En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 7 heures 26 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 3 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 43 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 48 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 42 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 15 heures 25 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 55 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 51 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Atlantico Green

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

Publié le 20 septembre 2020
Une enquête des médias américains NPR et PBS révèle que le recyclage du plastique est très peu rentable et que les entreprises pétrolières le savaient parfaitement : elles ont menti pour inciter les consommateurs à continuer d'en acheter.
Dominique Audrerie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Audrerie est un expert indépendant des questions environnementales.Il est également docteur en droit de l'environnement et ancien directeur du Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (en 1993).Il est avocat à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une enquête des médias américains NPR et PBS révèle que le recyclage du plastique est très peu rentable et que les entreprises pétrolières le savaient parfaitement : elles ont menti pour inciter les consommateurs à continuer d'en acheter.

Atlantico : Les entreprises pétrolières ont-elles désinformé la population sur le recyclage du plastique pour sauvegarder leurs intérêts ? 

Dominique Audrerie : Durant de trop longues années les contenants plastiques ont été à la fois

une source forte de revenu (multiplication des produits et pas de réutilisation)

une contrainte car ils ont été considérés et traités comme des déchets.

La cause première, et acceptée, est que l'industrie pétrolière a trouvé là des sources de revenus très considérables, sachant que la matière première, le pétrole, était exploité à moindre coût et sans aucun souci de sa conservation (limites de son exploitation, appauvrissement des gisements, etc.).

Face à cela, des déclarations, des discours souvent de bonne foi, mais sans réel résultat, et cela tant de la part des décideurs politiques ou économiques que des particuliers toujours plus consommateurs de produits plastiques.

Il n'y a pas eu, et sans doute est-ce encore vrai, de prise de conscience sur les méfaits du mauvais usage des produits plastiques. On en parle certes, des lieux de débats existent bien, mais concrètement, au quotidien, il n'y a pas véritablement de remises en cause de pratiques fortement dommageables pour notre environnement.

Les produits en plastiques sont ils réellement une mine d’or en valeur recyclable comme on veut nous le faire croire ?

Face à une contestation réelle, fut-elle trop souvent au niveau des mots, les entreprises productrices de plastiques ont développé un « discours » tendant à montrer qu'elles étaient « sensibles » et disposé à engager des mesures fortes.

Il faut le redire, concrètement peu de choses sont faites. Il faut l'avouer les particuliers au quotidien restent fondamentalement des pollueurs conscients ou non.

Pour justifier des actions limitées, ces mêmes producteurs ont avancé les contraintes de mesures fortes de recyclage :

D'abord le coût. Traiter les produits plastiques a un coût et il est plus facile et rentable de produire toujours plus à partir de la matière première. La société toute entière est là concernée et la question de fond, toujours à poser, est de savoir si nous sommes capables d'accepter de payer en vrai ce que nous consommons dans le respect effectif de notre environnement. Cela est vrai ici, mais aussi dans d'autres secteurs où le discours, fut-il généreux, se heurte aux pratiques les plus ordinaires.

Ensuite on peut envisager de limiter la consommation des plastiques par des mesures simples. A titre d'exemple les emballages : favoriser les poches papiers, les sacs personnels portés par le client, etc.

Enfin en ce qui concerne la transformation des produits plastiques et leur réutilisation, il s'agit avant tout de procédures chimiques et je suis bien persuadé que des solutions peuvent – et doivent – être trouvées par des ingénieurs compétents, accompagnés par une vraie volonté à la fois, et il faut y insister, politique et économique. Prétendre le contraire me semble malhonnête : il y a des solutions techniques à des problèmes techniques.

Les déchets sont-ils une ressource ?

On peut ici se rappeler que dans les sociétés anciennes (il y en a encore!) les déchets étaient source de … richesse ! Le fumier, dont le tas trônait près de la cour, était indispensable pour entretenir et enrichir les sols.

Certes aujourd'hui les déchets sont de nature différente. Mais nous devons apprendre non plus à dissimuler nos déchets, voire à les nier, mais à les exploiter.

Je crois vraiment, pour l'avoir dit et écrit à différentes reprises, que les déchets peuvent – et doivent – être considérés comme une ressource véritable, qui peut – et doit – être traitée et utilisée pour des produits nouveaux.

Les questions techniques peuvent être résolues ; des recherches adaptées doivent être engagées.

Les questions de coût ne peuvent plus être la cause de refus tant l'urgence est là face à la fois à l'appauvrissement des ressources naturelles et la multiplication très considérables des stocks de déchets.

Un dernier point et non le moindre : attention aux « ayatollas » écolos. Des déclaration sans mesure, des décisions trop éloignées des humbles réalités quotidiennes peuvent produire des effets inverses de ceux attendus. Un seul exemple : le tri des déchets domestiques.

A trop vouloir « sélectionner » et contraindre les particuliers, avec la mise en place ô combien facile de nouveaux impôts, pardon des taxes, il apparaît que les dépôts sauvages se multiplient tant les règles imposées deviennent insupportables.

Là aussi il faut raison garder.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires