En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 34 min 51 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 1 heure 14 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 3 heures 38 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 4 heures 53 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 55 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 6 heures 10 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 6 heures 31 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 19 heures 16 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 54 min 27 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 3 heures 26 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 4 heures 6 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 5 heures 35 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 6 heures 1 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 6 heures 20 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 20 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 20 heures 36 min
© MAURO PIMENTEL / AFP
© MAURO PIMENTEL / AFP
Atlantico Green

Forêt pas vierge : l’homme pratiquait déjà des cultures vivrières en Amazonie il y a 10.000 ans

Publié le 19 avril 2020
D'après une étude conduite par Umberto Lombardo, écologue à l'Université de Berne, l'agriculture en Amazonie n'est pas aussi récente qu'on pourrait le penser. En effet, elle n'aurait pas commencée en 1970 comme on le pensait jusqu'alors mais plutôt il y a dix mille ans.
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une étude conduite par Umberto Lombardo, écologue à l'Université de Berne, l'agriculture en Amazonie n'est pas aussi récente qu'on pourrait le penser. En effet, elle n'aurait pas commencée en 1970 comme on le pensait jusqu'alors mais plutôt il y a dix mille ans.

Atlantico : Une étude conduite par Umberto Lombardo, écologue à l'Université de Berne étude révèle l'existence cultures de manioc, maïs et de courge dans la forêt Amazonienne il y a dix mille ans. Quel est l'impact de cette découverte ?

Bruno Parmentier : On croyait que la forêt vierge amazonienne était réellement vierge, et on découvre que des agriculteurs y cultivaient déjà il y a 12 000 ans, ça fait effectivement un choc ! En fait, cette période, qui correspond à la fin de la dernière période glaciaire, a vu le début de la transformation de chasseurs cueilleurs en agriculteurs, au moins dans 4 régions du monde : en Chine on a commencé à cultiver les précurseurs du riz, au Moyen-Orient ceux du blé et d’autres céréales, au Mexique du maïs, et dans les Andes de la pomme de terre et du quinoa ! Inutile de préciser que ce furent les prémisses de grandes civilisations ! Et voilà qu’on découvre une cinquième région agricole très ancienne au sud-ouest de l’Amazonie !

De plus la topographie y est très spéciale : il s’agit actuellement de zones de savanes inondables dans laquelle se dressent 4 700 monticules un peu plus élevés, donc hors d’eau, et couverts d’arbres. En fait c’étaient les poubelles de ces temps reculés ! Ces déchets ont proliféré, engraissés la terre, qui est y devenue plus fertile, et du coup les habitants ont eu tendance à y revenir habiter et à continuer à y jeter leurs déchets, dont on retrouve des traces aujourd’hui ! Nous n’avons certainement pas fini d’en tirer des leçons…

D'après les chercheurs, contraire à l'agriculture qui y est pratiquée actuellement, ces cultures ont favorisé la biodiversité. Comment l'expliquer ? 

Parce que les anciens ne pratiquaient pas la monoculture sur des grandes surfaces, comme nous le faisons, et que les déchets étaient divers. Les arbres qui y ont ensuite poussé ont favorisé le développement de cette biodiversité. D’où ces îles si curieuses au milieu des immenses savanes.

Plus que la culture au sein de la forêt, n'est-ce pas l'intensité de l'agriculture qui est donc ici pointé du doigt ? Différentes types de cultures, autres que le soja par exemple et à moins grande échelle, pourraient-elle avoir un impact moins négatif et entraîner une déforestation moins massive ? 

L’agriculture la plus ancienne, dans toutes les régions du monde, se caractérisait par le système d’agriculture itinérante dit de « l’abattis-brûlis » : les champs sont sommairement défrichés par le feu, puis les paysans profitent pendant 2 à 3 ans de la fertilité accumulée par la forêt, avant d’avancer un peu plus loin et de délaisser les champs devenus moins fertiles, qui se reboisent à nouveau et accumulent de nouveau de la fertilité ! Ce système n’est valable qu’avec une petite population sur des grandes surfaces, car il faut compter quelques dizaines d’années avant de revenir au même endroit ! Pa exemple, si la rotation est de 50 ans, il faut environ 150 hectares de friche et forêt pour 3 hectares cultivés, ce qui permet de nourrir 10 à 20 personnes par kilomètre carré. Mais l’augmentation de la population rend vite impossible la poursuite de cette activité, sauf à accélérer les rotations, et à transformer la foret en savane, puis en désert, car dans les zones tropicales humides, les surfaces gagnées sur la forêt vierge courent un fort risque de lessivage et d’érosion par les pluies tropicales. Les sols finissent dans la mer et au sens strict, comme l’avait déjà noté Chateaubriand, « les forêts précèdent les hommes, les déserts les suivent » !

Le problème actuel est bien différent : on défriche d’énormes quantités de forêts tropicales sur tous les continents, du Brésil à l’Indonésie et passant par le Congo et bien d’autres pays. En 2018 on a ainsi vu disparaître 12 millions d’hectares de forêt tropicale ! Chacun se souvient que le président brésilien Bolsonaro a décidé de lever les restrictions qui existaient encore en Amazonie, et la superficie brulée a doublé dans cette région du monde en 2019, provoquant un scandale international.

Mais cela n’est plus du tout destiné à l’agriculture de subsistance des populations locales ! On y exerce une monoculture industrialisée et mondialisée, principalement de soja pour nourrir les cochons, poulets et autres animaux d’élevage en Europe et en Chine ! Rappelons que l’Europe importe ainsi 33 millions de tonnes de soja par an, dont un dixième pour la France. Pour se rendre compte de l’énormité de ces transferts, réalisons que ce soja que nous achetons couvre environ 20 millions d’hectares outre Atlantique, soit l’équivalent de la surface agricole française. En quelque sorte, nous avons décolonisé au XXe siècle… sauf pour nos bestiaux, pour lesquels nous avons conservé l’usage des champs couvrant l’équivalent d’un grand pays ! Mais cela peut être aussi pour produire de l’huile de palme, ou du bœuf, toujours pour l’exportation. Et pendant ce temps là, le carbone de l’atmosphère n’est plus capté et le climat se réchauffe.

Ce n’est pas la découverte qu’on cultivait de petits bouts d’Amazonie il y a 12 000 ans qui va permettre de justifier cet agression caractérisée et complètement irresponsable de la planète dont nous nous rendons coupables. Rappelons le Sahara était encore humide et vert vers 6500 av. J.-C…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hazère-tyuillope
- 19/04/2020 - 13:49
holocène
Le Sahara était vert il y a six à huit mille ans au moment de l' optimum holocène où les températures étaient supérieures aux actuelles, les circulations atmosphériques étaient différentes elles aussi et apportaient un surcroît d' humidité sur le continent, puis le climat s'est refroidi lentement pour arriver aux valeurs actuelles, en tendant vers plus d' aridité.... Après ça il est probable que les effets du pastoralisme ait amplifié le phénomène de désertification....
arvensis
- 19/04/2020 - 11:40
Bien vu Mr Parmentier
En effet, le défrichement pour la culture vivrière durable ne détruit pas la biodiversité ni ne modifie le climat
car beaucoup d'arbres, arbustes et plantes sauvages sont conservés.
Ce sont les méthodes de cultures industrielles pour les industries et les élevages industriels qui saccagent, polluent et désertifient.
Elles sont à remettre en cause au plus tôt.
Arvensis agriculteur bio retraité.
J'accuse
- 19/04/2020 - 10:47
Imbécillités
Essayer de nous faire croire que le Sahara est devenu un désert aride parce qu'on aurait défriché l'ancienne forêt, c'est vraiment très gros !
Il y a 12.000 ans, il n'y avait pas près de 8 milliards d'habitants sur la planète: il faut bien cultiver pour manger, et les forêts primaires ne peuvent nourrir personne.
Dans quelques siècles (peut-être même plus tôt), elles auront totalement disparu, remplacées par des exploitations agricoles et des habitations: c'est inéluctable.
Si ça ne plaît pas aux écolos, ils pourront toujours migrer sur Mars, en emportant leurs éoliennes. Bon débarras.