En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

01.

Zsa Zsa Gabor bouleversée par la mort de Liz Taylor

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 2 heures 34 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 8 heures 22 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 11 heures 54 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 12 heures 36 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 13 heures 11 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 23 heures 23 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 3 heures 59 sec
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 4 heures 58 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 11 heures 1 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 4 heures
© MAURO PIMENTEL / AFP
© MAURO PIMENTEL / AFP
Atlantico Green

Forêt pas vierge : l’homme pratiquait déjà des cultures vivrières en Amazonie il y a 10.000 ans

Publié le 19 avril 2020
D'après une étude conduite par Umberto Lombardo, écologue à l'Université de Berne, l'agriculture en Amazonie n'est pas aussi récente qu'on pourrait le penser. En effet, elle n'aurait pas commencée en 1970 comme on le pensait jusqu'alors mais plutôt il y a dix mille ans.
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une étude conduite par Umberto Lombardo, écologue à l'Université de Berne, l'agriculture en Amazonie n'est pas aussi récente qu'on pourrait le penser. En effet, elle n'aurait pas commencée en 1970 comme on le pensait jusqu'alors mais plutôt il y a dix mille ans.

Atlantico : Une étude conduite par Umberto Lombardo, écologue à l'Université de Berne étude révèle l'existence cultures de manioc, maïs et de courge dans la forêt Amazonienne il y a dix mille ans. Quel est l'impact de cette découverte ?

Bruno Parmentier : On croyait que la forêt vierge amazonienne était réellement vierge, et on découvre que des agriculteurs y cultivaient déjà il y a 12 000 ans, ça fait effectivement un choc ! En fait, cette période, qui correspond à la fin de la dernière période glaciaire, a vu le début de la transformation de chasseurs cueilleurs en agriculteurs, au moins dans 4 régions du monde : en Chine on a commencé à cultiver les précurseurs du riz, au Moyen-Orient ceux du blé et d’autres céréales, au Mexique du maïs, et dans les Andes de la pomme de terre et du quinoa ! Inutile de préciser que ce furent les prémisses de grandes civilisations ! Et voilà qu’on découvre une cinquième région agricole très ancienne au sud-ouest de l’Amazonie !

De plus la topographie y est très spéciale : il s’agit actuellement de zones de savanes inondables dans laquelle se dressent 4 700 monticules un peu plus élevés, donc hors d’eau, et couverts d’arbres. En fait c’étaient les poubelles de ces temps reculés ! Ces déchets ont proliféré, engraissés la terre, qui est y devenue plus fertile, et du coup les habitants ont eu tendance à y revenir habiter et à continuer à y jeter leurs déchets, dont on retrouve des traces aujourd’hui ! Nous n’avons certainement pas fini d’en tirer des leçons…

D'après les chercheurs, contraire à l'agriculture qui y est pratiquée actuellement, ces cultures ont favorisé la biodiversité. Comment l'expliquer ? 

Parce que les anciens ne pratiquaient pas la monoculture sur des grandes surfaces, comme nous le faisons, et que les déchets étaient divers. Les arbres qui y ont ensuite poussé ont favorisé le développement de cette biodiversité. D’où ces îles si curieuses au milieu des immenses savanes.

Plus que la culture au sein de la forêt, n'est-ce pas l'intensité de l'agriculture qui est donc ici pointé du doigt ? Différentes types de cultures, autres que le soja par exemple et à moins grande échelle, pourraient-elle avoir un impact moins négatif et entraîner une déforestation moins massive ? 

L’agriculture la plus ancienne, dans toutes les régions du monde, se caractérisait par le système d’agriculture itinérante dit de « l’abattis-brûlis » : les champs sont sommairement défrichés par le feu, puis les paysans profitent pendant 2 à 3 ans de la fertilité accumulée par la forêt, avant d’avancer un peu plus loin et de délaisser les champs devenus moins fertiles, qui se reboisent à nouveau et accumulent de nouveau de la fertilité ! Ce système n’est valable qu’avec une petite population sur des grandes surfaces, car il faut compter quelques dizaines d’années avant de revenir au même endroit ! Pa exemple, si la rotation est de 50 ans, il faut environ 150 hectares de friche et forêt pour 3 hectares cultivés, ce qui permet de nourrir 10 à 20 personnes par kilomètre carré. Mais l’augmentation de la population rend vite impossible la poursuite de cette activité, sauf à accélérer les rotations, et à transformer la foret en savane, puis en désert, car dans les zones tropicales humides, les surfaces gagnées sur la forêt vierge courent un fort risque de lessivage et d’érosion par les pluies tropicales. Les sols finissent dans la mer et au sens strict, comme l’avait déjà noté Chateaubriand, « les forêts précèdent les hommes, les déserts les suivent » !

Le problème actuel est bien différent : on défriche d’énormes quantités de forêts tropicales sur tous les continents, du Brésil à l’Indonésie et passant par le Congo et bien d’autres pays. En 2018 on a ainsi vu disparaître 12 millions d’hectares de forêt tropicale ! Chacun se souvient que le président brésilien Bolsonaro a décidé de lever les restrictions qui existaient encore en Amazonie, et la superficie brulée a doublé dans cette région du monde en 2019, provoquant un scandale international.

Mais cela n’est plus du tout destiné à l’agriculture de subsistance des populations locales ! On y exerce une monoculture industrialisée et mondialisée, principalement de soja pour nourrir les cochons, poulets et autres animaux d’élevage en Europe et en Chine ! Rappelons que l’Europe importe ainsi 33 millions de tonnes de soja par an, dont un dixième pour la France. Pour se rendre compte de l’énormité de ces transferts, réalisons que ce soja que nous achetons couvre environ 20 millions d’hectares outre Atlantique, soit l’équivalent de la surface agricole française. En quelque sorte, nous avons décolonisé au XXe siècle… sauf pour nos bestiaux, pour lesquels nous avons conservé l’usage des champs couvrant l’équivalent d’un grand pays ! Mais cela peut être aussi pour produire de l’huile de palme, ou du bœuf, toujours pour l’exportation. Et pendant ce temps là, le carbone de l’atmosphère n’est plus capté et le climat se réchauffe.

Ce n’est pas la découverte qu’on cultivait de petits bouts d’Amazonie il y a 12 000 ans qui va permettre de justifier cet agression caractérisée et complètement irresponsable de la planète dont nous nous rendons coupables. Rappelons le Sahara était encore humide et vert vers 6500 av. J.-C…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hazère-tyuillope
- 19/04/2020 - 13:49
holocène
Le Sahara était vert il y a six à huit mille ans au moment de l' optimum holocène où les températures étaient supérieures aux actuelles, les circulations atmosphériques étaient différentes elles aussi et apportaient un surcroît d' humidité sur le continent, puis le climat s'est refroidi lentement pour arriver aux valeurs actuelles, en tendant vers plus d' aridité.... Après ça il est probable que les effets du pastoralisme ait amplifié le phénomène de désertification....
arvensis
- 19/04/2020 - 11:40
Bien vu Mr Parmentier
En effet, le défrichement pour la culture vivrière durable ne détruit pas la biodiversité ni ne modifie le climat
car beaucoup d'arbres, arbustes et plantes sauvages sont conservés.
Ce sont les méthodes de cultures industrielles pour les industries et les élevages industriels qui saccagent, polluent et désertifient.
Elles sont à remettre en cause au plus tôt.
Arvensis agriculteur bio retraité.
J'accuse
- 19/04/2020 - 10:47
Imbécillités
Essayer de nous faire croire que le Sahara est devenu un désert aride parce qu'on aurait défriché l'ancienne forêt, c'est vraiment très gros !
Il y a 12.000 ans, il n'y avait pas près de 8 milliards d'habitants sur la planète: il faut bien cultiver pour manger, et les forêts primaires ne peuvent nourrir personne.
Dans quelques siècles (peut-être même plus tôt), elles auront totalement disparu, remplacées par des exploitations agricoles et des habitations: c'est inéluctable.
Si ça ne plaît pas aux écolos, ils pourront toujours migrer sur Mars, en emportant leurs éoliennes. Bon débarras.