Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 29 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment je suis devenu un sale Français ? Le jour où j'ai entendu qu'on criait dans la rue : "Juif, la France n’est pas à toi !"

"Pendant longtemps, je fus domicilié dans une de ces poupées-gigogne russes qui sont une et plusieurs à la fois. Une poupée juive, la plus grande, contenait une poupée communiste, plus petite, cette dernière abritant une poupée française, plus petite encore. Un jour de juillet 2014 la poupée tomba par terre et se brisa : des milliers de manifestants, je les ai entendus place de la Bastille, criaient « mort aux Juifs ! » dans les rues de Paris. J'ai réalisé alors que j'étais aussi un "sale Français", en plus d'être un "sale Juif". Extrait de "Comment je suis devenu un sale Français", de Benoît Rayski, publié aux Editions Du Rocher (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Comment je suis devenu un sale Français ? Le jour où j'ai entendu qu'on criait dans la rue : "Juif, la France n’est pas à toi !"

Un jour, la France, belle inconnue ou plutôt fiancée délaissée, est venue me chercher. Les hommes nouent avec l’histoire des contrats à durée déterminée, mais totalement aléatoires. Rien ne se décide pour eux. Aucune nécessité ne leur est imposée dans leur conduite. Le hasard les pousse sur un chemin. Et parfois, cette loterie du destin est remplacée par un effort prométhéen.

Le hasard… Claudel est à Notre-Dame, peu croyant, incroyant. Il entend le Magnificat. Et tombe les bras en croix, illuminé par la foi.

Newton voit une pomme se détacher d’un pommier et découvre la loi de la gravitation. Archimède entre dans sa baignoire, voit le niveau de l’eau monter, comprend ce qu’est le volume et s’élance nu, et fou de joie, dans la rue en criant : Eurêka !

Le hasard vint à ma rencontre le 24 janvier 2014. Il s’appelait « Jour de colère » et n’avait rien, vraiment rien à voir avec les Dies irae des églises. Une manifestation assez hétéroclite dont certains participants avaient été mis en colère par les Juifs. Quelques centaines d’entre eux, encapuchonnés et encagoulés, s’élancèrent sur le pavé en criant :

– Juif, la France n’est pas à toi !

Du jamais-vu depuis les années trente…

Dieudonné et Soral avaient raclé les fonds de poubelles des banlieues et avaient trouvé leurs SA. « Juif, la France n’est pas à toi ! »… cela pouvait donc se crier. Une parole libérée après avoir été pendant si longtemps réduite au silence. Enfin du bonheur pour la canaille. Nombre de Juifs en souffrirent. Et certains d’entre eux envisagèrent de faire leurs valises. « Juif, la France n’est pas à toi ! » Non, elle n’était pas à moi. Mais c’était moi qui l’avais décrété. Et moi seul avais le droit de me le dire. Et voilà que la boue était sortie des égouts, le RER aidant. Que des êtres vils et bas osaient tenir le haut du pavé à Paris.

Jamais je ne m’étais senti autant insulté. Quoi, c’était « ça » qui allait décider ce à quoi j’avais droit ou pas ? C’était « ça » qui allait finir par croire que la France était à eux ? La France aux Français ? Non, la France aux crapules.

J’en tremblais. Pas de peur. De rage.

Le 13 juillet, donc pas très longtemps après, marqua le jour de mon basculement. J’étais une poupée russe. La plus grande était juive. Elle en comptait une autre plus petite, peinte en rouge. Et à l’intérieur de cette dernière, une toute petite estampillée « France ». La toute petite se mit à grossir, à grossir. La juive et la rouge prirent place dans son ventre.

Extrait de "Comment je suis devenu un sale Français", de Benoît Rayski, publié aux Editions Du Rocher, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

>>>> Lire aussi l'entretien avec l'auteur : Benoît Rayski : “Nous sommes tous des sales Français”

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 24/10/2015 - 15:17 - Signaler un abus c'est valable aussi

    pour n'importe quelle personne ayant le mot "français" marqué sur sa carte d'identité . elle s' aperçoit fortuitement à l'occasion d'une circonstance que c'est vrai : quand son pays est envahi parce qu'on veut le lui piquer et qu'elle part le défendre , ou lors d'un exil, ou quand on veut la déposseder de sa langue ou de sa culture , ce sont des exemples, il doit en exister aussi pour l'inverse c'est à dire un beau jour untel ne se sent plus français pour telle ou telle raison .... Cela veut dire qu'être français est une adhésion !

  • Par Benoit 2011 - 24/10/2015 - 16:55 - Signaler un abus Clarokési

    Croyez-vous que mon fils ait menti ? Croyez-vous que les enseignants qui ont écrit " Les territoires perdus de la République " aient menti ?

  • Par langue de pivert - 24/10/2015 - 18:00 - Signaler un abus Attention à "l'effet de balancier" qui balaye tout ! ☺

    Ces cris résonneront longtemps dans ma tête non parce qu'ils ont été prononcé (Mitterrand, cette canaille, en son temps déjà défilait - à l'issu de son plein gré - à ces même cris et slogans haineux : interrogé et ne pouvant nier les preuves accablantes des photos il s'en sorti en disant qu'il n'était pas au courant des slogans de ce défilé !) mais parce qu'ils furent impunis. François 2 et sa clique n'ont rien vu rien entendu, rien dit...mais nous concoctent des lois contre le racisme et l’antisémitisme ! Ces manifestations ordurières n'ont fait l'objet à ce jour d'aucun contrôle d'identité, d'aucune arrestation, d'aucun fichage, d'aucune garde à vue, d'aucune mise en examen et donc d'aucune condamnation ! C'est la politique de cet exécutif de merde (avec la complicité des médias qui n'ont pas relayé, enquêté, informé) Le jour ou les Français auront le dos au mur la colère ne suffira pas : il faudra de la haine pour que ça bouge ! La France avance par saccades ! (lire ou relire "du bon usage de la guerre civile en France" du regretté Jacques Marseille) "Le peuple de France est imprévisible et frondeur" (Nicolas Sarkozy) . le pire n'est pas exclu.

  • Par langue de pivert - 24/10/2015 - 18:06 - Signaler un abus il s'en sorti(t) grrrrr

    il s'en sorti(t) grrrrr

  • Par langue de pivert - 24/10/2015 - 18:09 - Signaler un abus mea culpa ! :-(

    à l'insu de son plein gré !

  • Par Benoit 2011 - 24/10/2015 - 19:00 - Signaler un abus langue de pivert

    Le grand,très grand, Jacques Marseille !

  • Par Bulldozer - 25/10/2015 - 14:01 - Signaler un abus Comme quoi les stéréotypes ont parfois une part de vrai

    Un électeur du FN c'est souvent un ancien communiste qui s'est fait agresser par un arabe.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€