Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 29 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Après le Brexit, la Frantie (ou la sortance…?) : le sondage qui révèle comment les Français sont devenus les champions d’Europe de l’euroscepticisme

Dans un sondage exclusif Elabe pour Atlantico publié ce matin sur notre site, les Français apparaissent comme le peuple européen le plus eurosceptique et le plus réfractaire à l'accueil des migrants dans leur pays. Un résultat qui s'explique par l'échec du projet européen depuis 1980.

Et la victoire revient à...

Publié le - Mis à jour le 1 Avril 2016
Info Atlantico
Après le Brexit, la Frantie (ou la sortance…?) : le sondage qui révèle comment les Français sont devenus les champions d’Europe de l’euroscepticisme

Atlantico : Vous avez réalisé pour Atlantico un sondage sur ce que pensent les Européens de l’Union européenne et sur leur opinion sur l’accueil des réfugiés. Quels sont les points saillants qui ressortent de cette étude ? 

Yves-Marie Cann : Le premier enseignement de ce sondage, tant sur la première que sur la deuxième question, c’est qu’il n’y a pas aujourd’hui d’unanimité, ni même de convergence de l’opinion publique des différents pays interrogés à la fois sur l’aspect bénéfique ou pas de l’appartenance de leur pays à l’Union européenne, que sur la question de l’accueil des migrants.

Il y a de vraies spécificités d’un pays à l’autre.

Deux pays se démarquent par la perception majoritaire au sein de leur population d’un avantage à appartenir à l’UE : l’Espagne et l’Allemagne. A contrario, on constate que le sentiment majoritaire au Royaume-Uni, en France, en Italie et dans les principaux pays du Benelux est que l’appartenance à l’Union européenne a plus d’inconvénients que d’avantages. 

 

Retrouvez ce sondage exclusif dans son intégralité sur notre site : " Seuls 26% des Français estiment que l'appartenance de la France à l'UE a plus d'avantages que d'inconvénients "

Et pour comprendre les enjeux d'une sortie éventuelle de la France de l'Union européenne, découvrez notre article : "Pourquoi la France serait plus à même que d’autres de supporter une sortie de l’Union européenne (ce qui n’est pas une raison pour le souhaiter)"

 

Comment expliquer ces divergences d’opinion sur l’Europe entre ces pays ? 

Yves-Marie Cann : Cela peut relever de facteurs culturels et politiques comme au Royaume-Uni, où l’appartenance à l’UE est un sujet de débats depuis des décennies.

Cela peut également être lié à la situation économique du pays ou de son niveau de leadership au sein de l’Union européenne. C’est ainsi en Allemagne que l’on trouve une des plus fortes proportions de personnes interrogées estimant tirer bénéfice de l’appartenance de leur pays à l’UE. Cela s’explique par le fait que l’Allemagne se porte bien d’un point de vue économique et qu’elle est le leader au sein de l’UE.

On retrouve cet aspect économique dans les raisons invoquées par les Espagnols interrogés, qui estimaient majoritairement que leur appartenance à l’Union européenne a été un facteur qui a fortement contribué à éviter le pire pour l’Espagne au moment de la crise économique. Ils ont le sentiment que la solidarité a joué un rôle salutaire quand leur pays connaissait de violentes difficultés financières. Il y a également chez les Espagnols le souvenir du bond économique qu’a connu l’Espagne ces dernières décennies avec son adhésion à l’Union européenne et l’accès au marché unique européen. 

Alors que ce sondage place la France au rang de championne d’Europe de l’euroscepticisme devant l’Angleterre, comment se fait-il que cela ne se traduise pas comme en Angleterre par un débat sur sa sortie de l’UE ? 

Yves-Marie Cann : C’est vrai que les résultats de notre enquête concernant la France sont frappants car lorsque l’on parle d’euroscepticisme, l’exemple britannique est généralement invoqué, notamment avec l’actuel débat autour du Brexit. Or, c’est bien en France que les critiques à l’encontre de l’Europe sont les plus importantes si l’on raisonne en termes de différentiel entre les opinions positives et les opinions négatives.

Je pense que cela s’explique par le fait qu’en France, il y avait des attentes très fortes au sein de la population à l’égard de l’Union européenne, certainement plus fortes que celles de la population britannique chez qui l’appartenance à l’UE a toujours fait débat. Ce débat est plus récent en France, et prend de l’ampleur avec les déceptions qui se sont accumulées au cours de ces dernières années. Ces déceptions sont tout d’abord d’ordre économique. On a vu en France monter au fil des ans une critique de l’UE de plus en plus perçue par une fraction non-négligeable de la population française comme le cheval de Troie d’un libéralisme débridé. Il est reproché à l’Europe d’accroître la concurrence entre les différents pays européens, ainsi qu’entre l’espace européen et les marchés émergents au lieu de protéger le marché européen. Les conséquences identifiées, à tort ou à raison, par cette partie de la population sont des délocalisations, des pertes d’emploi ou encore du dumping social. S’ajoute à cela une critique qui monte à la faveur des attentats qui frappent l’Europe : l’Union européenne est perçue comme incapable d’assurer la sécurité sur son territoire et de maîtriser ses frontières extérieures pour réguler les flux migratoires.

L’absence d’un réel débat en France autour de la sortie de l’Union européenne comme il existe au Royaume-Uni s’explique par des raisons politiciennes : aucun des deux grands partis de gouvernement ne prône aujourd’hui un " Franxit ". Cependant, l’exemple britannique pourrait bien donner des idées à certains, ce qui pourrait contribuer à donner du poids au Front national, et contraindre les deux grands partis de gauche et de droite à prendre position sur le sujet, et éventuellement à relever leurs exigences à l’égard de l’Union européenne sur l’ensemble des points de crispation de la politique européenne. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Le gorille - 29/03/2016 - 07:05 - Signaler un abus Encore un qui na pas fait de latin

    Il suffit de Frexit , et non de Franxit, qui n'éveille rien. Frexit : savoir "Fr" pour Française, et "exit" pour "sortie". Exactement comme pour "Br" (pour Britannique", et "Gr" pour "Grecque". On peut aussi penser France ou Grèce : les premières lettres ne changent pas mais avec Grande Bretagne, c'est plus coquin !

  • Par Le gorille - 29/03/2016 - 07:08 - Signaler un abus puis Frantie ou sortance...

    N'importe quoi ! D'où sortent donc ces écrivains ? Va falloir les renvoyer sur les bancs des écoles ! Et les confier à de vrais hussards de la République... mais je doute même qu'ils savent ce que c'est.

  • Par Le gorille - 29/03/2016 - 07:13 - Signaler un abus Exit

    Bon d'accord, pour un latiniste pur et dur, "exit" signifie "il sort", mais avec tous les "exit" confondus avec "issue"... dans les magasins... On peut faire du latin de cuisine non ?

  • Par Le gorille - 29/03/2016 - 07:21 - Signaler un abus Euh ? on a oublié l'essentiel

    Blablabla, on a oublié le peuple... Oui, c'est vrai. Non seulement on l'a oublié, mais on l'a trahi ! Quid du référendum de 2005 ? Autre trahison : le traité de Nice a refusé de dire que l'Europe était chrétienne.... Quelle horreur, si j'en crois l'expression du visage de Chirac à ce moment là ! Autrement dit, on a dénié aux Européens leur identité, pas moins que ça ! Le reste, blablabla, oui, tout cela s'ajoute, ce n'est pas faux... Mais commençons par cerner l'identité de chacun, ou plutôt, pensons à la lui rendre !....

  • Par Deudeuche - 29/03/2016 - 08:31 - Signaler un abus @le gorille

    l'européen "nos racines sont chrétiennes, mais je suis athée et mon voisin aussi" ne devrait pas s'étonner de son sort, tragique et mérité avant de se battre pour ses églises monuments...vides ! Et u réveil spirituel cela ne se décrète pas. Je crains que vu l'évolution sociétale de la France cela ne soit pas demain la veille, même si le nombre de Chrétiens (ceux qui professent leur foi chrétienne, pas ceux qui font baptiser un bébé en bouffant du curé) est en augmentation.

  • Par marie06 - 29/03/2016 - 09:28 - Signaler un abus @le gorille

    Et que faites vous de l'histoire de France et de l'Europe depuis des siècle ? il est vrai que les socialistes ont tout fait pour nous la faire oublier afin de mieux structurer les esprits à un internationalisme mondialisé si je puis dire comme ça, et apparemment à vous lire on pourrait croire qu'ils ont réussi !

  • Par marie06 - 29/03/2016 - 09:33 - Signaler un abus @Deudeuche et @le gorille

    Pardon je me suis trompée je voulais adresser mon commentaire à Deudeuche.

  • Par cloette - 29/03/2016 - 09:51 - Signaler un abus réveil spirituel

    Aura -t-il lieu ? En tout cas il a lieu chez les Musulmans ! Deviendrons nous musulmans ou sont-ce ceux ci qui se convertiront ? Tout se joue sur le plan spirituel en ce moment .

  • Par kaprate - 29/03/2016 - 10:11 - Signaler un abus Les français

    sont champions d'Europe et même du monde, du scepticisme en général...

  • Par kaprate - 29/03/2016 - 10:12 - Signaler un abus Et aussi...

    du pessimisme et de la consommation de psychotropes...

  • Par Le gorille - 29/03/2016 - 10:22 - Signaler un abus Le doute ?

    Comment ne pas être sceptique devant nos politiques ? Leur philo est : "Il faut que je les suive puisque je suis leur chef" ! Donc il n'y a pas aujourd'hui d'armature, puisque le peuple reniera demain ce qu'il adoré hier, et aujourd'hui il a tourné casaque. Le rôle du chef est de ne pas suivre : où trouve-t'on un chef aujourd'hui ? Qui ne trahisse pas non plus, hum ?

  • Par cloette - 29/03/2016 - 10:35 - Signaler un abus Seuls l'Espagne et l'Allemagne veulent rester

    car ces pays y trouvent leur intérêt matériel , mais comment dit- on alors le contraire de spexit par exemple ?

  • Par Lafayette 68 - 29/03/2016 - 10:52 - Signaler un abus Les rois (et reines) de l'essuie glace

    C'est notre tempérament , comme le dit plus haut kaprate. On veut rester dans l'UE et on aimerait en sortir , tout en gardant l'euro mais en comparant avec le cher franc et en votant FN mais pas jusqu'au bout ...risqué (ciel mes économies) .Pays" fromage de Hollande" ici le bien nommé , "rouge à l'extérieur et blanc à l'intérieur "(A.Siegfried).Ingérable.

  • Par kaprate - 29/03/2016 - 11:02 - Signaler un abus @Lafayette 68

    Absolument d'accord! Changer de politique? D'accord. Changer de dirigeants? Urgent. Mais rien ne sera possible sans un changement de regard et d'état d'esprit!

  • Par GP13 - 29/03/2016 - 11:25 - Signaler un abus Quand l'Union européenne interdit les alliances en Europe !!

    Legrand qui s'allie avec Schneider ? interdit par Bruxelles. Alstom et Siemens et les turbines ? Bruxelles ne favorise pas l'alliance et préfére le rachat par l'américain General Electric. Qui peut vouloir d'une telle Europe ?

  • Par vangog - 29/03/2016 - 11:55 - Signaler un abus Bon ben...les patriotes FN n'ont plus rien à écrire!

    Car les Français ont compris...il était grand temps!

  • Par lasenorita - 29/03/2016 - 11:57 - Signaler un abus Les Français sont déçus.

    Les Français sont eurosceptiques et déçus par leurs ''politiques''....Hier, sur Antenne 2,à 20 heures, un reportage a été diffusé sur nos députés qui ''siégeaient'' à l'Assemblée Nationale...On y voyait un député qui parlait, effectivement, dans le micro qu'on lui avait tendu, les caméras de l'Assemblée étaient dirigées sur lui...mais...à côté monsieur Sapin montrait à ses copains des chaussettes rouges qu'il venait de s'acheter, madame Duflot lançais des S.M.S., d'autres lisaient des journaux, bavardaient, etc...Les députés français se moquent de leurs électeurs...ils ne pensent qu'à se remplir leurs poches sans trop se fatiguer!...

  • Par J'accuse - 29/03/2016 - 12:11 - Signaler un abus Comment peut-on sortir sans être entré ?

    Avez-vous remarqué comme moi que les "solutions" prônées par Bouillaud en fin d'article sont totalement irréalistes ? Et pourquoi parle-t-on tant de la sortie de la GB, alors qu'elle n'y a jamais mis plus d'un orteil ? On ne peut pas à la fois dire que l'Euro et Schengen sont les fondements de l'UE, et prétendre que la GB est membre de l'UE sans appartenir ni à l'un ni à l'autre. Plus généralement, pour sortir de l'impasse, remplaçons cette UE foutraque et impotente, par des traités multi-latéraux souples et non intégrationnistes. Si l'Europe doit s'unir un jour (peut-être dans un siècle ou deux), ce sera par la volonté des peuples et non par celle des politiciens. Dans l'état actuel des choses, le moins qu'on puisse dire est que les peuples ne veulent pas.

  • Par marie06 - 29/03/2016 - 13:10 - Signaler un abus Très bon dossier (3 articles suite au sondage)

    Tout est dit et bien expliqué pour comprendre pourquoi nous en sommes là, mais quant aux méthodes préconisées pour changer la donne je n'y crois pas.

  • Par gerint - 29/03/2016 - 16:07 - Signaler un abus Pour les migrants

    le non est fortement teinté par le non à l'Islam

  • Par Anguerrand - 29/03/2016 - 18:17 - Signaler un abus Nos politiques de défaussent nsur l'Europe

    systématiquement, c'est tellement plus facile que d'assumer ses erreurs. Nombres pays avec les mêmes règles s'en sortent très bien, àlors que serait la France sans l'UE ? Elle profite des taux bas grâce à l'UE. Si l'on revient au franc les taux de prêts deviendront insupportables. La dette or remboursable surtout avec le franc, a vangog voyez que les vrais patriotes de vraie droite donc pas du FN ont des arguments. Je ne dis pas que l'UE est parfaite loin de là mais elle fait moins de conneries que Hollande et cie.

  • Par marie06 - 29/03/2016 - 18:45 - Signaler un abus @anguerrand

    Je vous conseille l'article sur ce site " Après le Brexit, la Frantie (ou la sortance…?) ... Je vous assure qu'il est très complet et très juste. Pour la première fois je lis dans un média autant de vérité qui change du politiquement correct. Je confirme qu'en son temps dans les années 80/90 droite et gauche ont fait le choix et l'ont dit de privilégier les services et de lâcher les industries au profit de l'Allemagne. L'ancienne ministre Mme Lebranchu l'a même avoué ces jours derniers sur une chaîne info...Et ce sont les mêmes qui aujourd'hui lâchent des millions que nous n'avons plus pour récupérer des emplois dans des industries que nous n'avons plus en se mettant à plat ventre devant le Quatar, les chinois etc... Réfléchissez cher Anguerrand plutôt que de lire les programmes électoraux informez vous sur des sites d'économie par exemple "leblogalupus.com" c'est fou les infos éco pas politiquement correct mais juste que l'on peut y lire.

  • Par Anguerrand - 29/03/2016 - 20:56 - Signaler un abus A marie06

    Je ne trouve pas de traces d'économie qu'aurait décidé le FN, par contre son programme économique j'y trouve de nouvelles dépenses comme le retour de la retraite à 60 ans et encore moins la façon de la financer, le système actuel a 62 etant déjà en large déficit et prévoit de S' accroître. Idem pour la fermeture des frontieres on reviendra aux bonnes taxes à l'impor et l'export, aux heures passées aux douanes et aux change à chaque frontière. On a connu, on ne peut pas parler d'avancées. Dites moi il faut réformer totalement l'Europe et la rendre plus démocratique, la c'est ok. Les programmes politiques ne sont pas toujours suivis d'effet mais je voterait pour un vrai candidat de droite libérale par pour un cadidat FN de " droite " socialiste sauf Ménard ou MMLP.

  • Par marie06 - 29/03/2016 - 23:06 - Signaler un abus L'économie ne se résume pas

    L'économie ne se résume pas aux partis politiques je crois que vous faites une fixation sur le FN pas moi, par contre quand il faudra ramasser la France en miette croyez moi la question qui se posera ne sera pas programme de droite ou de gauche ou libéral il faudra retrousser les manches et faire comme on pourra pour le mieux avec ce qui nous restera mais j'espère en tirant les leçons des conséquences de l'ultra libéralisme et de l'ultra financiarisation dont nous payons la note. Je ne suis pas gauchiste j'ai toujours voté RPR et UMP en croyant en la volonté de Sarko hélas ! Mais parce que la situation s'est aggravée ce qui était valable hier et aujourd'hui ne le sera plus demain. Voila pourquoi je m'interdits de faire une fixation mais au contraire de rechercher des infos pour compléter une analyse sans mettre des barrières dans mes neurones.

  • Par marie06 - 29/03/2016 - 23:07 - Signaler un abus @anguerrand

    L'économie ne se résume pas L'économie ne se résume pas aux partis politiques je crois que vous faites une fixation sur le FN pas moi, par contre quand il faudra ramasser la France en miette croyez moi la question qui se posera ne sera pas programme de droite ou de gauche ou libéral il faudra retrousser les manches et faire comme on pourra pour le mieux avec ce qui nous restera mais j'espère en tirant les leçons des conséquences de l'ultra libéralisme et de l'ultra financiarisation dont nous payons la note. Je ne suis pas gauchiste j'ai toujours voté RPR et UMP en croyant en la volonté de Sarko hélas ! Mais parce que la situation s'est aggravée ce qui était valable hier et aujourd'hui ne le sera plus demain. Voila pourquoi je m'interdits de faire une fixation mais au contraire de rechercher des infos pour compléter une analyse sans mettre des barrières dans mes neurones.

  • Par Ganesha - 30/03/2016 - 06:28 - Signaler un abus Adoration de la Vierge

    Marie, vous trouverez toujours, dans toute l'histoire de l'humanité, une proportion de citoyens qui soutiennent l'ancien système jusqu'au jour de son effondrement, et même après… parfois même très longtemps après ! Georges Marchais pensait que ''Le Bilan du Communisme est globalement positif''. Le Mur de Berlin s'est effondré en 1989, mais notre ami Georges est mort en 1997, sans avoir renié ses convictions. On trouve aussi sur Atlantico un gentil monsieur qui souhaite le retour de la monarchie en France et espère revoir un jour des églises catholiques pleines de fidèles se livrant avec ferveur à l'adoration de la Vierge Marie...

  • Par Anguerrand - 30/03/2016 - 08:39 - Signaler un abus À Ganesha

    Vous trouvez que les monarchies constitutionnelles sont pires que notre roitelet Hollande et notre republique bananière ? Je ne suis pas royaliste mais je constate que ces royautés ne fonctionnent plutot mieux que notre vieille republique sans Valeurs. Quand je vois les politiques actuels, qui se distribuent les bons postes, grâce à celui qui joue le roi. SVP évitez de m'inventer un CV, on ne se connaît pas que je sache. Par contre je vous trouve très discret sur votre CV, en tout cas vous semblez tres disponible ( RSA ? Chomiste ? )

  • Par Ganesha - 30/03/2016 - 15:41 - Signaler un abus Pastilla

    Un roi qui vraiment ''règne mais ne gouverne pas'', n'est pas beaucoup plus utile qu'un pot de fleur... J'ai mangé de la pastilla de pigeon une seule fois dans ma vie, il y a vraiment très, très longtemps, lors de vacances à Fès, mais j'en garde plutôt un bon souvenir...

  • Par Anguerrand - 31/03/2016 - 09:00 - Signaler un abus Ganesha

    Toujours tres discret sur votre CV. Est il si honteux?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Yves-Marie Cann

Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'études et de conseil.Twitter : @yvesmariecann

Voir la bio en entier

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€