Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un père de famille de 41 ans euthanasié à sa demande parce qu’alcoolique : jusqu’où iront les Pays-Bas dans l’application de leur législation ?

Aux Pays-Bas, un homme de 41 ans a été euthanasié pour mettre fin à une longue lutte contre sa dépendance à l'alcoolisme. Un acte rendu possible par la loi néerlandaise, qui pourrait même élargir prochainement les conditions de recours à la fin de vie assistée.

Mort assistée

Publié le - Mis à jour le 2 Décembre 2016
Un père de famille de 41 ans euthanasié à sa demande parce qu’alcoolique : jusqu’où iront les Pays-Bas dans l’application de leur législation ?

Atlantico : Aux Pays-Bas, un homme de 41 ans a été légalement euthanasié car il était alcoolique et jugeait que la mort était le seul moyen pour lui de vaincre son addiction. Ne peut-on voir dans un tel cas de figure une certaine forme de dérive du principe de la fin de vie légale ?

Carine Brochier : Plusieurs éléments interviennent dans votre question.

Tout d’abord, soulignons le long combat, d’abord caché, de Mark Langedijk, cet homme abîmé par l’alcoolisme, qui a lutté. Le témoignage de son frère, Marcel, mentionne huit ans de descente en enfer et de 21 prises en charges par différentes structures hospitalières ou autres. La souffrance psychique de Mark, qui, selon les dires de ses proches, n’arrivait pas à exprimer ce qui se passait en lui, a dû être immense. On ne pourra le nier.

Or, selon le texte de loi dépénalisant l’euthanasie aux Pays-Bas, une personne majeure peut demander à être euthanasiée si elle subit une souffrance physique ou psychique insupportable et inapaisable, et que toutes les possibilités (maladie incurable) ont pu être envisagées. Maintenant, comme l’ont très justement exprimé récemment plus de 60 spécialistes, psychiatres et psychologues en Belgique, comment être sûr, dans le cas d’une maladie psychique, qu’un déclic ne se fera pas demain ou qu’un événement inattendu, une rencontre, un petit quelque chose, ne changera pas toute la donne, faisant que la personne soudainement commence à revivre ?

Les associations qui accompagnent les personnes alcooliques dans la durée témoignent que cela arrive parfois après dix ans de lutte ! Cela a été l’espoir des parents de cet homme dont on ne peut que saluer le courage.

Un autre aspect lié à l’euthanasie est celui de la liberté de la personne et à sa faculté de choisir la mort sans qu’aucune contrainte n’influence sa décision. Nous connaissons tous autour de nous des personnes fragiles et peut-être dépendantes à la drogue ou à l’alcool. Sont-elles vraiment libres de leurs choix ? La souffrance ne les enferme-t-elle pas dans un carcan qui les pousse aux extrêmes du non-retour ? Quid si un médecin accepte de participer à cet extrême non-retour ? Comment la personne malade et affaiblie pourrait-elle résister ?

Vous voyez, on croyait pouvoir inscrire dans une loi des conditions bien strictes que nous pourrions contrôler de A à Z, et aujourd’hui on réalise que, non seulement on peut difficilement contrôler ce qui est incontrôlable (souffrance insupportable, inapaisable), mais qu’en plus, il serait malvenu de vouloir contrôler parce que la personne souffre et que l’euthanasie est devenue une solution, un "acte de soin" comme un autre, accessible plus ou moins facilement au nom de la toute-puissance de l'autonomie.

Oui, il y a des dérives. Oui, nous nous autorisons à interpréter les termes de la loi. Et c’est l'une des raisons pour lesquelles, il vaut mieux, me semble-t-il, ne pas ouvrir la porte à la pratique de l’euthanasie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par edac44 - 01/12/2016 - 08:12 - Signaler un abus De "la Ballade de Narayama" à "l'âge de christal"

    Peut-on ou doit-on continuer à exister quand on est devenu un fardeau encombrant, voire une charge complétement inutile aux frais de son entourage ? ... et le plus souvent aux frais de la société ? En France, le cas des "Vincent Lambert" en est un triste exemple. Entretenir des légumes irrécupérables pendant des années aux frais du contribuable, soit plus d'un demi milliard d'euros par an pour des morts vivants peut interpeler !... Maintenant, si on décidait d'euthanasier tous les alcooliques de notre beau pays France, il ne resterait probablement plus "chez nous" que des étrangers aux accents du Sud et au teint basané !...

  • Par pale rider - 01/12/2016 - 08:12 - Signaler un abus Mille questions sont soulevées par ces pratiques

    cette personne incapable de s'infliger elle même la dose létale, alors que sa vie n'a été que lente destruction par l'alcool , incapable de se donner le dernier coup de pouce. Cette loi qui renverse le rôle du soignant qui devient exécuteur . Perversion à tous les étages . Ce que les nazis ont tenté : tuer tous les "inutiles" les jugés bancroches , les hollandais et les belges l'ont légalisé , bravo

  • Par cloette - 01/12/2016 - 09:31 - Signaler un abus Il y avait une autre solution

    Qu'il divorce, ne lutte pas , et attende la fatale cirrhose .

  • Par Fondation pour l'innovation politique - 01/12/2016 - 11:06 - Signaler un abus L'évolution de la législation sur l'euthanasie aux Pays-Bas

    En Octobre dernier le gouvernement néerlandais a déposé un projet de loi visant à faire entrer la notion de « vie accomplie » (ou « vie achevée ») dans la législation sur l’euthanasie. L’objectif est de permettre aux personnes âgées ou aux personnes incurables d’avoir accès à des moyens légaux pour mettre fin à leurs vies. Retrouvez l'article de Bastien Cueff sur Trop Libre, le média digital de la Fondation pour l'innovation politique: https://goo.gl/dciT6E

  • Par Ganesha - 01/12/2016 - 11:30 - Signaler un abus François Fillon

    L'interdiction du suicide, la négation du droit à disposer de sa propre vie, fait partie intégrante du Christianisme. Il est donc logique qu'elle soit actuellement remise en cause. On pourrait comparer avec la loi Weil : le but à éviter étant les suicides ratés : ne s'étant pas jeté d'un étage suffisamment élevé, on se retrouve paralysé en fauteuil roulant. D'un point de vue pratique, c'est beaucoup plus facile à résoudre qu'un avortement : il faut simplement s'assurer que la ''pilule de mort'' n'est pas utilisée pour assassiner quelqu'un d'autre ! Ouvrira-t-on des centres ''d'auto-euthanasie'', comme dans le film de 1974, le ''Soleil Vert'' ? Nettement plus efficace que la ''Réforme des Retraites'' de François Fillon !

  • Par cloette - 01/12/2016 - 11:54 - Signaler un abus Soleil vert

    Ce n'est pas le droit à s'euthanasier , c'est l'obligation de s'euthanasier quand on est devenu "inutile", c'est à dire au premier jour de sa retraite . Pour Fillon, sa victoire n'est rien d'autre que la défaite de la pensée unique .

  • Par Deudeuche - 01/12/2016 - 19:15 - Signaler un abus @Ganesha

    interdiction de disposer de sa propre vie et avortement; comparaison bizarre. Pas sûr que le fetus, humain en devenir, ait choisi d'être passé au hachoir et à l'aspirateur, dans le ventre de sa mère.

  • Par VV1792 - 01/12/2016 - 20:03 - Signaler un abus Abolition de la peine de mort

    Abolition de la peine de mort et euthanasie legalisee, cherchez l' erreur..

  • Par VV1792 - 01/12/2016 - 20:18 - Signaler un abus Le symptome que tout cela

    Le symptome que tout cela revele, est le vide existential immense qu' un grand nombre d' europeens ressentent. Pas d'Esperance, seulement de l' utilite de vivre et/ou de souffrir.. Si 2000 ans de christianisme, ses ecrits de milliers de saints, ses oeuvres de theologie indepassables, de temoignage de foi et de presence manifeste, sont totalement oublies, meconnus, jetes aux horties, remplaces par des raisonnements sur l' utilite ou non de souffir et donc de vivre materiellement, alors effectivement , on aboutit a ce fameux ''pourquoi pas?'' meme raisonnement que l' IVG, et comme le faisaient les Romains au temps de leur pleine decadence,pourquoi ne pas tuer les enfants a la naissance, après tout, c'est bcp plus facile.. A ce compte la, ce symptome, toujours le meme, nourrira sans fin les perdus de la foi, dont certains, au lieu de s' euthanasier, iront se jeter dans les flammes de l' islamisme...Ce ne sont evidemment pas les centre de deradicalisation qui resoudront l' existence de ce vide existential generalise.. La seule chose dont tout ces pauvres gens on besoin c'est de l' Esperance, d' aller voir un Pretre et d' enfin, tout comprendre. Paix a leurs ames..

  • Par Ganesha - 02/12/2016 - 10:01 - Signaler un abus Sauveur de l'humanité

    Pensez-vous vraiment que tous les fœtus passent neuf mois d'angoisse dans le ventre de leur mère à sucer leur pouce, en se répétant : ''Je suis un être exceptionnel, futur sauveur de l'humanité, pourvu qu'on ne m'avorte pas !''.

  • Par cloette - 02/12/2016 - 11:18 - Signaler un abus Quelle pitié !

    que celle d'avoir pour idéal de l'humanité, l'euthanasie, l'avortement, la fabrication des êtres humains en éprouvettes ou par GPA . C'est d'une médiocrité absolue . Si ce sont des maux nécessaires pour certains cas, à la rigueur, mais on n'en parle pas, et on n'en fait pas un combat glorieux ; C'est là où l'on voit la supériorité de celui qui pense que l'homme est autre chose qu'un singe .

  • Par Deudeuche - 02/12/2016 - 13:00 - Signaler un abus @cloette

    l'idéal des progressistes libertaires est uniquement motivé par la haine du christianisme, d'où leur extrême admiration pour l'Islam qui peut les aider dans leur détestation préférée. Ils justifient le meurtre "progressiste" parce que c'est pour eux un progrès, car ils ont en horreur tous les déterminismes surtout ceux de la vie! Ils sont évidemment contre la peine de mort ....pour les criminels logique implacable... et évidemment pacifistes à géométrie variable.

  • Par Ganesha - 02/12/2016 - 14:11 - Signaler un abus Libre arbitre

    Cloette, désolé, mais apparemment, vous n'avez rien compris ! C'est justement ce qui différencie les humains des singes. Nos amis de la Jungle donnent la vie ou subissent la mort selon la Volonté de Dieu ou les lois de la Nature. Nous, nous nous arrogeons le droit de prendre nos décisions par nous-même. C'est un combat qui n'a aucune raison d’être caché ou silencieux. Au contraire, chaque degré d'indépendance et de libre arbitre que nous conquerrons est un motif de fierté et de réjouissance ! Dieu a décidé qu'il était l'heure pour le soleil de se coucher... et moi, j'allume l'électricité !

  • Par cloette - 02/12/2016 - 14:26 - Signaler un abus Ganesha

    Vous n'avez pas conscience de deux choses : du temps , et de la durée de la vie terrestre par rapport à l'autre , et du dérisoire de la puissance de l'électricité par rapport à celle du soleil par exemple, Mozart fut un gènie , ainsi que bien d'autres à l'époque des lampes à l'huile .

  • Par Ganesha - 02/12/2016 - 15:01 - Signaler un abus Deudeuche, Cloette

    Je pense que c'est, au contraire, notre amie Cloette qui se laisse influencer par l'autre secte moyen-orientale. Le principe de base des musulmans, c'est que ''c'est Dieu qui décide''. Toute phrase où le verbe est conjugué au futur se termine par un Inch Allah (si Dieu le permet). Tout l'essor de l'Occident vient de notre volonté farouche de prendre nos décisions par nous-mêmes. De nous libérer de toutes les contraintes imposées par la ''Nature''. Et encore plus, de rejeter les hommes qui se prétendent ''prêtres'', en communication avec Dieu, et libres d'ajouter les règles les plus absconses, même s'il n'y en a pas de trace dans les textes sacrés. Évidemment, c'est Dieu qui aura le dernier mot, le jour où il nous enverra une météorite de la taille de celle qui a fait disparaître les dinosaures !

  • Par cloette - 02/12/2016 - 15:17 - Signaler un abus j'interviens à nouveau pour rectifier

    non je n'ai rien à voir avec la secte déviante, car vous ne comprenez pas ce que je dis je parle du génie humain et de l'intelligence de l'homme ( qui peut être prouvée par le progrès scientifique aussi bien que sous d'autres formes,) mais justement c'est elle qui prouve qu'il y a un mystère, le singe est resté singe , pas Cromagnon . C'est d'ailleurs dans la Bible où il est dit " peuplez la terre et soumettez la " ;Maintenant vous faites et pensez ce que vous voulez ....

  • Par Ganesha - 02/12/2016 - 15:38 - Signaler un abus Abonnés absents

    Dieu a effectivement donné à l'homme, sinon les ''Pleins Pouvoirs'', du moins la possibilité de faire ''Tout ce qui nous passe par la tête''. Et il faut bien reconnaître que nous avons commis un nombre remarquable d'énormes conneries. Ce que je conteste, c'est que Dieu soit intervenu ''le moins du monde'' sur sa planète après l'avoir créé. Dieu est aux ''Abonnés absents'' et nous sommes seuls dans l'univers. Les ''Dix Commandements'' sont un texte fondamental, mais purement humain, au même niveau que le Discours de Bénarès de Bouddha ou la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789.

  • Par cloette - 02/12/2016 - 16:01 - Signaler un abus Dieu est ux abonnés absents

    c'est exact , c'est voulu , sur ce point je suis d'accord pour ce qui est du collectif. Pour les individus il peut intervenir, mais de façon injuste et rare. mais je n'en sais pas plus, de plus la tendance catholique n'est pas la m^me que la protestante .Deudeuche doit avoir d'autres points de vue ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Carine Brochier

Carine Brochier est économiste de formation, mais s'est très vite positionnée sur les questions de bioéthique. Depuis dix ans, elle travaille au sein de l'Institut Européen de Bioéthique basé à Bruxelles. Elle anime débats, conférences et est l'auteur de nombreux rapports, dont Euthanasie : 10 ans d'application de la loi en Belgique.

Elle anime également quelques émissions dans les médias belges.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€