    vous avez au moins ça, faute de réflexion.

  • Par GodIsSuperior - 27/05/2013 - 16:29 - Signaler un abus Pourquoi les athées sont-ils si nombreux en France ?

    Parce que l'environnement dans lequel un individu grandit impacte sa vision de la vie. Cependant, nous, êtres humains, possèdont tous quelque chose de très précieux, un don, offert par le Seigneur lui-même : le libre arbitre. Nous sommes libres de croire ou de ne pas croire. Comme Satan qui a décidé de se rebeller, arrivera un jour ou nous aurons tous un choix à faire : Croire ce que l'Antéchrist nous diras ou refuser sa marque et être executé. J'espère que le Christ sera avec vous à ce moment là.

  • Par Montalte - 27/05/2013 - 22:46 - Signaler un abus Je conffirme qu'en 2005, le chiffre n'était qu'autour de 15%

    Ce doublement en 8 ans parait louche. Alors, 1) soit ce sondage est particulièrement biaisé ett devrait être confirmé 2) soit, comme le nombre de catho pratiquants reste faible mais stable depuis la même date (2005), que les musulmans, juifs et évangéliques (moitié des Protestants) sont plutôt plus croyants que la moyenne, cela veut dire une chose: ce sont les cathos non pratiquants qui sont des réservoirs à athées. (Avec un peu la même tendance chez les Réformés mais ils sont moins de 2%). Notons aussi que la plupart des gens qui se convertissent à l'Islam viennent de milieux très déchristianisés. Pas des familles cathos pratiquantes. Donc, si l'on excepte les croyants des autres religions et confessions encore minoritaires, il n'y aura plus que deux catégories de Français: les athées et les cathos, c'est-à-dire les cathos pratiquants. Finalement, c'est une bonne nouvelle que les kto mous disparaissent.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sébastien Philippart

Jean-Sébastien Philippart est philosophe. Il est Conférencier à l'Ecole Supérieure des Arts de Bruxelles. Il est également auteur pour la revue MondesFrancophones.com.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€