Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 01 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’autre visage de Chicago, lieux des adieux officiels d’Obama

Barack Obama a choisi Chicago pour faire ses adieux. C’est là où il a commencé. C’est aussi là où il a le plus échoué en tant que président. Car sur le front des relations raciales - dont Chicago est un exemple symptomatique - l’Amérique a régressé en huit ans.

Retour aux sources

Publié le - Mis à jour le 11 Janvier 2017
L’autre visage de Chicago, lieux des adieux officiels d’Obama

Barack Obama a choisi sa ville adoptive de Chicago pour faire son discours d’adieu. Il quittera la Maison Blanche le 20 janvier, après huit ans et deux mandats présidentiels, et comme le veut une tradition américaine récente il s’est autorisé à dresser  lui-même le bilan de son action… 

Ce choix de Chicago devait servir à souligner l’importance de "l’engagement civique". C’est en effet dans cette métropole des bords du lac Michigan, que Barack Obama a commencé sa carrière politique comme "community organiser", c’est-à-dire animateur de quartier, le plus bas échelon du service public aux Etats-Unis.

  

Mais Chicago est aussi la ville américaine qui a détenu en 2016 le triste record de la plus forte progression de la criminalité et du plus grand nombre de fusillades, ayant fait sept cent soixante-deux tués et près de quatre mille blessés.  Le seul mois d’août 2016 a vu 90 morts par balles, soit trois par jour. Une hausse de 70%  par rapport à 2015. Alors même que l’ensemble de la criminalité a, au contraire, continué de baisser aux Etats-Unis et se trouve à des niveaux historiquement bas. 

Par contre depuis 2015, les homicides par armes à feu ont connu une progression quasi exponentielle dans certaines agglomérations comme Los Angeles, Charlotte, Washington D.C., Baltimore, ou autres… Dans ces zones, les crimes violents ont augmenté, parfois de 20% et plus.  Outre les causes structurelles, qui tiennent à un contexte socio-économique très difficile, les causes ponctuelles sont la guerre des gangs et une présence policière moindre.  De quoi souligner un des échecs les plus patents du président sortant. Sur le plan des relations raciales et du sort de la communauté noire, Obama laisse l’Amérique en moins bon état qu’il ne l’a trouvée.  

Un incident récent, survenu à Chicago le 3 janvier est révélateur de ce mal profond. Un incident que les médias, américains et internationaux, se sont bien gardés de mettre en avant. Quatre personnes noires, deux hommes et deux femmes, âgés d’une vingtaine d’années, ont torturé un jeune handicapé mental blanc, aux cris de  "les blancs  enc…lés" et "Donald Trump   enc…lé". Ils ont filmé eux-mêmes leurs actes et s’en sont vantés en postant la vidéo sur les réseaux sociaux… les garçons tenaient le couteau, poussés au crime par les exhortations des filles…

Les média ont évoqué ce crime en termes feutrés. Ne mentionnant d’abord  l’appartenance ethnique, ni de la victime, ni des criminels. Devant la presse, le chef de la police de Chicago n’a pas parlé de "crime raciste" ! Evoquant plutôt les "divagations" de quelques jeunes en manque de repères… Quant au président  Obama, il a parlé d’un "crime de haine méprisable" (pas d’un crime raciste) qu’il a  replacé  dans le contexte des brutalités policières…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 10/01/2017 - 20:43 - Signaler un abus Effarant !

    Comment peut-on se prétendre être journaliste et ne jamais poser la bonne question ? Si Obama a échoué aux yeux de tout le monde et surtout des faits chiffrés, il n’a en rien échoué à ses propres yeux comme ses récentes louanges de lui-même par lui-même le montrent. Son but était d’affaiblir les EU et l’Europe, d’enflammer le Moyen Orient, de payer les iraniens et de leur donner l’accès à l’arme atomique, de laisser faire la Corée du Nord, de laisser la Chine s’installer en mer de Chine, d’obliger la Russie à réagir à son coup d’état en renversant le gouvernement élu d’Ukraine, d’affaiblir Israël, de ramener la Turquie menaçante en souhaitant qu’elle soit exclue de l’Otan. Vous parlez d’échec ? Il a réussi le plus gros coup possible et tous les crétins l’adorent. J’espère qu’il sera emprisonné pour trahison.

  • Par ISABLEUE - 11/01/2017 - 09:49 - Signaler un abus Tiens ! quelle surprise !!

    on a les mêmes haineux partout.... ici aussi. A part que l'on a pas 3 morts par jour à Marseille. Obama le candidat des bobos qui s'est précipité lors de son investiture en Egypte n'a jamais convaincu... Faut-il être crétin pour croire que la couleur des gens aurait pu changer le monde ??? Et aux USA, les morts par balles tués par la police sont montrés seulement si le flic incriminé est blanc alors que la majorité des flics ne sont pas blancs dans ces affaires. Rien que le fait de parler de couleur, ce n'est pas juste....

  • Par Texas - 11/01/2017 - 16:36 - Signaler un abus Rien à ajouter !

    Pardon , si , le Maire de Chicago est Démocrate , et c' est l' une des villes les plus draconiennes sur la Législation des armes à feu .

  • Par Texas - 11/01/2017 - 16:36 - Signaler un abus Rien à ajouter !

    Pardon , si , le Maire de Chicago est Démocrate , et c' est l' une des villes les plus draconiennes sur la Législation des armes à feu .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€