Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Japon : une artiste condamnée pour des sculptures de son vagin

Le tribunal du district de Tokyo a rendu son verdict lundi, l'artiste tokyoïte Megumi Igarashi devra s'acquitter d'une amende de 400.000 yens (3.280 euros), pour des charges "d'obscénité".

Expression

Publié le
Japon : une artiste condamnée pour des sculptures de son vagin

L'artiste japonaise Megumi Igarashi après une comparution devant le tribunal de Tokyo le 15 Avril 2015. Crédit REUTERS/Toru Hanai

Connue au pays du soleil levant sous le nom Rokudenashiko (« enfant bon à rien  » ou « mauvaise fille » en japonais), l'artiste plasticienne japonaise Megumi Igarashi, spécialisée dans "l'art vaginal" (dioramas, figurines, coques de smartphone, bijoux, gâteaux ou lampes en forme de petit personnage de dessin animé japonais, à l'effigie d'un vagin) avait d'abord été arrêtée en juillet 2014.

Motif : avoir envoyé un scan en 3D de son vagin à plus d'une trentaine de personnes, dans le cadre d'une campagne de financement participatif lancée par l'artiste sur le site "Campfire".

Parmi ses projets artistiques, Rokudenashiko entendait lever des fonds pour imprimer en 3D un kayak basé sur la forme de ses parties intimes.

Dans cet effort, la japonaise de 44 ans était tout de même parvenue à récolter près d'un million de yens (soit un peu moins de 8.100 euros), et avait réussi à mener son projet à bien, montant à bord de son bateau.

Le dossier ayant été renvoyé en appel, Mme Igarashi, avait été remise en liberté quelques jours plus tard sur fond d'une pétition de milliers de personnes en sa faveur.

Mais Rokudenashiko avait ensuite été inculpée d'obscénité le 24 décembre 2015, pour avoir exposé des sculptures de plâtre de ses parties génitales, dont elle avait vendu les données nécessaires à la fabrication du moule sur CD-ROM.

C'est sur ce dernier chef d'inculpation que la cour de Tokyo vient de la condamner le 9 mai. Une affaire médiatisée au Japon, en raison d'accusations de censure de la part du gouvernement.

"J'œuvre pour renverser la vision masculine du sexe féminin dont on ne parle qu'à travers le prisme du concept d'obscénité et je suis mortifiée que la juge n'ait pas compris cela", a déclaré Megumi Igarashi à l'issue de l'énoncé du verdict.

En effet, le mois dernier, des festivaliers brandissant des statues géantes de phallus ont défilé comme tous les ans dans les rues de Kawasaki, près de Tokyo, pour rendre hommage à la fertilité. Des représentations de sexes féminins étaient aussi présentes, de manière plus discrète, à l'intérieur du sactuaire de Kawasaki, comme le rapporte l'AFP.

A LIRE AUSSI : Il y a maintenant plus de stations de rechargement de voitures électriques au Japon que de stations essence

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 09/05/2016 - 18:31 - Signaler un abus Des moulages de sa moule... Obscènité ?

    Erreur ! Le rédacteur de cet article ne parle-t-il donc pas le français ? Cette dame s'intéresse à sa vulve. Elle en fait des moulages. Le vagin est la cavité interne. Pourquoi utiliser un mot à la place d'un autre ? Ni l'un ni l'autre ne sont obscènes !

  • Par Borgowrio - 09/05/2016 - 20:18 - Signaler un abus Plagia ?

    C'est pas cher pour se distinguer de la masse des " Artistes" en mal de notoriété .... Je choque , donc j'existe ... Vielle recette qui a fait ses preuves ... Dali ... Picasso ...e.t.c. Pourtant , j'ai déjà vu ça

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€