En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 41 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 9 heures 19 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 58 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 18 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 9 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 11 heures 3 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 57 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 40 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 17 heures 10 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 18 heures 2 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 18 heures 6 min
Atlantic Tac

Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres

Publié le 18 septembre 2020
Mais aussi le caméléon chromatique de l’automne, le poney du polo, le moniteur cardiaque et le caoutchouc nostalgique…
Grégory Pons
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais aussi le caméléon chromatique de l’automne, le poney du polo, le moniteur cardiaque et le caoutchouc nostalgique…

RALPH LAUREN : Le maillet qui galope…

Attention, ce joueur de polo, emblème de la maison Ralph Lauren, en énerve plus d’un et il peut même déclencher des réactions violentes, tellement sa broderie sur un polo peut symboliser un certain panurgisme vestimentaire et mondialisé. Sur le cadran de la nouvelle collection Polo Watch de Ralph Lauren, il est tellement présent, en plus avec une texture en relief, qu’on ne peut le prendre que pour un clin d’œil : d’ailleurs, la montre s’écrit « polo » en très gras et Ralph Lauren en tout maigre ! On donne ici dans un genre Swiss Made sportif (la lunette n’est pas tournante), en 42 mm avec un mouvement automatique suisse et avec des attributs de mode comme les bracelets qui marient la soie et le cuir, mais qui se déclinent en maillons métalliques ou en toile de type « Nato ». Alors que les précédentes montres Ralph Lauren entendaient – assez naïvement – tutoyer les plus belles références historiques de la Suisse horlogère, ne serait-ce que par les tarifs stratosphériques, on en revient ici à des prix nettement plus réalistes (dès 1 600 euros – ce qui démontre les ambitions de Ralph Lauren pour offrir aux aficionados de la marque des montres accessibles aux motifs tout aussi démonstratifs que le cavalier armé d’un maillet qu’on brode sur les polos. Une fois dépassé cet éventuel préjugé anti-poney, il faut bien reconnaître que la montre a une certaine présence au poignet et qu’elle n’est pas mal du tout pour une montre de détente et de week-end, de belle facture, d’allure classique, étanche à 100 m et qui constituera une clé parfaite pour faire partie de la gentille tribu des ralphlaurenistes

ICE-WATCH : Le caméléon de l’automne…

Marque indépendante et sympathique qui a réussi à bousculer le monopole de Swatch sur les montres d’entrée de gamme aussi créatives et bariolées que possible, Ice-Watch revient cet automne avec une joyeuse série de montres hautes en couleurs, qui ont la politesse de coûter moins de 90 euros et qui ont assez de vitamines pour s’offrir une cure tonique à l’orée de l’automne. Boîtiers et bracelets (intégrés) en silicone pour la douceur, cadrans assortis mais très design pour la continuité chromatique, mouvement électronique pour la précision sans souci : les quinze propositions de cette collection Ice Colour existent en deux tailles (34 mm pour les poignets féminins, 40 mm pour les garçons). Une montre caméléon à porter sans modération…

HUBLOT : Le coup de la nostalgie…

On a du mal à imaginer la « révolution » qu’a pu constituer, en 1980, la première montre Hublot quand elle est apparue avec son boîtier en or et son bracelet en caoutchouc : c’était la première fois que la gomme faisait son apparition dans l’horlogerie de luxe. Quarante ans plus tard, le caoutchouc s’est banalisé, mais Hublot a su rester une marque disruptive sans renier ses codes identitaires. C’est pour fêter cet anniversaire que la manufacture Hublot nous propose un hommage à son icône fondatrice [la marque ne s’appelait pas Hublot, qui n’était que le nom du modèle, mais le succès international immédiat a fait rebaptiser la maison du nom de son best-seller], à travers trois montres Classic Fusion qui renouent avec la simplicité stylistique des origines. En or (24 800 euros), en titane (8 200 euros) ou en céramique (10 300 euros), le tout en série limitée à 200 exemplaires dans chaque matériau et prévues pour une étanchéité à 100 m, ces nouvelles Classic Fusion nostalgiques sont disponibles avec un mouvement automatique trois-aiguilles. Certes, elles sont proposées dans un confortable boîtier de 45 mm (nettement plus large que le boîtier de 1980), mais la montre ne manque pas d’une sobre et élégante touche vintage tout-à-fait réjouissante… 

PATEK PHILIPPE : Le fuseau du pilote…

La collection Pilot est très clivante chez les amateurs de l’iconique marque horlogère suisse Patek Philippe : les uns l’adorent, les autres la détestent. Nous pencherions pour le premier camp tellement cette montre compile intelligemment les codes identitaires de la marque en les mariant au style traditionnel et quelque peu militaire des anciennes « montres de pilote », qui se devaient d’être fonctionnelles et instrumentales à une époque où il n’existait ni radio, ni GPS [on peut relire à ce sujet les livres de Saint-Exupéry ou ceux de Joseph Kessel]. La nouvelle Calatrava Pilot Travel Time vient renforcer cette collection Pilot d’un boîtier en or gris aux dimensions plus modestes (37,5 mm, ce qui permettra de la faire aussi porter par des femmes – l’ancienne version faisait 42 mm) : on peut facilement changer de fuseau horaire grâce aux deux couronnes latérales (à gauche), sans pour autant devoir arrêter le mouvement de la montre. Quand on est à la maison, donc en mode home [mais pourquoi écrire en anglais quand on s’appelle Patek Philippe ?], l’aiguille ajourée du second fuseau horaire se superpose à l’aiguille pleine des heures. En prime, à six heures, un calendrier circulaire peut s’accorder à l’heure locale et peut donc avancer ou reculer selon la destination dans laquelle on se trouve. Il n’est pas si fréquent de voir des montres sportives afficher une telle élégance naturelle

SEVENFRIDAY : Le cocorico gaulois…

On ne manque pas de bonnes raisons pour aimer cette montre, qui est à la fois amusante, décalée, impertinente et accessible (890 euros). SevenFriday – « 7F » entre insiders – est une jeune marque indépendante suisse qui se passe du Swiss Made quoiqu’elle témoigne d’une indéniable suissitude dans son sens de la qualité horlogère et du détail technique. On remarque d’emblée, dans cette exaltation mécanique du temps qui passe, un boîtier très années 1970 (carré adouci de 45 mm), une architecture avant-gardiste (le jeu des aiguilles est subtil), une pétition de principe inattendue (« Refrench your mind », quelque chose comme « Affranchis tes pensées ») et un coq gaulois subliminalement tricolore entre trois heures et cinq heures. Même avec l’accent français, SévenneFrayedé se prononce correctement, mais le nom de baptême de cette montre ne laisse aucun doute sur sa vocation : elle s’appelle Cocorico ! On retrouve ce coq sur le fond de cette montre automatique : on y trouve aussi une puce NFC, qui permet de scanner la montre avec l’application SevenFriday pour l’authentifier. Cette série gauloise à bracelet en denim sera limitée à 450 exemplaires.

BON À SAVOIR : En vrac, en bref et en toute liberté…

La montre du mois, en termes de battage médiatique, ce sont forcément les nouvelles Apple Watch, lancées cette semaine par Apple. Il s’agit d’une nouvelle génération d’Apple Watch (Series 6 : ci-dessous, en version Hermès) et d’une extension de la gamme vers un segment très accessible (Apple Watch SE). Les Series 6 (à partir de 429 euros) sont dotées de fonctionnalités de santé encore plus convaincantes (cardiologie domestique, surveillance de l’oxygénation du sang, ce qui sera utile pour accélérer la détection des contaminés par le coronavirus), alors que l’Apple Watch SE (299 euros) dévoile clairement les ambitions d’Apple sur le marché horloger : s’imposer sur tous les marchés et sur tous les poignets de tous les âges. Ambitieux, réaliste, mais cruel pour l’horlogerie traditionnelle suisse, dont toutes les marques réunies ne vendront pas en 2020 la moitié de toutes les montres vendues par la seule marque Apple (une trentaine de millions pour la Californie, une quinzaine à peine pour la Suisse). À ce niveau de compétition, une seule règle du jeu : le vainqueur remporte tout l’enjeu… ••• Descente aux enfers statistiques : l’horlogerie suisse a beau rouler des mécaniques en se flattant d’un lent « redressement » de ses exportations – qui ne sont pas des ventes, mais de simples mouvements de stocks vers des pays jugés commercialement plus prometteurs. On déplace ici pour replacer là. Pour les huit premiers mois de l’année, ces exportations de l’horlogerie suisse restent globalement en baisse de 30 % par rapport à la même période de 2019, ce qui devrait se traduire en fin d’année, s’il n’y a pas de nouvelle dégradation de la situation sanitaire, par une perte de 7 à 8 millions de montres en moins sur les marchés et une baisse de 5 à 6 milliards du chiffre d’affaires global de la branche. Seul marché qui semble avoir retrouvé un semblant de dynamique (+1,6 % depuis le début de l’année) : la Chine, ce qui accroît encore un peu plus la dangereuse sino-dépendance des horlogers suisses, qui ont du mal à se réinventer pour repartir à la conquête de nouveaux clients sur leurs marchés traditionnels…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires