Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Février 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

De l'Etat islamique à la Thaïlande en passant par Cuba : sur les traces des agresseurs sexuels et des réseaux de prostitution

Le quatrième rapport de la Fondation Scelles, qu'Atlantico a lu, nous fait faire un tour du monde de l’exploitation et de la traite des femmes et des enfants mineurs. Aux Philippines. A Cuba. Au Pakistan. Et même du côté de l’Etat Islamique. Avec à la manœuvre des réseaux mafieux puissants et parfaitement organisés. Heureusement, grâce à une prise de conscience, commencent ici et là à se mettre en place des réponses pénales à tous ces trafics.

Un réseau mondial

Publié le - Mis à jour le 27 Mai 2016
De l'Etat islamique à la Thaïlande en passant par Cuba : sur les traces des agresseurs sexuels et des réseaux de prostitution

Dès 2015, note le rapport, entre 450 et 500 femmes yézidies seront conduites dans le nord de l’Irak. Le tiers d’entre elles sera "distribué" aux combattants de l'EI à titre de récompense ou vendues comme esclaves en fonction de leur âge. Crédit Reuters

  • Le rapport de la Fondation Scelles nous révèle une fois encore que pratiquement pas un pays au monde n’échappe à la traite des femmes, des enfants, à la prostitution et au harcèlement

  • En Europe, 50 000 Nigérianes se livrent à la prostitution ; rien que pour l’Italie elles seraient 10 000

  • Avec la guerre civile en Syrie, l'Etat Islamique, notamment en Irak, force des jeunes femmes à se prostituer à Bagdad, Bassora et au nord du pays

  • Aux Etats-Unis et en France, les armées ne sont pas exemptes de reproches. Mais dans ces deux pays, les femmes militaires qui subissent du harcèlement de la part de leurs frères d’armes hésitent à porter plainte

Un rapport qui donne le vertige.

Tout au long des 550 pages, voici une plongée abyssale qui recense toutes les formes de prostitution, de traite des femmes, d’enfants, d’agressions sexuelles, bref tout ce qui contribue à avilir l’être humain. A l’origine de cette somme qu'Atlantico a pu lire : la Fondation Scelles*, présidée par un haut magistrat unanimement respecté qui fut en son temps le plus jeune procureur général de France, Yves Charpenel, aujourd'hui premier avocat général près de la Cour de Cassation.

C’est ainsi que grâce à des enquêtes extrêmement fouillées, on apprend par exemple qu’en 2014, la ville de Juarez au Mexique comptait en moyenne 800 jeunes filles exploitées dans le commerce du sexe. Qu’en Europe, 50 000 Nigérianes se livrent à la prostitution, dont 10 000 pour la seule Italie. Qu’à Manille aux Philippines, 1,5 million d’enfants qui vivent dans les rues se livrent à la prostitution. Manille, qui serait selon le rapport "l’hypermarché mondial de la prostitution des enfants"… Au Pakistan, la situation est tout aussi épouvantable : une enquête révèle que sur 200 garçons âgés de 5 à 18 ans, interrogés dans le cadre d’une étude sur la violence en 2008, 88% d’entre eux ont reconnu avoir subi des violences sexuelles, tandis que 92% d’entre eux ajoutaient avoir consommé des drogues. La même étude révélait que les auteurs les plus fréquents de ces violences étaient des policiers, des chefs de gang et des camionneurs. Au Pakistan, comme dans les pays cités ci-dessus, pas question de témoigner et de dénoncer les violeurs. Une jeune fille de 14 ans, victime de violences sexuelles en 2013, avait voulu dénoncer ses agresseurs. Menacée, elle dut y renoncer, allant jusqu'à dire qu’elle avait donné son consentement. Certes, si la traite des êtres humains constitue toujours un drame, elle a atteint en Thaïlande le summum de l’horreur.

C’est ainsi qu’à l’occasion de découvertes de charniers en Thaïlande, à la frontière malaisienne, ont été découvertes 139 fosses et 28 camps de migrants, victimes de traite. En Thaïlande, 30 à 60 000 enfants se prostitueraient. Quelques efforts y ont été entrepris, non pas pour éradiquer la prostitution - ne rêvons pas -, mais pour lutter plus efficacement contre elle. C’est ainsi qu’en vertu de la loi martiale instaurée en 2014, les policiers peuvent désormais perquisitionner sans mandat dans les bars à karaoké. Les résultats ne se sont pas fait attendre : en octobre 2014, grâce à cette loi, la police a pu arrêter un tenancier de bar qui exploitait 13 Laotiennes, dont six jeunes filles mineures. A Cuba, il arrive parfois que des enfants de quatre ans se livrent à la prostitution.  

Aux Etats-Unis, en raison de l’apparition d’Internet, la prostitution, un délit dans 49 Etats sur 50 - elle n’est légale que dans le Nevada -, n’apparaît dans les rues que dans 10 à 20% des cas.

Bien évidemment, dans un tel recensement parfois nauséabond, le rapport ne pouvait faire l’économie de précisions sur les conséquences directes et indirectes du conflit au Moyen-Orient, notamment la guerre civile en Syrie. Au Liban, en Jordanie, en Turquie, de nombreux camps de réfugiés syriens ont vu le jour. Ces réfugiés constituent une proie facile pour les réseaux de prostitution à l’affût de "marchandises". En Jordanie par exemple, 6 individus ont été poursuivis pour avoir forcé une jeune réfugiée syrienne de 17 ans à 21 mariages temporaires à des fins de prostitution pendant 2 ans. En mars 2015, un trafiquant turc soupçonné d’être lié à l’Etat Islamique a été condamné pour avoir contraint des jeunes filles syriennes à se prostituer dans le sud du pays. Des jeunes Syriennes ont été aussi contraintes de se prostituer dans des hôtels à Bagdad, Bassora ou dans le sud de l’Irak. Comment ne pas évoquer encore, en lien avec les divers conflits du Moyen-Orient, "le régime de violence sexuelle, d’esclavage, d’enlèvement  et de traite des personnes" instauré par l’Etat Islamique ? Dès 2015, note le rapport, entre 450 et 500 femmes yézidies seront conduites dans le nord de l’Irak. Le tiers d’entre elles sera "distribué" aux combattants de l'EI à titre de récompense ou vendues comme esclaves en fonction de leur âge. Bon nombre de ces "esclaves" sont violentées, comme l’attestent de nombreux témoignages.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à l'Express, chargé de l'investigation.

 

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée et La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut), et La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€