Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 30 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le drame de Kobané, révélateur parfait de tous les non-dits et mensonges proférés sur l’Etat islamique (et sur nos "alliés")

Le bastion kurde de Kobané est en train de tomber aux mains de l'Etat islamique et ce malgré les frappes aériennes de la coalition. Une progression qui témoigne de la nature et de la force de cet ennemi, constitué en une véritable armée.

Derrière les apparences

Publié le
Le drame de Kobané, révélateur parfait de tous les non-dits et mensonges proférés sur l’Etat islamique (et sur nos "alliés")

Kobané en proie aux affrontements depuis plusieurs semaines Crédit Reuters

Atlantico : En Syrie la ville kurde de Kobané, située juste à côté de la frontière turque, est en train de tomber entre les mains des combattants de l’Etat islamique, et ce malgré les frappes aériennes de la coalition. Que nous enseigne cette réussite militaire sur la nature et sur l’organisation des forces islamistes en présence ? L’image du djihadiste se cachant dans les montagnes doit-elle définitivement être mise en placard ?

Alain Chouet : Il y a longtemps qu’en Irak et en Syrie les djihadistes ne se cachent plus dans les montagnes. Longtemps soutenus financièrement et logistiquement par divers Etats, bénéficiant d’un important apport de volontaires étrangers grâce à la complaisance des autorités du gouvernement islamiste turc, profitant de l’effondrement de la capacité de contrôle territorial des pouvoirs locaux, les djihadistes de l’Etat Islamique sont constitués en une véritable armée avec une implantation territoriale définie, une hiérarchie, des véhicules et armes abandonnés par les armées régulières débandées ou fournies par des intervenants extérieurs, des ressources locales fournies par leur contrôle du terrain.

Malgré des effectifs nombreux, un armement lourd et un encadrement assuré selon certaines sources par d’anciens officiers de Saddam Hussein, peut-on aller jusqu’à qualifier l’Etat islamique d’armée au sens traditionnel ? Dans un tel cas de figure, serait-il plus facile pour la coalition occidentale de les identifier et de les combattre ?

Ils ne sont pas si nombreux que cela. On évalue les effectifs actuel de l’EI dans une fourchette de 15000 à 20000 individus de qualité militaire très inégale. Ces effectifs peuvent parfois compter sur le renfort de chefs de tribus ou de villages locaux dont les islamistes se payent les services avec le produit de leurs rapines.

Leurs rangs et leurs capacités militaires ont été considérablement renforcés par l’apport de nombreux officiers et sous officiers sunnites de l’armée de Saddam Hussein brutalement licenciés par l’administration américaine en Irak ainsi que par de nombreux vétérans des autres théâtres de djihad (Tchétchénie, Bosnie, Afghanistan, Libye, etc.). Nombre de ces "vétérans" sont en fait des mercenaires rémunérés (les chiffres varient de 500 à 2000 dollars par mois) et surtout autorisés à se "payer sur la bête" par le viol, le pillage, le racket et les trafics.

Les forces de l’Etat Islamique peuvent donc effectivement s’analyser en une véritable armée ou, au moins, comme l’une de ces "grandes compagnies" de mercenaires qui terrorisaient et pillaient l’Europe du Moyen Age.

Quelles sont leurs sources de financement locales et internationales ? Au vu des moyens mis en œuvre sur le champ de bataille, faut-il en déduire que les donateurs saoudiens ou qataris n’ont jamais cessé d’être actifs ?

Il ne fait plus de doute aujourd’hui que l’Arabie Saoudite et le Qatar ont largement contribué financièrement et logistiquement à l’émergence et au développement des mouvement djihadistes en Irak et en Syrie en vue de déstabiliser les pouvoirs locaux suspects de connivence avec l’Iran. L’EI a même bénéficié dans ce domaine d’une surenchère entre les Saoudiens et les Qataris.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Hugues001001 - 10/10/2014 - 17:12 - Signaler un abus Effectivement

    Le double-jeu turc est absolument révoltant. Et ce pays voudrait rejoindre l'Union européenne ? Dans ce cas il est plus qu'urgent que les 28 lui demandent des comptes sur son comportement. Quant au refus des autres puissances d'intervenir en Syrie aux côtés des Américains, c'est là aussi absolument lamentable. Il existe une responsabilité de protéger. Or, quelle est l'urgence absolue et immédiate ? De dégommer et d'éradiquer cette pieuvre fanatique. Est-ce qu'on peut sérieusement s'imaginer vivre chez soi, et devoir fuir en l'espace de quelques heures en laissant tout derrière soi parce que si l'on reste, une poignée de sadiques va vous égorger ou vous violer avant de vous vendre au motif que selon eux, vous êtes un sous-homme ou une esclave sexuelle ? C'est ce qui se passe en Syrie et en Irak pour les populations qui n'ont pas la chance de pouvoir se défendre et de compter sur l'appui des riches potentats saoudiens et qataris qui ont armé et aidé la bête. Donc il importe que la coalition se décide, agisse fermement et rapidement, parce que chaque minute qui passe renforce ces parasites, qui n'hésiteront pas une seule seconde, quand ils le pourront, à s'en prendre à d'autres cibles

  • Par langue de pivert - 10/10/2014 - 18:33 - Signaler un abus L'occident larbin du moyen-orient ?

    On se demande vraiment pourquoi l'occident est intervenu ? Un réflexe Pavlovien ? Cette intervention dans ce panier de crabe où personne ne sait qui est qui, qui fait quoi et qui est avec qui est coûteuse et parfaitement inutile ! Elle permet à notre soit disant "allié" (la Turquie) et nos soit-disants "partenaires" d'avoir deux fers au feu, de se planquer, de ne pas choisir...et de faire des économies et le sale boulot ! quitte à être les mercenaires des monarchies huileuses et de la Turquie autant se faire payer ! Que ce passerait-il si "l'occident" se retirait ? Rien ! Ou plutôt la même chose mais plus vite ! Les pays concernés devraient alors faire des choix, les faire vite...et les bons !

  • Par langue de pivert - 10/10/2014 - 18:35 - Signaler un abus et nous faire faire le sale

    et nous faire faire le sale boulot !

  • Par adroitetoutemaintenant - 10/10/2014 - 19:57 - Signaler un abus Je répète

    ce que j'ai dit depuis le début. On ne participe pas à une guerre dont le chef est le pingouin de la Maison Blanche. Même son état major se rebelle contre lui. Même l'ex président Carter le trouve trop con !!!!

  • Par vangog - 11/10/2014 - 00:32 - Signaler un abus L'UE totalement impuissante...

    accuse beaucoup les autres de son absence coupable de réaction: USA, États Arabes, Turcs ( certes ils sont coupables de double langage)...mais les deux puissances les plus proches de l'EI, la Russie et l'UE manifestent une coupable inactivité! L'un se targuait de défendre la civilisation occidentale contre les terroristes islamistes...mais la Russie défend, aujourd'hui, le dictateur sanguinaire Assad. L'autre, noyautée par ses ecolo-pacifistes anti-frontière et anti-armée, assène sans modération ses leçons droitsdelhommistes à l'humanité toute entière, mais s'avère totalement impuissante lorsqu'il s'agit de les défendre concrètement, ces fameux droits de l'homme... Ne parlons même pas de l'ONU, incapable d'affirmer une ligne cohérente, dés qu'il s'agit du moyen-orient!

  • Par Vet of Psychic Wars - 11/10/2014 - 01:26 - Signaler un abus Voilà le résultat des mensonges des anti-Bush !!!

    EIIL est issu du mouvement créé par Zarquaoui régufié en Irak, dès la fin 2001 donc bien avant que les américains n'envahissent ce pays. Zarquaoui était justement mandaté l'ancien N° 2 Irakien, Ibrahim Al Douri pour aller terroriser les Kurdes dans le nord du pays et Colin Powell l'a évoqué à l'ONU face au menteur Villepin et au ramassis de ploutocrates de l'ONU. La montée du terrorisme islamique n'a pas grand chose à voir avec la présence des américains, car on voit bien que là où ils n'ont jamais mis les pieds, celui-ci se développe bien plus rapidement (Syrie, Nigéria, Yemen, Algérie, Philippines ect...) qu'en Irak (A l'arrivée d'Obama à la Maison Blanche, l'Irak comptait moins de morts violentes que le Vénézuela de Chavez). Sur le conflit actuel, Obama, ancien opposant à la guerre de Bush est intervenu bien trop tard, et trop mollement; il a commis bien plus de fautes que l'ancien président américain.

  • Par evy - 11/10/2014 - 05:58 - Signaler un abus La Turquie attend

    que les islamistes se débarrasse des Kurdes. Erdogan n'a qu'à attendre. Il faut aider et soutenir les Kurdes. La Turquie qui a un gouvernement pro-islamiste ne fera rien .

  • Par winnie - 11/10/2014 - 07:29 - Signaler un abus En tout cas,

    ceux qui voulaient faire entrer la Turquie dans l' UE seront fixer sur ce pays ,ainsi que les mêmes qui lèchent les babouches des saoudiens et des émiratis et qui laissent faire le trafic de cannabis avec le Maroc.

  • Par adroitetoutemaintenant - 11/10/2014 - 09:07 - Signaler un abus Ça fait du bien

    de lire Vet of psychic wars!

  • Par langue de pivert - 11/10/2014 - 10:51 - Signaler un abus Laissez faire la nature bordel ! ☺

    Si "l'occident" (pour faire simple) était resté tranquillement à laisser s'exprimer la "nature moyenne-orientale" cela aurait tellement occupé ses différentes composantes que l'islamisme nous aurait foutu la paix pendant pas mal de temps chez nous ! L'énergie et l'argent ainsi économisés nous auraient permis d'être vraiment utile aux minorités extra-islamistes persécutées et d'extirper les germes de la peste verte sur notre sol ! Seuls (le masculin l'emporte sur le féminin...et oui :-) Mme Merkel - qui fait le service minimum - et M. Poutine - qui "laisse faire la nature" - l'ont compris ! C'est triste d'être dirigés par des abrutis qui réagissent à chaud en n'écoutant que leur c...onnerie !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Chouet

Alain Chouet est un ancien officier de renseignement français.

Il a été chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002.

Alain Chouet est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le terrorisme. Son dernier livre, "Au coeur des services spéciaux : La menace islamiste : Fausses pistes et vrais dangers", est paru chez La Decouverte en 2011.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€