En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© DR
Revue de presse people
Audrey Pulvar trop bavarde, Laurence Ferrari grosse galère, Mazarine Pingeot et des secrets volés
Publié le 25 novembre 2012
Et aussi... Jean-Luc Delarue, écrivain d'outre-tombe, les mystères du suicide de Kristina, la femme de Bertrand Cantat, et le "777 Tour" de Rihanna, comme si vous y étiez - hips, hips, hips, pas hourra…
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et aussi... Jean-Luc Delarue, écrivain d'outre-tombe, les mystères du suicide de Kristina, la femme de Bertrand Cantat, et le "777 Tour" de Rihanna, comme si vous y étiez - hips, hips, hips, pas hourra…

La big info people de la semaine, vous la connaissez déjà : la rupture d’Audrey Pulvar et d’Arnaud Montebourg s’est affichée en gros sur Twitter dimanche soir, alors que le grand n’importe quoi de la bataille pour la présidence de l’UMP ne faisait que commencer… Dans une émission qui sera diffusée dimanche sur I>Télé, Atlantico vous l’annonçait hier soir, Audrey Pulvar précise à ce sujet qu’elle “ a volontairement (communiqué) à un moment de forte actualité pour que ça passe assez vite ”. On veut bien la croire. En même temps… en même temps, vu le déferlement de tweets qui a suivi l’officialisation de la séparation, on est bien obligé de constater que l’intention affichée n’a pas eu les effets escomptés… Est-ce la raison pour laquelle la journaliste a décidé vendredi de mettre son compte Twitter en sommeil ? Une chose est sûre : celle qui se voulait le plus discrète possible ne l’a pas tellement été cette semaine…

 

“ Le pouvoir change les gens ”, traduction : “ le pouvoir a changé Arnaud ”

Outre sa participation à l’émission “ L’Hebdo des médias ” diffusée sur I>Télé ce dimanche, Audrey Pulvar, on vous le disait dans la revue de presse des hebdos, s’est en effet épanchée sur l’épaule d’Anna Cabana jeudi dans “ Le Point ”. On a ainsi appris que la journaliste et le ministre du redressement productif n’étaient plus ensemble depuis septembre. Appris également qu’Audrey “ pensait qu’Arnaud reviendrait ”, qu’elle se voyait un peu comme “ un dommage collatéral ” que “ le pouvoir changeait les gens ” et, traduction, qu’il avait changé son homme (voir la RP du 22/11). Dans le genre discret, pudique, on fait mieux, hmmm ? 

 

Audrey sur les Champs-Elysées

Même “ Voici ”, qui sait très bien faire passer les messages l’air de rien, remarque que “ depuis qu’elle a officialisé sa séparation, (Audrey Pulvar) s’affiche seule, mais avec le sourire ”. Elle “ s’affiche ”, donc. “ Lundi 19 novembre. Sur les Champs-Elysées, raconte le people, la foule se presse à l’avant-première de “ Populaire ”, le film qui fait le buzz, avec Romain Duris et Deborah François. Parmi les personnalités présentes, Audrey Pulvar, dans une jolie petite robe bleue. Seule, pour la première fois depuis longtemps ”.

 

Quitter l’ombre ( ? ! ?) pour la lumière

“ Aujourd’hui, elle est de nouveau libre, poursuit le mag. Et la politique, elle ne veut plus la vivre dans l’ombre d’un homme, mais la commenter dans la lumière des médias, même si rien n’est encore gagné. “ Je suis plutôt mal barrée. Je suis dans un moment de ma vie où tout cela me semble flou ”, avoue-t-elle (à “ GQ ”, ce que “ Voici ” omet de préciser. On y revient plus bas). Pourtant, lundi soir, à cette avant-première, conclut le people, Audrey avait le sourire des femmes libres, de celles qui savent que tout est de nouveau possible… ” Pour peu qu’on sache donner le change, faire “ bella figura ” comme dirait ma copine Sophie, en résumé : s’afficher et surtout, surtout, toujours sourire. Hé oui, quand on bosse dans les médias — à ce niveau-là —, on n’a pas tellement le choix si on veut “ rebondir ”. Parce qu’au fond, tout l’enjeu est là… En pastille, “ Voici ” le finaud l’indique d’ailleurs, toujours l’air de rien… : “ Sa vie, c’est son métier ”. Et pang ! En plein dans le mille...

 

Audrey Pulvar interviewée par Frédéric Taddéi dans “ GQ ”

Et puisqu’on parle de métier — de journalisme, donc —, jetons un œil, ou plutôt deux, à l’interview qu’Audrey Pulvar donne — aussi — à “ GQ ” ce jeudi. Dès l’annonce de sa rupture, dimanche à 20 heures, la journaliste, interpellée sur Twitter, prévenait que l’article avait été réalisé il y a un mois et qu’il ne fallait donc y voir aucun calcul “ médiatique ” de sa part… Mis à part ce “ flou professionnel ” dans lequel Pulvar dit se trouver du fait de ses relations avec Arnaud Montebourg (CF, plus haut, la citation dans “ Voici ”), on y trouve, c’est vrai, aucune révélation d’aucune sorte sur sa liaison avec le ministre. Mené par Frédéric Taddéi, l’entretien de six pages, en petits caractères serrés, serrés, roule sur des questions autrement plus sérieuses — plus “ publiques ”, en tout cas, comme celle des lunettes à “ 15 000 euros ”…

 

 

Les lunettes d’Audrey : “ Un beau cadeau pour la vie. Le genre qu’on peut transmettre à ses enfants ”

“ On va faire un petit cours pratique, répond d’emblée la journaliste, pédagogue. Les écailles de tortue ne pouvant plus être commercialisées depuis les années 1970, la Maison Bonnet, qui a toutes les autorisations légales (hou, c’est beau comme un communiqué, ça !), utilise des stocks datant d’avant cette date. Les écailles qui coûtent cher sont claires, comme celles des lunettes de Chirac, par exemple. Ca peut monter à 30 000 ou 40 000 euros la paire. Les miennes sont très foncées. C’est de l’entrée de gamme. Au moment où je les ai payées, je me suis dit que je me faisais un beau cadeau pour la vie. Le genre que l’on peut transmettre à ses enfants. Mais j’étais loin de 15 000 euros. Ensuite, tout le monde me dit : “ Vous n’avez qu’à publier la facture… ” Je refuse de le faire ou de dire le prix parce que je considère d’abord que ce serait donner raison aux gens qui pensent être fondés à me demander des comptes, ensuite que ça créerait un précédent… Ce n’est pas de l’argent public. Je considère que je peux dépenser comme je veux ”. Pas faux, Audrey. En même temps, pour ta fille, un investissement dans la pierre plutôt que dans l’écaille de tortue, ça serait peut-être plus sûr, hmmm… On dit ça, on dit rien, hein !

 

Audrey Pulvar, le “ Jean Sarkozy de gauche ”

“ Depuis la rentrée, vous êtes directrice de la rédaction des “ Inrockuptibles ”. On vous a accusée de conflits d’intérêts, de trafic d’influence, de prise illégale d’intérêts. Vous n’avez pas l’impression d’être le Jean Sarkozy de la gauche ? ”, lui demande Taddéi. —“ Peut-être ! Bon, lui avait une montre Swatch qui ne coûtait pas 15 000 euros. Il est plus malin que moi, en fait, Jean Sarkozy. Mais ce qu’on lui a reproché, c’est surtout son incompétence, donc être un “ Jean Sarkozy de gauche ”, je prends ça comme un compliment ”. Heu, on n’a pas tout compris, là, Audrey. Tu peux répéter ? Non ? Ah, dommage…

 

Audrey et la gauche morale

“ D’une certaine manière, remarque Taddéi, vous représentez la gauche morale ”. —“ J’étais déjà la “ gauche folle ”, la “ gauche caviar ”… Je ne fais pas partie d’une gauche cynique en tout cas ”, répond-elle. —“ “ Les Inrocks ” sont moralistes, mais c’est un peu la gauche shopping. Est-ce que vous arrivez à vous y retrouver ? ” —“ C’est la gauche, oui et… on consomme aussi à gauche, vous voyez ? On peut aussi vivre avec son temps, et ça n’empêche pas de continuer à réfléchir et à s’intéresser aux autres ”. —“ Quand je vous dis que vous appartenez à la gauche morale, ça vous choque ? ”, réagit l’animateur de “ Ce soir ou jamais ”. —“ Je ne sais pas ce que c’est la gauche morale. Je me méfie de la morale en général. Qu’on l’enseigne à l’école, ça me fait très peur parce que je considère que c’est le rôle des parents… Le bien et le mal, ce n’est pas à l’Etat de le définir pour nous, même si le gouvernement et les députés définissent les lois qui régissent la société ”. Heu, Audrey, tu répondrais pas un peu à côté, là ? Un peu comme les politiques, tu sais ? Frédéric, il t’a pas interrogée sur l’Etat, là, mais sur toi…

 

Audrey, journaliste de gauche

—“ Et quand je vous dis que vous êtes de gauche, ça ne vous gêne pas ? ”, botte en touche, Taddéi, malin. —“ Alors, oui, c’est gênant si on est dans un rôle de journaliste dans un espace d’informations générales ”. —“ Le JT du “ 19-20 ” sur France 3 par exemple (qu’elle a présenté, ndlr) ? ”, rebondit l’intervieweur, rusé. —“ Par exemple, acquiesce-t-elle. Ca fait vingt ans que je fais ce métier et ça fait deux ans que je suis éditorialiste. J’ai débuté ma carrière en tant que journaliste de terrain. Après, j’ai été à l’antenne sur des journaux, des émissions politiques, économiques, où la neutralité était de mise. Personne ne pouvait dire si j’étais de gauche ou de droite. Quand j’ai fait un pas de côté, en éditorialisant mon propos à France Inter à partir de septembre 2010, je n’étais plus dans la neutralité. Quand j’ai commencé cette histoire avec Arnaud, je l’ai dit à mes employeurs. Je n’étais pas encore éditorialiste. Dans un premier temps, ils m’ont laissé continuer à présenter mon émission politique parce qu’il n’était que député. Quand il a été candidat à la primaire socialiste, mes employeurs ont estimé qu’il n’était plus possible pour moi de rester à l’antenne. Mais j’ai gardé un édito par jour sur Inter, et oui, je suis à gauche ”. Compliqué, hein, tout ça… De quoi se poser des questions pour l’avenir ? Un peu, peut-être… enfin, surtout par rapport au métier, à la manière de l’exercer. En ce qui concerne l’avenir, on n’est pas tellement inquiet : tu sauras toujours rebondir, Audrey.

 

Ferrari en panne

Pour Laurence Ferrari, en revanche, le pari est un peu moins gagné… “ L’état de grâce fut de courte durée, constate “ Voici ”. Un peu plus d’un mois après le lancement du “ Grand 8 ”, Laurence Ferrari est rattrapée par ce qu’elle fuyait en quittant TF1. Les critiques dans les médias sont violentes et les très mauvaises audiences, dont on lui avait pourtant juré qu’elles ne compteraient pas, lui sont désormais imputées. Le directeur de D8, Ara Aprikian, s’est discrètement répandu en off auprès de la presse spécialisée, s’inquiétant du faible nombre de téléspectateurs : le 15 novembre, le show n’a fait que 0, 5 % d’audience, soit 62 000 fidèles (quasiment la marge d’erreur que s’autorise Médiamétrie). A tel point qu’il est question d’avancer l’horaire de l’émission à 11 h 30 dans quelques jours ”. Houlà ! Ca va pas du tout, du tout, ça !

 

Ferrari attaquée en externe, peu aidée en interne

“ Pour ne rien arranger, au quotidien, poursuit le people, le travail de Ferrari n’est pas des plus faciles : la journaliste a hérité d’une équipe qu’elle n’a pas entièrement choisie, issue en partie de l’ancienne Direct 8, pas très heureuse du rachat par Canal+. Attaquée en externe, peu aidée en interne, scrutée de tous les côtés, Laurence Ferrari se retrouve dans une situation inconfortable. Certains jours, le moral est en berne : “ Elle prend les choses de manière très personnelle ”, confie-t-on dans son entourage. (…) Sa seule certitude : l’émission restera à l’antenne jusqu’à la fin de la saison. Aura-t-elle le temps et la possibilité de procéder aux aménagements nécessaires pour faire enfin le talk-show dont elle rêve, et rattraper tous ceux qui lui préfèrent Nagui et Jean-Luc Reichmann ? Il le faut. Dans le cas contraire, conclut Christophe Carron, les prochains mois risquent d’être un long chemin de croix ”. Aïe !

 

Laurence Ferrari dans “ Babar ”

Heureusement, sur le plan privé, tout roule pour Laurence Ferrari. Contrairement à Audrey Pulvar (rappelez-vous la pastille “ Sa vie, c’est son métier ”), “ Voici ” nous le dit : “ Y’a pas que la télé dans sa vie ! (Laurence Ferrari) joue du piano depuis l’enfance, mais c’est un violoniste qu’elle a épousé. Et tous deux vont se retrouver salle Pleyel, à Paris, le 15 décembre 2012, pour une représentation unique destinée aux enfants. Laurence y sera récitante, tandis que Renaud (Capuçon, ndlr) jouera du violon. Au programme ? “ L’histoire de Babar ” de Poulenc et “ La boîte à joujoux ” de Debussy ”. Et schploooomp, fait la trompe.

 

Mazarine Pingeot, secrets dérobés

Mauvais caramel pour Mazarine Pingeot… “ Voici ”, toujours, nous l’apprend : “ L’appartement de la fille de François Mitterrand, dans le 11e arrondissement de Paris, a été cambriolé le 17 novembre. La police judiciaire a été chargée de l’enquête car on lui a volé, entre autres, deux ordinateurs portables qui contiendraient des documents confidentiels. Mazarine, précise le journal, est une proche de François Hollande ”. Ouille ! Une nouvelle affaire d’Etat ?

 

Les mémoires posthumes de Delarue en librairie le 5 décembre

Petite minute d’attention, siouplaît ! C’est pas qu’on veuille se vanter — nan nan — mais, hé ! Qu’est-ce qu’on vous avait dit samedi dernier ? Hein, qu’est-ce qu’on vous avait dit ? Juste à la fin de la RP ? Pffft ! Vous vous souvenez même pas… Zêtes pas cool, sans blague. A quoi ça sert qu’on se décarcasse, hmmm ? On vous avait dit… on vous avait dit qu’au rythme où ça allait, dans l’affaire Delarue, on allait pas tarder à avoir droit au manuscrit posthume de JLD (voir la revue de presse du 17/11)… Hé ben, bingo ! Oui, on sait, on est fort, mais, kek vous voulez… c’est un mé-tier ! “ Le 5 décembre, annonce “ Voici ”, L’Archipel va publier les mémoires de Jean-Luc Delarue, intitulés “ Carnets secrets ”. Un joli coup de l’éditeur Jean-Daniel Belfond, auquel Anissa a confié le manuscrit. Dans son témoignage, l’animateur revient sur son enfance douloureuse et raconte ses relations familiales compliquées ”. Ah, ben, ça va nous changer… avec un peu de chance, on aura même droit à de nouvelles interviews d’Anissa dans “ Gala ”, “ VSD ” et “ Paris-Match ”… On est verni, quand même… A moins, bien sûr, qu'Elisabeth Bost ait gain de cause et parvienne à empêcher la sortie de l'autobiographie (elle a a mis en demeure la maison d'édition de "stopper, sans délai, la publication" du livre). Mais, là, bah, on n'y croit pas trop... Ca va pas trop fort, au fait, on dirait, pour les filles du Grand 8...

 

Les mystères du suicide de Kristina, la femme de Bertrand Cantat

Et puisqu’on parle de “ Match ” et de morts pas très, très apaisées… le people fait sa couverture cette semaine sur Kristina Rady, la femme de Bertrand Cantat. “ Un suicide toujours inexpliqué, titre le journal. Ses parents accusent : “ Il la terrorisait ” ”. Houlà ! Mais qu’est-ce qu’on va encore nous apprendre, là ? Rien de bien concret, en vérité… même si le tout reste triste, et moche. “ Il y a eu beaucoup de mensonges au moment de son décès, beaucoup de fausses informations publiées, raconte sa mère. Nous, nous savions qu’elle était en danger. Ses amis les plus proches le savaient aussi. Elle nous avait laissé un message en juillet 2009, où elle nous faisait part de ses craintes ”.

 

 

“ Bertrand avait cassé ses téléphones, ses lunettes. Il lui avait même cassé le coude"

—“ Que craignait-elle ? ”, demande le mag. —“ Je ne sais pas précisément, répond Csilla Rady. Il était évident qu’elle n’était pas heureuse. En admettant à nouveau Bertrand dans sa vie, elle s’était piégée. D’une certaine manière, il la terrorisait. Il avait plusieurs fois cassé ses téléphones, ses lunettes. Il menaçait les hommes qui l’approchaient, il lui avait même cassé le coude. Bertrand et Cini ne s’étaient pas retrouvés amoureusement, ils s’étaient rapprochés pour les enfants. Mais, très vite, il s’est montré agressif envers elle, il avait du mal à vivre après la prison. Qui s’en étonnerait ? Elle, de son côté, rêvait de démarrer une nouvelle vie avec quelqu’un d’autre. Lui était jaloux ”.

 

“ Elle n’avait aucune trace de corde autour du cou ”

“ Aviez-vous envisagé qu’elle puisse disparaître ? ”, interroge “ Paris-Match ”. —“ Non. Même après sa mort, nous n’avons pas voulu y croire. Elle avait plein de projets, elle ne pouvait pas avoir la volonté de mourir : elle avait déjà acheté les billets des vacances au ski en Suisse avec les enfants. Elle m’avait demandé de lui faire réparer rapidement des bijoux qu’elle voulait porter. Quand Bertrand était au plus bas en prison, Kristina n’avait qu’une peur : que ses enfants se retrouvent sans père. Elle-même ne pouvait pas envisager de laisser des enfants orphelins. Je n’arrive pas à croire qu’elle s’est suicidée car, quand je l’ai vue à la morgue, elle n’avait aucune trace de corde autour du cou ”.

 

“ Le problème de Bertrand, c’est qu’il ne se sent responsable de rien ”

“ Bertrand n’a jamais voulu répondre à nos questions, enchaîne Ferenc, le père de Kristina. Nous avons renoncé à connaître la vérité. Tout ce qu’on demande, c’est que les enfants puissent grandir en paix et deviennent des personnes dignes. Nous espérions qu’il nous laisserait continuer à les voir. Mais cela fait plus d’un an que nous sommes sans nouvelles directes d’eux. Nous ne savons pas si nos cadeaux et nos lettres leur arrivent ”. —“ Bertrand Cantat, lui, remonte sur scène, prépare un disque ”, remarque le people. —“ C’est bien qu’il travaille…, répond Csilla. Mais que fera-t-il quand sa fille sera grande ? Va-t-il comprendre ce qui est bon pour elle ? Comprendre qu’elle ne lui appartient pas ? Son problème, c’est qu’il ne se sent responsable de rien. La mort de Marie est de son fait, il l’a admis et a purgé sa peine pour cela. La mort de Kristina, elle, reste non éclairée ”.

 

Welcome aboard le “ 777 Tour ” de Rihanna, hips !

Histoire de finir sur un pied plus guilleret, une petite note de légèreté, peut-être, hmmm ? Vous le savez peut-être — vous le savez sans doute… — Rihanna s’est offert un “ 777 Tour ” : 7 concerts en 7 jours dans 7 villes différentes à bord d’un Boeing 777 dans lequel la star a embarqué une poignée d’élus, journalistes, entre autres... Parmi eux, Florence Trédez, de “ Elle ”, qui raconte sur trois pages le voyage, plutôt enlevé… et surtout très, très arrosé. “ Un petit problème avec l’alcool, Rihanna ?, s’interroge la journaliste. “ Champagne ! ! ! ”, crie-t-elle, le 14 novembre, dans les travées de l’avion réservées à la presse et aux fans, dansant avec eux et versant à la ronde des doses de champagne ruineux (de l’Armand de Brignac, la marque qui a remplacé le Cristal Roederer dans le cœur de Jay-Z, à 315 euros la bouteille) devant des journalistes hilares et enthousiastes. “ Etes-vous prêts pour Mexico ? Prêts pour boire de la Tequila ? C’est parti ! On va se bourrer la gueule… ”, hurle-t-elle, ravie ”. C’est à boire, c’est à boireuu, c’est à boireuuuuu, qu’il nous faut !

 

Rihanna ivre, mais pas que…

Mais ce n’est pas fini. “ A Stockholm, raconte encore “ Elle ”, elle fait la fête jusqu’à 5 heures du matin, complètement ivre, montant dans l’avion à 13 heures, tentant de dissimuler ses cernes et son mal aux cheveux derrière ses lunettes noires et sous la capuche de sa parka. A Paris, après son concert au Trianon, elle débarque à 3 heures du matin au VIP Room, bientôt rejointe par ses pairs P.Diddy, Cassie, Pharrel Williams, Akon, Omarion et Craig David, et s’échappe vers 6 heures du matin, après que la très bling compagnie a commandé, à un rythme impressionnant, à peu près tous les alcools disponibles dans l’établissement ”. Chblurp ! 

 

Un journaliste à poil, un guest en flirtage appuyé avec une hôtesse de l’air

Ce que “ Elle ” ne dit pas, et que “ Voici ” ne se prive pas de préciser, c’est qu’à bord du Rihanna Force One, on s’est pas ennuyé, non plus. “ Au fil du voyage, rapporte le people, chacun se lâche : un guest tente de s’envoyer en l’air avec une hôtesse, un journaliste australien se balade à poil dans les allées, une mutinerie se déclenche entre Berlin et Londres car les invités estiment ne pas voir la star assez souvent et se mettent à chanter, sans oublier les fréquents retards à l’embarquement qui ont généré un surcoût de 250 000 euros ”. C’est ce qui s’appelle guincher. S’amuser, faut voir, hmmm ?

 

Vous en voulez encore ?

On voulait vous en parler plus en détail… on n’a plus le temps. Jetez un œil à l’enquête de “ Elle ” sur les hommes “ nouveaux Bridget Jones ”. Les faits — et les chiffres — récoltés par le mag sont assez troublants, pour ne pas dire confondants. Quant à la conclusion que le magazine en tire — on vous dit rien, hein… —, perso, on la trouve moyen moyen. Bah, des fois, c’est difficile de trouver une chute, hum ?

Si vous avez encore cinq minutes, plongez dans le papier de “ Grazia ” sur “ le hater, le nouvel ennemi des stars ”, en d’autres termes, le twitto acrimonieux grincheux qui se passe les nerfs, l’aigreur et la frustration sur un bioutifoul-cible. Plutôt bien vu.

Pour le fun, enfin, lisez l’interview d’Amanda Lear sur Dali dans “ Paris-Match ”. C’est assez croquignolet. Un poil triste, aussi, à la fin, quand Salvador se retrouve sans Gala…

Rayon amour(s), sinon : Justin Bieber s’est pris un méchant râteau de Selena Gomez (“ Voici ”) ; scoop ! Sean Penn est avec Florence Welch de Florence & the Machine (“ Elle ”) ; Eddy Murphy, 51 ans, sort avec la top australienne Paige Butcher, 33 ans ("Gala") ; Lindsay Lohan a appris qu’elle avait une demi-sœur, Ashley, âgée de 17 ans (“ Voici ”, “ Public ”) ; Julio Iglesias a marié son fils aîné, Julio Iglesias Junior (“ Gala ”) ; Katie Holmes aurait l’intention d’adopter (“ Gala ”, “ Public ”) ; Virginie Efira est enceinte du réalisateur Mabrouk El Mechri (“ Voici ”) ; Lara Fabian se sépare de Gérard Pullicino (“ Public ”).

En vrac : Kate Moss se “ raconte ” dans une “ biographie-confession ” et un article de “ Vanity Fair ” où… on apprend pas grand chose (partout) ; l’éditeur Mills & Boon a ouvert des ateliers d’écriture de “ mummy porn ” à Londres (“ Grazia ”) ; TF1 refuse que Jenifer, coach dans “ The Voice ”, participe à la “ Star Ac ”, relancée en décembre par NRJ12.

Pas de dossiers, pas de tests : cette semaine, ce qu’on a vu et lu était franchement pas folichon... Bon week-end, les lapins ! 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Teo1492
- 29/11/2012 - 19:04
Ferrari a confondu TF1 et son égo : grave erreur...
Si elle faisait de l'audience (pas très bonne audience d'ailleurs) au JT de TF1, c'est parce que c'était TF1 et que la plupart des gens regarde TF1. Elle n'avait évidemment rien avoir avec tout ça !
Voilà où mène les égos surdimensionnés...
Guzet31
- 29/11/2012 - 10:11
Edifiant !
Edifiant l'interview de Pulvar sur le mode de vie de ces gens qui prétendent nous imposer leur façon de vivre et, surtout, leur soi-disant "morale".... La dissertation sur les écailles de tortue est un petit bijou ! Est ce désormais une fatalité inéluctable que ce "tout petit monde parisien " impose, grâce aux médias qu'il contrôle, ses ukases à toute la société?
Ludo1963
- 28/11/2012 - 10:53
Avec ses lunettes a 12000 euros
Elle qui a violemment critiqué Sarko et ses ray ban a 150 euros....
Du vent du balai la bobo....