Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'histoire de France instrumentalisée ?

Le projet d'une "Maison de l'Histoire de France" lancé par Nicolas Sarkozy suscite la polémique. Plusieurs historiens dénoncent une machine à instrumentaliser le "désir d'histoire" des Français.

Polémique

Publié le

Le projet de musée central d’histoire nationale, baptisé du nom de « Maison de l’histoire de France », a été décidé par le président de la République Nicolas Sarkozy en septembre 2010, après la remise successive de trois rapports et sur fond de forte contestation sur les principes comme sur la méthode. Ce projet ambitionne de combler l’absence de grand musée d’histoire en France, « une exception française », selon l'un des rapports.

Mais son lancement s'est forgé dans un contexte de décision et de programmation inacceptable pour la bonne gouvernance de l’État, contraire aussi aux principes de création des institutions patrimoniales et scientifiques, défiant la réflexion intellectuelle qui doit nourrir les politiques culturelles, révélatrice enfin de l’instrumentalisation idéologique et électoraliste d’un défi nécessaire : celui de transmettre l’histoire et sa fabrique aux sociétés et aux personnes.

De nombreux sujets d'inquiétude...

Étudié méthodiquement, le dossier de la « Maison de l’histoire de France » se révèle accablant pour ses promoteurs. Les sujets d’inquiétude sont très nombreux :

  • Les rapports de préfiguration constituent des essais personnels emphatiques et non des études exhaustives et critiques comme cela doit être le cas.
  • Le montage administratif marginalise les autorités régulières qui, au besoin, sont sanctionnées comme ce fut le cas de la directrice des Archives nationales, Isabelle Neuschwander, brutalement limogée le 23 février  parce qu’insuffisamment prosélyte alors que sa direction de grande professionnelle n’était nullement en cause.
    • La fédération de neuf musées au sein de la « Maison de l’histoire de France » accélère le démantèlement du réseau des musées nationaux, sous prétexte de modernisation, et en procédant à un regroupement artificiel d’établissements qui perdront à terme leur autonomie et leur personnalité propre.
    • Les professionnels du patrimoine, les historiens professionnels, ont été ignorés (à l’exception des rares représentants figurant dans le comité d’orientation scientifique).
    • Le ministère de l’Éducation nationale et celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche, pourtant intéressés au premier chef, n’ont pas été consultés.
    • La décision d’installation de la « maison », imposée aux Archives nationales, occulte toute l’expérience muséale, muséographique et scientifique acquise en la matière par ces dernières.

 

Le souci de la réflexion, de la concertation et de la pédagogie - indispensables à la réussite des grands musées modernes d’histoire comme le montrent les exemples allemands de Bonn et de Berlin - est donc remplacé par la précipitation, la polémique et la surdité à un débat qui grandit. Les assurances apportées, sur la fin du calendrier électoral de la « Maison de l’histoire de France », sont démenties par le maintien des décisions d’Etat, relatives par exemple à la fédération des neuf musées acquise au 1er janvier 2012 ou bien la répartition des espaces au sein des Archives nationales – entre ces dernières et le nouvel établissement – qui interviendra bien avant l’élection présidentielle.      

Un projet politique imposé sans concertation

Les membres du conseil scientifique – qui tirent leur autorité statutaire du seul ministère de la Culture qui les a nommés - ont estimé que ce contexte politique, idéologique et administratif n’interférait pas décisivement dans la définition de la « Maison de l’histoire de France » auxquels ils contribuent. Ils ont imaginé qu’ils pouvaient s’en séparer, en découplant par exemple la question du lieu de la réflexion sur le projet et son contenu, – qui plus est, le lieu des Archives nationales où un musée d’histoire a marqué si fortement de son empreinte l’espace et l’institution. L’expression même de « Maison de l’histoire de France » est déjà un tout programme politique, porté par des acteurs politiques, encadré dans un agenda politique, imposé aux professionnels comme publics en dehors de toute consultation sérieuse. 

L’histoire de l’État et des politiques publiques démontre pourtant que les faits de contexte pèsent décisivement sur les programmes de création. Sa pratique dans nos recherches et nos enseignements nous ont convaincus d’opérer une critique générale des contextes de la « Maison de l’histoire de France », avant tout chose.

Un grand musée d’histoire de France mérite bien mieux que cette entreprise hautement contestable et contestée, lourde de leçons sur ce qu’il ne faut précisément pas faire en matière culturelle et scientifique. L’analyse des processus actuels de décision et de programmation est une nécessité pour les chercheurs en sciences sociales, afin que le débat public et la réflexion savante puissent s’exercer librement sur une question supérieure de société et de démocratie. C’est même la démocratie intellectuelle qui est en jeu dans cette affaire.

Nous la prenons très au sérieux. Les « douze recommandations pour la création d’un musée d’histoire », sur lesquelles s’achève notre ouvrage  Quel musée d’histoire pour la France ? (Armand Collin, 2011), veulent construire une réflexion apaisée et ordonnée sur une question d’une telle importance, au carrefour de la recherche, des musées, de l’histoire et de la société. Reconnaître les termes du désaccord, ne rien exclure de l’analyse, regarder par-delà les frontières et les époques, interroger les expériences et confronter les acquis, sont quelques-unes des exigences d’un débat… qui ne fait que commencer.   

 

 

* Voir les informations relatives à ces rencontres sur le site du groupe Musée, Histoire & Recherche et sur le site dédié à l’ouvrage.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par le Gône - 08/05/2011 - 12:15 - Signaler un abus Il est vrai..

    que cela doit déplaire aux bons "socialo" de présenter une histoire purgée des ponssifs .."communistes et autres idéologies gauchistes"nuisibles..qui envahisent a maches forcées nos têtes blondes depuis 1968..

  • Par Jebedee - 08/05/2011 - 15:40 - Signaler un abus C'est surtout un inutile gâchis d'argent

    Les dangers que vous soulignez ne sont pas si graves. Cette malheureuse Maison sera sous l'étroite surveillance de la communauté scientifique, laquelle possède de puissants relais dans les médias. Non. La raison pour laquelle il faut combattre ce projet est qu'il est inutile et coûteux. À la différence des "faits du prince" antérieurs (TGB, Branly), il ne répond à aucun besoin. Vraiment aucun.

  • Par JP van St Jans - 08/05/2011 - 22:11 - Signaler un abus Ah, manipuler l'Histoire et formater les cerveaux,

    ... rien de nouveau : c'était déjà la mission des hussards noirs de la République qui devaient enseigner une histoire de France, revue et corrigée, pour éliminer tout l'avant 1790 et le transformer en une bouillie détestable qui ferait aimer le gloruese IIIe République, laïque, anticléricale, positiviste, etc. Le travail de restitution du passé des Français a à peine commencé qu'il est déjà laminé

  • Par JP van St Jans - 08/05/2011 - 22:23 - Signaler un abus histoire officielle (suite)

    par les tenants de l'orthodoxie radicale. Aucun exemple de manipulation prouvée ne dérange ni ne modifie les croyances des successeurs des missi dominici de Ferry et consorts. La révolution française est l'alpha et l'oméga du bien-être des Français. Point.

  • Par NOVY12 - 09/05/2011 - 07:10 - Signaler un abus L'Histoire de France

    En parlant d'histoire faut il rappeler que Louis XIV et Napoléon ont disparu des manuels du secondaire au profit de l'histoire d''un empereur Africain !! C'est le grand comité de vigilance de l'histoire de France qui a milité pour cette substitution afin de ne plus choquer les élèves d'origine africaine.... On le voit bien tous ces anciens maoistes souhaitent la disparition de la Nation ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Isabelle Backouche et Vincent Duclert

Isabelle Backouche est maîtresse de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Vincent Duclert est professeur agrégé à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Ils sont, avec Jean-Pierre Babelon et Ariane James-Sarazin, les auteurs du livre Quel musée d'histoire pour la France ? (Armand Colin, 2011).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€