Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 01 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Todd : "L’étape numéro 4, après le réveil de l'Allemagne, de la Russie, et du Royaume-Uni, doit être le réveil de la France. Suivre les Anglais est conforme à notre tradition révolutionnaire"

Le Brexit, et après? L'historien et démographe Emmanuel Todd s'exprime en exclusivité pour Atlantico pour analyser en profondeur la signification du vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne. Grand entretien.

Et maintenant, la France !

Publié le - Mis à jour le 8 Juillet 2016
Info Atlantico
Emmanuel Todd : "L’étape numéro 4, après le réveil de l'Allemagne, de la Russie, et du Royaume-Uni, doit être le réveil de la France. Suivre les Anglais est conforme à notre tradition révolutionnaire"

Atlantico : Le 23 juin, le Royaume-Uni a fait le choix de sortir de l'Union européenne. Emmanuel Todd, on vous imagine très satisfait de ce résultat…

Emmanuel Todd : C'est une évidence mais ce n'est pas vraiment le problème. Je m'intéresse à ce qui se passe en tant qu'historien de l'Ecole française de la longue durée, celle de Fernand Braudel et de mon maître Emmanuel Le Roy-Ladurie; j'essaye de m'extraire du court-termisme de l'agitation des hommes politiques. Le Brexit fait partie d'un phénomène global sur lequel je travaille et qui concerne l'ensemble des sociétés les plus avancées, incluant l'Amérique, le Canada, l'Australie, le Japon : la divergence. Les démographes savent que les niveaux de fécondité sont très différents, que certaines populations se reproduisent, que d'autres n'y arrivent pas, que certaines doivent donc faire appel à l'immigration et d'autres non ; les travaux d’Atkinson et de Piketty montrent que la vitesse et l’ampleur de la montée des inégalités sont différentes.

L’anthropologie des structures familiales permet de comprendre l’origine de ces différences et de cette divergence généralisée. Ce qui se passe actuellement, dans le contexte de la globalisation, ce n'est pas seulement que les cultures nationales résistent, mais que le stress et les souffrances de la globalisation conduisent les sociétés, non pas à s'ouvrir plus et à converger, mais au contraire, à trouver en elles-mêmes, dans leurs traditions et dans leurs fondements anthropologiques, la force de s’adapter et de se reconstruire. C'est ce que j'observe, et ce, bien au-delà du contexte européen.

Le Japon est dans une période de recentrage sur lui-même, des gens rêvent de la période d'Edo durant laquelle le pays se développait de manière autonome, et à l'insu de l’Europe. Ce sont des forces du même ordre qui ont permis l'émergence de candidats comme Bernie Sanders ou Donald Trump aux Etats-Unis, et qui exigent une sortie du "consensus de Washington" et du discours mondialisé, avec un rêve de refondation de la nation américaine.

En Europe, c'est encore plus intéressant parce que nous sommes un système de vieilles nations. L'Europe s’est engagée la première dans ce processus parce que l'Allemagne est partie la première. La problématique du retour à la nation  a été imposée à l’Allemagne en 1990 par sa réunification. C’était son devoir, elle devait reconstruire sa partie orientale. Elle a eu une sorte de temps d'avance qui l’a menée, presque par accident, à sa situation de prééminence sur le continent européen depuis 2010 environ. Le deuxième pays en Europe qui se soit recentré sur un idéal national, après bien des troubles, c'est la Russie. L'Empire soviétique s'est décomposé, la Russie a traversé une période de souffrances terribles entre 1990 et 2000, mais l'accession de Poutine a finalement incarné ce retour de la Russie à un idéal national, recentré sur une notion néo-gaulliste d'indépendance. Il a fallu une quinzaine d'années aux Russes pour se retrouver en situation économique, technologique et militaire de ne plus avoir peur des États-Unis. Ce que l'on a pu constater, par étapes, en Géorgie, en Crimée, puis en Syrie. On en arrive à une situation où les armées occidentales qui veulent survoler la Syrie doivent demander l'autorisation aux Russes.

Ce référendum sur le Brexit, dans cette logique, c'est l'étape numéro 3 : la réémergence du Royaume-Uni en tant que nation. 

Et quelle serait la spécificité du Royaume-Uni dans cette dynamique de retour à la nation ?

Ils ne sont pas les premiers mais c'est probablement l'étape la plus importante parce que c'est l’un des deux pays leader de la mondialisation. Avec Margaret Thatcher, ils avaient un an d'avance sur les Etats-Unis dans la révolution néo-libérale. Ils font partie de ces pays qui ont les premiers impulsé cette logique. Un re-basculement anglo-américain vers l’idéal national est plus important que l'émergence allemande ou la stabilisation russe. Depuis le XVIIe siècle, l'histoire économique et politique du monde est impulsée par le monde anglo-américain. La nation anglaise a deux caractéristiques combinées et contradictoires. Il s'agit d’abord de la culture la plus individualiste d'Europe, la plus ouverte ; c'est le pays qui a inventé la liberté politique. Ensuite, et paradoxalement, c'est aussi une identité nationale à base ethnique pratiquement aussi solide que celle des Japonais. Comme les Japonais, les Anglais savent qui ils sont. 

Si l'on suit votre raisonnement de retour à la nation, après l'Allemagne, la Russie, et maintenant le Royaume-Uni, quel pays est le suivant ? 

Pour accepter ce que je vais dire, il faut sortir des poncifs sur l'Angleterre, ces Anglais bizarres qui ont des bus à deux étages, qui roulent à gauche, qui ont de l’humour, une reine respectée,  etc…Tout cela est vrai. Mais il faut surtout voir les Anglais en leader de notre modernité, dans la longue durée braudélienne. La révolution industrielle est venue d'Angleterre et d’Ecosse, et elle a économiquement transformé l'Europe. Les révolutions industrielles française, allemande, russe et les autres n’en sont que les conséquences. Mais avant même la transformation économique, les Anglais ont inventé notre modernité libérale et démocratique. Le véritable point de départ, c'est 1688, ce que les Anglais appellent la "Glorious Revolution" par laquelle la monarchie parlementaire a été établie. Si vous lisez les "lettres anglaises" de Voltaire de 1734, vous verrez son admiration pour la modernité anglaise, avec des choses très drôles sur les quakers ou l'absence de vie sexuelle de Newton. En 1789, le rêve et l’objectif des révolutionnaires français, c'est de rattraper l'Angleterre, le modèle de la modernisation politique. C’est le modèle, que j’accepte, de Daron Acemoglu et James Robinson, dans leur bestseller Why Nations Fail, d’autant qu’ils sont très sympas pour la France; ils soulignent que l'apport de la Révolution française à l’ensemble du continent a été capital, que notre Révolution a généralisé l’idéal d'inclusion du peuple. Reste que c’est l'Angleterre qui a inventé le gouvernement représentatif.

Dans ce contexte, il n'est pas illogique de constater que le premier référendum qui aura vraiment des conséquences pour l'Union européenne, le référendum historique, a eu lieu au Royaume-Uni. Un référendum  est une procédure inhabituelle en Angleterre. Mais l'objet de ce référendum, et cela est très clair, c’est que la première motivation des électeurs du Brexit, selon les sondages "sortie des urnes", c'est, avant l’immigration, le rétablissement de la souveraineté du Parlement. Car jusqu'au Brexit, le Parlement anglais n'était plus souverain alors que le principe de philosophie politique absolu pour les Anglais, c'est la souveraineté du Parlement.

Je conclus : logiquement, l'étape numéro 4, après le réveil de l'Allemagne, de la Russie, et du Royaume Uni, doit être le réveil de la France. Suivre les Anglais est conforme à notre tradition révolutionnaire.

A vous entendre, finalement, et en suivant votre logique, l'axe qui convient pour "changer l'Europe", n'est plus le couple franco-allemand, mais le couple Paris-Londres ?

Oui. Il y aura une Europe des nations. Mais dans cette Europe des nations, pacifique, j’espère, il y aura toujours des problèmes d'équilibre des puissances et, bien entendu, l'Allemagne va rester quelques temps encore la puissance économique prédominante. A moyen terme, la crise démographique et l’aventurisme migratoire des Allemands laissent présager une grave crise politique dans le pays, et sur le continent - mettons dans les 20 ans qui viennent.

L’une des fautes majeures des dirigeants français est de ne pas avoir compris, de ne pas avoir été capables d’anticiper que le bon rééquilibrage avec l'Allemagne, ce n’était pas l’euro, qui nous détruit, mais l’axe Paris-Londres, inéluctable à moyen terme, qui ne définira pas un couple de circonstance parce qu’il est dans la logique des forces et des cultures.

Il y a un grand mensonge des élites françaises lorsqu’elles prétendent se méfier de l'Angleterre. C'est en réalité le seul pays européen auquel nous faisons absolument confiance et c’est pour cela que c’est le seul pays avec lequel on peut efficacement collaborer sur la sécurité militaire. Ce n'est pas technique, cela révèle un rapport de confiance extrêmement fort. Continuons à dévoiler la réalité. Il n’y a que quelques dizaines de milliers de Français à Berlin alors qu’il y en a des centaines de milliers à Londres. Comme il y a des Anglais en France. Il y a deux mégalopoles jumelles en Europe, qui sont Londres et Paris. Les dynamiques démographiques des deux pays sont les mêmes, proches de deux enfants par femme. Le discours sur l’opposition entre l'Angleterre néolibérale et inégalitaire et sur la France de l’Etat social  contient un élément de vérité, mais lorsque l'on observe ces deux pays, on voit qu’ils évoluent en parallèle, sur l’oppression des jeunes, les privilèges des vieux. Toutes les nations sont différentes. Mais l’objectivité comparative doit nous faire admettre que le véritable monde étranger, avec ses jeunes si rares, ses loyers bas dus à la dépression démographique, son union structurelle de la gauche et de la droite, son autoritarisme social, c’est l’Allemagne, pas l’Angleterre. 

Et comment s’opérera cette période de transition vers une Europe des Etats-nations ?

D’abord sur le continent, malheureusement par une accélération et une accentuation de la dérive antidémocratique. Désormais, avec une Angleterre libérale qui nous a quittés pour se refonder, les ordres vont arriver encore plus brutalement de Berlin. Sans masques. Les classes dirigeantes – pardon dirigées – françaises doivent s’attendre à être publiquement humiliées. N’oublions pas qu’avec le départ des Britanniques, les Etats-Unis aussi perdent définitivement le contrôle de l’Allemagne. Avec le Brexit, la germanosphère prend son indépendance officielle. Le niveau de contrôle des Américains, avait été bien affaibli par le "Nein" stratégique allemand à la guerre d’Irak. Nous avons pu constater l’impuissance américaine dans le refus catégorique des Allemands d’obéir aux injonctions économiques des Etats-Unis, les adjurant de contribuer à la relance économique mondiale en augmentant leurs dépenses. Le Brexit, c’est la fin de la notion de système occidental. Tous les réalignements sont désormais possibles. C’est la vraie fin de la Guerre froide. Et Poutine, par ses commentaires extrêmement prudents, montre qu’il l’a compris.

La situation devient dangereuse, effectivement, mais pas pour les raisons avancées par les euroconformistes.

C’est vrai, on garde cette sécurité qui vient du fait que personne ne veut la guerre, que nos populations sont vieilles, et riches encore, pour quelques temps. Mais il y a des éléments violents d’affirmation nationale. Il y a la violence de la prise de contrôle économique du continent par l’Allemagne. Il y la violence de la politique allemande d’immigration qui suit logiquement sa politique austéritaire de destruction des économies de la zone euro, avec ce rêve hyper violent de l’Allemagne de récupérer pour sa propre économie les jeunes qualifiés espagnols, italiens, portugais, grecs et bientôt français, réduits au chômage. Il y a la violence avec laquelle l’Allemagne a rejeté les Etats-Unis.

L’anti-américanisme français est une blague comparé à celui de l’Allemagne. Je pense que les Allemands considèrent la victoire américaine de la Seconde Guerre mondiale comme illégitime parce qu’ils savent que la vraie victoire, celle du terrain, fut celle des Russes, qui ont fourni 90% de l’effort humain. La politique américaine de maltraitance de la Russie après l’effondrement du bloc soviétique fut une énorme faute stratégique. Les Américains, ivres de leur réussite dans la Guerre froide, ne se sont pas rendus compte qu’ils déstabilisaient l’Allemagne. Les Américains ont humilié les vrais vainqueurs de l’Allemagne, les Russes, ce qui revenait à dire, dans un certain sens, que la Seconde Guerre mondiale n’avait même pas eu lieu. Plus de vainqueur, plus de vaincu. Dès lors, l’Allemagne a été libérée de son passé. La stratégie américaine anti-russe a détruit la prise américaine sur l’Allemagne. De leur côté, les Français, au lieu d’agir comme un contrepoids à l’Allemagne  en copinant avec les Anglais, ont passé leur temps à dire que l’Allemagne était merveilleuse. Leur servitude volontaire a contribué à renationaliser l’Allemagne.

Pour Jean Claude Juncker, "le Brexit n’est pas un divorce à l’amiable", et pour François Hollande "Si le Royaume-Uni veut rester dans le marché unique, il faudra qu'il en paie le prix dans tous les sens du terme, y compris avec la liberté de circulation", tout en indiquant que la situation "peut valoir expérience et leçon". Comment interprétez-vous une telle position, pouvant être qualifiée de "ligne dure" à l’égard du Royaume-Uni ?

Nous n’avons plus de classe dirigeante, nous avons, je l’ai dit, des classes dirigées. Ce que disent Hollande et Juncker ne m'intéresse plus. Ce que vous évoquez ici est une comédie des apparences en faisant comme si "l’Europe" existait encore. Ce qui existe, c’est l’ "Europa", c’est-à-dire une Europe allemande. La seule chose importante qui se soit passée, selon moi, depuis le résultat du référendum, est que nous avons vu, en cascade, les ministres des Affaires étrangères, Hollande et Renzi courir à Berlin pour prendre leurs consignes. C'est une révélation. La dureté hollandiste n’aura aucun effet pratique. C’est l’Allemagne qui va décider. Notons quand même, de la part de notre président, non, de notre représentant à Berlin,  une trahison de plus de notre intérêt national : la France a 10% de chômage, elle a un déficit commercial contre tous les pays européens sauf le Royaume-Uni, où ses investissements financiers et industriels sont considérables et il veut nous lancer dans un conflit. En cas de conflit économique avec le Royaume-Uni, à cause de l’intensité de nos liens avec notre sœur d’Outre-manche, la France est le pays qui a la plus à perdre. Il n'y a aucune conscience des intérêts nationaux dans cette histoire.

Essayer de se mesurer à l’Angleterre serait aussi déraisonnable que ce le fut d’essayer de faire plier la Russie. La Grande-Bretagne est une île mais elle n’est pas isolée. L’anglosphère, ce sont les Etats-Unis, l’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, et le Royaume-Uni, dont la population globale est déjà supérieure à celle de l’Europe entre Brest et Varsovie. Le Royaume appartient aussi à cet ensemble.

C’est donc l ‘Allemagne qui m’intéresse. Que va-t-elle faire ?

L'Allemagne est un pays qui peut fonctionner sur deux modes psycho-politiques. Un mode raisonnable, que j’appelle le mode bismarckien, où l'on essaye d'être copain avec le plus de gens possibles pour assurer sa prise sur son espace de domination. Bismarck copinait avec la Grande-Bretagne, la Russie, l’Autriche-Hongrie, et l’Italie pour isoler la France, vaincue en 1870 et qui digérait mal la perte de l’Alsace-Lorraine. Son objectif était la stabilisation de l’Empire allemand réunifié. Et puis il y a le mode wilhelmien, où l'on s’emballe et l’on essaye de se faire le plus d'ennemis possibles pour perdre tous ses acquis : Guillaume II s’est brouillé avec la Russie et avec la Grande-Bretagne, créant pour la France un système d’alliances. Donc : un mode allemand maniaque et un mode allemand calme. Merkel est plutôt sur le mode calme, bismarckien, sauf quand elle a fait appel à l'immigration et commencé de déstabiliser le continent. Avec l’appel aux réfugiés syriens, irakien et afghans, elle est passée en mode maniaque, wilhelmien.

Le mode bismarckien, calme et raisonnable, serait, pour l'Allemagne, d’accepter le Brexit sans faire d’histoire, et d’en profiter pour parachever son contrôle du continent. Elle est le pays le plus libre-échangiste du monde dans une  Europe qui a abaissé toutes ses barrières douanières. Pourquoi s’embêter avec une guerre commerciale ?

La situation est exactement le contraire de ce que nous racontent les Européistes anglophobes, allons, prononçons le mot, néo-pétainistes. Ils se gargarisent de l’idée que la sortie du Royaume-Uni renforcera le rôle de la France face à l’Allemagne. C'est évidemment faux. L'horrible vérité est qu'il y avait en Europe un équilibre des puissances, avec les Allemands, puissance dominante, et puis les Anglais et les Français. Tout le jeu des Allemands était de jouer de l'opposition des Français et des Anglais pour maintenir l’équilibre qui assurait leur pouvoir de contrôle global. Maintenant, ils sont débarrassés de la puissance anglaise, libérale en termes politiques, et qui ne pouvait qu’être un frein à toutes les tentations autoritaires, déjà puissantes en Allemagne et sur le continent. Maintenant, les Français ne sont plus protégés par les Anglais, ils se retrouvent dans un tête à tête complètement inégal avec l'Allemagne et nous allons passer de la servitude volontaire dans laquelle nos élites nous ont mises, à une servitude de moins en moins volontaire. Les consignes de Berlin risquent d'être de moins en moins polies, d'autant que l'Allemagne, faute de stratégie, a une tactique : elle semble avoir immédiatement remplacé les Anglais par les Italiens pour affaiblir la France. Elle fait rentrer Renzi dans le jeu pour de nouveau créer une concurrence interne qui ré-affaiblira la France.

Je suis optimiste à long terme. Sur le modèle de réémergence des nations, je n'ai aucun doute et je pense que l'issue finale de ces problèmes, sera un retour pacifique à l'Europe des nations. Parce qu'avec les structures d'âge de nos populations, parce que la principale puissance du continent, l'Allemagne, a à peine une armée et ne possède pas l'arme nucléaire, parce que les Européens restent des gens paisibles et civilisés. La guerre est inimaginable. Mais, dans la phase transitoire, la position de la France va être très dure. Nous allons perdre notre statut de chouchou de l’Allemagne, d’enfant fantasque auquel on permet tous les déficits. En route pour 15% de chômage ? Les Britanniques partent parce qu'ils n'aiment pas la bureaucratie bruxelloise, bien sûr, mais surtout parce qu’ils ont la liberté chevillée au corps. Ils perçoivent la zone euro non seulement comme une catastrophe économique, comme une zone d'austérité et de stagnation – comme tout le monde d’ailleurs –  mais aussi comme le lieu d'une dérive autoritaire antidémocratique. Et bien entendu, le retrait de l'Angleterre de l'espace européen central nous annonce dans un premier temps une accentuation de la dérive autoritaire de cette "Europa".

Pour un géopoliticien, une configuration avec deux grandes nations libres aux extrémités du continent, la Russie et le Royaume Uni, avec une France suivant l’Allemagne, avec une Italie au bord de la défection, et des Américains peu pressés d’intervenir, cela semble comme une parodie pacifique, économique et un peu sénile de l’Europe en 1941.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 03/07/2016 - 10:02 - Signaler un abus E. Todd, Brexit, alliance tripartte GB, France, Russie

    Il a certainement raison sur la force du sentiment national des anglais, ce qui ne veut pas nécessairement dire tous les britanniques. Puissions nous retrouver une telle force de notre sentiment de nation française, alors oui, nous pourrions faire avec la Grande Bretagne l' duo leader de l'Europe. Mais il ne faut pas oublier non plus le poids de l'histoire: l'ennemi héréditaire des Anglais est la France. Trois guerres: 1870, 1914,1940 ont faite de l'Allemagne notre ennemi héréditaire, l'UE aura permis d'atténuer largement ce sentiment; Aussi difficile à surmonter que soit le poids de l'histoire et du ressentiment anglais envers la France, il n'ne reste pa moins vrai que notre futur est dans le rapprochement avec l'anglosphère ET, j'insiste: et, la Russie, alliée héréditaire malgré des épisodes difficiles. Les Britanniques ont certes soutenu la bataille de la Somme, alors que nos armées étaient bloquées à Verdun, mais qui se souvient de l'aide que les Russes nous ont apportée en 1914 en Prusse Orientale, au prix de dizaines de milliers de leurs soldats, alors que nous peinions à arrêter les armées allemandes sur la Marne. Sans eux, les Allemands prenaient Paris.

  • Par zouk - 03/07/2016 - 10:06 - Signaler un abus E. Todd, Brexit, alliance tripartte GB, France, Russie

    Il a certainement raison sur la force du sentiment national des anglais, ce qui ne veut pas nécessairement dire tous les britanniques. Puissions nous retrouver une telle force de notre sentiment de nation française, alors oui, nous pourrions faire avec la Grande Bretagne l' duo leader de l'Europe. Mais il ne faut pas oublier non plus le poids de l'histoire: l'ennemi héréditaire des Anglais est la France. Trois guerres: 1870, 1914,1940 ont faite de l'Allemagne notre ennemi héréditaire, l'UE aura permis d'atténuer largement ce sentiment; Aussi difficile à surmonter que soit le poids de l'histoire et du ressentiment anglais envers la France, il n'ne reste pa moins vrai que notre futur est dans le rapprochement avec l'anglosphère ET, j'insiste: et, la Russie, alliée héréditaire malgré des épisodes difficiles. Les Britanniques ont certes soutenu la bataille de la Somme, alors que nos armées étaient bloquées à Verdun, mais qui se souvient de l'aide que les Russes nous ont apportée en 1914 en Prusse Orientale, au prix de dizaines de milliers de leurs soldats, alors que nous peinions à arrêter les armées allemandes sur la Marne. Sans eux, les Allemands prenaient Paris.

  • Par Olivier K. - 03/07/2016 - 10:14 - Signaler un abus Encre un super article!

    Pourquoi la qualité des articles s'élève tous les été sur Atlantico pour s'effrondrer en automne??

  • Par langue de pivert - 03/07/2016 - 10:17 - Signaler un abus J'aurais pas cru !

    Intéressant cet article ! Si, si. ☺

  • Par cloette - 03/07/2016 - 10:17 - Signaler un abus Emmanuel Todd

    A souvent mais pas toujours des fulgurances , en tout cas c'est quelqu'un d'honnête et de sincère . Là je trouve que ce qu'il dit est pertinent .

  • Par Deudeuche - 03/07/2016 - 10:35 - Signaler un abus Todd et Goetzmann

    MI 5 MI 6, ou les conservateurs/UKIP. Mr Todd est mûr pour le Daily Telegraph ou le Sun! Je résume, allons sus aux boches! Le problème de l'affaiblissement de la France, c'est la France, pas la faute des autres! De Gaulle avait raison, les Brits et surtout les Anglais n'ont rien à foutre dans l'UE.

  • Par Deudeuche - 03/07/2016 - 10:35 - Signaler un abus Todd et Goetzmann

    MI 5 MI 6, ou les conservateurs/UKIP. Mr Todd est mûr pour le Daily Telegraph ou le Sun! Je résume, allons sus aux boches! Le problème de l'affaiblissement de la France, c'est la France, pas la faute des autres! De Gaulle avait raison, les Brits et surtout les Anglais n'ont rien à foutre dans l'UE.

  • Par Deneziere - 03/07/2016 - 10:37 - Signaler un abus Emmanuel Todd ("ET") est en quête d'une autre planète

    1 - Dire qu'avec un résultat de vote 48/52% l'Angleterre veut un réémergence nationale, c'est comme dire que la France voulait retourner au socialisme en 2012. Les anglais n'ont pas voté "oui" à quoique ce soit, ils ont voté "non" à autre chose. On a vu les résultats ici, on aura les mêmes là-bas. 2 - Si la France fait "absolument confiance à l'Angleterre" (l'inverse est faux), alors on est tombé bien bas. Des siècles d'histoire ont montré que ce n'est pas raisonnable - 3 - "Europe des nations" dit-il. Si elle est pacifique (ce qui n'est pas gagné, ET en convient), ce truc sera en pratique plus monstrueux et moins efficace que l'EU actuelle sur le plan intérieure, et les nations seront affaiblies sur le plan extérieur. 4 - "La France et l'Angleterre évoluent en parallèle"... et oui... ET a oublié que les parallèles ne se rejoignent jamais. 5 - ET veut regarder le temps long. Je veux bien mais "une génération pour reconstruire un RU hors l'Europe", ça pique. ET, tant qu'à parler de temps long, il oublie simplement de voir que jamais depuis la période pré-elizabethaine le RU n'a été aussi profondément divisé que maintenant. La génération dont il parle va juste être sacrifiée.

  • Par Ganesha - 03/07/2016 - 11:00 - Signaler un abus République Islamique d'Allemagne

    Voilà au moins un homme qui ne se sent pas désemparé face au Brexit. Emmanuel Todd est capable de nous proposer une vision claire de l'avenir de l'Europe et je la partage très largement. Les intérêts de la France et de l'Allemagne sont tellement divergents qu'il est urgent que nous nous libérions de la dictature de Juncker-Merkel. Si les jeunes-femmes allemandes ne produisent plus d'enfants, c'est en bonne partie suite à la politique d'appauvrissement des classes populaires menée dans ce pays depuis des décennies. Plutôt que d'importer des syriens et des afghans, l'Allemagne devrait ouvrir des crèches ! Il est urgent d'exclure de l'Europe ce qui va prochainement s'appeler la République Islamique d'Allemagne !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 03/07/2016 - 11:35 - Signaler un abus Sociologue, psychologue, économiste..un vrai scientifique quoi !

    Surtout un révolutionnaire en charentaise, qui adapte la réalité à sa pensée.... Quand la réalité lui déplaît, il la dépeint autrement, et s'en sert comme argument pour développer des théories vaseuses.... Bref, un bobo qui rêve d'être un penseur révolutionnaire , mais surtout d'une mauvaise foi abyssale .

  • Par Deudeuche - 03/07/2016 - 12:58 - Signaler un abus @Ganesha

    Résumons la pensée, fort adaptée à notre temps. Hitler gnagna 1940 gnagna à Angela blabla, les muslims qui menacent nos homos, vive Marine!

  • Par Ganesha - 03/07/2016 - 13:18 - Signaler un abus Deudeuche

    Deudeuche, il y a de nombreux lecteurs d'Atlantico qui ont perdu toute capacité de pensée autonome et qui mènent une existence de substitution en écrivant des messages d'insultes personnelles. Démarquez-vous : proposez-nous des arguments. Si vous comptez sur Sarko pour abolir le mariage gay, vous serez déçu !

  • Par Ganesha - 03/07/2016 - 13:35 - Signaler un abus Consensus

    Vous êtes complètement hors-sujet, mais je vous ajoute un petit message personnel : d'après un sondage dans l'article ''Gay Pride, après Orlando'', seuls 11¨% des français considèrent encore comme vous que l'homosexualité est une maladie ou une perversion. Peu d'opinions obtiennent un si large consensus.

  • Par clint - 03/07/2016 - 13:57 - Signaler un abus Très bon article de Todd que je découvre au delà de mes a priori

    Le "couple franco-allemand" est fondé sur la raison pour éviter de nouvelles haines réciproques destructrices. C'est loin d'être un amour des peuples. Je pense aussi que la France sera la grande perdante si elle s'éloigne bêtement, par des présidents français non à la hauteur, de la GB. Quant à l' Allemagne de Merkel on aperçoit une nouvelle hégémonie économique qui lui permet de se prendre beaucoup trop comme la chef de l' Europe : sa politique avec l'immigration et ses apartés d'öst politik sont inadmissibles

  • Par chamouton - 03/07/2016 - 14:00 - Signaler un abus Europe des Nations

    Si, au lieu de plébisciter Giscard, Delors, Mitterrand et tous les utopistes d'une Europe fédérale, les Français avaient écouté les ténors d'une Europe des Nations comme Pasqua, Chevènement ou Seguin, on ne mangerait pas, aujourd'hui, la soupe à la grimace, car notre projet européen ne serait pas ce monstre technocratique qui nous étouffe. On reproche aux leaders du Brexit d'avoir usé et même abusé d'arguments mensongers, on oublie que les opposants au Brexit ont eu le même comportement et qu'en France, à chaque référendum sur l'Europe, on ne s'est pas gêné pour véhiculer des mensonges et brandir des menaces pour orienter les électeurs. A ce jour, les seules personnalités politiques habilitées à parler de l'Europe sont celles qui se sont opposées au projet fédéral. Fillon fait partie de ces défenseurs d'une Europe des Nations, son programme européen pour 2017 est juste, plein de bon sens et réaliste.

  • Par vangog - 03/07/2016 - 15:13 - Signaler un abus "L'avenir est imprévisible!"...

    c'est la seule chose que démontre cet article! Engoncé dans les délires égalitaristes d'une gauche submergée par ses incohérences, Todd ne peut pousser sa réflexion méritoire plus loin que des hypothèses oiseuses. Le Front National l'a compris depuis le début de la construction europeiste, depuis le début de la mondialisation ultra libérale et ultra-socialiste: la convergence internationaliste dont reve la gauche, est, comme l'égalitarisme, une chimère malsaine et mortelle. Mais les références de Todd sont des références égalitaristes et internationalistes, Piketty, Voltaire, Emmanuel Le Roy-Ladurie...voila pourquoi il est impossible de mener la réflexion plus loin par antagonisme interne des idées qui s'entrechoquent. la situation historique actuelle est totalement dépassant les clivages traditionnels et les analyses basées sur un anthroporphisme historique. Qui aurait cru que la classe dite "mal éduquée" de GB vote contre l'internationalisme, cette valeur fondatrice de la gauche? C'est à un effondrement idéologique que l'on assiste! Les bases idéologiques des partis traditionnels s'effondrent, et les électeurs se découvrent d'un centre national, ni gauche, ni droite...

  • Par nosbrasvengeurs - 03/07/2016 - 17:06 - Signaler un abus Nations d'Europe

    Le général Pierre-Marie Gallois écrivait en 2004 : « Si l’on veut respecter la France, et que lui soit restituée sa pleine souveraineté et son indépendance ce n’est pas de « l’Europe des Nations » qu’il faut parler mais, tout simplement, des « nations d’Europe » ainsi qu’on le faisait avant d’être atteints par le mortel virus Jean Monnet. (…) La vérité c’est qu’il faut, exercice difficile entre tous, revenir en arrière, redonner aux Français la souveraineté qu’ils exerçaient il y a moins d’un demi-siècle, à leur profit, un peuple de 60 millions étant parfaitement à la mesure de relever souverainement les défis du monde, à commencer, par ceux de l’inéluctable mondialisation. »

  • Par arcole 34 - 03/07/2016 - 17:12 - Signaler un abus ENCORE UN SPIN DOCTOR

    Au demeurant je me permets d'émettre l'avis suivant qu'Emmanuel Todd est loin d'être la Tamise ou le Rhin de la pensée. Certes si ce monsieur est brillant cependant il tire un peu trop vite des conclusions hâtives quand au devenir des relations Franco - Allemandes et son éloge dithyrambique de la perfide Albion. Lui qui se définit comme une personne du centre gauche, adepte du juste milieu, bref un espèce d'Adolphe Thiers à la petite semaine. Que n'avons nous été pas abreuvé de la pensée Toddienne , de son papa Olivier qui célébrait dans les années 70 la libération du Cambodge par les Khmers rouges chassant ainsi le fantoche Lon Nol suppôt des vilains américains . La libération du Sud-Viêtnam par les chars de l'armée rouge nordiste enfonçant les grilles du palais présidentiel pour chasser l'immonde président Thieu,. Bref un ami du genre humain mais qui fit par un livre CRUEL AVRIL mea culpa. Puis maintenant nous avons le fils qui dans une explication strictement personnelle, mêlant tour à tour les sciences humaines comme un entomologiste épingle des insectes pour mieux les étudier , brouillant les cartes et niant la culture des nations et ce sentiment national de la France qui

  • Par arcole 34 - 03/07/2016 - 17:22 - Signaler un abus ENCORE UN SPIN DOCTOR

    sur les champs de bataille du moyen âge et trouva son renforcement au fur et à mesure du déroulement et de la constitution géographique et humaine cimentée par l'héritage gallo-romain et surtout la religion Chrétienne. Les racines de l'Europe se fondirent sur trois piliers qui furent : le Droit Romain , la Philosophie Grecque et la religion Chrétienne. E Todd est le prophète du malheur des peuples et l'annonciateur de la fin de l'histoire qui va voir un peuple irrédentiste, individualiste qui n'a d'autres intérêts que celui du sien , qui par une constitution coutumière a instauré un communautarisme et une sanctuarisation tolérant des tribunaux de la charia pour les mœurs des musulmans des policiers Sikhs pour intervenir dans les quartiers à population originaire du sous continent indien, des prêcheurs fous qui prônent un Islam radical du moment qu'il ne touche pas le RU, et cela en toute liberté. Mais enfin la grande et Glorieuse Révolution date de 1688 et j'ose espérer qu'il a pris conscience que cela ne date pas d'hier . Mais enfin c'est lui le nouveau guide et lumière de l'occident , mais il n'a pas été très combattif vis à vis de ses anciens amis du Pacte de Varsovie .

  • Par arcole 34 - 03/07/2016 - 17:32 - Signaler un abus @ ENCORE UN SPIN DOCTOR

    il est pire dans le registre funeste que sa consoeur Viviane Forrester et son HORREUR ECONOMIQUE. Bref comme son père il retourne sa veste et masque le fait d'avoir soutenu des régimes corrompus de gauche en faisant un bashing de ses amis socialistes qu'il a souvent conseillé en douce . Mais qu'il se taise qui a encore envie de l'entendre , lui qui fut un procureur digne de la terreur stalinienne comme Vichinsky le fut en son temps et faudra t-il ériger un bûcher celui de ses vanités propres et jetés aux chiens ce que nous avons adorés le veille . Il fait dans le raccourci historique car si les anglais furent nos alliés durant les 2 conflits mondiaux qu'il se rappelle l'histoire : Jeanne D'Arc, Fachoda, Dunkerque tout cela pour le plus grand bien de notre pays je suppose ?.Quand à remettre en cause les relations Franco-Allemandes je suis assez surpris de lire qu'il faut les dénoncer et que les auteurs de tous nos maux sont nos cousins germains ?. Et surtout remettre en cause les politiques initiées par le Gal de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer sur le couple franco - Allemand mais en plus il fausse l'histoire pour faire passer une éloge du modèle libéral Anglais, oppose les

  • Par Anguerrand - 03/07/2016 - 17:38 - Signaler un abus Ganesha s'ouvre

    Il est homo, c'est pour cela qu'il vote FN. Tout est respectable, àlors pourquoi l'aviez vos caché si longtemps. Le FN est le parti préféré des homos, c'est pourquoi meme le n° 2 l'est . Ne vous en cachez pas, je n'en suis pas mais je ne fais pas d'insulte d'autant que ceux que je connais sont d'une grande gentillesse. Vous semblez être donc l'exception qui confirme la règle.

  • Par arcole 34 - 03/07/2016 - 17:41 - Signaler un abus @ ENCORE UN SPIN DOCTOR

    générations , divise les citoyens maintenant en bon ou mauvais européens , utilse des arguments spécieux pour nous expliquer que nous sommes à la veille de boulversements que lui a prévu ?. A-t-il encore un livre à vendre et est-il devenu son propre VRP. Lui qui s'illustra dans un anti sarkozisme militant et violemment militant , salissant et couvrant de boue NS par le biais et le relai d'une presse de gauche et d'extr^me gauche, flattant les bas instincts de ses lecteurs comme jadis le journal La Libre Parole d'Edouard Drumont appelait aux lynchages et aux meurtres des juifs , le Journal torchon d'extrême droite poussant au suicide unministre de la république avant guerre mais là je lui reconnais que ces ancêtres dans le dénigrement de notre pays ne donnait sous le couvert du combat politique , une mature scientifique à l'aune des sciences humaines que sont la sociologie , l'anthropologie , le démographie. En fait E Todd est une sorte de Fregoli qui change autant d'avis que d'idées au gré des circonstances comme papa le fit de part le passé avec les exemples donnés. j'espère que son fils qui vit à Londres nous épargnera les idées de papa. Désole de casser le consensus sur ce type

  • Par L.Leuwen - 03/07/2016 - 17:51 - Signaler un abus Discours archaïque

    Après un départ amusant, Todd se noie dans de telles contradictions qu’il faudrait une heure pour les démonter. Notre historien du temps long ne parvient pas à sortir du discours archaïque. Les nations sont certainement l’avenir de l’Europe, mais cet avenir ne peut être décrit dans les termes du congrès de Vienne. Prétendant faire de l’Histoire, Todd tente en réalité de faire de la politique et n’y parvient pas.

  • Par arcole 34 - 03/07/2016 - 17:52 - Signaler un abus @ANGUERRAND - 03/07/2016 - 17:38

    Mais vous ne saviez pas que MLPS est la protectrice des minorités , dont les Homos font partie ?. Rappelez le hollandais Pym Fortyn assassiné par un extrémiste dit musulman, quelle éloge de la part de MLP pleurant à chaudes larmes sur ce dernier , et Philippot et ses chemises roses qui tentèrent une nuit des longs couteaux sur le vieux chef. Le ratissage systématique des voix chez les minorités car tout le monde le sait les LGBT votent massivement mais aussi les juifs eux aussi à entendre MLP votent pour elle seule qui les défend becs et ongles .aussi il faudrait qu'elle demande à E Todd de faire une enquête sociologique sur ces nouveaux électeurs entre personnes aux égos surdimensionnés ils devraient s'entendre , peut-être qu'elle pourra gagner toutes les régions , les conseils départementaux, les mairies , les députés et sénateurs mais en attendant ce phénomène , je répète MLPS : combien de divisions , de députés , de sénateurs , de maires , d'élus locaux qui tels les migrants prennent le large quand ils découvrent le vrai visage du Fhaine . que du vent , un programme ballon de baudruche , des invectives et surtout de la communication et des postures , cela ne va pas bien loin.

  • Par paolo manzi - 03/07/2016 - 18:08 - Signaler un abus ARCOLE mais aussi AZINCOURT

    Tout à fait d'accord avec vous , j' ajouterai Azincourt bataille décisive à l'avantage ( encore une fois ) des anglais . Oui , notre ennemi hériditaire , ce sont bien les anglais et TODD se fout le doigt dans l'oeil avec sa réthorique anglophile . " Spin doctor '' en effet retournant à l'envie sa veste '' since a longtime '' . D'accord aussi avec '' nosbrasvengeurs '' et son idée de '' Nation d'europe '' . Mon interrogation est de m'intérroger sur la , les , politiques abérantes menées tout aussi bien par la droite que par la gauche concernant la Russie qui a toujours été notre alliée et notre amie, particulierement avec le Tsar Pierre Legrand ou encore , la Grande Catherine ; la Russie qui est venue nous rejoindre en 14 et plus encore en 40 et malgré tout çà , on leur a tourné le dos au profit des américains qui eux , en maître de la propagande on parfaitement su nous ...envahir CULTURELLEMENT , ECONOMIQUEMENT etc.. Alors , ne serait-il pas plus judicieux de changer de partenaire en abandonnant l'allemagne au profit de notre ami '' héréditaire '' qu'est la RUSSIE ? THAT IS THE QUESTION ?

  • Par paolo manzi - 03/07/2016 - 18:13 - Signaler un abus ARCOLE mais aussi AZINCOURT

    Tout à fait d'accord avec vous , j' ajouterai Azincourt bataille décisive à l'avantage ( encore une fois ) des anglais . Oui , notre ennemi hériditaire , ce sont bien les anglais et TODD se fout le doigt dans l'oeil avec sa réthorique anglophile . " Spin doctor '' en effet retournant à l'envie sa veste '' since a longtime '' . D'accord aussi avec '' nosbrasvengeurs '' et son idée de '' Nation d'europe '' . Mon interrogation est de m'intérroger sur la , les , politiques abérantes menées tout aussi bien par la droite que par la gauche concernant la Russie qui a toujours été notre alliée et notre amie, particulierement avec le Tsar Pierre Legrand ou encore , la Grande Catherine ; la Russie qui est venue nous rejoindre en 14 et plus encore en 40 et malgré tout çà , on leur a tourné le dos au profit des américains qui eux , en maître de la propagande on parfaitement su nous ...envahir CULTURELLEMENT , ECONOMIQUEMENT etc.. Alors , ne serait-il pas plus judicieux de changer de partenaire en abandonnant l'allemagne au profit de notre ami '' héréditaire '' qu'est la RUSSIE ? THAT IS THE QUESTION ?

  • Par von straffenberg - 03/07/2016 - 18:15 - Signaler un abus Heureux Britanniques

    Qui ont su donner un coup de pied dans la montagne technocratique européenne ; Seguin et consort aurait du être écouté .Mais avec des si on ne change pas le monde .Pour moi le brexit est le meilleur déclencheur pour refonder une Europe des nations . Ne cherchons pas les fautifs ailleurs ils sont chez nous parmi l'exécutif .

  • Par arcole 34 - 03/07/2016 - 18:27 - Signaler un abus @von straffenberg - 03/07/2016 - 18:15

    D'abord je suis content de vous lire et j'espère que tout se passe bien pour vous, simplement je me permets de vous dire que l'Europe est actuellement en dormition et que lorsque elle se réveillera , elle fera le bonheur et a stabilité des peuples qui la compose .@paolo manzi, les îles Britanniques ont toujours été le porte-avions des USA et de leurs politiques impérialistes voire isolationnistes telle la doctrine de Monroe et ce n'est pas prés de changer malgré les augures d'un prophète auto proclamé E Todd , comme jadis dans les années 90 Francis Fukuyama et sa fin de l'Histoire au sortir de l'effondrement de l'URSS pour l'avènement des démocraties pour ne pas dire des démocraties libérales dans le monde entier.

  • Par Ganesha - 03/07/2016 - 18:30 - Signaler un abus Anguerrand

    Anguerrand, décidément, vous êtes incapable de lire quelques phrases et d'en comprendre le sens. Je répondais simplement à Dedeuche, qui déclare vouloir élire Sarkozy dans l'espoir que celui-ci tienne sa promesse d'abolir le Mariage pour Tous. Comme dit le poète ''Bien fol est celui qui s'y fie'' !

  • Par von straffenberg - 03/07/2016 - 19:01 - Signaler un abus @ arcole 34

    Merci à vous je vais bien je suis optimiste de nature.....enfin le ciel est presque bleu les femmes ont le regard vif

  • Par Yves3531 - 03/07/2016 - 19:03 - Signaler un abus Notre problème c'est la buse perverse narcissique ...

    qui a été mise là en 2012 par des lapins aveuglés, et qui hélas est scotchée là au moment particulièrement crucial du Brexit. Le problème n'est pas de savoir ci ou ça sur l'Allemagne ou le Royaume Uni; ils défendent leurs intérêts, point. Nous devons juste essentiellement défendre les nôtres au mieux à un moment où l'UE peut éventuellement se refonder sans le frein du porte avion US, et avec une Allemagne mi Rhénane mi Prusienne. Mais avec la buse, l'angoisse est à son maximum...

  • Par Yves Montenay - 03/07/2016 - 19:54 - Signaler un abus Deux « détails »

    Il y a de bonnes choses dans cet article, d'autres très discutables, par exemple l'optimisme sur la situation russe. E. T. connaît bien les catastrophes démographiques allemande et japonaise ( jusqu'à présent le Japon est fermement opposé à toute immigration). Que ferait-il s'il était Madame Merkel ? Une réponse un peu fantaisiste : rien, ce qui permettrait à la France de peser démographiquement plus lourd que l'Allemagne, et économiquement si nous avions un bon gouvernement ... Deuxième détail : je comprends que E. T. est bilingue et que ses enfants sont britanniques. Il n'est donc pas heurté par l'anglicisation de Bruxelles qui n'est pas seulement une question de prestige et d'équité pour les autres peuples européens, mais un système économique qui apporte une quarantaine de milliards d'euros à l'Angleterre (voir rapport Grin et ses prolongements). L'Anglais de base, comme le Français de base, ne le sait pas, donc ça n'influence pas leur vote, donc ça n'intéresse pas les politiques. Je pense que les Anglais sont assez bons négociateurs pour garder le et l'argent du beurre (sortir sans perdre le bénéfice de ce système) Yves Montenay yvesmontenay.fr

  • Par langue de pivert - 04/07/2016 - 09:26 - Signaler un abus Bel ensemble.

    Des commentaires qui valent bien l'article-objet. Qui relèvent et relaient les faiblesses, approximations et "arrangements" de ce dernier. Je ne pensais pas lire en entier un article de E. Todd...et je suis heureux de nourrir ma réflexion des commentaires qu'il suscite.

  • Par Deudeuche - 04/07/2016 - 10:44 - Signaler un abus @Ganesha

    Sarko s'est clairement exprimé sur son approbation tacite du "mariage pour tous". C'est pourquoi je ne voterai plus pour cet individu! Waouw !Quelle passion à défendre cette orientation invertie! Pour info le nul au pouvoir depuis 2012 s'appelle Hollande pas Sarkozy, just in case, car tout rejet de la politique actuelle est pour vous de la faute de....Sarko, un truc de rejet psycho-maniaque. Marion, la sympathique divorcée de votre parti préféré est bien du FN n'est ce pas! Je suis plus très sur....!

  • Par Ganesha - 04/07/2016 - 10:59 - Signaler un abus Ligne éditoriale

    Deudeuche, je pense que ma ''ligne éditoriale'' est parfaitement claire : un rejet total, absolu de ces deux partis : le PS et les Ripoublicains. Ainsi qu'une grande incertitude de ce que fera vraiment Marine Le Pen lorsqu'elle arrivera au pouvoir. Mais la constatation qu'il ne nous reste plus que cette carte à jouer... Nous avons essayé successivement Sarko et Hollande et nous sommes dans une impasse totale. Je ne m'attarderai pas sur Juppé, Fillon et les autres sous-fifres.

  • Par Deudeuche - 04/07/2016 - 14:21 - Signaler un abus @Ganesha

    oui nous sommes dans une impasse et pour en sortir nous ne sommes que très partiellement du même avis.

  • Par arcole 34 - 04/07/2016 - 14:59 - Signaler un abus MAIS LA MAJORITE TOTALE DES ELECTEURS REJETTENT

    Le FNPS qui est l'allié objectif des socialistes depuis monsieur Mitterrand et les bonnes relations entre son chargé des affaire africaines Guy Penne et JMLPS , dont l'ascension justement en 1984 correspond aux financement occulte dudit FNPS par des fonds secrets de l'élysée. Avec MLPS nous ne sommes pas dans une impasse mais plutôt dans un cul de basse fosse. Là est la différence, et si elle avait tirée en toute conscience les leçons de scrutins précédents elle aurait disparue définitivement des écrans radars comme son homologue l'Anglais Nigel Farage qui démissionne de son parti anti chambre de notre FNPS, soit l'UKIP, le monde s'en portera mieux, à moins qu'elle ne migre chez ses amis du FPÔ Autrichien qui l'accueilleront et en feront leur présidente d'horreur de leur formation à l'identité néo-nazi. Elle pourra au moins participer à leur bal annuel sans aucune retenue. SIEG HOFER.

  • Par Olivier K. - 04/07/2016 - 16:46 - Signaler un abus @arcole, @ganesha, @vangog

    Il me semble que vous avez des idées, c'est pas la première fois que je lis vos commentaires, mais étant dr en physique j'ai un certain penchant pour les articles bien documentés et dont la structure est claire (n'étant pas dr en histoire, je n'ai pas les outils pour juger le fond de cet article). Vous êtes peut-être dans la situation inverse à la mienne. Pour défendre vos idées il serait préférable que vous augmentiez vos standard, documentez-vous et structurez vos propos, par pitié!!

  • Par Ganesha - 04/07/2016 - 16:52 - Signaler un abus Assis sur un joli nuage

    Écrire : ''Avec Marine Le Pen nous sommes dans un cul de basse fosse'' est une sottise, une négation de la réalité ! En fait, nous sommes''Assis sur un joli nuage'' ! Ces cinquante dernières années, les français ont compris que lorsque nous élisons un président, celui-ci fait ensuite ce qu'il veut... ou ce qu'il peut ! La différence peut venir de l'intelligence et de la force de caractère. Charles de Gaulle s'est fait élire sur sa déclaration ''Je vous ai compris'' au forum d'Alger. Cela voulait dire : Algérie française. Arrivé au pouvoir, il a enfin eu en main les vraies informations, celles dont les candidats ne disposent pas, celles que l'on connait seulement lorsqu'on est au cœur de l’État. Et il a donné l'indépendance aux algériens. Mitterrand a abandonné son Programme Commun au bout de deux ans. Chirac et la Fracture sociale! Sarkozy et Hollande ont tous deux capitulé piteusement devant Merkel. Réélire Sarko ? Il a changé ? Imaginez-vous un instant la rencontre du vieillard Juppé ou du servile Fillon face à Merkel ou à son successeur ! Nous n'avons que Marine comme seule championne possible ! Nous ne pouvons que croiser les doigts et espérer...

  • Par Ganesha - 04/07/2016 - 17:36 - Signaler un abus Ukip

    Mr Farage a quitté l'Ukip parce qu'avec le système électoral pour le parlement britannique, proche du modèle français pour nos législatives, le ''Bipartisme'' est inévitable : le système est conçu pour cela. Actuellement, les Travaillistes et les Conservateurs disposent de 551 députés sur 650. Les indépendantistes écossais ont 54 députés, mais l'Ukip n'a qu'un seul élu. La vraie démocratie, c'est la ''Proportionnelle'', comme au Parlement Européen, mais cela peut rendre un pays ''ingouvernable'', comme ce fut le cas pour la IVème République en France, ou l'Espagne actuellement. Comme l'indiquent de nombreux résultats récents, il est très rare qu'un parti obtienne la majorité à lui tout seul, il faut en général une coalition. Mais ce qu'il y a de plus répugnant, c'est le ''Front Républicain'' que nous avons connu au Régionales... équivalant des associations de malfaiteurs comparables aux PS-Ripoublicains qui ont dirigé beaucoup de pays européens depuis des décennies. https://fr.wikipedia.org/wiki/Chambre_des_communes_du_Royaume-Uni

  • Par Deudeuche - 04/07/2016 - 18:25 - Signaler un abus @Ganesha

    tout à fait d'accord sur la proportionnelle!

  • Par Ganesha - 04/07/2016 - 23:17 - Signaler un abus Démographie allemande

    Une suggestion pour mr. Todd : se pencher sur la démographie allemande. Bien sûr, il y a le rôle de la sociologie, mais d'après l'article de Wikipédia il semblerait que de nombreuses femmes allemandes ont des enfants avec des hommes étrangers. Cela fait penser à cette information venue de Suisse : dans ce pays, désormais 25% des jeunes hommes sont stériles, par production insuffisante de spermatozoïdes. L’agriculture allemande utilise-t-elle beaucoup de perturbateurs endocriniens ? https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_l%27Allemagne

  • Par Deudeuche - 05/07/2016 - 08:48 - Signaler un abus @Ganesha

    Les Allemands et donc la moitié d'entre eux, les Allemandes ont intégré la modernité anxiogène occidentale; Malthusianisme, Matérialisme, Hédonisme. Et surtout si on rajoute le fait que l'Ecole y finit à 13H00 et ce depuis que Bismarck l'avait rendu obligatoire, elles sont confrontées à un dilemme (si des enfants pas de métier, si un métier pas d'enfants, ou alors un seul car arrêter son travail ne peut se faire plusieurs fois). Je laisserai les explications scientifico-sociales qui, comme on dit dans le médialand, rappellent "les heures les plus sombres de notre histoire" européenne. Pour couronner le tout les maternelles (Kita) sont payantes et surbookées. Les informations venues de Suisse? sur les Allemands c'est un peu comme les informations venues d'Angleterre sur la France; de la Daube!

  • Par Ganesha - 05/07/2016 - 09:57 - Signaler un abus Feuille de chou gauchiste

    Lu sur le site du Figaro, une feuille de chou gauchiste , ne publiant que de la désinformation fantaisiste : ''En cinquante ans, le nombre de spermatozoïdes a baissé de 40% en Europe. Des molécules sont mises en cause.'' http://sante.lefigaro.fr/actualite/2008/11/19/9324-moins-spermatozoides-substances-soupconnees

  • Par jurgio - 05/07/2016 - 10:48 - Signaler un abus Le suivisme comme tradition révolutionnaire !

    On regarde ce qui réussit chez les autres pour le copier et s'apercevoir que ça ne peut pas fonctionner chez soi ! Sacré Todd ! La tradition révolutionnaire de ce pays-ci est de gueuler tous azimuts, avec des têtes au bout de piques.

  • Par Ganesha - 05/07/2016 - 11:16 - Signaler un abus Jurgio

    Jurgio, je vous trouve bien méprisant et défaitiste envers votre propre pays. 1789 n'a pas tout inventé : il y avait eu la Grèce antique, la Magna Carta en Angleterre, la Constitution américaine. Mais en prenant la Bastille, nous avons fait bouger la planète !

  • Par Deudeuche - 05/07/2016 - 17:12 - Signaler un abus @Ganesha

    concernant les 9 détenus de droits commun libérés le 14 juillet 1789, oui nous avons fait bougé la planète, (et mis la tête du pauvre gouverneur au bout d'une pique). Comme disait Chou en Lai, 1er ministre de Mao, la révolution française "trop récent pour avoir une opinion définitive". Quant à l'article du Figaro il parle d'Europe et non d'Allemagne seule, nous sommes aussi dedans. Ah oui notre fête nationale est la commémoration de la fête de la fédération en ...1790, rare instant de cohésion nationale où tous les acteurs du drame à venir (Louis XVI, Lafayette, Robespierre, Talleyrand etc...sont le temps d'un 14 juillet tous Français .

  • Par jurgio - 05/07/2016 - 17:13 - Signaler un abus Si la planète a bougé c'est qu'elle l'avait déjà commencé

    ...un peu partout. En France, on a terminé par l'excessif. C'est surtout l'élite qui a mené la révolution. Et laquelle ! On a seulement changé les têtes. D'un côté, des serfs qui travaillent et de l'autre des individus qui se gavent.

  • Par Ganesha - 06/07/2016 - 10:29 - Signaler un abus 49

    Le nombre de commentaires pour cet article, qui était stable à 49, a subitement baissé à 48. Que s'est-il passé ? Quelqu'un a une idée ?

  • Par arcole 34 - 06/07/2016 - 14:13 - Signaler un abus @Ganseha = FAUX DERCHE

    Il y a une différence monsieur le moraliste à la petite semaine entre dénigrer et dénoncer quand on est perpétuellement dans une opposition mais c'est une autre chose quand on est dans la responsabilité d'un état. vos exemples fallacieux et vos références sont nulles et non avenues car si le Gal de Gaulle a donné l'indépendance aux Algériens car les français n'auraient jamais acceptés de voir la population algérienne bénéficiant des mêmes droits sociaux , politiques que les citoyens. Et de plus je vous rappelle bien que n'étant pas docteur en quoique ce soit qu'auparavant c'était une période d'indépendance le pouvoir socialiste avait abandonné l'Indochine Française , que les pays de l'ex-AEF et AOF accédaient à l'indépendance , que les anglais décolonisaient l'Inde, le Pakistan, le Kenya etc , ainsi que les Belges . De toute façon les puissances internationales URSS et USA faisaient du lobbying pour obliger les puissances européennes a affranchir les peuples colonisés. Faux derche quand je vous lis regretter et montrer de l'empathie pour la pauvreté en Allemagne , mais celle qui sévit en France vous laisse totalement indifférent , je ne peux que conclure que le FN est le parti de

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emmanuel Todd

Emmanuel Todd est un historien, anthropologue, démographe, sociologue et essayiste. Ingénieur de recherche à l'Institut national d'études démographiques (INED), il développe l'idée que les systèmes familiaux jouent un rôle déterminant dans l'histoire et la constitution des idéologies religieuses et politiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€