En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 7 heures 28 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 8 heures 17 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 11 heures 22 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 15 heures 32 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 17 heures 19 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 7 heures 55 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 9 heures 5 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 10 heures 57 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 11 heures 33 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 16 heures 56 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 17 heures 30 min
© RONALDO SCHEMIDT / AFP
© RONALDO SCHEMIDT / AFP
Atlantico Green

Pourquoi faire manger des insectes et autres alternatives exotiques pour nourrir nos animaux domestiques pourrait faire du bien à la planète

Publié le 13 janvier 2019
Un fabricant de nourriture pour animaux annonce qu’il vient de sortir un aliment pour chiens qui contient 40 % de « mouches soldat », à la place des bas morceaux de bœuf brésilien qu’il utilisait auparavant. Serait-ce une solution écologique au maintien des animaux de compagnie dans nos pays riches ?
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un fabricant de nourriture pour animaux annonce qu’il vient de sortir un aliment pour chiens qui contient 40 % de « mouches soldat », à la place des bas morceaux de bœuf brésilien qu’il utilisait auparavant. Serait-ce une solution écologique au maintien des animaux de compagnie dans nos pays riches ?

Atlantico : Le régime alimentaire canin est-il adapté à un régime insectivore ?

Bruno Parmentier : Nous sommes de véritables obsédés de la viande d’animaux à sang chaud, mammifères herbivores comme les vaches, chèvres et moutons, ou omnivores comme les cochons et lapins, ou encore oiseaux comme les poulets et canards. Pour nous et aussi pour ces chats et chiens que nous aimons tant et dans lesquels nous ne cessons de nous projeter ! Mais la « rentabilité » de cette opération alimentaire est désastreuse, car l’animal à sang chaud consacre une bonne partie de son alimentation… à se chauffer (plus à faire des os, des plumes, des boyaux, etc. peu comestibles). Au total, suivant les animaux, il faut de 3 à 12 kilos de végétaux pour obtenir un kilo de viande consommable. Le développement massif de la consommation de viande et de lait dans le monde induit donc une consommation gigantesque de céréales et de légumineuses, et d’herbe, ce qui provoque en particulier raréfaction des ressources, épuisement des terres, et énormément de déforestation et de réchauffement de la planète.

On a calculé que les 163 millions de chats et chiens des Etats Unis consommaient plus de viande que les français… S’ils formaient un pays, ils seraient le 5e plus gros consommateur de viande au monde. Leur nourriture réchauffe la planète autant que 14 millions de voitures.Les français, eux, possèdent 21 millions de chiens et chats qu’ils nourrissent tous les jours avec de la viande. Il est donc légitime de se poser la question de la contribution de leur alimentation à l’aggravation des problèmes écologiques du XXIe siècle !

Or, consommer des animaux à sang froid a une « rentabilité » nettement meilleure, puisqu’ils ne gâchent pas la nourriture en se chauffant ! Le rapport devient d’environ 2 pour 1 (la production d’un kilo de viande ne nécessitantque deux kilos de végétaux). Et toutes les études montrent que la « viande » de sauterelles, de grillons ou de vers de farine est d’excellente qualité nutritive. Elle contient en particulier des protéines de haute qualité, des vitamines et des acides aminés, excellentes pour les humains… et les canins. Evidemment, on manque de recul pour évaluer ce que provoquerait une substitution intégrale de la viande de bœuf à la viande de mouche dans l’alimentation d’un chien, mais on en est encore fort loin !

La question du changement de pratiques alimentaire est donc avant tout culturelle ! Or il doit être plus facile à faire accepter à son toutou chéri de savoureuses croquettes à base de vers de farine ou de mouches que nous-mêmes troquer les brochettes de bœuf pour celles de sauterelles.

En quoi remplacer l'alimentation carnivore par des insectes serait bénéfique écologiquement parlant ?

Comme le soulignent les Nations-Unies, « les grillons ont besoin de six fois moins de nourriture que les bovins, quatre fois moins que les moutons et deux fois moins que les porcs et les poulets pour produire la même quantité de protéines. En outre, ils émettent moins de gaz à effet de serre et d'ammoniac que l'élevage conventionnel. De plus, les insectes peuvent être cultivés en utilisant des déchets organiques ». Dans ce cas précis, les larves des mouches soldats (Hermetiaillucens)sont de grosses consommatrices de matières organiques en décomposition : fumier, déchets de cuisine, aliments avariés, et tout ce qu’on peut trouver dans un compost. Elles permettent la gestion, le recyclage et la valorisation des déchets d'origines animales ou végétales qu’elles transforment rapidement en engrais vert ou en biodiésel. Dès que ces larves en ont assez mangé, elles se transforment en mouches qui s’envolent, émigrent et deviennent ainsi faciles à récolter. Un cycle ne dure que 4 à 5 semaines.

Bien sûr c’est un peu écœurant de penser qu’on va donner à son toutou ou son minet chéri de la nourriture à base de mouches qui auront proliféré sur du fumier ou du compost bien pourri… Mais en même temps c’est bien ce qui se passe indirectement depuis toujours dans la réalité : les matières organiques ont toujours constitué un excellent engrais qui se transforme en plantes comestibles !

La seule ombre à ce beau tableau écologique vient du fait qu’actuellement les chiens et chats ne mangent pas du bon beefsteak pris dans le filet, mais les bas morceaux de bœufs, ceux que nous mangeons de moins en moins. Si leur alimentation passe massivement aux insectes, que fera-t-on de ces morceaux ? Des saucisses, de la viande hachée ? Tout est dans l’équilibre, mais on n’est pas prêt de passer au plan mondial d’un système à l’autre.

Peut-on appliquer le même schéma de réflexion concernant le régime alimentaire humain ?

Si de nombreux insectes présentent d’excellents profils nutritionnels pour les humains, ça ne veut pas dire que nous en mangerons directement et massivement ! Manger ne consiste pas seulement à absorber des calories, des protéines et des vitamines, c’est aussi un acte social et culturel complexe. On mange fort différemment suivant son pays d’origine, sa religion, son sexe, son âge, son niveau d’éducation, son tour de taille, etc. Il y a 50 ans certains avaient prédit qu’en l’an 2000 on se nourrirait de simples pilules, et on n’a rien vu : le beefsteak-frites et la blanquette de veau ont encore de beaux jours devant eux (même si on absorbe de plus en plusces fameuses pilules, mais comme compléments alimentaires) !

En matière d’alimentation humaine, il est probable que les insectes vont faire une percée significative au XXIe siècle, de façon essentiellement indirecte. Gageons que bientôt il y aura des élevages de sauterelles couplés à ceux de poulets en Bretagne. Nous consommerons donc probablement sans problèmes des œufs de poules nourries partiellement avec des sauterelles ! Ce qui n’a rien de choquant, car une poule en liberté dans un champ a toujours adoré picorer des sauterelles ou des vers de terre, ou des larves de mouches sur le fumier, et… ça ne nous a jamais empêché de la manger.

De plus, dans le même esprit que les croquettes pour chien enrichies aux mouches à la m…, gageons que nos petits-enfants mangeront probablement dans quelques décennies des barres chocolatées hyper protéinées dopées aux vers de farine !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 13/01/2019 - 12:53
Excellent !
Nourrissons les "pets" avec des mouches à merde et des asticots, et envoyons les bas morceaux de bœuf aux populations pauvres de la planète qui voudraient bien manger plus de viande sans exiger des entrecôtes ou des faux-filets.
On pourrait même les leur fournir gratuitement, puisque l'élevage de mouches est bien moins cher que celui des vaches: les propriétaires de chiens et chats continueraient à payer le même prix, et financeraient ainsi la nourriture des sous-alimentés du monde en nourrissant leur animal.