Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 30 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Boire de la bière ? Volontiers, cela rend plus heureux

Selon une étude américaine, le goût de la bière libère dans notre cerveau une importante quantifié de dopamine, l'hormone du bien-être.

Glou, glou, glou

Publié le
Boire de la bière ? Volontiers, cela rend plus heureux

La bière apporterait au cerveau une importante quantité de dopamine, l'hormone du bien-être. Crédit Reuters

La bière, remède implacable contre la tristesse ? C'est ce qu'affirment des chercheurs américains de l'Université de l'Indiana. L'étude, publiée dans le Journal Of Neuropsychopharmacology, révèle en effet que cette boisson - même consommée à petite dose - apporterait au cerveau une importante quantité de dopamine, l'hormone du bien-être. 

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, c'est bien le goût de la bière, et non l'alcool qu'elle contient, qui produit cet effet, rapporte le site Métro. "C'est la première fois que les résultats d'une étude montrent que le goût d'une boisson alcoolisée sur l'être humain, sans l'effet de l'alcool sur le corps, peut déclencher la libération de dopamine dans les centres de récompense du cerveau", explique le professeur David Kareken, qui a dirigé l'étude.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont distribué trois boissons différentes à une cinquantaine d'hommes : de l'eau, de la bière et une boisson énergisante. Chaque boisson a été distribuée dans une intervalle de 15 minutes. Les scientifiques ont ensuite comparé les effets de chacune d'elle sur le cerveau à l'aide d'un scanner. Résultat : le taux de dopamine était nettement supérieur après avoir bu de la bière. 

Petit bémol : si le fait de boire de la bière libère de la dopamine, cela provoque aussi l'envie de boire encore plus... 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jon cole - 18/04/2013 - 11:25 - Signaler un abus c'est vrai.

    Une Leffe royale ou une orval, ou un bon cigare, mais c'est le dernier est mal vu en temps de crise.

  • Par nutrishit - 18/04/2013 - 17:21 - Signaler un abus La science et le journalisme font 2

    Les drogues dures comme les drogues douces entraînent une sécrétion de dopamine. Ce n'est pas synonyme de bonheur... Enfin, contrairement à ce que la vulgarisation journalistique veut bien nous faire croire, l'alcool est en cause dans cette sécrétion. Je cite l'article original: "alcohol-associated flavor cues induced dopamine release". C'est un effet indirect. Si les participants n'avaient jamais bu de bière de leur vie, ou si la bière n'avait jamais contenu de l'alcool depuis toujours, cet effet serait absent. C'est comme entrer dans un bar ou dans une soirée alcoolisé. Par conditionnement pavlovien (c'est associé à la consommation d'alcool - ou d'autres drogues), il y a déjà sécrétion de dopamine avant même de consommer quoi que ce soit.

  • Par ricouti - 18/04/2013 - 23:06 - Signaler un abus Bien entendu , le fait que

    Bien entendu , le fait que cette etude a ete faite dans un pays majoritairement buveur de biere n'a aucune incidence sur les resultats de cette etude. Nous avons certainement les equivalentes pour le vin en France où en Italie...

  • Par dreft - 22/04/2013 - 23:39 - Signaler un abus TOP 50

    La Westvleteren est la meilleure. http://www.ratebeer.com/beer/top-50/

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€