En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

Le petit-fils du commandant Cousteau veut construire la station internationale du dessous des océans

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

04.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 16 min 29 sec
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 42 min 49 sec
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 55 min 18 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 55 min 47 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 9 heures 45 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 17 heures 12 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 19 heures 53 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 22 heures 47 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 32 min 58 sec
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 51 min 23 sec
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 55 min 34 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 56 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 10 heures 4 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 22 heures 3 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 22 heures 16 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 23 heures 4 min
© Reuters
© Reuters
« Politico Scanner »

La société française fracturée au sujet du mariage homosexuel

Publié le 02 avril 2013
L'observation des manifestations et des prises de paroles autour du projet de "mariage pour tous" défendu par le gouvernement permet de disposer de quelques indices quant au profil de ses soutiens et de ses opposants. Des lignes de fracture se dessinent aujourd’hui à ce sujet au sein de la population.
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'observation des manifestations et des prises de paroles autour du projet de "mariage pour tous" défendu par le gouvernement permet de disposer de quelques indices quant au profil de ses soutiens et de ses opposants. Des lignes de fracture se dessinent aujourd’hui à ce sujet au sein de la population.

Les représentations associées à l'homosexualité évoluent. Le débat autour du projet de "mariage pour tous", inscrit dès le printemps 2012 dans le programme de François Hollande, intervient à l’issue d’une libéralisation des moeurs et des représentations associées à l’homosexualité au sein de la société française. La proportion de Français exprimant leur bienveillance à l’égard de l’homosexualité atteint désormais des niveaux très élevés, ceux associant cette orientation sexuelle à une perversion ou une maladie étant aujourd’hui nettement minoritaires. Toutefois, cette évolution mesurée par les sondages ne saurait être assimilée à son acceptation pure et simple. Les récents dérapages observés sur les réseaux sociaux attestent de la persistance d’une forme d’homophobie ordinaire dont il n’est d’ailleurs pas certain que leurs auteurs, souvent jeunes, aient pleinement conscience.
 

L'opinion publique est divisée sur la combinaison "mariage et adoption". En dépit des progrès et des évolutions observés ces dernières décennies à l’égard de l’homosexualité, les résultats d’enquêtes mettent d’ailleurs à jour un corps social divisé à propos du projet de loi gouvernemental.

Certes, l’ouverture du mariage aux couples de même sexe bénéficie du soutien d’une majorité de Français, avec des scores systématiquement supérieurs à 50%, parfois proches des 60%. Toutefois, le débat public ne se résume pas à l’accord d’un fait social au droit civil par l’autorisation de l’union civile des couples homosexuels. Viennent ainsi se greffer des interrogations quant à ses implications en termes de filiation. Le droit à adopter pour les couples homosexuels mariés pâtit d’ailleurs, toutes enquêtes confondues, de l’opposition d’une courte majorité de Français. En résulte deux camps quasiment égaux en poids au sein de l’opinion publique. Un sondage récent, réalisé par l’institut CSA pour RTL, révèle ainsi qu’aux 41% des Français (1) se déclarant à la fois favorables au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels, leur font face une proportion comparable d’individus exprimant leur opposition (39%).
 
Le débat sur le droit au mariage et à l’adoption révèle ainsi d’importants clivages au sein de la population. Les enquêtes publiées sur le sujet permettent de les objectiver et attestent de l’existence de plusieurs lignes de fracture.
 
 
La plus visible d’entre elles est politique (graphe 1). Ce que donnent à voir les comptes-rendus des manifestations, les débats parlementaires et les prises de paroles des uns et des autres dans les médias se vérifie au sein de l’opinion publique. 62% des sympathisants de gauche se déclarent ainsi favorables à la fois au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe, lorsqu’une proportion identique de sympathisants de droite, rejoints par près des deux tiers des sympathisants du Front national, s’opposent à cette éventualité. Les personnes n’exprimant aucune sympathie partisane s’avèrent quant à elles très partagées, à l’image de la population dans son ensemble.

Cette opposition majoritaire à droite masque toutefois une évolution assez nette de l’intensité des réponses négatives recueillies dans nos sondages en près de dix ans.
 A titre d’exemple, près d’un sympathisant de droite sur deux (49%) se disait "tout à fait opposé" au mariage pour les couples homosexuels en 2004 contre environ un tiers aujourd’hui. De même pour l’adoption : la proportion de personnes répondant "tout à fait opposé" est passée de 62% en 2004 à 47% en début d’année 2013. Il s’agit en fait d’une tendance générale, observable aussi chez les sympathisants de gauche. Parmi ces derniers, l’opposition à l’adoption (majoritaire en 2004 : 55%) a elle aussi perdu en intensité, la proportion d’individus se disant "tout à fait opposé" chutant de 29% à 15%, ceux y étant "tout à fait favorable" passant dans le même temps de 10% à 30%.


Au fait politique évoqué ci-dessus, il faut ajouter le genre, l’âge et la croyance religieuse. C’est une constante au sein des enquêtes sur ce sujet : les femmes s’avèrent systématiquement plus disposées que les hommes à soutenir le droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels (Graphe 2). A propos du mariage et de ses implications en termes de filiation, elles font ainsi preuve d’un niveau d’adhésion au projet présenté par le gouvernement significativement plus élevé que les hommes.

L’effet d’âge apparaît aussi déterminant (Graphe 3) : plus les individus sont jeunes et plus l’adhésion au projet gouvernemental d’accorder aux couples homosexuels le droit de se marier et d’adopter des enfants apparaît élevée. Le différentiel entre soutiens et opposants au sein d’une classe d’âge est à son maximum chez les personnes âgées de 25 à 34 ans : 61% se prononcent en faveur du droit au mariage et à l’adoption contre seulement 18% répondant par la négative.

Le fait religieux ne doit pas, enfin, être négligé (Graphe 4), comme les déclarations et les prises de position des plus hauts représentants des principales confessions le laissaient présager. Les données d’enquêtes CSA attestent ainsi de l’existence d’une opposition très nette sur le sujet entre croyants et non croyants.

Signalons toutefois que la fréquence de pratique religieuse chez les catholiques correspond à des prises de position allant d’une opposition massive chez les pratiquants réguliers ou occasionnels à un rapport de force plus équilibré chez ceux n’assistant jamais aux offices religieux.

Au-delà des clivages observés, croyants et non croyants s’accordent toutefois pour rejeter majoritairement l’idée d’une organisation de débats dans les écoles sur le "mariage pour tous" (2), comme ont pu le proposer certains opposants au projet.

Ces divisions ne doivent cependant pas masquer un autre enseignement clé des enquêtes d’opinion publiées ces derniers mois : la bonne résistance des soutiens dans l’opinion au projet face aux succès de mobilisation enregistrés par les opposants au projet. Si un reflux a pu être enregistré dans certains sondages, celui-ci n’est pas général et s’avère tout compte fait assez limité. Il s’agit ici d’un élément important : l’érosion limitée des soutiens dans les enquêtes d’opinion atteste de la solidité de l’évolution des représentations et des attitudes à l’égard de l’homosexualité. Elle pourrait d’ailleurs laisser présager une atténuation des oppositions au projet, une fois la loi votée et entrée en application, sur le modèle de ce qui avait été observé pour le PACS après 1998.

 
(1) Ces résultats et ceux des paragraphes suivants sont, sauf contre indication, issu du sondage réalisé par l’institut CSA pour RTL les 8 et 9 janvier 2013 par internet auprès d’un échantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).
 
(2) « L’Opinion en Direct », sondage réalisé par l’institut CSA pour BFMTV les 8 et 9 janvier 2013 par internet auprès d’un échantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
bea33
- 05/02/2013 - 16:55
Asservir la nature
Je me demande pourquoi les progressistes bobos passent outre les lois de la nature en matière de biologie, mais dès qu'il s'agit de faire la même démarche en matière de chimie ou physique les mêmes passent dans le camps des conservateurs les plus obscurantistes.
BOUNTY
- 04/02/2013 - 22:23
Les seuls fracturés
Ce sont les dynosaures de droite appelés à bientôt disparaître comme leurs aieulles il y a bien longtemps, permettant ainsi l'évolution et non la régression comme les réformes de ces dernières années... pas vrai ????
Satan
- 03/02/2013 - 11:06
Franchement tout le monde s'en fout de cette histoire de mariage
hormis les intégristes et les bobos bien-entendus!
heureusement que les médias Français ne tombent pas dans le piège anti-démocratique du matraquage de la pensée fumigène. Bravo à eux, vive la démocratie, vive les médias Français!