En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

Bridgestone ne ferme pas son usine de Béthune à cause du Covid-19 mais de l’incompétence de ses dirigeants...

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 1 heure 43 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 6 heures 24 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 20 heures 23 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 21 heures 27 min
light > Culture
Reconstruction
Gallimard va reverser 40.000 euros provenant des ventes de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo pour la restauration de l'édifice religieux
il y a 22 heures 24 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 3 heures 53 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 4 heures 7 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 5 heures 26 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 6 heures 10 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 7 heures 1 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 20 heures 51 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 21 heures 51 min
pépites > International
Investigations
Alexeï Navalny aurait été empoisonné à son hôtel à l'aide d'une bouteille d'eau, selon les proches de l'opposant
il y a 1 jour 25 min
Atlantico Lettres

Comment le phœnix Blaise Cendrars renaquit des cendres de la dépression

Publié le 21 août 2013
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité romanesque. Aujourd'hui, retour sur la veine autobiographique du poète bourlingueur Cendrars réunie dans La Pléiade.
Bernard Morlino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Écrivain et journaliste. Dernier ouvrage paru : “Éloge du dégoût” au Rocher. Il écrit pour Servicelitteraire.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité romanesque. Aujourd'hui, retour sur la veine autobiographique du poète bourlingueur Cendrars réunie dans La Pléiade.

Très tôt, Frédéric Sauser (1887-1961) ne se satisfait pas de n’avoir qu’une vie à sa disposition. Dès sa jeunesse, le Suisse a la bougeotte et à 18 ans, on le retrouve déjà à Moscou où il est apprenti horloger. Job qui lui fait peur car le tic-tac des mécanismes lui semble être un grignotage du temps qui le transforme en automate.

Au lieu de rester rivé à un atelier, il rêve d’espace. Mais après une série de morts dont celle de sa mère, il traverse une longue période dépressive d’où il ressortit plus décidé que jamais à vivre au centuple. À 25 ans, il décide de prendre un pseudonyme pour se délivrer du passé trop encombrant qui fait office d’ancre impossible à décoller du sol. Désormais il se prénomme Blaise – presque braise – et s’appelle Cendrars qui évoque les cendres. Ce nouveau patronyme en lettres de feu lui procure la sensation d’être un éternel Phénix que rien ni personne ne pourra abattre : « Je me suis fabriqué une vie d’où est sorti mon nom (…) Écrire c’est brûler vif, mais c’est aussi renaître… »

Quelques-uns, jaloux de sa liberté de ton et d’action, l’accusèrent de mentir quand ça l’arrange. Face aux sceptiques – dont Pierre Lazareff – qui mettaient en doute ses voyages en Transsibérien, il eut ce mot historique : « Qu’est-ce que ça peut vous faire puisque je vous l’ai fait prendre à vous ! » Outre son œuvre extrêmement vivante et variée, Blaise Cendrars avait le don de l’amitié. Il attirait les jeunes qui étaient séduits par ses qualités d’ubiquité.

Cependant, il ne faut pas être dupe : le fait de toujours vouloir voyager est plus un besoin de fuir que de découvrir des nouveaux horizons. L’auteur de “Bourlinguer”, “Le lotissement du ciel”, “L’homme foudroyé” et “La main coupée”, représenta un modèle pour beaucoup d’écrivains débutants, au même titre qu’Apollinaire, Jacob et Reverdy. Parmi la nouvelle génération, Philippe Soupault comprit l’importance que pouvait lui apporter Cendrars dont il aimait la simplicité. Issue de la grande bourgeoisie, Soupault détestait les prétentieux qui déclenchaient sa colère. Auprès de Cendrars, il avait la certitude de partager des moments sincères avec un homme intelligent et sensible qui était aussi simple qu’un cantonnier des rues de Paris. Le mégot toujours aux lèvres, Cendrars incarnait l’anti-Morand. Quand l’un portait la panoplie des mondains pomponnés, l’autre arborait des chandails sans forme. Cendrars respirait l’authenticité. Grâce à lui, Soupault apprit à se délester des convenances inutiles. Son aîné de dix ans lui démontra qu’il fallait vivre la poésie avant de l’écrire. Les deux amis s’adoraient mutuellement. En 1917, Cendrars vit tout de suite que Soupault n’était pas un arriviste qui recherchait la notoriété comme d’autres une bouée de sauvetage.

Pourquoi Cendrars écrivait-il ? « Parce que », fut sa seule réponse. Là où ses confrères s’enlisèrent dans des réponses sans fin, tarabiscotées au maximum, lui alla à l’essentiel, comme toujours. Même si le métier de journaliste et d’écrivain a des contraintes, Cendrars éprouvait physiquement le besoin d’écrire. Il pouvait gratter du papier n’importe où, n’importe quand, même à plat ventre. Il n’y a pas d’heure et pas d’endroit spécial pour qui a quelque chose à dire.

Amputé du bras droit lors de la Première Guerre mondiale, il apprit à écrire de la main gauche, au porte-plume, au stylo et à la machine à écrire. En bas de ses lettres, il signait « ma main amie », reprenant la formule de politesse trouvée par Apollinaire et ensuite reprise par Picasso et bien sûr, Soupault. En Russie comme aux États-Unis, dans un journal ou sur un plateau de cinéma, avec les femmes de sa vie ou les anonymes rencontrés au fil du temps, en prose ou dans les poèmes, romancier ou traducteur, éditeur ou dessinateur, au volant de son Alfa-Roméo ou à pied dans les rues de Villefranche-sur-Mer, partout et tout le temps, Blaise Cendrars avait le regard périphérique des vrais poètes. Il accordait plus d’importance à un battement d’ailes de moineau qu’à une réception au quai Conti. Le vrai immortel c’est Cendrars.   

A lire : Œuvres autobiographiques complètes, de Blaise Cendrars, sous la direction de Claude Leroy, avec la collaboration de Michèle Touret (Tome 1, 974 p.) et Jean-Carlo Flückiger et Christine Le Quellec Cottier (Tome 2 , 1125 p. ). Chaque volume 52, 50 €. À partir du 31 août : 60 €. Pour tout achat de trois Pléiade est offert le bel Album Cendrars.

Source : Service Littéraire, le journal des écrivains fait par des écrivains. Le mensuel fondé par François Cérésa décortique sans langue de bois l'actualité romanesque avec de prestigieux collaborateurs comme Jean Tulard, Christian Millau, Philippe Bilger, Éric Neuhoff, Frédéric Vitoux, Serge Lentz, François Bott, Bernard Morlino, Annick Geille, Emmanuelle de Boysson, Alain Malraux, Philippe Lacoche, Arnaud Le Guern, Stéphanie des Horts, etc . Pour vous y abonner, cliquez sur ce lien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
serendir
- 26/08/2013 - 21:54
Plutôt pénible
Plutôt pénible ces écrivains sédentaires qui croient encore qu'un voyageur fuirait quelque chose. Encore un qui écrit sur ce qu'il ne connaît pas.
Adi Perdu
- 21/08/2013 - 22:42
Encore ! Heureusement il y a la Russie.
C'est bien la guerre, mais pas du tout celle qui est décrite par la presse française. Et Hollande - qui se moque bien du sort des français - est prêt à défendre encore et encore les islamistes qui détruisent la Syrie. Enlève ton masque Flanby !