En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

06.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

07.

L’Europe face au dilemme biélorusse

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 7 heures 28 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 8 heures 28 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 9 heures 4 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 10 heures 54 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 11 heures 32 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 8 heures 15 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 8 heures 47 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 10 heures 38 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 11 heures 15 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 13 heures 44 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 3 heures
© AFP
© AFP
Green

Montée de fièvre : des vagues de chaleur record s’abattent de plus en plus souvent sur les océans

Publié le 10 mars 2019
Des courants d'eau chaude sont en train de détruire les écosystèmes marins: plantes aquatiques, algues corail. Ils auraient le même effet que des incendies, mais sous l'eau.
Nicolas Imbert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Inbert est directeur exécutif de Green Cross France et Territoires.Co-auteur de l'ouvrage "OCEAN: des clés pour agir " www.desclespouragir.com 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des courants d'eau chaude sont en train de détruire les écosystèmes marins: plantes aquatiques, algues corail. Ils auraient le même effet que des incendies, mais sous l'eau.

Atlantico :  Pouvez-vous nous explique d'où provient ce phénomène et quel impact a-t-il concrètement sur les fonds marins ?

Nicolas Imbert : Il y a deux choses qu'on constate dans la continuité des rapports du GIEC et qui sont de plus en plus alarmants, deux phénomènes qui s'additionnent. Le premier phénomène, c'est que le dérèglement climatique s'accélère et a un impact de plus en plus négatif sur les écosystèmes marins. Le second phénomène, c'est que dans un certain nombre de zones de la planète parmi les plus riches et les plus denses, et en particulier dans des zones où se trouvent les massifs coralliens, on se retrouve à avoir une très rapide et grande détérioration biochimique des écosystèmes. Les deux phénomènes s'amplifient l'un l'autre. Dans le premier cas, ce sont les effets de l'activité humaine et de notre incapacité à lutter efficacement contre les gaz à effets de serre. Dans le second, c'est la vie sous-marine, en particulier dans les lagons et les récifs coralliens, qui commence à se transformer d'une manière dramatique.  

Des études récentes ont montré que ces vagues d'eau chaude deviennent plus fréquentes, plus prolongées et plus destructrices. A quoi doit-on cette accentuation ?

On est dans cette phase où le dérèglement climatique est rentré dans notre quotidien. Ces vagues chaudes surviennent à un moment où la température moyenne est en augmentation et font partie des effets de cette augmentation qui sont irréversibles et qui se propagent un petit peu partout : depuis les glaciers de l'Antarctique qui fondent à une vitesse bien supérieure à ce qu'on anticipait, à la route de l'Arctique qui commence à devenir navigable 6 à 9 mois par an, avec ce que cela suppose en termes d'altération sur les courants chauds et froids. L'activité humaine de plus en plus soutenue en zone tropicale accentue le phénomène (nos stations d'épuration remplies de nos produits solaires sont en train d'avoir un impact direct en zone tropicale en venant se déverser sur les massifs coralliens qui sont des zones à risque).

Risque-t-il d'y avoir un impact irréversible sur l'écosystème marin (invertébrés, planctons, etc.) et par répercussion sur l'humanité et les populations côtières par exemple ? Le mesure-t-on déjà ?

L'impact est assez large et à chaque fois qu'on l'analyse, y compris en zone tempérée, on trouve des résultats. Les récifs coralliens sont effectivement très étudiés. Sur le plancton, on a des suspicions, des éléments d'analyse scientifique qui sont en train d'être développés et dans lesquels on constate à chaque fois des effets indéniables. On a d'autres espèces qui sont des traceurs et qui doivent nous alerter. Je pense à particulier près des côtes aux sardines qui sont en train d'avoir une migration vers le nord de plus en plus marquée alors qu'on avait déjà constaté une altération de leurs caractéristiques sexuelles secondaires, notamment du côté du Golfe du Morbihan ou du côté de la rive en Occitanie de la Méditerranée.

Est-ce que cela peut avoir un impact sur l'économie du littoral ?

Tout est affecté et en même temps, quand on dit cela, il faut aussi qu'on se rende compte à quel point notre économie littorale est partie prenante dans l'établissement de la solution. Notamment, on a identifié dans les années 90 que la pèche industrielle allait détruire les Océans et courait directement à sa perte si elle continuait avec les mêmes méthodes. Cela a donné lieu à une politique européenne intégrée et à l'élaboration des quotas de pêche. A cette époque-là, une partie des filières professionnelles était vent debout contre les quotas de pêche. Maintenant il y a un consensus au niveau de la pêche européenne qui a réalisé a quelle point cette politique des quotas doit être continuée et encouragée parce qu'elle a contribué à maintenir le gisement, à éviter des effets encore pire et irréversible, et à faire en sorte que l'activité existe encore aujourd'hui. Quand on a également travaillé sur la reconquête de l'anchois en Méditerranée , quand on a travaillé sur la population de thonidés et Méditerranée et dans l'Atlantique, cela a permis de maintenir la durabilité de la ressource. Simplement, aujourd'hui, les efforts qui nous restent à faire pour l'économie maritime et littorale sont d'une toute autre ampleur de ce qui a déjà été fait. Le Président Emmanuel Macron, dans le cadre du Grand Débat, s'est fait interpellé par un adolescent qui lui a demandé quand on allait enfin changer de braquets dans la lutte contre le dérèglement climatique et qu'on passe aux mesures sérieuses : voilà exactement ce qui nous attend maintenant. Il faut qu'on soit beaucoup plus ambitieux dans le passage à la sobriété énergétique et aux énergies renouvelables, et qu'on accélère l'accord de Paris au lieu de repousser à 2035 la fin des centrales et une politique énergétique sérieuse à l'échelle de la France. Il faut qu'on mette en place des politiques de lutte contre le développement de la vulnérabilité et pour le développement de la résilience qui soit plus sérieuse. La France, qui a la deuxième frontière maritime au monde, a un rôle énorme à jouer et jusqu'à maintenant, on a beaucoup parlé et paradé dans les relations internationales en expliquant à quel point il était important d'agir, mais on n'est pas du tout à la hauteur dans la mise en place des actions de transition.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 11/03/2019 - 21:22
Océan
Ce pauvre océan transpire et doit s'évaporer sérieusement mais il monte quand même. Et les sardines dont les caractéristiques sexuelles changent, pourvu qu'elles ne réclament pas la PMA et la GPA.
Je m'en vais relire Maldoror : "Je te salue vieil océan!"
Deneziere
- 10/03/2019 - 13:42
Laissons les brailler dans leur coin
Ce gloubi boulga ecolo conscientisé est de moins en moins cohérent, de moins en moins scientifique et rationnel. Et « en même temps » , il est de plus en plus péremptoire. Laissons Micron ferrailler avec des ados boutonneux et continuons à défendre nos libertés. Les khmers verts n’ont aucun moyen démocratique de s’imposer. Ils ne peuvent que saturer des médias complaisants. Dont Atlantico.