En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 53 min 23 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 7 heures 18 sec
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 7 heures 46 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 7 heures 54 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 8 heures 20 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 8 heures 28 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 18 heures 10 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 4 heures 9 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 8 heures 23 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 21 min
Atlantico chic

Les costumes d’été, ces grands oubliés…

Publié le 27 juillet 2012
Hugo Jacomet, éditeur de Parisian Gentleman, continue son étude des fondamentaux de l’élégance masculine. Sujet estival cette semaine : il nous parle du costume d'été, indispensable à toutes les garde-robes des élégants.
Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugo Jacomet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugo Jacomet, éditeur de Parisian Gentleman, continue son étude des fondamentaux de l’élégance masculine. Sujet estival cette semaine : il nous parle du costume d'été, indispensable à toutes les garde-robes des élégants.

Lin, mohair, coton, soie, Fresco (laine froide), tropical, solaro, seersucker, popeline, drill, madras, shantung. Ocre, taupe, beige, crème, blanc cassé, gris perle, gris éléphant, gris bleu, bleu Air Force. Respectivement des matières et des couleurs que certains hommes avaient l’habitude de porter fréquemment. Des hommes de goût. Des hommes professionnels. Des hommes comme les Américains du sud qui, dans les années 70 et entre le Memorial Day et le Labour Day, ne portaient du bleu navy ou du gris que dans des occasions climatiques exceptionnelles (un printemps moins chaud que d’habitude) ou parce qu’ils y étaient contraints (pour une réunion business). Le reste du temps, ils ne portaient que des costumes d’été variés. Le costume d’été était une pierre angulaire du style masculin que l’on trouvait dans toutes les garde-robes des élégants. Mais l’époque a changé.


©Cifonelli

Aujourd’hui, pourtant un jour de juillet très chaud dans les rues de Paris, le seul costume d’été à l’horizon semble bien être celui que je porte. Les concessions des autres hommes à la chaleur ambiante semblent donc se résumer à simplement enlever leur veste en laine, si toutefois ils en portent une. Ou alors ils tentent de se sentir bien dans des costumes en laine bleu foncé ou gris qu’on leur a vendu comme des costumes « demi-saison » ou des costumes « 10 mois ». Vous voyez de quoi je veux parler : quelque chose de léger. Quelque chose qu’ils sont supposés pouvoir porter n’importe où, n’importe quand sauf, peut-être, en Sibérie au mois de Janvier… Grâce aux progrès récents des manufactures de tissus et à leurs méthodes de fabrication ultra modernes, ces costumes sont effectivement plus versatiles et utiles qu’ils ne pouvaient l’être auparavant. Mais en matière de style, ils sont particulièrement inintéressants.


©Marc Guyot

Ce n’est pas mon cas. Avec les jours qui s’allongent, les horaires de travail qui se rétrécissent et la considération acceptée par tous que les choses importantes devront désormais attendre le lendemain du 15 août, j’ai toujours profité des mois chauds pour, au contraire, laisser mes costumes bleus ou gris au repos et faire en sorte d’éclaircir mes tenues.

Et comme ces tenues vous permettent de sortir du lot tout en transpirant beaucoup moins que n’importe qui d’autre, je pense que vous devriez les essayer vous aussi.

Comme beaucoup de choses que nous portons, les costumes d’été sont issus d’un vieille et auguste tradition britannique. Les Anglais avaient l’habitude de les porter, mais pas en Angleterre et pas nécessairement en été non plus. Ils étaient plutôt utilisés par les classes sociales supérieures lors des voyages en Italie, des safaris au Kenya ou des longues vacances dans le sud de la France. Ils étaient également un outil essentiel pour les Britanniques qui – portant le fardeau impérial – vivaient dans des fournaises comme Delhi ou des bains de vapeur comme Rangoon. Etant Anglais, ces hommes ne pouvaient pas imaginer sortir sans costume. Mais étant sains d’esprits aussi (pour la plupart), ils ne pouvaient pas non plus imaginer porter sous ces climats extrêmes leurs trois-pièces en flanelle sombre cousus à Savile Row.


©Marc Guyot

Alors ils décidèrent – chose rare – de faire un compromis : des costumes oui, et même des trois pièces, mais dans des tissus qui « respirent » comme le lin et dans des couleurs qui reflètent la lumière. Ils se sont même autorisés à utiliser au début le tissu des anciens Indiens (le seersucker) avant de se lancer eux mêmes dans la fabrication de tissus pour climats chauds. L’industrie du tissage basée autour de la ville de Huddersfield dans le Yorkshire, s’est alors lancée dans la mise au point de tels tissus comme le Fresco (la laine froide) qui permet une meilleure circulation de l’air dans la matière. Le Solaro, autre tissu « colonial » Britannique, est un tissu de couleur ocre incrusté de fils rouges qui reflètent les rayons du soleil. Sans oublier le bien-nommé magasin « Tropicadilly » (aujourd’hui disparu) dirigé par les tailleurs du Row Airey and Wheeler, célèbres pour leurs vêtements Bespoke en tissus coloniaux.

Les Américains ne furent pas longs à adopter le look britannique, particulièrement dans les Etats du Sud. La popularité du seersucker s’est maintenue tout au long du siècle, même chose pour le madras. Le lin, la matière d’été préférée des Italiens, n’a en revanche jamais eu beaucoup de succès Outre Atlantique – l’aspect froissé faisant ressembler beaucoup d’hommes à des vagabonds – alors que la popeline a connu beaucoup de succès, notamment à Washington DC, malgré le fait qu’elle aussi se froisse facilement et qu’elle peut vite paraître un peu « cheap ».


DR

Les tailleurs en grande mesure ont d’ailleurs tendance à déconseiller l’utilisation du coton à leurs clients, pas seulement parce que cette matière est difficile à travailler pour un tailleur, mais surtout parce que selon eux il est ridicule d’investir "un travail qui vaut 3000 $ dans un tissu qui vaut à peine 50 cents".

Donc où en sommes nous aujourd’hui ?

Les tailleurs et les vendeurs en boutique ont tendance à pousser la grande majorité de leurs clients à faire des choix "sûrs" et à investir dans des costumes "toutes saisons". Pourtant tout élégant avisé vous dira qu’un bon costume d’été est un excellent investissement à long terme et que vous en retirerez des dividendes certains en termes de style et de confort à chaque saison chaude.

Aujourd’hui, dans les rues de Paris, j’attire un rayon de lumière au milieu de tous ces costumes sombres. Et pour un instant, je me sens bien moins seul…

Cheers, HUGO

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
bigstop
- 27/07/2012 - 19:58
Nuances
La remarque concernant l'uniforme en vogue dans les sociétés du CAC 40 est pertinente. Cependant, il existe heureusement encore beaucoup de métiers où il est possible d'imposer (à condition d'avoir l'assurance nécessaire) un style qui se démarque des uniformes impersonnels, même parmi les professions intellectuelles (avocats, professeurs, agents de toute nature).

Le problème ne tient pas tant à la couleur. Si encore ces costumes "10 mois" étaient réellement portables en été ! C'est en général une authentique arnaque. Il ne sont pas assez chauds l'hiver et en été, ils sont vites insupportables.

Si l'on veut pouvoir porter sans gêne un costume en été, il faut oser sélectionner ses tissus dans la gamme dédiée aux températures estivales. Malheureusement, cela a un coût: le prêt à porter ne propose pas ces tissus. Il faut donc se tourner vers la demi-mesure au minimum.

Mais si on fait ce choix, il est possible de choisir une teinte même foncée dans un tissus qui ne froisse pas trop: cool effect chez Zegna ou encore dragonfly chez Holland & Sherry. Ce sera beaucoup plus chic qu'un costume en laine froissé trop chaud parce que la veste tombée sans précaution ou imbibée de sueur
Nico Attal
- 27/07/2012 - 19:03
Merci Hugo
Le costume d'été c'est comme la piscine au nord de la Loire ou l'air conditionné à Paris. T'en as vachement envie un été sur 5 et tu regrettes de l'avoir acheté le reste du temps. En revanche, c'est bien de le voir chez les autres...
Bluemanta
- 27/07/2012 - 15:50
Une excentricité...
Porter le genre de costume auquel l'auteur fait référence se limite vraiment à une petite sphère parisiano-parisienne très proche du milieur de la mode.

Essayez de porter ce genre de tenues dans une entreprise du CAC40 (ou même une PME d'ailleurs), on risque de vous dermander si vous êtes en partance pour un cocktail ou un mariage. Ceux qui ont le moins d'humour pourrait même vous blâmer de ne pas respecter le code vestimentaire de votre lieu de travail...

Comme le disait letroll, c'est effetivement désuet...