Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et si, au lieu du cancer, c'était au traitement que vous aviez "survécu" ?

C'est aujourd'hui le 4 février que se déroule la Journée mondiale de lutte contre le cancer. La maladie fait l'objet de toutes les attentions, notamment en matière de dépistage. Au risque parfois d'entraîner des traitements excessifs altérant souvent de manière irréversible la qualité de vie.

Intoxication médiatique

Publié le - Mis à jour le 6 Février 2014
Et si, au lieu du cancer, c'était au traitement que vous aviez "survécu" ?

Centre de recherche sur les nouveaux traitements contre le cancer.  Crédit Reuters

A force de multiplier les dépistages de tous types, nous allons tous devenir des survivants du cancer !

Pendant des décennies, il a été affirmé péremptoirement et sans preuve scientifique que plus le diagnostic d’un « cancer »  était précoce plus on avait de chances d’en guérir. Cet argument était peut être vrai dans les années 60 lorsque le traitement se résumait à la chirurgie et qu’on ne guérissait guère plus de 30% de malades mais il ne l’est pas aujourd’hui. Le dépistage organisé  a transformé des monceaux de gens normaux, chez lesquels on a trouvé quelques cellules malignes, en cancéreux. Ils ont  subi examens complémentaires, opérations et traitements médicaux (chimiothérapie) et/ou radiothérapie et ont été ensuite déclarés « guéris ».

Cela a permis de faire croire à une épidémie galopante du cancer et en même temps aux progrès rapides de la médecine puisque le taux de guérison des cancers augmentait  également très vite (on guérit facilement les cancers qui n’évoluent pas)  . Beau doublé !

Vive la médecine toute puissante  qui ouvre des marchés juteux pour des quantités de professions diverses. Quant aux Politiques, la peur du cancer en pleine épidémie détourne l’attention et leur permet de  faire et décider ce qu’ils veulent. La peur, moteur des politiques théorisée comme telle depuis Machiavel (et utilisée bien avant) !

Ainsi pendant qu’on « vend » aux Français le plan cancer censé protéger le bon peuple de ce fléau, les gouvernements successifs  démantèlent progressivement la sécurité sociale de 1945 et remettent les clefs des assurances sociales au privé et surtout aux réseaux fermés.

Ceci  va permettre de vous soigner en fonction de ce que vous aurez préalablement « contracté » avec votre complémentaire. Ils détruisent le système de santé à toute vitesse, démoralisent, démotivent médecins et soignants. Pendant ce temps-là des artistes choisis sur leur charisme vous parlent (en toute sincérité je l’espère) du dépistage du cancer du sein ou du colon sur des spots télévisés (que vous payez avec vos impôts). Octobre rose vous cache la misère des hôpitaux, le cynisme d’une grande partie des acteurs de la recherche médicale qui vous intégrera de force dans les essais thérapeutiques dès qu’on aura réussi à vous trouver une tumeur maligne (et même de plus en plus souvent y compris si la tumeur est bénigne). On n’arrête pas le progrès des bénéfices..

Ainsi cet excellent article souligne que beaucoup de personnes qui croient avoir survécu au cancer n’ont en fait survécu qu’aux traitements inutiles qu’on leur a administrés. C’est d’ailleurs pourquoi aux USA après avoir parlé d’un baby boom dans l’après deuxième guerre mondiale, le « cancer survivor papy boomer » devient la préoccupation croissante des assurances. Les générations nées après 1945 , les baby-boomers de l’époque sont devenus des « papys »  et les plus soumis aux dépistages du cancer, du cholestérol , du diabète , de la dépression etc.

Parmi  toutes ces pathologies –on finira bien par en trouver une – ou plusieurs qui permettront de leur prescrire  les médicaments nouveaux qui vont les rendre « beaux, jeunes » et surtout éternels ! De fait  ils rendront riches ceux qui auront si bien su convaincre la population via émissions télévisées , articles de journaux etc de la nécessité d’avaler toutes ces drogues .

Les auteurs insistent sur le fait trop souvent oublié, ignoré ou caché : le cancer n’est pas une maladie unique et homogène. Le générique « cancer » regroupe toutes sortes de tumeurs d’évolutions variées et au sein d’une même tumeur l’hétérogénéité règne. Si certaines menacent la vie par leur évolution rapide et justifient des traitements lourds, d’autres sont quiescentes durant des années, voire des décennies. Elles ne donneront aucun trouble et ne seront éventuellement découvertes qu’après la mort pour une autre cause si une autopsie est réalisée.

Il faut ajouter que les tumeurs d’évolution rapide et méchante ne sont pas celles qu’on dépiste le plus au cours des programmes de dépistage systématique non ciblé par la clinique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par SERGIO 47 - 04/02/2014 - 07:16 - Signaler un abus BRAVO madame Delépine

    Enfin un vrai diagnostic sur la médecine officielle et ses ravages, quand nous aurons la lucidité d'évaluer le coût de celle-ci et l'impact sur l'économie, nous aurons fait un grand pas pour sortir du marasme actuel.

  • Par akayoshii - 04/02/2014 - 07:50 - Signaler un abus article anxiogène

    Article intéressant mais provoquant l'effet contraire de celui qui est recherché. On comprend bien que le dépistage systématique est abusif mais cela ne donne aucune indication sur ce qu'il faut faire dans la vie quotidienne. Douleur dans le ventre: consulter ou pas? Grosseur dans le sein: consulter ou pas. Finalement l'auteure délègue la responsabilité de la prévention aux patients qui, bien sûr, ne sont pas forcément compétents. Effet pervers: Face à leur solitude les gens vont se tourner davantage vers les ressources d'Internet, polluées par des charlatans. Dommage.

  • Par Gringo Nedromi - 04/02/2014 - 09:54 - Signaler un abus Je ne comprends pas

    Faut-il ne plus se faire depister? Faut-il demander aux "depisteurs" un diagnostic plus précis? Si oui, quel depisteur prendra le risque de déclarer un nodule du sein benin, pour se faire attaquer en justice par le patient lui même si d'aventure son diagnostic s'avérait infondé... L'article pose un réel problème, mais n'évoque pas ou prou de pistes constructive de solutions... Dommage.

  • Par Ravidelacreche - 04/02/2014 - 10:02 - Signaler un abus Comment dépister le cancer ?

    IL faut tuer toutes les cellules celles qui survivent sont cancéreuses.

  • Par Ganesha - 04/02/2014 - 11:22 - Signaler un abus Article Révolutionnaire !

    Article passionnant ! Effectivement, pour avoir vécu des cas familiaux, ce n'est vraiment pas facile d'obtenir une réponse franche et sincère de part des médecins, notamment au sujet du pourcentage de survie offert par le traitement qu'ils proposent. Cette notion de ''faux cancers'', ou du moins de cancers ''non-évolutifs'', est révolutionnaire ! Un début de réponse, de solution : bien entendu, internet ne sert à rien dans ce cas : prendre au moins un deuxième avis ! Les médecins ont tendance à se montrer solidaires entre eux, mais au moins cela peut déjà ouvrir quelques perspectives !

  • Par Netcat - 04/02/2014 - 11:55 - Signaler un abus Quid des radiations des mammographies

    Enfin on commence à pouvoir discuter des traitements du cancer. Pourquoi personne ne parle jamais du danger des mammographies? Ma sœur étant atteinte d'un cancer du sein, on m'a conseillé de faire une mammo tous les ans minimum. Je me suis renseignée sur les risques d'une telle surveillance, ma radiologue a admit que tous les ans ça devient carrément toxique, 1 cancer du sein sur 1000 serait dû aux irradiations des appareils de mammo sauf que si vous développer un cancer ainsi personne ne dira que c'est la faute des mammographies. Pour ma part j'ai décidé d'arrêter les mammographies après avoir docilement obéi pendant 3 ans au dictat.

  • Par Florian KAPLAR de Naturo-Passion - 04/02/2014 - 11:55 - Signaler un abus Et la prévention ?

    On parle beaucoup de dépistage mais si on essayait la prévention telle que la préconisait le Dr André Gernez ? http://naturo-passion.com/le-protocole-de-prevention-active-contre-le-cancer-du-dr-andre-gernez/

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 04/02/2014 - 12:48 - Signaler un abus Et pendant ce temps les cancéreux vivent de plus en plus vieux

    Cet article est à la fois intéressant et dangereux. 1/ oui il y a des excès de diagnostic car nous savons le plus souvent après que certains cancers sont peu évolutifs. C'est pourquoi la recherche clinique est INDISPENSABLE avec les registres et l'open data sur le système d esoins que notre très dispendieuse sécu INTERDIT! 2/ non les compagnies pharmaceutiques ne traitent pas pour rien. Ce sont les médecins qui prescrivent et la recherche de nouvelles molécules ou de nouveaux traitements dépend DIRECTEMENT DE L'INVESTISSEMENT dans la recherche. Donc tout doit être fait pour laisser faire la recherche publique et privée dans un climat de compétition dont le gagnant est le patient. C'est pourquoi les cancéreux vivent de plus en plus longtemps.

  • Par NicoLondon - 04/02/2014 - 13:02 - Signaler un abus Attention a ne pas dire n'importe quoi

    Et les 150.000 morts par an c'est donc des malades imaginaires? S'ils avaient ecoute l'auteur de l'article ils auraient du boire une tisane, c'est ca? Article limite criminel.

  • Par wolfgangamadp - 04/02/2014 - 14:04 - Signaler un abus Il faut pouvoir sélectionner

    Il faut pouvoir sélectionner les cellules à tuer, mais les cellules ne sont que la conséquence. Il faut surtout arrêter le processus de fabrication des cellules cancéreuses, c'est là que le travail sur les gènes et leurs mutations trouve tout son intérêt. C'est l'avenir de la médecine.

  • Par jaco25 - 04/02/2014 - 15:22 - Signaler un abus Voila une dame plein de bon sens

    J'ai vu à l'émission "c dans l'air sur la 5" qui disaient exactement la même chose que madame.Je pense également que l'on fait trop de prévention et des personnes ayant de petites tumeurs parfois non cancèreuses mais il y a tellement d'argent en cause que l'on bombarde de médicaments qui détruisent psychologiquement la personne qui prend en même temps des cachets contre l'anxiété et ce mélange "pourri la vie de nombreux couples .Tous ces apoels pour dépistage du col de l'utèrus des seins et pour l'homme de la prostate la coloscopie etc etc... Des milliers de français consultent et l'on opère pour des cas qui pourraient rester des dizaines d'années non évolutifs et comne dit madame des "malades" guerissent de leurs médicament s et non de la cause pour laquelle ils ont été prescrits .Comme dans toutes les professions l'argent est toujours la cause d'abus .les opèration de l'appendicite parait t'il , pour le moindre mal au ventre sont pratiquées en énorme quantité dans le nord de la france (principe de précaution) On s'étonne que toutes les caisses sont en déficit alors que la SS d'alsace et meurthe et moselle est en équilibre .Je viens d'alsace et labas les citoyens ne courent pas c

  • Par jaco25 - 04/02/2014 - 15:37 - Signaler un abus Suite

    En Alsace d'où je suis originaire les gens ne courent pas chez le médecin pour un nez bouché un bobo à la gorge un mal de ventre après repas un petit bobo à la tête etc etc...voilà où sont les économies .j'ai vu à la télèvision une dame de 35 ans qui dit "moi je fais de la prévention je consulte mon médecin 2 fois par mois " Elle ne doit pas être la seule .Nombre de personnes e région parisienne concidèrent aller voir le médecin comme étant un "loisir "Et les médecins ne cherchent pas à les dissuader .L'argent toujours l'argent est le nerf de la guerre.La plupart des français n'ont plus aucune notion de l'intèrêt gènèral .Ils disent je paye la SS La mutuelle j'y ai droit sans être malade allons faire une sortie "bon je vais voir mon médecin" !!! Je pourrais parler une heure de tous les abus criant .Les soins au monde entier les cartes vitales une seule permet à une femme d'accoucher 5 fois par an ce cas est véridique vu par un gynécologue en banlieue parisienne et comme il faut accueillir tout le monde il ferme les yeux.j'arrête je n'ai pas le temps de m'étendre mais il y a beaucoup beaucoup d'autres abus.......

  • Par sna-hyper - 04/02/2014 - 16:32 - Signaler un abus traitements nocifs

    oui une partie des décès est dûe au traitements. NB les radiothérapies à rayons X de forte énergie bousillent les organes périphériques à la tumeur . Si l'on guérit du cancer initial on n'échappe pas aux lésions dues aux rayons X quelques années plus tard. Mais ca n'est pas comptabilisé. Les toubibs vous déclarent guéris et touchent leurs honoraires. Ils se fichent des conséquences qui ne sont pas déclarées associées.

  • Par ignace - 04/02/2014 - 20:41 - Signaler un abus Merci madame, pour cet excellent article

    cependant soyez prudente en traversant la rue, un accident est si vite arrivé!!!!!!!!!!

  • Par ignace - 04/02/2014 - 20:48 - Signaler un abus le site internet de cette dame

    http://www.nicoledelepine.fr/

  • Par ignace - 04/02/2014 - 21:03 - Signaler un abus NicoLondon.......lisez bien avant de juger si abruptement

    Les méthodes dérangeantes du docteur Delépine http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2007-01-19/les-methodes-derangeantes-du-docteur-delepine/920/0/52081

  • Par jean fume - 04/02/2014 - 23:06 - Signaler un abus Article remarquable,

    dont je partage l'essentiel du raisonnement. Le corps humain est de très loin le meilleur médecin qui soit, à condition de lui fournit ce dont il a besoin. Pour ce qui est de la maxime en fin d'article, je la décline autrement : La vie, est la maladie la plus grave que l'on connaisse. L'issue en est inévitablement fatale.

  • Par Lennart - 05/02/2014 - 06:52 - Signaler un abus Les "laboratoires" sont des champions du lobbying

    et ça se voit !

  • Par PIF31 - 05/02/2014 - 20:41 - Signaler un abus Dur , très dur d'en parler .

    Très bon article de Nicole Delepine . On est surtout entrain de casser la sécu . Les chercheurs manquent de moyens et les seul qui en obtiennent travaillent pour les labos............Qui cherchent à vendre des médicaments . Oui , pour le cancer , on a pas beaucoup évolué . Rayons et cortisone ; à part ça rien de nouveau pour Mr tout le monde . Avec les doses journalières de cortisone administrée au patient , les médecins vous indique au jour près quand le malade va trépasser . Ils sont forts hein .

  • Par Miramer - 06/02/2014 - 11:13 - Signaler un abus Article dangereux ?

    Mon père est mort d'un cancer du rein non dépisté à temps. Mon frère est mort d'un cancer du colon non détecté à temps. Suivant le conseil d'un organisme de médecine du travail, j'ai bénéficié d'une coloscopie: gros polype bien cancéreux. Cet article est dangereux et n'apporte aucune aide ni solution concrète.

  • Par Skagerrak - 08/02/2014 - 11:38 - Signaler un abus Jaco25

    Les femmes qui accouchent 5 fois par an , sont les femmes d'un polygame qui utilise une seule carte pour toutes ses épouses . La SS fermerait-elle les yeux , alors qu'elle contrôle le bien fondé de l'inscription à la sécu de personnes , comme moi nées à l'étranger , qui cotise depuis 1964 ? J'ai dû prouver ma nationalité Française , ma filiation , bref mon pédigrée complet , pour que ma caisse continue à me prendre en charge .

  • Par ignace - 08/02/2014 - 20:34 - Signaler un abus @Skagerrak je compreds votre probléme

    mais pensez vous le régler votre problème en tapant sur des cas que vous ne connaissez pas (même s'ils existent) vous ne faites qu'alimenter ce que souhaitent les pouvoirs en place (quels qu'ils soient)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicole Delépine

Nicole Delépine ancienne  responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des médicaments, Le cancer, un fléau qui rapporte et Neuf petits lits sur le trottoir, qui relate la fermeture musclée du dernier service indépendant de cancérologie pédiatrique. Retraitée, elle poursuit son combat pour la liberté de soigner et d’être soigné, le respect du serment d’Hippocrate et du code de Nuremberg en défendant le caractère absolu du consentement éclairé du patient.

Elle publiera le 4 mai 2016  un ouvrage coécrit avec le DR G Delepine chirurgien oncologue et statisticien « Cancer, les bonnes questions à poser à mon médecin » chez Michalon Ed.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€