Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Gérard de Villiers à l'honneur dans le New York Times : l'écrivain qui en savait autant qu'un espion

L'auteur français a passé une bonne partie de sa vie à cultiver ses relations avec des espions et des diplomates du monde entier.

Nul n'est prophète en son pays

Publié le
Gérard de Villiers à l'honneur dans le New York Times : l'écrivain qui en savait autant qu'un espion

Gérard de Villiers est aussi le patron des éditions éponymes qui publient les séries "Alix Karol" ou encore "La Brigade Mondaine". Crédit DR

Nul n’est prophète en son pays… Si Gérard de Villiers est plus que "sous-estimé" en France, l’auteur de la série SAS a pourtant eu l’honneur d’apparaître dans les colonnes du New York Times. Le quotidien de référence dresse de lui un portrait plutôt élogieux puisqu’il le compare aux géants du roman d’espionnage que sont John Le Carré et Tom Clancy.

C’est que notre petit frenchy a en fait un beau palmarès à son actif : l’écrivain de 83 ans qui a publié son premier livre – SAS à Istanbul – en 1965 est le père de 196 romans, avec un rythme de publication de 5 livres par an... Selon un article de Libération paru en 2007, chaque livre de la série serait publié à 200 000 exemplaires, ce qui fait qu’il vendrait plus d’un million d’exemplaires par an !

Mais au-delà de ces chiffres records, l’article américain s’est surtout intéressé au fond de ces "romans de gare" qui attirent l’attention des services de contre-espionnage du monde entier. Ainsi dans un livre publié en juin 2012, Le Chemin de Damas (le numéro 193 de la série), Gérard de Villiers "dépeint de manière très vivante Bachar al-Assad et son frère Maher, ainsi qu’un certain nombre de lieutenants et alliés peu connus des non-initiés. Le livre détaille [également] un coup d’Etat avorté qui était soutenu secrètement par les agences d’espionnages américaines et israéliennes. Et surtout, il décrit une attaque contre l’un des centres de commandements du régime syrien, situé près du palais présidentiel de Damas" explique le quotidien new yorkais. Une attaque qui aura effectivement lieu, un mois après la sortie du livre.

Et ce n’est pas la première fois que de Villiers prophétise des événements de cet acabit. C’est que la série SAS, en plus de ses couvertures "érotiques" et ses scènes de sexe plus que torrides, contient également des informations sur des attaques terroristes, sur l’espionnage et des guerres qui n’ont jamais été publiées ailleurs auparavant. L’article du New York Times explique ainsi que Gérard De Villiers "a passé la plus grande partie de sa vie à cultiver ses relations avec les espions et les diplomates du monde entier, et qu'ils ont l’air d’apprécier apparaître, eux et leurs secrets", dans les livres de la série SAS (leur nom bien évidemment modifiés). 

Il y a un an, continue le New York Times, Gérard de Villiers a publié un livre traitant de la menace de groupes islamistes dans une Libye post-révolutionnaire et du rôle de la CIA. Les fous de Benghazi est paru 6 mois avant la mort de l’ambassadeur américain J. Christopher Stevens, et il incluait les descriptions d’un centre de commande top secret de la CIA qui aurait joué un rôle important dans la mort de Stevens. En 1980, il a écrit un roman dans lequel des militants islamistes assassinent le président égyptien, Anwar Sadat, un an avant que son assassinat ait vraiment lieu ! Interviewé par le journaliste du New York Times sur la provenance de ces informations, l’auteur français répond : "Les Israéliens savaient que ça allait arriver. Et ils n’ont rien fait."

Alors  : ignoré royalement par ces compatriotes, le père de SAS ? "L’élite française jure qu’elle ne le lit pas, mais tout le monde le lit en fait" explique ainsi Hubert Védrine, un des seuls à avouer avoir lu presque tous ses livres. D’ailleurs l’ancien ministre des Affaires étrangères explique qu’il lisait toujours les SAS avant de visiter un pays, afin de savoir ce que pensait les services secrets français sur la situation du pays en question.

On ne regardera plus les romans de gare de la même façon…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cbrunet - 02/02/2013 - 07:36 - Signaler un abus Enfin !

    C'est bon de se sentir normal de temps à autre ! Merci Mr de Villiers . Que Védrine n'en parle pas à Guimauve, après le Mali il serait capable de nous faire l'Algérie !

  • Par LIBERAL44 - 02/02/2013 - 08:09 - Signaler un abus Ce qui restait sans surprise dans les SAS

    C'était le comportement d'Alexandra....

  • Par gegemalaga - 02/02/2013 - 10:39 - Signaler un abus SAS realité

    ah oui ; tres bien documenté ; instructif ; et si certains avaient lu le n° 195 ( sept. 2012): ils n'auraient pas ete surpris par le niveau des armements des rebelle au Mali ... !!! et quand on relis les anciens n° , c'est assez fassinant . ( malheureusement il m'en manque qq'uns ...). gegemalaga

  • Par Gengis - 02/02/2013 - 11:50 - Signaler un abus Cachez ce SAS ...

    ... que je ne saurais voir, mais que je lis bien volontiers. Comme quoi il n'est pas que les espions, diplomates et autres honorables correspondants pour faire dans la tartufferie quand les moins communs des mortels s'y prélassent pareillement.

  • Par parislanuit - 02/02/2013 - 19:42 - Signaler un abus Trop Fort, notre Gégé national!

    çà alors...si j'avais su. je me serais déjà abonné. mais, pas de chance, je suis militaire, et trop bien placé pour savoir qu'un jour sa boite de pillule lui a été refusée par les autorités militaires à kaboul. gégé, vexé, s'est plaint...et a fini à l'hopital de kaboul, comme tout le monde. mais, pas pour blessures de guerre...ben, tant mieux si un journal américain dit que c'est nostradamus. nous, on sait bien que...c'est sympa à lire, mais limité.au fait: s'il pouvait me dire si on va avoir un peu de renfort au mali...ce serait cool!

  • Par parislanuit - 03/02/2013 - 21:51 - Signaler un abus décidément!

    Lorsqu on dit que les français parlent mal l'anglais, exact: traduire au présent (le verbe to know) et non à l'imparfait!! donc il faut traduire: l'auteur de romans d'espionnage QUI EN SAIT TROP...bon. Quant au reste, il semble qu'infogreffe précise clairement que gégé a fait faillite...donc, quid de "Brigade Mondaine" et des autres??? La suite au prochain numéro!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€