Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bachar al-Assad crie à l’intox sur l’emploi d’armes chimiques : ce qu'on sait vraiment de l’attaque de Khan Cheikhoun

Le souvenir des "armes de destructions" massives soit disant présentes en Irak. D'où une vague de suspicion importante qui accompagne les récents événements syriens, de l'attaque aux armes chimiques à la riposte américaine.

Confusion

Publié le
Bachar al-Assad crie à l’intox sur l’emploi d’armes chimiques : ce qu'on sait vraiment de l’attaque de Khan Cheikhoun

Atlantico : Le spectre des "armes de destruction massive" d'Irak plane sur la récente intervention armée des Etats-Unis en Syrie. Le doute et les "fake news" n'aidant pas, il est difficile de se faire une idée claire sur les récents événements qui se sont produits en Syrie, entre l'utilisation supposée d'armes chimiques par le régime syrien et la riposte américaine, les uns accusant les autres de mentir. Comment démêler le vrai du faux dans le discours de Bachar el-Assad quand il affirme que :

• Le régime ne possède "pas d'armes chimiques" ?

Il y a plusieurs armes chimiques qu’il faut distinguer.

Dans le conflit syrien, il y en a trois principaux qui ont été repérés. Le gaz de chlore est le plus répandu ces derniers mois. C’est une substance rudimentaire qui, intégrée dans des projectiles, va permettre de causer des gênes respiratoires et des toux importantes. Cela réduit donc les capacités au combat et peut parfois être mortel. Le sulfure de dichlorodiéthyle, aussi appelé gaz moutarde, est plus dangereux et cause des brulures aux yeux et à la peau beaucoup plus grave.

Plusieurs ONG, locales comme internationales, accusent l’armée syrienne d’utiliser régulièrement du gaz de chlore, notamment dans des bombardements aériens. En face, l’Etat islamique a démontré sa capacité à le synthétiser depuis 2015 et l’a utilisé à de nombreuses reprises, même si leurs vecteurs (souvent des mortiers) ne sont pas toujours parfaitement opérationnels. Cela n’est pas très difficile techniquement. De manière moins importante et moins efficace, l’EI a aussi développé du gaz moutarde. Mais il reste largement instable. Les autres groupes djihadistes et rebelles n’ont pas montré une volonté de mettre en œuvre des armes chimiques.

L’autre arme chimique régulièrement évoquée est le sarin. Ce gaz est fortement mortel et celui-là qui a été utilisé à Khan Cheikhoun début avril, faisant 100 morts. C’est aussi le sarin qui avait causé la mort de plusieurs centaines de personnes à la Ghouta en août 2013. Le sarin est beaucoup plus complexe à produire, à conserver, à déplacer et à exploiter. Je n’ai jamais croisé de sources, y compris parmi les gens qui ont enquêté sur le terrain, envisageant sérieusement que l’Etat islamique ait atteint la capacité de développer du sarin.

Pour répondre à votre question, donc, comment démêler le vrai du faux :

1) On sait que l’armée syrienne utilise des armes chimiques puisque l’utilisation du chlore, au moins, est connue et récurrente. Affirmer qu’il n’y a pas d’armes chimiques dans les rangs est donc un mensonge ridicule.

2) Reste à savoir si il y a du sarin : la grande majorité des ingénieurs confirme qu’il est extrêmement peu probable que l’Etat islamique soit capable d’en concevoir et d’en employer. D’autant plus que depuis 2016, la chaîne de production de chlore des djihadistes est une cible privilégiée de l’armée états-unienne. Plusieurs des principaux ingénieurs chimistes ont été tués.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fred VS - 14/04/2017 - 11:05 - Signaler un abus c'est marrant

    sur les crises .fr un article dit exactement le contraire...

  • Par vangog - 14/04/2017 - 11:15 - Signaler un abus "Analyses réalisées en Turquie"????

    Connaissant la responsabilité de la Turquie dans la genèse de l'état islamiste, la collaboration avec les jihadistes, et la haine du sultan fasciste pour Assad, on ne peut que douter de la véracité des faits rapportés à partir d'ONG turques pro-islam...toute cette affaire sent le souffre!

  • Par MIMINE 95 - 14/04/2017 - 13:38 - Signaler un abus A TITRE INFORMATIF

    Le "haro sur le baudet" n'étant pas mon fort ...... http://www.levif.be/actualite/international/syrie-les-attaques-chimiques-sont-un-coup-monte/article-normal-102155.html papier repris par le site "les crises" : https://www.les-crises.fr/attaques-chimiques-coup-monte/ ou concernant une autre attaque, sur youtube "Carla del Ponte accuse à son tour les rebelles d'utiliser du gaz sarin en Syrie euronews (en français)" https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=qpApYDu5iKY

  • Par cloette - 14/04/2017 - 15:39 - Signaler un abus Le moins qu'on puisse dire

    Est qu'il n'est pas sûr que Assad ait su qu'il y avait du gaz sarin dans cet entrepôt situé dans cette zone ennemie bombardée . Pourquoi aurait il fait cela à ce moment prècis où justement Ayraut lui même avait dit récemment que Assad n'était plus la priorité . Assad n'est pas un demeuré ( on peut être un salaud et avoir un minimum de bon sens ) . De plus comment se fait il que ces produits chimiques soit chez ces "rebelles " ?

  • Par tubixray - 14/04/2017 - 17:03 - Signaler un abus De l'usage de l'image

    Nous avons été largement documentés, photos et vidéos à l'appui des souffrances et de la mort infligé par cette attaque ignoble ..... Toutefois il est bon de garder à l'esprit que les images des victimes des attentats islamistes en Europe ne sont jamais diffusées ..... Les médias justifient ce "choix éditorial" dans le but d'éviter un sentiment de haine et de vengeance à l'encontre des terroriste et d'une certaine partie de la population susceptible de les soutenir ..... Nous sommes bel et bien manipulés alors ?...

  • Par brennus - 15/04/2017 - 00:29 - Signaler un abus a qui profites le crime!?

    Surement pas à Bachar qui était en passe d'être "accepté" comme interlocuteur par les occidentaux. De là penser que ce drame a été provoqué pour stopper ce processus par ceux qui refusent tout compromis avec le régime....

  • Par Jean-Benoist - 15/04/2017 - 08:52 - Signaler un abus On veut nous faire croire que les rebelles islamistes

    Sont des gentils et que Bachar est un sanguinaire. .. En Europe, ce sont les islamistes qui tuent les citoyens

  • Par lémire - 15/04/2017 - 12:38 - Signaler un abus Excellent article

    Je crois qu'Assad a voulu tester non pas la communauté internationale (ça n'existe pas) mais la présidence Trump, c'est bien dans le logiciel de ces adeptes de la realpolitik. C'est réussi... Trump s'est fait un plaisir de démontrer qu'un président des USA n'était pas nécessairement impuissant, et aussi que les infaillibles systèmes anti-aériens russes (ou chinois, suivez mon regard) pesaient peu...

  • Par jurgio - 15/04/2017 - 15:01 - Signaler un abus On ne sait toujours pas la vérité

    On ne peut pas péremptoirement déclarer que le sarin ne peut être fabriqué par les islamistes qui emploient des armes qu'ils n'ont pas non plus fabriqués.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Romain Mielcarek

Romain Mielcarek est journaliste indépendant, spécialiste des questions de défense et de relations internationales. Il mène également une thèse en sociologie sur des problématiques d'influence, de communication et de récit médiatique dans la guerre. Il est chercheur associé à l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE).

Il anime le site Guerres et Influences (http://www.guerres-influences.com). Il est l'auteur de "Marchands d'armes, Enquête sur un business français", publié aux éditions Tallandier.

 
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€