En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 14 min 49 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 54 min 57 sec
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 3 heures 18 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 4 heures 33 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 35 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 5 heures 50 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 6 heures 11 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 18 heures 55 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 34 min 25 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 3 heures 6 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 3 heures 46 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 4 heures 55 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 5 heures 15 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 6 heures 12 sec
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 20 sec
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 20 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
Bercoff contre les tartuff

Presse : chronique d'une mort annoncée

Publié le 03 avril 2013
Le Syndicat du livre SGLCE-CGT a bloqué la parution des journaux quotidiens plus d'une trentaine de fois depuis l'annonce d'un plan de restructuration de Presstalis au mois de septembre dernier.
André Bercoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), de Qui choisir (First editions, 2012), Moi, Président (First editions, 2013),  Je suis venu te dire que je m’en vais (Michalon, 2013), Donald Trump les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Syndicat du livre SGLCE-CGT a bloqué la parution des journaux quotidiens plus d'une trentaine de fois depuis l'annonce d'un plan de restructuration de Presstalis au mois de septembre dernier.

Albert Londres est mort, Joseph Kessel est mort, Lucien Bodard est mort, et la presse française, c’est le moins que l’on puisse écrire, ne se sent pas très bien. La crise de langueur que traversent la presse écrite en général et les quotidiens nationaux en particulier ne date pas d’hier et nombre de médecins spécialisés se penchent sur son lit de douleur depuis des années. On a tout dit, et le contraire de tout : désaffection des lecteurs, concurrence de la radio, de la télévision et, depuis peu, de ce foutu Web et de ses non moins maudits réseaux sociaux qui draine une partie de plus en plus importante des consommateurs, surtout les plus jeunes.

La saga des grands reporters et du journalisme d’investigation – la noblesse du métier – bute de plus en plus sur les gestionnaires rongeurs du cost-cutting et de la rentabilité à tout prix. Mais les vagues ne doivent pas cacher l’iceberg : le coût exorbitant de la presse face à la gratuité du numérique. Hier encore, une grève du Syndicat Général du Livre CGT paralysait, pour la trentième fois depuis octobre, la distribution des journaux. Les célèbres ouvriers du Livre ont encore frappé : Presstalis, plus connue jadis sous le nom de NMPP, est responsable en effet de 85% de toutes les ventes au numéro des journaux et des magazines et de 100% des quotidiens nationaux.

Ici, pour une fois, le langage des chiffres est le plus éloquent. Les ventes s’effilochent en peau de chagrin, l’augmentation du prix de vente des quotidiens ne peut être un facteur d’encouragement à l’achat, mais elle se comprend quand on sait que 80% du coût d’impression d’un quotidien est dû aux salaires intouchables. Les magazines s’en sortent avec des imprimeries de labeur, alors qu’un rotativiste de la PQN touche 4 500 euros bruts par mois pour 32 heures et demie de travail hebdomadaire. Sans parler des salariés de Presse Paris Service qui touchent 2 500 euros par mois sur quatorze mois et neuf semaines de congés. De plus, le comité intersyndical du livre parisien a l’absolu monopole d’embauche des ouvriers et employés, ce qui le conduit naturellement à puiser les nouveaux arrivants parmi les proches et la famille…

Comprimé désormais chauffé à blanc de l’exception française, avec le corporatisme des uns et la passivité des autres, avec des patrons de presse qui ne cessent de solliciter l’aide de l’Etat et donc du contribuable (1,2 milliard d’euros par an rien que pour la presse écrite) avec de plus en plus de kiosques qui ferment chaque année ou qui se bardent de sacs de voyage et de tours Eiffel miniatures pour compenser le désert du lectorat, on voit bien que le bout du tunnel se métamorphose progressivement en chronique d’une mort annoncée. Et ce n’est pas en sciant la mince branche sur laquelle ils sont assis que ceux qui vivent encore de la presse pourront continuer à siffler vaillamment l’air des Trente Glorieuses. Alors qu’en réalité, ils ne font qu’accélérer le passage au numérique et aux tablettes d’une population lasse de payer cher un produit qu’elle pense pouvoir trouver gratuitement ailleurs.

Car le plus triste, c’est qu’elle ne trouvera pas forcément ailleurs cette spécificité fournie par les journaux quand ils sont bien faits et ça arrive : la mise en perspective, le tri des informations, l’enquête de fond, l’écriture originale, le plaisir du texte. On peut certes se passer de presse écrite. Mais sans entonner la vieille rengaine de la démocratie en danger, rappelons que la liberté d’expression est une chose trop fragile pour être laissée aux aveuglements, à l’avidité et à l’omerta des soi-disants professionnels de la profession.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Alice .R
- 10/02/2013 - 23:28
UN SONDAGE EN COURS :
L’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique lance du 7 au 15 février une consultation publique sur la perception du système médiatique français.
http://www.ojim.fr/sondage-independance-et-pluralite-des-journalistes/
Un début de réponse à l'article ci-dessus ?????????
laurentso
- 08/02/2013 - 19:15
Euh, loin de moi l'idée de défendre jusqu'au bout
le syndicat du Livre... mais vos fiches ne sont pas spécialement à jour, monsieur Berkoff. Le fonctionnement de Prestaliss ne fonctionne pas comme vous le décrivez. En particulier, le syndicat du Livre n'a plus le monopole de quoi que ce soit.
mai2012
- 08/02/2013 - 13:44
C'est dommage mais c'est bien fait
Ils n'ont que ce qu'ils méritent malheureusement. La dernière campagne présidentielle m'a laissé un goût on ne peut plus amer et je ne suis pas prête de l'oublier ! J'étais abonnée au Point et j'ai résilié le jour où ce minable FOG a sorti son livre anti-sarkozyste où il racontait tout ce qui avait pu être dit d'intime entre eux. Dégueulasse. Donc, que la presse s'arrange avec ses syndicalistes de gauche (pléonasme) et avec son président qu'elle a fait élire. Que les journalistes se remettent en question et qu'ils ne nous servent plus tous la même soupe et on relira leurs journaux papier.