Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les abeilles reconnues espèce en voie de disparition : la fin de l’humanité prédite par Einstein est-elle devant nous ?

The United States Fish and Wildlife Service vient de classer officiellement les abeilles comme une espèce en voie de disparition. Si rien n'est fait pour les protéger, cette hécatombe aura des effets désastreux sur l'humanité.

Ça va piquer

Publié le
Les abeilles reconnues espèce en voie de disparition : la fin de l’humanité prédite par Einstein est-elle devant nous ?

Atlantico : Doit-on craindre, comme le disait Albert Einstein, que "si l’abeille venait à disparaître, l’homme n’aurait plus que quelques années à vivre" ?

Benoît Gilles : A moins de trouver d'autres alternatives à la nourriture que les humains consomment aujourd'hui, l'extinction des abeilles menacerait grandement la survie de l'humanité.

En effet, les abeilles sont des insectes "pollinisateurs", qui permettent à 80% des espèces végétales sur terre de se reproduire, de manière naturelle et de manière artificielle. Elles sont par exemple utilisées de manière intensive sur une période de deux semaines dans les plantations aux Etats-Unis pour que les amandiers puissent se reproduire. En France, les bourdons (qui font partie d’une sous-espèce d’abeilles) lâchés dans les serres permettent aux agriculteurs cultivant tomates et melons d'assurer leur production.

La disparition des espèces végétales causée par l'extinction des abeilles aurait aussi des conséquences sur la consommation de viandes, car les animaux n'auraient plus de quoi se nourrir.

Pourquoi les abeilles sont-elles en train de disparaître dans le monde ?

Il y a d'abord l'utilisation massive des insecticides, mais pas que. Certains pays en voie de développement n'utilisent pas de pesticides et voient quand même leurs abeilles disparaître.

On peut ainsi avancer que l'extinction progressive des abeilles dans le monde est aussi due à la déforestation, la pollution de l'air, la réduction de la ressource alimentaire (quantité et diversité des fleurs fournissant nectar et pollen) et des habitats, aux infections parasitaires, à la compétition avec des espèces invasives, au changement climatique ou encore au développement des réseaux 4G. En France, les abeilles se portent par exemple mieux dans les villes qu'à la campagne, car les réseaux 4G sont très puissants là ou la densité des populations humaines est moins forte.

Quel état des lieux peut-on dresser de la situation des abeilles dans le monde aujourd'hui ?

Les abeilles ont d'abord commencé à disparaître aux Etats-Unis et en Europe. Depuis une vingtaine d'années, elles disparaissent partout dans le monde, que ce soit les abeilles domestiques ou les abeilles sauvages (qui sont beaucoup moins étudiées par les scientifiques et pourtant capital pour la sauvegarde de notre éco-système).

En hiver, le taux de mortalité est de 30% en moyenne (le ratio dit normal est évalué à 10%) avec des disparitions parfois complètes en cours de saison. Ce taux était de 5% dans les années 1990.

Existe-t-il des solutions pour sauver les abeilles de l'extinction ?

Il faut sortir du cercle vicieux dans lequel est tombée la recherche, qui consiste à créer artificiellement des reines pour sauver les ruches. Ces clones étant tous issus des mêmes souches génétiques, ils sont de plus en plus affectés par toutes sortes de maladies mortelles, et vivent beaucoup moins longtemps.

Il faudrait mettre en place des mesures plus pérennes, centrées sur les causes de la disparition des abeilles dans le monde évoquées plus haut.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par belette - 22/10/2016 - 09:59 - Signaler un abus article ridicule....

    1) jamais Einstein a dit cela... la première apparition de cette fausse citation remonte à janvier 1994, dans un communiqué de presse de l’Associated Press rédigé par le journaliste Paul Ames à l’occasion d’une manifestation d’apiculteurs lors d’une réunion des ministres européen de l’Agriculture à Bruxelles. Il a repris cette citation d’un tract distribué à l’occasion par le syndicat d’apiculteurs, l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF). The Guardian couvre aussi l’action des apiculteurs, et explique que l’UNAF a « épluché » les travaux d’Einstein pour sortir cette fameuse citation et montrer que la menace était sérieuse. Quelle menace ? En l’occurrence, il ne s’agissait pas cette fois-là des pesticides mais du risque des importations de miel à bas prix, en particulier en provenance de Chine, d’Argentine et du Mexique. Gelf magazine a contacté en 2007 l’UNAF pour tirer tout cela au clair, mais le syndicat n’a pas daigné répondre à leurs mails… 2) la population mondiale d'abeilles domestiques est en plein expansion, notamment au Canada et au USA. Tout simplement parce Quand à la France, nous n'avons aucune donnée fiable (il n'y a pas de recensement sérieux en France).

  • Par belette - 22/10/2016 - 10:09 - Signaler un abus article ridicule suite

    les problèmes de mortalité rencontré sont dus : - à la modification de la génétique des abeilles, résultat de croisement fait par les apiculteurs avec des reines productives mais non adaptées à nos climats (italiennes, australiennes, etc). Depuis, sans apport de nourriture quand les hivers sont longs ou les printemps trop humides, les abeilles souffrent. - ces importations d'abeilles ont amené chez nous un parasite redoutable, le Varroa destructor (qui porte bien son nom). les apiculteurs sérieux qui traite (pas bio ou pas) ce parasiste ont peu de perte, les autres perdent beaucoup de ruches. Outre cela, il y a des virus, bactéries, etc. Ceci toujours lié aux importations d'abeilles depuis les années 70 La transhumance des ruches n’arrange rien (un apiculteur de France-Conté n'hésite pas à ballader ses ruches - et donc ses parasites - de chez lui à la cote d'azur !). En résumé, accusons les insecticides pour récolter des subventions !

  • Par belette - 22/10/2016 - 10:13 - Signaler un abus article ridicule fin

    Il y a autant d'apiculteurs français qui se plaignent dans les régions de cultures où on utilise des insecticides que dans les pays d'élevages où on en utilise pas... Quel rigolade ! Les rares apiculteurs français qui ont réussi à garder les petites abeilles locales, plutôt noires et peu agressives, n'ont pas de souci... Mais font des récoltes plus petites. Les abeilles "modernes" sont des poulets de batteries, fragiles, infestées et dangereuse pour la bio diversité. Leurs parasites s'attaquent aux abeilles solitaires indigène qui sont de bien meilleures polinisatrices ! Bref, tout ceci est du journalisme militant de bas étage. Je suis abonné à Atlantico mais ce genre d'article ne me donne pas envie de continuer. Il n'y a aucun travail de vérification... Ce n'est qu'un coupé collé d'un texte militant. Pfft...

  • Par zouk - 22/10/2016 - 10:43 - Signaler un abus Abeilles

    Et si nous prêtions un peu d'attention aux maladies qui les ravagent, résultat de l'absence de contrôle sanitaire sur les mouvements de fruits et légumes dans le monde. Les contrôles sanitaires existent certes mais ne prêtent pas une attention suffisante aux insectes et aux maladies qui les affectent.

  • Par Phlt1 - 22/10/2016 - 11:28 - Signaler un abus @belette

    Bravo pour votre mise au point, précise et documentée. Ne vous désabonnez pas de Atlantico pour autant: dans le genre articles bidonnés, il y en a plutôt beaucoup moins sur Atlantico que partout ailleurs (Le Monde). Par ailleurs votre mise au point recoupe des informations récentes en matière d'épigénétique (transmission par l'ADN de l'inné, mais aussi de certains aspects de l'acquis). Autrement dit, un être humain nait avec des éléments qui lui permettent de survivre là où il est né, d'y vivre et de s'épanouir. A méditer.

  • Par zen aztec - 22/10/2016 - 13:50 - Signaler un abus Bravo @belette

    Je crois que c'est l'importation de reines chinoises qui a introduit le varroa dans les années 90,et bien sur facile de faire porter la responsabilité sur les agriculteurs et les néonicotinoïdes,les agriculteurs étant une cible facile

  • Par Karg se - 22/10/2016 - 14:20 - Signaler un abus Risible

    L'abeille domestique n'est pas dans la liste des espèces menacées.

  • Par millighan - 22/10/2016 - 21:29 - Signaler un abus Einstein n'a jamais dit cela et quand bien même

    La citation d'Einstein lui est faussement attribuée (comme l'autre célèbre citation de Voltaire "je ne suis pas d'accord avec vous mais me battrez pour que vous puissiez vous exprimer". Et quand bien même elle serait authentique, sa pertinence serait sujette à caution puisque Einstein, quoique astrophysicien génial, n'avait aucune formation en biologie...

  • Par assougoudrel - 23/10/2016 - 05:27 - Signaler un abus Merci @Belette

    En quelques lignes, j'ai beaucoup appris sur les abeilles. J'ai même lu que c'est de la faute des agriculteurs qui, au lieu de pulvériser l'insecticide la nuit, comme il est recommandé, ils le font de jour quand les abeilles butinent.

  • Par Vm - 23/10/2016 - 10:54 - Signaler un abus Atllantico

    Hélas comme bien souvent les commentaires deviennent plus intéressants que les articles. Atlantico est entrain de devenir le moins mauvais des journaux au lieu d'être le meilleur. S'abonner devient un choix par défaut.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Gilles

Entomologiste chez Cycle Farms.

Site internet : http://passion-entomologie.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€