Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Financement du terrorisme : ce qu’il est possible de dire du rôle de l’Arabie Saoudite et du Qatar (et pourquoi la Russie peut changer la donne)

Laurent Fabius, chef de la diplomatie française, a affirmé mercredi 18 novembre dans l'hémicycle que les accusations de financement des groupes djihadistes qui pèsent sur les pays du Golfe n'étaient pas avérées. Des propos déjà tenus par Manuel Valls la veille sur France Inter, à quelques heures de sa rencontre avec le Premier ministre du Qatar. Des affirmations contredites par beaucoup de spécialistes de la question.

Dessous de table

Publié le
Financement du terrorisme : ce qu’il est possible de dire du rôle de l’Arabie Saoudite et du Qatar (et pourquoi la Russie peut changer la donne)

Le Qatar finance-t-il le terrorisme ? Crédit Reuters

Atlantico : Quelques heures avant sa rencontre avec le Premier ministre du Qatar, Manuel Valls a déclaré sur RTL à propos de l'implication de l'Arabie saoudite et du Qatar dans le financement du terrorisme "Je n'ai pas de raison de douter de l'engagement de ces deux gouvernements". Quels sont exactement les soupçons qui pèsent sur ces deux pays du Golfe ? Sur quoi se fondent-ils ?

Roland Lombardi : Il est difficile de prouver noir sur blanc que le Qatar et l’Arabie saoudite financent des organisations terroristes.

 

Surtout, que ces financements sont le fait, la plupart du temps, moins des Etats et de leurs gouvernements que de particuliers, de fondations ou d’organisations originaires de ces deux pays.

Mais par déduction et grâce à certaines révélations et enquêtes sérieuses, nous pouvons conclure que oui, d’une certaine manière, Doha et Riyad financent (du moins de manière indirecte et discrète) des mouvements terroristes.

 

On se souvient tous du rôle de l’Arabie saoudite dans la guerre d’Afghanistan lorsqu’elle financait et soutenait (avec les Américains et les Pakistanais) les moudjahidines (cf. Oussama Ben Laden) contre les Soviétiques, puis plus tard, à partir de 1994, les Talibans avec qui elle partage le même corpus politico-religieux du wahhabisme… Dans les années 1990, Riyad a été très influente dans les guerres des Balkans puis dans les troubles du Caucase. C’est d’ailleurs à partir de 1990 que Moscou interdit le wahhabisme sur son sol et expulse les imams d’origine ou sous influences saoudiennes

 

Quant au Qatar, pour rappel, en mars 2014, le sous-secrétaire américain au Trésor, responsable de la lutte contre le financement du terrorisme, a révélé que l’émirat, qui est pourtant un allié de Washington, finançait depuis de nombreuses années le Hamas. N’oublions pas que durant l’été 2014 et l’opération israélienne « Bordure protectrice » à Gaza, le Qatar avait menacé d’expulser le chef du bureau politique du Hamas installé à Doha, Khaled Mechaal, si celui-ci acceptait les propositions égyptiennes dès le début du conflit…

Par ailleurs, les liens du Qatar avec d’autres mouvements dangereux pour le Moyen-Orient sont de notoriété publique. Ainsi, les relations du Qatar avec le Hamas s’inscrivent parfaitement dans la politique étrangère de l’émirat depuis quelques années…

 

En juin 2013, les Talibans n’ont-ils pas été autorisés à ouvrir un bureau diplomatique à Doha ?

Le rôle du Qatar semble aussi important en Afrique du Nord. Ainsi, la presse française et certains spécialistes ont révélé que Doha apportait un soutien financier à des éléments djihadistes dans le Nord du Mali mais aussi à certaines tribus séparatistes touaregs. Les services spéciaux français mais aussi algériens ont alerté les autorités françaises sur un probable financement d’Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) par des Qataris. D’ailleurs, avant l’intervention de l’armée française au Mali, rappelons que la seule organisation humanitaire autorisée dans le nord du pays était le Croissant-Rouge du Qatar…

En Libye aussi, le Qatar est soupçonné d’entretenir des liens très étroits avec des groupes islamistes depuis la chute de Kadhafi, comme s’en était alarmé le Premier ministre libyen de transition, Mahmoud Jibril…

 

Quant à la Syrie et l’Irak, ce sont peut-être les zones où le Qatar et l’Arabie saoudite ont été les plus actifs ces dernières années. En effet, depuis le début de la guerre civile en Syrie, les deux monarchies du Golfe ont mis toute leur énergie pour dominer l’opposition syrienne. C’est pourquoi, jusqu’à la scission d’avril 2013, Riyad et Doha ont soutenu le Front Al-Nosra. Cette organisation, qui rappelons-le, est affiliée à Al-Qaïda et inscrite pourtant sur la liste noire des terroristes de Washington ! Après le printemps 2013, lorsqu’Al-Nosra s’est donc séparé de l’Etat islamique (EI) dirigé par al-Baghdadi, Doha s’est alors tourné vers l’EI à l’inverse de Riyad qui poursuivit, elle, son financement d’Al-Nosra…

Enfin, le Qatar reste le plus grand bailleur de fonds des Frères musulmans au Moyen-Orient et en Europe. Mais les Frères musulmans peuvent-ils être considérés comme des terroristes ? En tout cas, ils le sont officiellement pour l’Arabie Saoudite, la Russie et le président égyptien Al-Sissi.

Quant à l’Arabie saoudite, elle soutient et finance la plupart des mouvements salafistes à travers le monde…

 

Pourquoi l'Arabie saoudite et le Qatar financeraient-ils le terrorisme islamiste ?

L’Arabie saoudite, et encore moins le petit Qatar, n’ont pas d’armée digne de ce nom. Il n’ y a pas de tradition guerrière ou militaire comme par exemple en Egypte. On en voit d’ailleurs le résultat avec l’intervention saoudienne au Yémen depuis mars 2015 et qui est d’ores et déjà ratée. Par ailleurs, rappelons que depuis 1945 et le pacte du Quincy, le royaume saoudien est sous la protection des Etats-Unis (cf. la guerre du Golfe de 1990)…

 

C’est donc avec leurs pétrodollars que les monarchies du Golfe ont pu s’offrir des allégeances et des influences, à la fois diplomatiques et religieuses, à travers le monde.

Lorsqu’il fallait « muscler » ces influences, financer et soutenir des milices islamistes voire des groupes terroristes fut alors la solution.

 

Le Qatar et l’Arabie saoudite (malgré toutefois une certaine rivalité et une opposition de vue) ont donc exploité le chaos provoqué par les « Printemps arabes » afin d’aider les Frères musulmans et les salafistes à renverser les régimes traditionnels arabes. Doha et Riyad ont alors présenté la Turquie islamo-« démocrate » d’Erdogan (proche des Frères musulmans) comme un exemple auprès des naïfs Occidentaux…

Lorsque au bout de presque cinq ans, cette stratégie s’avéra être un échec partout, en Tunisie, en Egypte et surtout en Libye et en Syrie, les monarchies du Golfe ont tout de même continué à financer et aider les milices islamistes notamment dans ces deux derniers pays…

 

On parle également d'un financement du terrorisme par de riches particuliers ou associations du Qatar ou d'Arabie saoudite … Qu'en est-il ?

Un exemple : Il y a un millier de princes en Arabie saoudite. Les luttes au sein du pouvoir du royaume étant féroces et intenses, chaque prince joue sa propre partition avec ses propres deniers dans la région et la plupart du temps pour des raisons internes (recherche du soutien de certains religieux souvent opposants du roi, allégeance de futurs appuis extérieurs - l’EI a menacé d’ailleurs le royaume - au cas où, pressions sur le roi, etc. …).

 

Les gouvernements saoudiens et qataris ferment-ils volontairement les yeux ? Si oui, pourquoi ?

Au début de la révolte syrienne contre Assad, par exemple, le patron des services de renseignements saoudiens, le prince Bandar Bin Sultan, avait réussi à convaincre le roi Abdallah, déjà très malade, qu’il fallait « combattre par tous les moyens » le régime d’Assad, ennemi numéro un de Riyad car allié du grand rival, l’Iran. Ainsi, faire tomber Bachar el-Assad était un des moyens de contrecarrer l’influence grandissante de Téhéran dans la région.  En Irak, appuyer Al-Qaïda était aussi une stratégie afin de nuire et d’affaiblir le pays à majorité chiite et sous influence iranienne. Mais lorsque l’EI, issu d’Al-Qaïda, s’est développé et s’est de plus en plus émancipé de la tutelle financière et politique de ses parrains du Golfe, tout en menaçant ouvertement le royaume saoudien, le monstre, qu’ils avaient aidé à créer, devint alors incontrôlable…

 

Où en est-on aujourd'hui ? La tendance est-elle à l'augmentation de ces financements ou plutôt à leur réduction ?

Je l’ai dit plus haut, la politique de l’Arabie saoudite et du Qatar depuis ces dernières années dans la région est un véritable fiasco. D’autant plus que l’intervention Russe en Syrie risque d’en être le coup de grâce. Sans parler, suite aux derniers attentats de Paris, du virage à 360° de la diplomatie française envers Moscou et qui était pourtant, jusqu’à présent, la plus conciliante avec Riyad et Doha. La Turquie (confrontée à de graves problèmes internes) et même les Etats-Unis sont même sur le point de s’entendre avec le Kremlin…

 

Il semblerait alors que le Qatar ait grandement réduit ses aides et ses financements à des groupes jihadistes. Ce phénomène est d’ailleurs visible depuis plusieurs mois déjà. En effet, les Frères musulmans, les protégés de Doha, ont été écartés en Tunisie et sont pourchassés en Egypte. En Syrie, les milices que soutenait le petit émirat sont au plus mal. Toujours en Syrie et en Irak, l’EI qui, selon les experts, possèderait un patrimoine de 2 260 milliards de dollars, n’a plus besoin de l’argent qatari. Même à Gaza, le financement du Hamas par le Qatar est à présent scrupuleusement surveillé par les banques égyptiennes… Enfin, sous la pression internationale et dans le but de préserver ses investissements à l’étranger mais aussi afin de redorer son image déjà bien écornée par les médias occidentaux et même français, le Qatar a finalement et discrètement décidé de se retirer « du jeu ».

 

Quant à l’Arabie saoudite, depuis un an et demi, sous l’égide du prince Mohammed Ben Nayef, l’homme de l’anti-terrorisme et aujourd’hui héritier du trône, Daesh et Al-Qaïda ont été placés sur la liste des organisations terroristes à combattre. Cependant, en Arabie, les sympathisants jihadistes sont nombreux et cela se voit clairement sur les réseaux sociaux. Pour preuve aussi, cet appel, il y a quelques semaines, d’une cinquantaine de religieux saoudiens exhortant les pays arabes et les musulmans à apporter un soutien « moral, matériel, politique et militaire » aux jihadistes en Syrie contre Assad et surtout les Russes. Comme nous l’avons vu précédemment, certains princes financent encore et fournissent en armes les « rebelles » syriens et les combattants d’Al-Nosra. Les autorités saoudiennes sont inquiètes de ces agissements et de la colère de certains. Ainsi, elles ferment les yeux et peut-être y participent même aussi afin de ménager la chèvre et le chou. Mais le cœur n’y est plus. Devant l’évolution des positions occidentales, l’éventualité d’un accord sur le maintien (provisoire ?) de Bachar el-Assad au pouvoir et d’une seule coalition contre Daesh, unissant Russes, Américains et à présent Français, Riyad est de plus en plus isolé diplomatiquement. D’autant plus, que les Etats-Unis semblent vouloir se rapprocher de l’Iran. Si nous ajoutons à cela, les tensions et les luttes de pouvoir, le gouffre financier que provoquent la guerre au Yémen et surtout la politique de baisse du prix du baril, un stress hydrique sans précédent…l’Arabie connaît et va connaître des difficultés de plus en plus grandes. C’est pourquoi le roi Salman et son entourage souhaitent une plus grande fermeté envers les supporters d’une politique qui a échoué et surtout, engager le dialogue (qui a commencé) avec les Russes qui sont devenus incontournables et qui peuvent devenir finalement un contrepoids à l’inexorable influence de l’Iran. Au final donc, il est fort probable, qu’à plus ou moins long terme, nous assistions à une réduction de ces financements qui sont d’ailleurs de plus en plus critiqués par les Occidentaux.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 20/11/2015 - 12:39 - Signaler un abus Quels clowns ces Fabius et Valls-la-führer!

    Leur complaisance avec Qatar, Arabie saoudite et Turquie frise le syndrome de Stockholm! Maintenant que le monde entier sait que ces trois pays sont des acteurs directs ou indirects du terrorisme et de l'islamisation de l'UE, de la déstabilisation jihadistes du Moyen-Orient, ils jouent aux singes aveugles et sourds...mais toujours bavards! Quelle est leur stratégie? Pétrolière? Préserver les ventes d'armes et d'usines de déstalinisation à ces pays terroristes? Arriveront-ils, comme Sarko-le-tricheur et Bush-le-menteur à devoir les envahir, après les avoir tolérés et choillés pendant tant d'années? Ridicule! Car l'heure n'est plus aux compromis foireux. L'heure est à compter ses alliés et dire que ceux qui jouent double ou triple-jeu sont, dorénavant, des ennemis!

  • Par vangog - 20/11/2015 - 12:39 - Signaler un abus Quels clowns ces Fabius et Valls-la-führer!

    Leur complaisance avec Qatar, Arabie saoudite et Turquie frise le syndrome de Stockholm! Maintenant que le monde entier sait que ces trois pays sont des acteurs directs ou indirects du terrorisme et de l'islamisation de l'UE, de la déstabilisation jihadistes du Moyen-Orient, ils jouent aux singes aveugles et sourds...mais toujours bavards! Quelle est leur stratégie? Pétrolière? Préserver les ventes d'armes et d'usines de déstalinisation à ces pays terroristes? Arriveront-ils, comme Sarko-le-tricheur et Bush-le-menteur à devoir les envahir, après les avoir tolérés et choillés pendant tant d'années? Ridicule! Car l'heure n'est plus aux compromis foireux. L'heure est à compter ses alliés et dire que ceux qui jouent double ou triple-jeu sont, dorénavant, des ennemis!

  • Par de20 - 20/11/2015 - 17:00 - Signaler un abus Hélas mais c est ainsi le

    Hélas mais c est ainsi le manichéisme en diplomatie n a pas cours, Le dessous des cartes biseautées ne sont qu une addition de signes que l on manipule afin d en tirer le meilleur résultat.

  • Par de20 - 20/11/2015 - 17:03 - Signaler un abus correction : Le dessous des

    correction : Le dessous des cartes biseautées n est....

  • Par Cervières - 21/11/2015 - 18:36 - Signaler un abus 360°

    Un virage à 360° nous projette dans la même direction (180 ° pour un demi-tour).

  • Par cloette - 22/11/2015 - 21:58 - Signaler un abus hypocrisie

    ils le savent très bien , comme on sait très bien aussi que les US ont depuis toujours la mauvaise habitude de pactiser avec qui il ne faut pas ( les Talibans par exemple pour gêner les Russes ) , lebruit avait aussi couru qu'ils appuyaient le GIA en Algérie ( ? )

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Lombardi

Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste chez JFC-Conseil. Il est par ailleurs docteur en histoire et chercheur associé à l'IREMAM, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-Marseille Université, également membre actif de l’association Euromed-IHEDN.

Il est spécialiste des relations internationales, particulièrement de la région du Maghreb et du Moyen-Orient, ainsi que des problématiques de géopolitique, de sécurité et de défense.

Sur Twitter @rlombardi2014

Sur Facebook 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€