En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 19 min 49 sec
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 16 heures 12 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 18 heures 56 sec
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 19 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 20 heures 22 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 22 heures 10 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 22 heures 42 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 23 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 1 jour 9 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 1 heure 7 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 15 heures 25 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 17 heures 28 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 18 heures 26 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 20 heures 9 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 21 heures 26 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 22 heures 25 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 23 heures 40 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 1 jour 26 min
© JOHANNES EISELE / AFP
© JOHANNES EISELE / AFP
Atlantico Green

Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs

Publié le 09 août 2020
La réduction des émissions de carbone en 2020 a été forte, mais n'a produit aucun effet. Preuve que la décroissance n'est pas une solution viable pour lutter contre le réchauffement climatique.
Philippe Charlez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l'École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l'auteur de nombreuses publications et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réduction des émissions de carbone en 2020 a été forte, mais n'a produit aucun effet. Preuve que la décroissance n'est pas une solution viable pour lutter contre le réchauffement climatique.

Atlantico : Du fait de la crise sanitaire et des confinements mis en place un peu partout sur la planète, les émissions de CO2 vont diminuer en 2020. Pourquoi les effets de cette réduction sur la planète seront-ils limités ? ?

Philippe Charlez : On estime que la récession économique mondiale va être de l’ordre de 10 % en 2020 suite à la pandémie et aux confinements, selon le FMI. Parallèlement, on va réduire les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2019 aussi de 10 %. Chaque année nous envoyons à peu près 35 milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Nous allons donc les réduire cette année de 3,5 milliards de tonnes.

En terme de stockage d’émissions dans l’atmosphère, cela correspond à un demi PPM (soit 7 milliards de tonnes par an). Aujourd’hui nous sommes à 420 PPM, ce qui fait un 1 degré d’augmentation de température depuis la révolution industrielle. Si nous continuons sur notre lancée, nous allons arriver à 650 PPM. La pandémie elle correspond à 1 demi PPM de réduction, donc rien par rapport aux conséquences économiques que cela entraîne.

Utiliser la décroissance et la récession économique comme méthode pour réduire les gaz à effet de serre n’est pas efficace. La méthode de récession économique pour répondre aux accord de Paris n’est pas une solution viable.

Quelles solutions pouvons nous explorer pour agir réellement sur le changement climatique ?

Pour les trouver, il ne faut pas d’idéologie mais du pragmatisme.

Je suis conscient que le réchauffement climatique existe et que l’augmentation des températures est corrélée avec celle des gaz à effets de serre mais je souhaite rester dans une société de croissance économique. Peut-être un peu plus raisonnable que celle qui a prévalu ces dernières années mais en conservant ses avantages car elle apporte le bien-être, l’augmentation de l’espérance de vie, la santé, l’éducation, etc.

Il faut que nous utilisions la technologie d’un côté mais que nous subsistions les fossiles par des énergies qui nous feront faire de la croissance économique. Une des grandes options pour la production électrique serait un mix de 70 % de nucléaire et de 30 % d’éolien. Si on veut remplacer rapidement le pétrole, le gaz et le charbon, ce sera par de l’électricité avec un petit peu de renouvelable supporté par beaucoup de nucléaire. Le GIEC le dit d’ailleurs, ainsi que l’agence internationale de l’énergie. Les objectifs de décarbonations sont inatteignables sans nucléaire.

Décarboner l’habitat et les transports passe par de l’électricité à courte distance et l’hydrogène sur grande distance grâce à une fort puissance. Globalement l’électricité et la voiture électrique sont adaptés pour la ville et pour le péri-urbain mais pour les grandes distances, il faut que les moteurs (d’avions, de bateaux et de camions) aient une forte puissance. Donc, de l’hydrogène, qu'il faut produire grâce à l’électrolyse de l’eau à l’aide d’électricité supplémentaire ce qui demandera du nucléaire.

Le secteur le plus compliqué à décarboner est l’industrie énergivore : le ciment, l’acier, le verre. Ces industries demandent des températures très élevée non atteignable avec l’électricité. Là, il va falloir continuer à utiliser un peu de gaz, de charbon et un peu de pétrole. Mais, comme ce sont de grandes unités on peut capter le CO2 et le ré-injecter (CCU - Carbon Capture, Utilization, and Storage).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 09/08/2020 - 23:12
Un titre prometteur, mais c'est tout....
Ce n'est pas demain que l'on pourra remplacer les hydrocarbures liquides pour les transports routiers ou aériens. Ce sont des produits très peu coûteux, très abondants et on peut aussi en fabriquer facilement à partir du charbon, encore plus abondant. On peut aussi facilement convertir les moteurs à essence pour utiliser du GPL (gaz de pétrole liquéfié), abondant et moins polluant.
Mais évidemment il y a la diabolisation du CO² produit par l'activité humaine, qui serait responsable de tous nos malheurs.
On lui impute notamment le réchauffement climatique (sans aucune autre preuve que de vagues corrélations et des amalgames douteux).
Et tous les zélotes psalmodient sans cesse que ce réchauffement sera une catastrophe.
Tout ça relève de la foi bien plus que de la science.
L'hydrogène est un leurre, on ne sait pas le fabriquer autrement qu'en réduisant l'eau par du charbon, ou par électrolyse, avec un mauvais "bilan carbone". C'est un
gaz très léger, très difficile à stocker et à distribuer, et très dangereux.
Mais le Président Macron a que les hydrocarbures sont diaboliques, et cité l'hydrogène comme filière d'avenir, alors peu importent les faits.