Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

1 collégien sur 5 largué en maths : les racines du mal

Selon une étude du ministère de l'Education, les origines des lacunes en mathématiques des élèves de collège se trouvent dans un manque d'éducation à la logique, qui doit se faire essentiellement entre 2 et 7 ans. Un apprentissage essentiel que seul 20 % des enfants ont.

Bien avant le collège

Publié le
1 collégien sur 5 largué en maths : les racines du mal

Un élève de 3ème sur cinq n'est capable de traiter que des exercices de mathématiques très simples. Crédit Reuters

Atlantico : Selon une étude du ministère de l'Education, un élève de 3ème sur cinq n'est capable de traiter que des exercices de mathématiques très simples, de niveau de CM2. Comment peut-on l'expliquer ? Quelle est l'origine de ce déficit de connaissances ?

Pierre Duriot : On se focalise sur les maths en tant que discipline scolaire et on tente de résoudre le problème par la discipline elle-même, par la méthode, en tournant, mais un peu tard, savoirs et compétences techniques dans tous les sens. En réalité les maths sont une disposition d'esprit, un genre d'attitude mentale et cela se construit très tôt, lors de la découverte des formes, des quantités, de l'espace et des situations opératoires. Très tôt mais également, la suite du programme scolaire de maths est sensée s'appuyer sur ces compétences de base qui ne sont pas là et tout l'édifice s'empile de manière fragile et trop peu étayée.

Le problème n'est pas tant de résoudre l'opération, les élèves savent le faire, mais de savoir quelle opération il faut poser et c'est cela qui manque à nos élèves. La situation problème, l'aptitude à analyser, à mettre en relation la pratique et la théorie sont nos point noirs.

A l'origine, notre manière d'appréhender les maths, dès la petite section de maternelle avec des fiches, des fiches, des fiches... Il faut colorier des formes identiques, colorier un nombre donné de formes, tout cela est d'une extraordinaire abstraction pour des enfants de trois à quatre ans qui apprennent principalement avec leurs corps et leurs sens, en manipulant, en expérimentant. Cela avec été dit et redit lors des expériences initiées par nos savant prix Nobel, Pierre-Gilles de Gennes et Georges Charpak et appelées « La main à la pâte ». Situations problèmes, expériences scientifiques, permettaient de donner un sens, une utilité aux mathématiques. On continue dès le CP et le CE1, avec des batailles rangées de fichiers de maths, très chers, assortis le plus souvent d'un livre du maître, contenant une marche à suivre, de nombreux conseils d'expérimentation. Mais en pratique tout cela reste au placard puisque la formation professionnelle est devenue peau de chagrin et que le sens de l'expérimentation, de la manipulation, expliqués, ne peuvent être mis en musique que moyennant une solide formation au sens des matières que l'on enseigne. On a préféré la hauteur du diplôme et on est passé en trente ans, d'un recrutement au niveau bac, assorti d'une formation professionnelle de trois ans, avec des stages de terrain très encadrés, à un recrutement à bac+3+5 et une formation professionnelle très courte et encore, pas pour tout le monde. Les crédits à la formation continue ont diminué dans le même temps. Il en résulte parfois un surfaçage intuitif des pages de fichiers qui peuvent être réalisées presque d'instinct, avec des explications sommaires, au cours d'une séance où la majorité des enfants réalise le travail demandé mais n'ancre pas profondément le sens des mathématiques et des situations problèmes.

Sur un autre versant, on a ce que j'ai coutume d'appeler « les gammes de l'écolier », des tables d'additions et de multiplications sues par cœur, des règles de bases en algèbre et géométrie, connues sur le bout des doigts pour appréhender au mieux les nombres et les espaces réels qui préfigurent les espaces vectoriels et orthonormés. Mais cela ne s'apprend plus beaucoup et surtout pas par cœur, a été décrété rébarbatif, puisqu'en plus, il faut souvent faire « en s'amusant » : bref, il manque les bases, les fondations de l'édifice. Et une fois passé le jeune âge, il est trop tard. On ne comprend pas le sens des mathématiques à quinze ans mais entre trois et huit ans. Si les capacités de perception, de conceptualisation et d'analyse ne sont pas des composantes engrangées avant l'arrivée au collège, on se condamne à un vague apprentissage des techniques opératoires qui débouche sur des compétences « bachotées » et une incapacité à traiter une situation problème : ce que montrent les enquêtes concernant les mathématiques. Le problème est presque le même en français où on a prétendu apprendre l'orthographe sans savoir les règles et sans lire : ce résultat là aussi est d'actualité et antérieur à celui des maths.

Quel est le profil des élèves qui ont des problèmes avec les mathématiques ? Qui sont ceux qui réussissent et qu'ont-ils de plus que les autres ?

Ceux qui réussissent sont ceux qui ont une vie riche en expérimentations. Ne nous y trompons pas, la mathématique est un espace vaste, bien au-delà de la géométrie et de l'algèbre. C'est le domaine de la perception de l'espace, des formes, des quantités, des mesures et de l'analyse. Il va conditionner les futures capacités de traitement d'une situation problème, quelle qu'elle soit et présider à la capacité d'initiative, une qualité réclamée à cors et à cris aujourd'hui par les recruteurs, ceci explique cela. Ces enfants qui font du sport, des sorties, qui suivent des parents intéressés eux-mêmes par la situation problème, la construction, sont aussi ceux qui réussissent le mieux en maths. Soyons-en convaincus, pour un jeune cerveau, toute expérience constructive est bonne à prendre : tracer un parterre de fleur au cordeau, décrypter une recette de cuisine, construire une maison en Lego, pratiquer des activités sportives, de la musique, lire, jouer aux dames ou aux échecs, sont autant de situations au cours desquelles le cerveau va élaborer, créer des connexions mettre en relation et en application des compétences antérieures au service d'une difficulté nouvelle à surmonter. Ce mode de vie va concerner environ 20 à 25 % des élèves et ne manque pas de corroborer une autre donnée : l'école reproduit les inégalités sociales. On mesure bien le fait que la multiplicité des expérimentations est liée à la richesse du milieu social. A l'opposé, on a la vie par procuration, plate, en deux dimensions, celles d'un écran devenu omniprésent dans la vie des enfants comme dans celle de leurs parents et force est de constater que cette vie là, par ce qu'elle peut apporter néanmoins, n'est pas aussi créatrice d'aptitudes que le frottement au réel. On mesure bien, quand on est parents ou enseignants, la différence d'impact entre un reportage sur la ferme et une visite à la ferme.

L'école est-elle la seule fautive ?

Bien sûr que non. Elle a cédé à la facilité, à une forme de complaisance qui veut qu'à la fin d'une année de maternelle, le cahier joliment relié de fiches dont l'utilité est contestable fait meilleure figure auprès des parents que des expérimentations sur le réel qui laissent peu de traces. C'est aussi plus facile pour les enseignants et tout le monde est content finalement, mais on passe à côté de l'essentiel. S'en mêle notre manière d'éduquer, en faisant en sorte que l'enfant ne se fatigue pas : que n'a t-on entendu sur la fatigue des élèves ! Bien sûr que si, il faut se fatiguer à l'école, d'avoir appris, cherché, expérimenté. Parce que nous trouvons aussi plus pratique de faire à la place plutôt que de faire avec, privant ainsi l'enfant de sa part d'expérimentation, le privant aussi de cette aptitude à l'effort et à la curiosité qui naît du manque et de l'obligation de surmonter seul une difficulté à sa mesure. Et tout cela conduit souvent à des enfants exigeant d'être servis sans délais et sans condition, ce que nous nous empressons de faire quand ils sont petits, au moment où justement ils auraient besoin de faire par eux-mêmes et que nous tentons de cesser de faire quand il est trop tard. Tout se joue avant six ans, ou presque, ce n'est pas vraiment nouveau.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ccourouve - 19/05/2015 - 11:41 - Signaler un abus Sens des opérations

    Souvent les élèves ne comprennent pas le sens des opérations, notamment celui de la multiplication comme addition répétée, et celui de la puissance comme multiplication répétée. Les opérations principales sont donc au nombre de trois, et non quatre. Soustraction, division et logarithme sont des opérations dérivées de ces opérations principales.

  • Par ccourouve - 19/05/2015 - 11:52 - Signaler un abus Raison d'être d'une règle

    Presque tous les élèves savent que l'on ne peut pas diviser par zéro, mais très peu savent pourquoi. http://laconnaissanceouverteetsesennemis.blogspot.fr/2015/01/division-par-zero.html

  • Par vangog - 19/05/2015 - 12:04 - Signaler un abus L'éducation à la logique par des profs gauchiste, c'est mort!

    Ils inversent tout, car c'est dans leurs gènes...

  • Par Olivier62 - 19/05/2015 - 13:39 - Signaler un abus Pédagogie défaillante

    "Si les capacités de perception, de conceptualisation et d'analyse ne sont pas des composantes engrangées avant l'arrivée au collège, on se condamne à un vague apprentissage des techniques opératoires qui débouche sur des compétences « bachotées » et une incapacité à traiter une situation problème." Absolument. Il faut quand même ajouter le rôle de la pédagogie traditionnelle des mathématiques, extrêmement formaliste et totalement coupée de toute pratique, et qui rend très difficile une compréhension réelle des concepts. Je me souviens au Lycée des professeurs de mathématiques qui passaient le cours à écrire des formules au tableau sans aucune explication accompagnante. Les épreuves de baccalauréat ne consistent qu'en des problèmes identiques depuis un siècle et auxquels on a appris par coeur à répondre sans avoir besoin d'y comprendre quoique ce soit !

  • Par ccourouve - 20/05/2015 - 19:24 - Signaler un abus Utilité des maths

    Les maths servent à tout, même à l'évaluation de la vie politique : facebook, 20 mai 2015 : Florian Philippot Personnalité politique 20 585 likes + 0,4 % sur la semaine écoulée (soit environ 82 likes en plus). Jean-Marie Le Pen Personnalité politique 75 308 likes + 0,6 % sur la semaine écoulée ( soit environ 450 likes en plus).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Duriot

Pierre Duriot est enseignant du primaire.

Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les familles.

Il est l'auteur de Ne portez pas son cartable (L'Harmattan, 2012) et de Comment l’éducation change la société (L’harmattan, 2013). Il a publié en septembre Haro sur un prof, du côté obscur de l'éducation (Godefroy de Bouillon, 2015).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€