Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 25 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et maintenant, Google annonce l’immortalité pour la fin du siècle

Il ne s'est encore jamais trompé. Ray Kurzweil, le futurologue de Google, a été l'un des premiers à prophétiser qu'un jour un ordinateur battrait un homme aux échecs. Cette fois-ci, il a développé la loi du retour accéléré, soit un progrès illimité de plus en plus rapide avec pour conséquence que l'immortalité devienne réalité.

Homme 2.0

Publié le - Mis à jour le 14 Août 2015
Et maintenant, Google annonce l’immortalité pour la fin du siècle

Google a annoncé l’immortalité pour la fin du siècle. Crédit Reuters

Atlantico : Ray Kurzweil a théorisé la loi du retour accéléré. Elle fait écho à la loi de Moore du nom du co-fondateur d’Intel qui affirmait en 1965 que la puissance des ordinateurs allait croître de manière exponentielle. Que signifie la loi du retour accéléré ? Comment fonctionne-t-elle ?

Laurent Alexandre : C’est une extension de la loi de Moore à toutes les technologies liées aux nanotechnologies, aux biotechnologies, à l’informatique et aux sciences cognitives (les NBIC). Elle consiste à dire que toutes les activités humaines vont croitre dans les décennies qui viennent de façon absolument explosive comme la puissance des ordinateurs a cru de manière explosive depuis 1965. A son époque, Gordon Moore estimait que sa loi s’arrêterait en 1975.

Or, en 2015 elle tient toujours. On a toujours une progression exponentielle de la puissance des microprocesseurs.

Ray Kurzweil et les transhumanistes sont persuadés que les lois identiques à cette loi de Moore sont en train d’émerger dans les sciences du cerveau, dans les nanotechnologies, dans le séquençage et la manipulation de l’ADN… L’idée c‘est que l’évolution des capacités humaines suit une succession de courbes exponentielles. Il s’agit de courbes qui montent à la verticale et de plus en plus vite. Concrètement, la loi du retour accéléré donne un pouvoir à l’homme qui devient quasi illimité sur son cerveau et sur la matière.

On observe déjà cette courbe exponentielle en génétique. Le coût du séquençage ADN s’effondre. Il a été divisé par 3 millions en 10 ans. On séquence de plus en plus vite et de moins en moins cher. Dans le domaine des modifications de l’ADN, on a aussi une courbe exponentielle puisque le coût de la manipulation de l’ADN a été divisé par 10 000 en 7 ans.

Dans le domaine des nanotechnologies, nous en sommes au tout début donc il est difficile de dire s’il y a une courbe de même nature qui est en train d’apparaitre. Idem dans les sciences du cerveau. Mais Ray Kurzweil est persuadé que dans les nanotechnologies et dans ces sciences du cerveau on va voir apparaître la même explosion des capacités technologiques.

Vincent Pinte Deregnaucourt : Les "Lois de" sont des objets empiriques mais au demeurant scientifiques, qui permettent de théoriser des concepts. La loi de Moore la plus connue (car il y en a en fait 3) postule ainsi que tous les 18 mois, le nombre de transistors dans les microprocesseurs doublent. Et depuis près de 50 ans, cette loi ne se dément pas.

Ray Kurzweil, le "Grand Manitou du Futur" chez Google a ainsi récemment postulé une loi, celle du "retour accéléré". Celui-ci étend en fait, la loi de Moore en l'incorporant dans sa propre loi : il valide cette dernière et postule que les conséquences sont elles même exponentielles. Par exemple, l'informatique s'est développé de manière exponentielle. La biologie a bénéficié de l'informatique "à plein rendement", et donc se développe également de façon exponentielle. Ainsi, si l'on prend le tout premier séquençage de l'ADN (dont on pensait encore en 1985 qu'il serait impossible), il aura coûté 3 milliards de dollars, sollicité 20 000 chercheur et duré 13 ans pour aboutir en 2003. En 2007, nous étions déjà à 1,5 million de dollars et nous sommes désormais sous les 1000 dollars en 2013. Il n'y a pas de raison de croire que nous ne serons pas sous les 5 dollars dans un avenir proche.

Cette loi pourrait s'énoncer sous une forme plus explicite : l'utilisation de technologiques dont la croissance est exponentielle, permet, lorsqu'elle est le moyen d'étude d'un sujet, de faire progresser la connaissance de ledit sujet de façon également exponentielle.

Bien évidemment, le caractère exponentiel de ces changements, qui est une première dans l'histoire de l'humanité, change toute la donne, y compris en terme de civilisation. Imaginez par exemple que demain il n'y ait tout simplement plus de maladie. C'est d'ailleurs ce qui va se produire d'ici 5, 10 ou 30 ans. Demain, donc ! Que fera-t-on des centaines de milliers d'hôpitaux à travers le monde, et que feront les millions de médecins et personnels associés, infirmières, mais aussi, de façon connexes, les industries spécialistes de la constructions de bâtiments de santé ?

Concrètement, quelles implications peut avoir cette théorie dans notre quotidien ? 

Laurent Alexandre : Dans la partie qui a déjà démontré sa véracité à savoir la loi de Moore, on a observé un bouleversement de pans entiers de l’économie. Internet, l’ordinateur individuel, le smartphone, les réseaux sociaux sont des enfants de la loi de Moore. Dans le domaine de la biologie, si les coûts continuent de s’effondrer comme c’est le cas jusqu’à présent, notre capacité de bricoler le vivant va être illimitée. Le champ des possibles va donc exploser. Il sera alors envisageable de modifier notre ADN à un prix raisonnable, de traiter beaucoup de maladies, d’augmenter l’espérance de vie humaine, d’augmenter nos capacités, etc. 

Dans l’hypothèse où les lois explosives de cette nature-là se poursuivent, l’homme va avoir une capacité quasi-illimitée de modifier sa propre nature et de modifier la matière physiqueL’idée des transhumanistes est que cette loi du retour accéléré va permettre de tuer la mort, d’augmenter les capacités humaines en branchant de l’intelligence artificielle sur le cerveau humain et donc de faire un humain 2.0 pour reprendre le titre du livre de Kurzweil "L’humanité 2.0". L’objectif des transhumanistes est de surfer sur cette loi pour changer l’homme et lui donner un pouvoir démiurgique.

L’immortalité ne serait plus un fantasme, la capacité d’augmenter le fonctionnement de nos yeux, de notre cerveau, de nos muscles deviendrait réalité. Et nos capacités intellectuelles grâce à l’interfaçage entre notre cerveau et des microprocesseurs deviendraient des millions de fois plus puissantes qu’aujourd’hui. Tout ceci à l’horizon de la fin du siècle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par phegp - 12/08/2015 - 09:25 - Signaler un abus Du réchauffé...

    On a déjà lu sur Atlantico en long et en large les élucubrations de Google.

  • Par Olivier62 - 12/08/2015 - 10:36 - Signaler un abus On se calme...

    Il faut quand même resituer les choses. Les progrès de la technique pure trouvent rapidement leurs limites : la puissance des processeurs augmente exponentiellement, mais pas celle des programmes; il suffit de voir les "performances" des logiciels de traduction où les progrès sont minimes, voire nuls. Il faut rappeler qu'un processeur est en soi totalement inerte : il ne peut agir que si on le programme, c'est-à-dire si un être humain lui apporte son intelligence. La soi-disant "intelligence artificielle" n'est rien d'autre que l'intelligence humaine transposée en règles informatiques.

  • Par JG - 12/08/2015 - 10:44 - Signaler un abus Du scientisme pur et dur

    Au secours !! Ces théories reviennent à limiter l'intelligence humaine à un processus physico-chimique reproductible par ordinateur....Du scientisme pur... Autant il est facile, au delà d'une certaine quantité de combinaisons, de prévoir qu'un ordinateur puisse battre un homme aux échecs, il suffit d'une puissance de calcul adhoc (et d'algorithmes suffisamment bien pensés par des spécialistes des échecs....l'intelligence humaine est toujours à la base de la pseudo "intelligence artificielle")pour évaluer toutes les combinaisons possibles, autant s'adapter aux situations changeantes de la vie humaine impliquant beaucoup plus que des calculs (la réaction aux émotions, l'empathie, etc...etc...) me semble hors de portée d'une machine, si perfectionnée qu'elle soit... Quant à l'immortalité, cela me fait bien marrer.....Lisez un tout petit peu de littérature de science fiction et vous verrez que l'immortalité est un cauchemar pour tout être vivant.....

  • Par cloette - 12/08/2015 - 10:56 - Signaler un abus Utopie

    dangereuse politiquement, et qui comme toutes les utopies explosera en plein vol. modifier son ADN n'évitera rien du tout , tout n'est pas génétique et de nouvelles maladies apparaîtront . Il y aura progrès technique certes mais pas d'immortalité , il n'y a aucun progrès actuel extraordinaire sur la longévité qui a augmenté depuis des siècles pour des raisons simples d'hygiènes et de traitements médicaux qui n'ont rien à voir avec les gènes

  • Par sna-hyper - 13/08/2015 - 09:48 - Signaler un abus utopie ..ou pas

    L'espérance de vie est bien sûr paramétré par les gènes. Un chien 15 ans, la tortue peut atteindre 200 ans. On ne connait pas aujourd'hui les détails du mécanisme mais un peu de patience. Le clonage des mammifères est déja banalisé, ca paraissait utopique il y a quelques années. Un monde plein de vieux ça va être compliqué...

  • Par LouisArmandCremet - 13/08/2015 - 11:40 - Signaler un abus Dr Laurent Alexandre

    J'ai déjà eu l'occasion de l'écouter dans une conférence. Dans son mode de pensée, on est intégralement dans une conception prométhéienne des choses, avc un être humain façonnable comme une machine. Sentant que cette forme de science franchissait toutes les limites actuelles de la morale et de l'éthique, il se plaignait que les philospohes et autres penseurs n'en fixe pas de nouvelles. On était là dans le coeur même de sa contradiction. Sentant que le slimites précédentes étaient franchies, il en demandait de nouvelles, que les scientifiques franchiraient de nouveau en demandant des "aménagements". On touche là le coeur des problèmes éthiques de ce genre de scientifiques :l refusant de voir qu'ils ont franchi toutes les limites de l'éthiques et qu'en fait, il n'y a plus de limites éthiques à leurs pratiques, ils en demandent sans cesse des nouvelles pour les franchir à nouveau. Enfin, il confond l'homme avec une machine. Dans une machine, on peut tracer une ligne presque sans limites de l'augmentation des performances. Sur le vivant comme l'homme, au fur et à mesure qu'on progresse dans des âges de plus en plus canoniques, les difficultés sont exponentielles...

  • Par sna-hyper - 13/08/2015 - 14:06 - Signaler un abus la peur de l'inconnu

    Il y a quelques siècles l'espérance de vie était de 50 ans. Aujourd'hui 30 ans de plus. Les penseurs de l'époque auraient surement opposé des questions d'éthique à cette évolution du genre "mais l'homme est fait pour vivre 50 ans c'est dans l'ordre des choses". Car définir des limites (et les imposer à ses concitoyens) c'est un moyen de se rassurer.

  • Par LouisArmandCremet - 14/08/2015 - 11:40 - Signaler un abus @sna-hyper

    Les problèmes éthiques de la science voulue par ce courantde pensée transhumaniste sont d'un autre niveau. Il annonce l'arrivée de l'eugénisme, de la manipulation génétique des embryon afin de retirer tout gène potentiellement à problème et d'augmenter l'intéligence. Il parle aussi de l'homme augmenté, que ce soit au niveau des capacités sensorielles, cognitives et de mémoire. Un homme optimisé génétiquement, bardé et infesté de nanotechnologie avec des tissus et des organes remplacés par des éléments fabriqués, et qui ne sera même pas né d'une femme après s'être développé dans un utérus mais cultivé dans un utérus artificiel. Voilà ce que nous annonce ce courant transhumaniste pour demain. Vous imaginez un un peu les poblèmes éthiques que ça soulève. QUant à ceux qui refuseraient d'être ces "super-humains" aux capacités dopées, libre à eux de rester entre individus sous doués, affectés à des tâches subalternes.

  • Par cloette - 14/08/2015 - 13:20 - Signaler un abus sna-hyper

    ce que dit Laurent Alexandre ( j'ai assisté à qq conferences ) c'est que l'homme sera immortel car ses maladies seront eliminees soit au fur et à mesure soit à l'avance par modification d' ADN , mais intuitivement je pense que les genes ( car il y en aura quand meme ) muteront avec des facteurs environnementaux et il y aura des maladies . Concernant la longevité de 50 à 80 , il y a des siecles il y avait aussi des centenaires , et aujourdh'ui des gens qui meurent tôt ! , la moyenne de longévité est plus grande à cause du niveau de vie ( voir celle de l'Afrique ou des couches défavorisees ) Les genes de l'etre humain donnent un maximum , 120 ans pas plus ,

  • Par sna-hyper - 14/08/2015 - 16:03 - Signaler un abus fichue horloge

    Oui enfin on sait construire des machines mais on ne sait modifier le vivant que de façon marginale. Améliorer l'ADN oui, mais aujourd'hui personne n'est capable de fabriquer une cellule ni d'intervenir finement sur un cerveau - d'accord avec JG. Mais pas non plus impossible qu'on arrive à bloquer cette foutue horloge...tic-tac-tic-tac

  • Par jurgio - 14/08/2015 - 16:51 - Signaler un abus On fera quoi ?

    pour ceux qui seront déjà morts ?

  • Par phegp - 14/08/2015 - 18:04 - Signaler un abus @jurgio...

    La Nuit des Morts-vivants.

  • Par Stéphane Gayet - 15/08/2015 - 12:21 - Signaler un abus Toute vie a une durée limitée

    La vie est par nature limitée dans le temps. C'est vrai de toute forme de vie. Si par extraordinaire l'homme devenait un jour immortel, ce qui est une idée folle, cela signifierait qu'il n'est plus humain, qu'il s'est déshumanisé, qu'il s'est transformé en humanoïde. Mais je considère ce scénario comme impossible. En revanche, il est probable que l'on arrive à vivre couramment jusqu'à 150 ans, mais ce ne sera pas forcément une bonne chose.

  • Par Djib - 18/08/2015 - 11:50 - Signaler un abus Et bien sur aucune étude d'impact,

    en application du théorème bien connu du libéralisme: "si ça peut se faire et si quelqu'un est prêt à payer pour que ça se fasse, ça se fera".

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Laurent

Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'HEC et de l'ENA, Laurent Alexandre a fonde dans les années 90 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision spécialisée dans le séquençage ADN. Auteur de "La mort de la mort" paru en 2011,  Laurent Alexandre est un expert des bouleversements que va connaître l'humanité grâce aux progrès de la biotechnologie. 

Voir la bio en entier

Vincent Pinte Deregnaucourt

Ingénieur en informatique de formation, il est aujourd’hui professeurs à l’Institut Poly Informatique de Paris et consultant avec l’agrément « expert scientifique » auprès de PME sur leur programme de recherche et développement.

En 2014 il a reçu la médaille d’Or au Grand Prix de l’Innovation Digitale dans la catégorie « Entreprise optimisée ».

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€