Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Commémoration des attentats de Bruxelles : un an après, la Belgique toujours au pied de ses contradictions

Un an après les attentats du 22 mars 2016 qui ont frappé Bruxelles, et provoqué la mort de 32 personnes, le bal des inutiles s’est ouvert sous le regard voyeur des caméras...

JeSuisBruxelles ?

Publié le

Jour pour jour, un an après les attentats du 22 mars 2016 qui ont frappé Bruxelles, le bal des inutiles s’est ouvert sous le regard voyeur des caméras. Zoom sur les mines graves de circonstance de politiques pourtant botoxés en position sourire. Il faut « faire victime » pour « faire société ».Tous ensemble, la larme à l'oeil, il faut oser la tendresse.

Même Onkelinx, ex-ministre socialiste qui s’imaginait indéboulonnable tout en  croupissant désormais dans l’opposition et qui accusait, pas plus tard que hier, les Belges et Théo Francken, ces racistes, d’être les responsables des attentats, est parvenue à se frayer une place jusqu’au premier rang, à bonne distance de Philippe Ier, le plus célèbre curiste de Belgique. Le service du protocole pourrait-il nous éclairer sur les raisons qui justifient la présence de cette insignifiante? Son titre de présidente de l’association bruxelloise du Tourisme?

Le 22 mars constitue le premier bug dans le système. Le compromis à la belge n’en n’est pas sorti indemne. L’attentat du musée juif avait été très aisément mis de côté car il ciblait, pensaient nos décideurs, une communauté spécifique. Pas grand monde à l’époque pour afficher #JeSuisJuif. Cela nous vaut encore aujourd’hui d’apprécier toute l’amnésie qui transpire d'un propos comme :« La Belgique, relativement épargnée jusqu’au 22 mars… ».

Nous y sommes. L’enjeu n’est pas et n’a jamais été de lutter efficacement contre le terrorisme. Sinon, l’attentat du musée juif aurait été le signal pour se mettre en ordre de bataille contre l’ennemi, le terrorisme islamiste et ses filières localo-locales, pour ne pas dire Molenbeekoises, avant tout. L’unique objectif du système consiste à se maintenir en place. Pour y parvenir, il lutte contre le djihadisme comme il s’attaque au sida, c’est à dire en ne faisant pas la guerre mais au contraire, en apprivoisant la menace et surtout, les esprits de ses victimes potentielles. Permettre à l’horreur d’acquérir une acceptable dimension chronique. Politique de l’inclusion. Politique de la soumission.

Forte de l’expérience d’hystérie collective à l’échelle d’un pays lors de la Commission Dutroux, la Belgique s’est donnée pour mission d’offrir aujourd’hui des commémorations cathartiques. Toutefois, le cahier des charges est bien différent. Tout le récit médiatique est construit de façon à nier tout élément lié à l’identité des auteurs des attentats. Célébrations du « vivre ensemble » et de la richesse de l’ « Autre » jusque dans l’indécence. Il n'y a pas de monstres. Que des victimes. Au programme, de l'art et des larmes pour tous.

Aujourd’hui, on nous invite prestement à croire que c'est « la vie qui l’emportera, toujours! ». #CoeurAvecLesDoigts!  Promis, tout est pardonné, même à Philippe Moureaux, ex-directeur du laboratoire social de Molenbeek qui vient d’être, comme sa commune, gagné par les métastases. On attend la sanctification et la stèle qui sera dressée à la gloire de cet enrichisseur devant l’éternel. Les offres d'artistes en vue sont déjà  timbrées et prêtes à partir. La bave de sculpteur sous perfusion de subsides, ça colle mieux que du ciment.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cauchoise - 23/03/2017 - 09:10 - Signaler un abus Bruxelles, la pauvre !

    Je plussoie. Quand on revient de Bruxelles, on est effaré du nombre d'étrangers qu'on y voit dans le centre ville, beaucoup beaucoup d'origine africaine, et autant d'origine maghrébine et moyen-orientale, avec femmes voilées. Je dis "d'origine", car la grande majorité de ces gens sont aussi belges que les descendants de la Kermesse Héroïque. En plus du droit du sol, les socialistes ont veillé à naturaliser un maximum de nouveaux venus en un temps record, ce qui leur a assuré un confortable matelas d'électeurs. Dans toute la moitié nord de Bruxelles, le belge d'origine se fait rare et la ville se paupérise. Pour le moment, la riche partie sud de la ville résiste encore, mais dans 20 ou 30 ans, ce sera elle qui sera devenue un ghetto. Et que les Européens quittent Bruxelles, et la ville deviendra en quelques années une capitale du Tiers-Monde.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jennifer Pepper

Snipeuse malpensante, allergique à la moraline. Blonde, évidement... Non peut-être! Pratique l'humour belge, à jeun.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€