En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 7 heures 25 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 8 heures 59 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 11 heures 15 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 15 heures 7 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 15 heures 38 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 16 heures 58 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 17 heures 23 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 18 heures 12 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 8 heures 24 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 9 heures 20 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 15 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 16 heures 15 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 17 heures 35 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 18 heures 20 min
© Reuters
© Reuters
La minute tech

C'est quoi, un réseau Mesh ?

Publié le 13 mai 2013
Depuis la coupure de l'accès à Internet en Syrie, on reparle des réseaux mesh, ou réseaux maillés. Ces réseaux d'ordinateurs utilisés pour communiquer durant des catastrophes naturelles ou des crises peuvent constituer une solution pour garder le contact avec les personnes sur le terrain. Ils intéressent aussi de plus en plus ceux qui craignent la cybersurveillance.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la coupure de l'accès à Internet en Syrie, on reparle des réseaux mesh, ou réseaux maillés. Ces réseaux d'ordinateurs utilisés pour communiquer durant des catastrophes naturelles ou des crises peuvent constituer une solution pour garder le contact avec les personnes sur le terrain. Ils intéressent aussi de plus en plus ceux qui craignent la cybersurveillance.

La Syrie vient d'être plongée dans le noir sans Internet, comme l'Egypte au début des manifestations de la place Tahrir. Les réseaux de téléphonie mobile plient sous le nombre d'appels durant les attentats de Boston, comme partout dès qu'une catastrophe naturelle ou un attentat ont lieu. Les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou ceux des grandes manifestations contre l'austérité en Espagne ne souhaitaient pas que leurs communications soient surveillées.

Les réseaux maillés

Dans tous ces nouveaux cas de rupture volontaire ou non des réseaux de communication, comme ces derniers jours en Syrie, on reparle de la solution "mesh". Cette technologie à l'origine militaire permet de déployer un réseau de communication robuste et indépendant entre ordinateurs ou téléphones ou terminaux de communication, en circuit fermé, ou connecté au moins en un point à un réseau internet ou GSM. Un réseau mesh (filet, en anglais) ou réseau maillé n'est ni nouveau ni le fruit d'une haute technologie. Ils ont souvent été mis en place pour coordonner les secours en cas de catastrophes naturelles, comme par exemple durant le cyclone Katrina à la Nouvelle Orléans. Ils sont de plus en plus préconisés par ceux qui refusent la cybersurveillance ou craignent d'être coupés de l'Internet.

Il s'agit d'un réseau d'ordinateurs équipés de boîtiers - routeurs peu couteux, dont certains peuvent tenir dans une poche, qui constituent chacun un nœud d'un réseau. Si l'un d'eux est connecté à Internet, il devient un relais qui redistribue ensuite vers les autres ordinateurs du réseau sa bande passante par antenne wifi. Si un nœud est défaillant, le message contourne l'obstacle et passe de nœud en nœud pour atteindre sa destination. S'il n'y a pas de connexion à Internet, le réseau maillé devient alors un réseau clos qui permet aux personnes reliées de communiquer entre elles, même en cas d'absence d'accès internet ou de réseau téléphonique.

De nombreuses villes et communautés dans le monde ont mis en place ces réseaux maillés, soit pour desservir un quartier, avec un seul point de contact au fournisseur d'accès, ou pour équiper des villages et des écoles en milieu rural, en Afrique ou au Tibet, par exemple. Avec ou sans accès à Internet, les personnes reliées peuvent alors tchater entre elle comme sur une messagerie instantanée. Des wikis et forums en ligne très geek indiquent la marche à suivre pour installer un de ces réseaux maillés, qui n'est pas cependant à la portée de n'importe quel internaute.

 

Un réseau mesh de quartier à Vancouver au Canada, capture d'écran de Kris Krug

Une déclaration d'indépendance du Net

Mais c'est la coupure d'internet en Égypte par le gouvernement Moubarak, en 2011, qui a provoqué une certaine mode et beaucoup d'initiatives destinées à permettre aux personnes sur place de continuer à relayer des informations du terrain. Depuis, les réseaux maillés sont devenus un nouveau symbole, celui de la liberté de communiquer dans les régimes durs ou dans les pays surveillés. Plusieurs initiatives ont vu le jour aux États-Unis et en Europe pour former et équiper les personnes sur place, de façon à garder un contact sécurisé avec le monde extérieur, comme la fondation Freedom Box, Commotion ou Telecomix en Europe et au Moyen Orient.

Depuis, les réseaux maillés ont pris un petit air militant et se retrouvent dans les mouvements Occupy, entre autres. Ils attirent ceux qui n'aiment pas le pli centralisateur et pilleurs de données privées que prennent les réseaux sociaux classiques, ou Internet en général, car ces réseaux peuvent être cryptés et rester invisibles. En France même, un réseau maillé militant a été utilisé par les opposants à l'aéroport de Notre Dame des Landes pour communiquer entre eux et alimenter une "agence de presse"' informelle du mouvement. Le site Annonnews, une branche francophone des Anonymous,  y voit une nouvelle forme de lutte sociale. "Le phénomène le plus évident et le plus durable résultant de l’arrivée de hackers sur la scène de Notre-Dame-des-Landes reste, sans aucun doute, la mise en place de liens de solidarité et de coopération entre les mouvances du « hacking » et des organisations issues de luttes propres au XXIe siècle. Des passerelles qui semblent à la fois profiter à l’efficacité des actions initiées par les différents acteurs de terrain, et qui inscrivent l’« hacktivisme » dans l’histoire des conflits sociaux propres au territoire français. Au-delà d’une lutte ponctuelle, Notre-Dame-des-Landes marque probablement le début d’une mutation en profondeur des conflits sociaux à venir. Une mutation qui, comme beaucoup d’autres, passe par la maîtrise du numérique."

Même des développeurs plus pondérés, comme Nicolas Hachet, y voient l'avenir, au moins local, de nos communications numériques.

Un réseau maillé à l'échelle d'un quartier, illustration du blog de Nicolas Hachet


"Les réseaux de type mesh peuvent créer des bulles de liberté numérique, devenues trop rares à notre époque. En effet, la centralisation des accès au réseau Internet, notamment à travers les FAI, permet un flicage et un contrôle des connexions. L’aspect décentralisé originel n’est plus qu’un doux rêve et la neutralité du réseau est de plus en plus remise en question. Par les différentes lois publiées (LCEN, LOPPSI, LOPSI) ou en cours de débat (SOPA, ACTA), on sent bien que les états tentent de prendre le contrôle d’Internet. Les projets de filtrage du net, de blocage de noms de domaines, de contrôle de contenus échangés sont une dérive et un non sens au regard des objectifs originels. Il est ainsi urgent de proposer une alternative crédible et cohérente.Les mesh ou réseaux maillés sont sans doute l’avenir des communications numériques. Véritables compléments des réseaux classiques, ils permettent une souplesse, une flexibilité et une liberté devenue trop rare."

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cea
- 14/05/2013 - 00:15
Au dela de l'hacktivisme...
Etudiant, j'ai le souvenir des cables qui passaient par les fenêtres des résidences universitaires, aujourd'hui remplacés avantageusement ce me semble par du 802.11truc.
Plus ancien encore, l'époque des B.B.S. et de ses multiples serveurs un peu partout dans le pays, ou, pour les plus fortunés, au delà des frontières déjà...

Hors le matériel, il y a aussi les réseaux virtuels. Certains, axés sur des canaux cachés, ne sont guère évidents à débusquer ou filtrer.

Divers réseaux maillés "privés" se font formés dans la dernière décénie, généralement pour des besoins locaux. Sur la capitale, plusieurs points d'accès wifi ne vous routent pas sur Internet mais sont néanmoins en accès ouvert...

Les réseaux maillés illustrent in fine la tendance naturelle des communeautés (familles, groupes, collectifs, etc.) à établir des résaux, aujourd'hui grandement facilitée par le faible coût du matériel et sa complexité relativement faible de mise en oeuvre.

Bravo à l'auteur pour être un des premiers à rendre compte convenablement d'un phénomène pas si récent qu'il n'y parait ^^
Ravidelacreche
- 13/05/2013 - 19:52
C'est quoi, un réseau Mesh ?
Wesh c'est le téléphone arabe.