Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 02 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’effondrement du barrage de Mossoul en Irak pourrait faire 500 000 morts

Construit sur un sol qui s’érode, le plus grand barrage d’Irak menace de rompre. La catastrophe pourrait faire un demi-million de victimes.

Il ne manquait plus que ça...

Publié le
L’effondrement du barrage de Mossoul en Irak pourrait faire 500 000 morts

Une vague de plus de 50 mètres de haut pourrait inonder le fleuve Tigre et engloutir la région de Mossoul faisant un demi million de morts et un million de sans abris : le barrage de Mossoul menace de s’effondrer selon l’US Army Corps of Engineers. Nommé « Barrage Saddam » à l’origine, il est situé à 40 km de la ville.

Construit sur une terre d’argile, gypse et calcaire qui s'érode au contact de l’eau, il a commencé à suinter dès sa mise en service en 1986. Depuis 2007, il est considéré comme le plus dangereux au monde et fait l’objet de renforts quotidiens : environ 100 000 tonnes de ciment ont été injectées dans la structure afin d'éviter son effondrement.

Mais Daech en a brièvement pris le contrôle pendant l’été 2014 et pendant 6 semaines les coulées de ciment ont été interrompues. Ensuite, des querelles politiques et des ennuis financiers ont compliqué les travaux de renforcement. Le barrage a encore été fragilisé lorsque le gouvernement irakien a décidé de couper l’approvisionnement en électricité de Mossoul contrôlé par Daech, comme le rapporte Loveday Morris du Washington Post. Bloquer l’écoulement a fait monter le niveau de l’eau et a augmenté la pression.

Le barrage mesure 113 m de haut sur 3,4 km de large et retient 12 milliards de mètres cube d’eau. Un rapport de l’US Army Corps of Engineers rendu public cette semaine identifie de graves problèmes dans la structure et considère que son effondrement est presque inéluctable. Les pluies au printemps et la fonte des neiges pourraient provoquer la catastrophe. Si le barrage lâche, Mossoul serait inondée par 12 à 19 m d’eau, puis ce sera le tour de Tikrit avant que le torrent n’emporte un autre barrage à Samarra. Bagdad serait inondée à son tour dans les 48 heures par 4 m d’eau. 

Le président Barack Obama a rappelé au Premier ministre irakien, Haider al-Abadi la nécessité de "réparer le barrage en urgence" et d’avertir les populations, y compris celles vivant dans les zones contrôlées par Daech. Cette menace pressante arrive en plein préparatifs de reconquête de Mossoul par l’état irakien. Une intense campagne de bombardements pourrait encore fragiliser l’édifice. De plus, il faut envisager que l'Etat islamique tente de détruire le barrage en quittant la ville. Les travaux, menés par une entreprise italienne, doivent débuter dans les prochaines semaines et durer deux ans. Le coût est évalué à 284,5 millions d'euros, partiellement financés par la Banque mondiale.

En attendant, c'est une catastrophe humanitaire terrible qui plane sur un pays qui n'avait vraiment pas besoin de ça. Les Irakiens sont de nouveau victimes de l'incapacité d'installer un Etat de droit dans leur pays.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 16/02/2016 - 16:02 - Signaler un abus ???

    Arme de destruction massive ? Dernier cadeau posthume de Saddam à son peuple ?

  • Par Le gorille - 16/02/2016 - 18:28 - Signaler un abus Triste plutôt !

    Non, les morts n'en sourient pas, ni les millions de déplacés, ni les Irakiens. Une erreur humaine apparemment. Aggravée par l'état de guerre.

  • Par Le gorille - 16/02/2016 - 18:28 - Signaler un abus Triste plutôt !

    Non, les morts n'en sourient pas, ni les millions de déplacés, ni les Irakiens. Une erreur humaine apparemment. Aggravée par l'état de guerre.

  • Par zouk - 16/02/2016 - 18:40 - Signaler un abus Barrage de Mossoul

    Mégalomanie de Saddam Hussein, incurie, ruine de l'actuel état irakien, plus Daesh, tout est réuni pour une catastrophe majeure. Même si nous (l'Occident) voulions,ce qui est fort improbable, nous ne pourrions jamais effectuer les travaux de sauvetage, fût-ce à nos frais.

  • Par gwirioné - 17/02/2016 - 03:47 - Signaler un abus Leçon de français...

    Rectifier: "les Irakiens, de nouveau victimes de LEUR incapacité à instaurer une Etat de droit dans LEUR pays."

  • Par MIMINE 95 - 17/02/2016 - 10:11 - Signaler un abus LES AMERICAINS

    grands responsables de la catastrophe Irakienne et moyenne-orientale qui donnent des leçons, et qui,"rappelle à l'ordre"!!!!! faut le faire !

  • Par C3H5.NO3.3 - 17/02/2016 - 10:49 - Signaler un abus @mimine

    Il ne vous est pas venu a l'idée que si nous avions laissé sadam et kadhafi en place, nous aurions chez nous encore plus de problèmes qu'avec l'EI. Ce ne sont pas nos amis : aucun des dirigeants actuels, passés, ou futurs. Quand ils commencent a s'agiter, il faut les calmer, et faire en sorte qu'ils se battent entre eux, comme en ce moment, c'est tout.

  • Par de20 - 17/02/2016 - 12:02 - Signaler un abus Et bien au moins les

    Et bien au moins les terroristes savent ou placer les charges en faisant l économie d une attaque épique à la DAMS BURSTERS.

  • Par Kaliste - 17/02/2016 - 19:08 - Signaler un abus Vidange

    Pourquoi ne pas vidanger le barrage ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Bienvenu

Antoine Bienvenu est journaliste.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€