Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 27 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’arrestation de Piquemal est-elle une divine surprise ?

L’arrestation du général Piquemal, ancien commandant de la Légion Étrangère, lors de la manifestation interdite de Pegida à Calais, et sa comparution immédiate, constituent-elles une faute politique majeure qui laissera de lourdes traces dans l’opinion? La question peut paraître incongrue, mais la réaction des réseaux sociaux à cet incident laisse à craindre des effets en chaîne inattendus.

Manifestation interdite

Publié le

Piquemal en comparution immédiate

Les images de l’arrestation du général ont abondamment circulé. Ceinturé par plusieurs policiers, le général en retraite n’a pas été ménagé. Certes, il n’est pas en sucre. Mais l’image laissée par la police est extrêmement négative: alors que nombre de militaires se plaignent d’être affectés aux patrouilles que les policiers ne veulent plus faire, la bousculade qui a eu lieu risque fort d’attiser un sentiment de frustration qui n’est bon pour personne.

En malmenant ainsi un symbole de la Légion Etrangère lors d’une manifestation placée sous la surveillance de la Préfète locale, la police donne un visage à ce qu’une partie grandissante de l’opinion déteste: la partialité de l’Etat, qui tape dur sur ceux qui sont désignés comme dissidents, et qui ne manque jamais d’indulgence vis-à-vis des thuriféraires.

La décision de traduire Piquemal en comparution immédiate ne manquera de soulever des rancoeurs dans les rangs de ceux qui déplorent une justice à deux vitesses: sans pitié pour la majorité, toujours clémente avec les minorités.

Piquemal sera-t-il soutenu par l’armée?

Pour l’armée française, saignée à blanc ces dernières années par les coupes budgétaires et utilisée aujourd’hui à des missions ingrates, la situation risque de devenir très vite embarrassante. Le gouvernement ne peut guère se couper de la troupe. Mais comment préserver le lien sur une affaire aussi glissante?

Dans la pratique, l’interdiction faite à Pegida de manifester à Calais ne repose sur aucune légitimité politique. Permise par un état d’urgence dont le principe même est battue brèche, cette interdiction a tout de la décision arbitraire: les troubles à l’ordre public à Calais sont causés par des activistes qui soutiennent les migrants, et par les migrants eux-mêmes qui cherchent par tous les moyens à quitter la jungle.

Pourquoi, dès lors, interdire les seules manifestations organisées par des gens qui n’ont aucun méfait à se reprocher? si ce n’est parce que l’état d’urgence est devenu le prétexte à une discrète intimidation contre les « dissidents ».

Le gouvernement prend un très grand risque à s’engager dans une répression féroce contre des symboles de la nation, au plus grand bénéfice des doctrinaires d’un multilatéralisme européen dont plus aucun Français ne voit, au quotidien, la justification économique et politique. Il prend notamment le risque de fâcher la troupe à qui il doit tant.

Piquemal arrêté, une divine surprise?

On se souvient que Charles Maurras, qui n’aimait pas l’Allemagne, avait qualifié la défaite foudroyante de la France en 1940 de « divine surprise », puisqu’il ne croyait plus voir tomber la IIIè République qu’il abhorrait. L’arrestation de Piquemal peut-elle, par l’émotion qu’elle suscite, par le symbole qu’elle bafoue, par la rupture qu’elle dévoile entre la France d’en haut et le pays réel, constituer l’électrochoc dont le pays a besoin pour remonter vers la surface? Les jours à venir vont nous le dire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par clint - 08/02/2016 - 00:36 - Signaler un abus Les fraîchement français vont donner des leçons !

    Pour contrebalancer la tirade de la déchéance quelle bonne opportunité que de charger ceux qui ne respectent pas l'état quand ils sont de droite ( gauche c'est dans leurs gènes). Manque de pot bien que l'on voit se profiler l'amalgame avec les putschistes d'Alger, ça ne marche pas car on en est loin. À part quelques exceptions les hommes politiques semblent surtout ne rien vouloir dire.

  • Par Clodo31 - 08/02/2016 - 02:24 - Signaler un abus Servilité

    Non seulement je déplore la témérité de ce gouvernement vis-à-vis d'une manifestation pacifiste et la couillardise devant une manifestation zadiste, de plus je suis attristé de la servilité de ce procureur et surtout de la passivité des CRS. A quel point arrive-t-on à les décérébrer?

  • Par JLH - 08/02/2016 - 08:45 - Signaler un abus Bravo, tout celà est vrai

    Mais, çà va au delà. Dans "les dîners en ville" les officiers généraux des 3 armes parlent de choses "qui ne sont pas bien", pas bien du tout. Velléité, certes, mais n'oubliez pas qu'au printemps dernier, l'armée a imposé au président (enfin le clown supposé tel) le revirement budgétaire à son profit, çà fut tendu. Quant au premier ministre, il faudrait qu'il sache que n'est pas Bonaparte qui veut : il n'a aucune autorité naturelle, il me fait beaucoup rire avec ses coups de menton de petit nerveux. remarquez aussi, qu'on a envoyé les CRS, pas la gendarmerie.

  • Par Deudeuche - 08/02/2016 - 08:58 - Signaler un abus @JHL

    Oui les CRS qui sont trop fatigués, trop vieux et trop syndiqués pour porter des gilets pare balles des jours durant (14 kg et le casque et le fusil c'est fatiguant, sans rire, à la longue); j'attends une manif avec des gendarmes où l'on verra les crosses en l'air!

  • Par JLH - 08/02/2016 - 09:51 - Signaler un abus @deudeuche

    ne pas se méprendre sur la fin de mon propos, oui bien bien sûr on a envoyé les CRS parce dans ce type de situation les autorités civiles n'ont absolument pas confiance dans la gendarmerie. on n'en n'ai pas encore aux "crosses en l'air" mais çà vient ou çà viendra

  • Par Gré - 08/02/2016 - 14:19 - Signaler un abus L'attitude des politiciens

    L'attitude des politiciens actuels me fait penser à l'attitude d'un de mes profs de morale qui disait : "vous avez le droit de penser que ceci n'est pas juste, mais vous n'avez pas le droit de le dire" (sic)

  • Par jlmr - 08/02/2016 - 14:26 - Signaler un abus Mais,

    est-on sûr que tous ces "migrants" (du latin migrare, donc qui ne s'installent pas) soient tous musulmans. Qu'on en ait ras le bol de tout cet afflux me parait normal et normal aussi que l'on pousse une gueulante… Et qu'on agisse plus durement contre ces activistes migrants dont le seul souci est d'ennuyer les locaux qui voudraient vivre sans chômage et autres vicissitudes telles que le Nord est affublé depuis pas mal de temps. C'est aussi à la GB de faire quelque chose ; c'est tout de même eux les destinataires qui s'en lavent les mains et qui ne font pas semblant de nous critiquer. Ces GB n'ont qu'à rendre leur pays si déflationniste que tout le monde se met à le fuir, comme font les Creusois qui accueillent les nouveaux arrivants (j'en suis un depuis 12 ans et la fuite serait de bon aloi)

  • Par vangog - 08/02/2016 - 15:59 - Signaler un abus Aveu d'impuissance du pouvoir à Calais!

    c'est surtout la situation des Calaisiens qui va empirer...et cette arrestation ne solutionnera rien.

  • Par joke ka - 09/02/2016 - 10:19 - Signaler un abus "une justice à deux vitesses:

    "une justice à deux vitesses: sans pitié pour la majorité (pacifique), toujours clémente avec les minorités (de plus en plus violentes.)" pour répondre à certains intervenants,ce ne sont pas les CRS qui ont interpellé le Général mais des policiers de la police urbaine de Calais,syndiqués à gauche ,les gendarmes ou même les CRS auraient peut-être tergiversé.....(source Riposte Laique ) http://resistancerepublicaine.eu/2016/02/08/qui-sont-donc-les-policiers-qui-ont-ose-arreter-le-general-piquemal/

  • Par joke ka - 09/02/2016 - 10:41 - Signaler un abus désaveu

    hélas le général que nous voulions soutenir pour son courage, s'est lamentablement désavoué: il est vrai qu'il a été lâché par ses pairs et ses soi-disant amis anciens combattants ! espérons qu'il reste encore dans notre pauvre armée quelques vrais courageux soucieux de l'intérêt du pays avant de leur carrière et intérêt propre: en tout cas décevant de découvrir des dégonflés chez nos soldats http://lecolonel.net/communique-du-general-2s-r-gausseres-president-de-la-federation-des-societes-danciens-de-la-legion-etrangere/

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€