Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Reine des neiges, Pinocchio, Petite sirène et cie… Pourquoi Disney édulcore toujours la fin des contes qu'il adapte

Diffusion d'une vision machiste de la société, adaptation à un public différent : Walt Disney avait quelques "bonnes" raisons de dénaturer les œuvres qu'il a adaptées.

Fermez les yeux, les enfants !

Publié le - Mis à jour le 20 Janvier 2014
Reine des neiges, Pinocchio, Petite sirène et cie… Pourquoi Disney édulcore toujours la fin des contes qu'il adapte

Disney adapte les fins de contes pour enfant souvent tragiques.

Les productions Disney ont laissé à la majorité d'entre nous d'excellents souvenirs de dessins animés colorés, parsemés de chansons entraînantes et dont la fin, toujours heureuse, ne pouvait que plaire aux petits et grands enfants. Mais la vérité des contes adaptés par le puissant studio américain est toute autre. Ainsi alors que le dernier cru, La Reine des neiges est un conte original qui écorne sérieusement l'image du Prince charmant, la filmographie de Disney est peuplée d'histoires dont on a largement édulcoré certains passages afin de les rendre moins cruelles et moins violentes.

>>> A lire : Les tentatives de meurtres sur le prince charmant sont-elles vraiment bénéfiques pour les petites filles <<<

Des histoires dénaturées

Ainsi La Belle au bois dormant connaît-elle moult horribles péripéties avant d'être délivrée de son sommeil.

Dans le film de Disney, la princesse est réveillée par le doux baiser de son chevalier servant. Dans une version plus ancienne du conte, le prince viole la princesse dans son sommeil, enfantant la belle par deux fois. Celle-ci ne devra son salut qu'à l'un de ses enfants qui, en lui tétant le doigt, lui enlève l'écharde qui l'a plongée dans le sommeil. Les deux "amants" vivent toutefois heureux, non sans connaître les représailles d'une belle-mère jalouse qui tentera, sans succès, de la manger avec ses enfants.

Que dire alors de Peter Pan ? Le gentil héros du contre de J.M. Barrie n'est pas l'enfant sympathique et joueur dépeint dans le film de Disney. Chef d'une bande d'enfants orphelins, il est le seul à ne pas pouvoir grandir. Résultat : il impose aux membres de sa communauté de ne jamais grandir non plus. La sentence en cas de désobéissance est sévère, Peter Pan exécutant ses amis. Wendy finira, elle aussi, par grandir après être rentrée chez elle. Déçu et blessé, Peter Pan embarquera donc Jane, la fille de Wendy, puis renouvellera l'opération après que Jane a grandi, elle aussi. Peter Pan recommencera de nombreuses fois, formant ainsi un cycle infernal d'enlèvements d'enfants.

La palme de l'édulcoration revient cependant à Pinocchio. Le gentil pantin qui rêve de devenir un petit garçon est décrit par Carlo Collodi, l'auteur du conte, comme un "voyou", "coquin", "vaurien", "honte", "galopin" et de "fieffé filou". Son mauvais comportement et son sentiment de culpabilité vis-à-vis de la mort de Geppetto le conduiront à être enlevé, poignardé et fouetté entre autres réjouissances. Le petit Pinocchio finira même sa triste existence pendu au bout d'une corde par ses ennemis, le Renard et le Chat. "Un violent vent du nord commença à souffler et à mugir rageusement, et il s’abattit sur le pauvre pantin, le ballottant violemment, comme le battant d’une cloche sonnant à toutes volée. (...) Le souffle finit par lui manquer et il n’eut pas la force d’en dire plus. Il ferma les yeux, ouvrit la bouche, laissa pendre ses jambes, et après un dernier spasme il se figea au bout de sa corde".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par normande - 16/01/2014 - 13:38 - Signaler un abus et la petite sirène se suicide...

    dans le conte d'Andersen, la petite sirène n'ayant pas pu retrouver sa voix et n'ayant pu démasquer sa rivale. Suite au mariage du prince avec celle ci, elle se suicide en se jetant à l'eau (si ma mémoire est bonne) rejoignant ainsi son milieu maritime. dans la version Disney, la méchante est démasquée et la petite sirène se marie avec son prince. Il est vrai que Disney édulcore un peu les contes, mais je préfère mettre mes enfants devant un dessin animés Disney que devant des mangas violents ou des dessins animés de robots se bagarrant... mais cela n'est que mon avis...

  • Par SteakKnife - 16/01/2014 - 13:41 - Signaler un abus @ normande

    Tous les mangas ne sont pas violents. Vous pouvez commencer par "Mon voisin Totoro".

  • Par Hivana - 16/01/2014 - 19:50 - Signaler un abus La morale

    ...de cet article est qu'il faut lire les contes avant de raconter des mensonges a son tour. Ou alors citer de quels auteurs ils proviennent. Certes, pour la plupart (tous ?), ils sont édulcorés mais dans le doute, je viens de relire La belle au bois dormant de Charles Perrault et aucun viol à l'horizon. Nada, niet, que dalle. Désolée pour le fantasme loupé.

  • Par pascalou2 - 16/01/2014 - 20:26 - Signaler un abus bonjour

    parce que disney pense que sa moral est la bonne et a les moyen de transphormer les conte la mytologie et demain la guerre des etoile ...pour que les spectateur crois ...cqfd vivent les manga , derniere poche de liberter ... pascalou

  • Par elsavoyage - 16/01/2014 - 20:34 - Signaler un abus les origines de la Belle au Bois dormant

    A Pascalou2 : en fait l'article ne cite pas ses sources complètes. Le conte de Perrault est une adaptation d'un conte (je crois d'origine orientale, mais je ne suis pas sûre) dans lequel la belle effectivement était victime de viols pendant son sommeil, etc. Mais raconter une telle histoire à la cour du roi aurait fait un peu désordre, d'où l'adaptation de Perrault bien connue... Un livre intéressant sur le sujet qui aborde notamment l'origine des contes qui ont bercé notre enfance (dont la Belle au bois dormant) : Psychanalyse des contes de fée (B. Bettelheim).

  • Par elsavoyage - 16/01/2014 - 20:36 - Signaler un abus Rectif

    Pardon, le message fait suite au commentaire d'Hivana, et non Pascalou2, c'est une erreur...

  • Par pascalou2 - 16/01/2014 - 21:00 - Signaler un abus bonjour@elsavoyage

    pas de souci.... les conte viennt de bien plus loin que l orient qui put les transcrire grace a l invention de l ecriture , en realiter on pense que les conte vienns de beaucoup plus loin ou seul l enseignement oral existait ...il pourrai remonter quasiment au debus du language dans chaque culture ...le plus inpressionnant , c est qu on retrouver a peut pres les meme conte dans toutes les tradition ...ce sont eux qui on structurer notre humaniter et noitre intelligence .. c est vous dire s il est risible dque des vielle moral essai manipuler les peuple par des conte edulclorer voir des non-conte ...lol - ce serai gommer l histoir de l humaniter , et il ne le pourront jamais heureusement , il y a plus de sagesse dans ses ancien conte tres cru , que dans la marchandisation des espris des nouveau qu on tente de nous inposer ...cqfd - pascalou

  • Par Thémis888 - 17/01/2014 - 12:48 - Signaler un abus Et alors?!

    Walt Disney est avant tout un merveilleux conteur (et je ne suis pas particulièrement pro-américains!) et ses films ont nourris mon enfance - à tel point que, j'ai grandi (mais j'ai vite déchanté, hélas!) avec l'idée que le monde était naturellement "beau" et les gens "gentils"! Et cela m'a évité d'avoir un esprit retors et/ou violent... Après, il faut savoir ce que l'on veut : même s'il est clair qu'il vaut mieux parfois ne pas cacher la vérité aux enfants, "toute vérité n'est pas bonne à dire"! D'autre part, il faut se remettre dans un contexte où à l'époque la morale, la censure et le puritanisme étaient établis en force. Et aujourd'hui, on s'aperçoit que cette morale manque dans notre société, ne serait-ce que pour rétablir quelques valeurs humaines... Par ailleurs, le but d'un conte est avant tout de faire rêver, alors laissons à nos enfants le temps de grandir sans pour autant les surprotéger - mais en restant prudent quant au fait de dire la "vérité" selon leur âge. Ils auront bien l'occasion plus tard de découvrir la "vraie" version de l'histoire ou même d'autres contes, parfois érotiques et relativement méconnus, comme ceux de Jean de La Fontaine ou autre. Bonne lecture!

  • Par KiriNan - 17/01/2014 - 18:29 - Signaler un abus Disney évolue aussi (ou : lui ?)

    Découvrir que le mythe du Prince charmant est macho, la belle affaire ! Et que c'était pire dans la VO, certes. Mais "Disney" est mort depuis longtemps, et les réalisateurs qui se succèdent apportent aussi un vent de liberté : dans "Rebelle", la princesse ne se marie pas, et se débrouille toute seule pour sauver le monde ; idem pour "Mulan", avec en outre la chanson "comme un homme" qui est un vrai morceau d'humour pro féministe. Alors relaxez vous : certes il faudra apprendre aux enfants que la vie n'est pas juste, et que les gentils ne gagnent pas toujours à la fin (et que les petits filles ne doivent pas attendre leur salut des hommes) : mais il faut bien commencer "soft", en leur apprenant à "combattre" pour ce qui est juste.

  • Par pascalou2 - 17/01/2014 - 20:58 - Signaler un abus bonjour

    finalement , disney a coup d endocrinemination de ses conte , finira par justifier que les femme est des enfant sans aucun homme ...le mythe de la viege marie est de retourd , triste pour vos petit enfant ...lol pascalou

  • Par elsavoyage - 17/01/2014 - 22:59 - Signaler un abus Le conte révélateur des moeurs ou d'une histoire personnelle

    Pascalou évoquait la tradition orale du conte. Ce qui est intéressant est que le conte évolue, que ce soit sous la plume de Perrault, Grimm ou avec les interprétations filmographiques de Disney (notamment). On remarque même que chez Disney la vision de la princesse a tout de même un peu évolué. Elle est plus dégourdie et moins potiche quand même aujourd'hui, qu'à l'époque de Blanche neige et les 7 nains : cela correspond à l'évolution de la place de la femme dans la société qui est aujourd'hui plus indépendante. Disney évolue doucement quand même. Vous aurez remarqué qu'il a fallu attendre qu'Obama soit élu président des Etats-Unis pour voir apparaître un prince et une princesse de couleur. Coïncidence ou pas, c'est encore un autre débat. Pour en revenir aux contes eux-mêmes, les parents eux-mêmes - à moins de lire scrupuleusement un livre à son enfant - ont tendance à raconter l'histoire à leur manière. Surtout s'ils le font sans le livre dans les mains, seulement à l'aide de leur mémoire. Faîtes le test cela peut être révélateur. A cette occasion on a tendance à personnaliser l'histoire racontée, consciemment ou non.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€