Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 28 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

iPad : un danger pour le développement intellectuel des enfants

Les applications à vocation éducative pour les plus jeunes s'accumulent sur App Store et séduisent de plus en plus de parents. Toutefois, les apparences sont trompeuses, ces applications ne facilitent pas le développement des enfants et il vaudrait mieux les en préserver, en tout cas jusqu'à 9 ans.

Tablette comme ses pieds

Publié le

Atlantico : Les pédopsychiatres mettent de plus en plus en doute l'idée selon laquelle les applications éducatives sur Ipad faciliteraient le développement intellectuel des plus jeunes. Les enfants peuvent-ils être des utilisateurs fréquents des tablettes sans que cela ne devienne dangereux pour leur cerveaux?

Pierre Delion : En ce qui concerne les tablettes, statuer sur un danger clair et net serait peut-être un peu prématuré car c’est un phénomène très nouveau.

On peut dire toutefois qu’il existe deux types d’écrans : celui devant lequel l’enfant est assis, passif et qui est toxique pour son développement, et celui où l'enfant est actif parce qu’il joue. Le tout est de savoir si l’enfant peut s’en détacher sans colère ni frustration. Sinon cela montre qu’une forme d’addiction est déjà en train de s’installer. 

Les écrans permettent-ils réellement de favoriser leur développement en permettant une souplesse ou une rapidité d’analyse que d’autres enfants ne connaissent que plus tard ?

Non, je ne le pense pas. Ce qui permet réellement à un enfant de se développer intellectuellement tient à son interaction avec ses parents, la connaissance de son corps, et sa capacité à fabriquer des représentations psychiques. Les suppositions que vous évoquez ne reposent pas sur l’évolution de l’enfant lui-même.

Les parents ont-ils tort de confronter leurs enfants très jeunes à l’iPad ?

Oui. On avait déjà averti les parents pour la télévision, par exemple, en leur recommandant de la leur épargner jusqu’à 3 ans environ, puis jusqu’à six ans, à petite doses, et toujours en présence des parents. Entre 6 et 12 ans on peut commencer à jouer sur les écrans sans danger mais toujours sous contrôle. Or ce n’est pas du tout ce qui se passe aujourd’hui, les écrans sont le plus souvent en libre service pour les enfants et ce quel que soit leur âge : l’idée selon laquelle cela peut les rendre plus intelligents circule, mais elle est fausse.

Pourtant certains psychiatres relèvent les effets bénéfiques des applications telles que Merry Cube qui permettent aux bébés d’empiler les cubes les uns sur les autres sur leur développement, d’autres en revanche mettent en avant la difficulté qu’aura l’enfant à intégrer par la suite le concept des cubes dans la réalité. Comment tranchez-vous sur cette question ?

Tout dépend de l’âge de l’enfant. Un enfant de dix-huit mois est différent d’un enfant de dix ans. Les enfants très jeunes sont capables de s’adapter aux espaces de façon très rapide, et ils apprennent à maîtriser l’image de façon incroyable. Pour eux c’est une autre représentation du monde qui concerne le monde biplan des cubes tel qu’il est conçu sur une tablette. Par rapport au monde dans lequel ils évoluent c’est une autre réalité et il va falloir un moment plus ou moins important pour qu’ils fassent la corrélation entre les deux, surtout quand ils sont tout petits. 

Mais l’argument publicité des vendeurs consiste souligner la rapidité d’apprentissage sur la tablette en disant que faciliter l’accession au monde virtuel permet de faciliter l'entrée dans le monde réel. Mais cela n’a pas été démontré.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bienaaix - 06/06/2012 - 10:04 - Signaler un abus Aucune argumentation

    Je ne suis pas pour laisser un enfant devant un écran pendant des heures également. Mais lorsqu'un professionnel est interrogé, il serait bon qu'il argumente ses propos. Cet interview n'apporte absolument rien.

  • Par Yann - 06/06/2012 - 11:16 - Signaler un abus Le discours est maladroit

    Le problème n'est pas l’écran en lui même qui n'est qu'un support visuel différent. Le problème est de laisser l'enfant seul devant sans personne pour recadrer le contexte. La dissociation du réel / virtuel a lieu très tard dans son développement intellectuel.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Delion

Pierre Delion est pédopsychiatre. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages telles que la Fonction Parentale, Accueillir et soigner la souffrance physique de la personne et plus récemment La consultation avec l'enfant aux Editions Elsevier Masson.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€