En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Atlantico Green

Surchauffe : faut-il s’inquiéter de l’impact de la canicule sur le parc nucléaire français ?

Publié le 05 août 2018
Plusieurs réacteurs nucléaires ont été arrêtés pour éviter la surchauffe des rivières, dont les températures sont déjà élevées à cause de la canicule.
Tristan Kamin est ingénieur en sûreté nucléaire. Son compte twitter : @Tristankamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage a été ministre de l'Environnement et membre de Génération écologie. Elle est par ailleurs fondatrice et présidente du parti écologiste Cap21 depuis 1996. Après avoir co-fondé et présidé le Mouvement démocrate jusqu'en mars 2010,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Kamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Kamin est ingénieur en sûreté nucléaire. Son compte twitter : @Tristankamin
Voir la bio
Corinne Lepage
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage a été ministre de l'Environnement et membre de Génération écologie. Elle est par ailleurs fondatrice et présidente du parti écologiste Cap21 depuis 1996. Après avoir co-fondé et présidé le Mouvement démocrate jusqu'en mars 2010,...
Voir la bio
Jean-Pierre Favennec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs réacteurs nucléaires ont été arrêtés pour éviter la surchauffe des rivières, dont les températures sont déjà élevées à cause de la canicule.

Atlantico : A cause des fortes chaleurs EDF a été contraint d’arrêter quatre réacteurs et de réduire la production de deux autres. Concrètement quel est l’impact de la chaleur sur un réacteur nucléaire ? Dans quels cas est-il nécessaire d’arrêter ou de réduire la production d’un réacteur nucléaire ?

Tristan Kamin : De manière très simplifiée, une centrale nucléaire (ou n’importe quelle centrale thermique) est une machine thermique qui produit de la chaleur dans une chaudière – un réacteur nucléaire en l’occurrence – et transfère cette chaleur vers une source froide en faisant, au passage, tourner une turbine et un alternateur pour produire de l’électricité.

Inévitablement, cela conduit à faire s’échauffer la « source froide ». Quand cette dernière est intégralement constituée par un cours d’eau, et non pas par l’air ou l’océan, cet échauffement peu avoir un impact non négligeable sur la faune et la flore en aval.

Pour limiter cet impact, la température maximale de l’eau rejetée par une centrale nucléaire est légalement limitée. Si, en amont, la température approche déjà cette limite, la centrale ne peut plus évacuer suffisamment de chaleur et se refroidir, et doit donc baisser sa puissance, jusqu’à, éventuellement, l’arrêt complet.

D’autres problèmes peuvent être rencontrés à cause de la chaleur : un niveau d’eau trop faible du cours d’eau, ou une température trop élevée dans le bâtiment réacteur.

Corinne Lepage : Il faut savoir que la quasi-totalité des réacteurs français sont des réacteurs dits humides, c’est-à-dire qu’ils fonctionnent grâce à l’eau de rivières ou de fleuves par opposition aux centrales sèches (nous n’avons pas chez nous) et aux centrales en bord de mer.

Il y a des réglementations qui concerne la température maximale des fleuves et les limites auxquelles EDF est astreint en terme de réchauffement de ces fleuves. Donc, très clairement, lorsqu’il fait trop chaud il y a des dérogations ou comme cette année, des interdictions parce que la température de l’eau remonte trop. Et à mon sens, mais cela n’engage que moi, je pense qu’en terme de sécurité cela doit être limite parce qu’il y a le problème extérieure et le problème intérieur.

Souvenez vous, au moment de la canicule de 2003, on avait vu des lances à incendie utilisées pour refroidir Fessenheim. La centrale chauffait trop et ainsi, le mécanisme de refroidissement des réacteurs ne pouvait s’effectuer correctement à cause de la trop forte chaleur de l’eau et du niveau trop bas du Grand Canal.

Aujourd’hui, EDF n’a pas du tout parlé de ça mais je suppose qu’il n’y a pas que le problème de la température des fleuves mais également quelques petits problèmes de sûreté. Il y a donc pu avoir des inquiétudes sur la capacité à refroidir les coeurs, mais pour l’instant rien n’a été déclaré.

Ces arrêts ou réductions de production ne concernent-ils que les centrales proches de l’eau ? D’autres centrales pourraient-elles être touchées dans les jours à venir (Civaux par exemple)?

Tristan Kamin : Les centrales dépendantes exclusivement de cours d’eau pour se refroidir sont les plus vulnérables : Bugey (2 réacteurs sur 4 sont refroidis par le Rhône), Tricastin (4 réacteurs par le Rhône), Saint-Alban (2 réacteurs par le Rhône) et Fessenheim (2 réacteurs par le Rhin.

Les centrales en bord de mer ou estuaire sont très peu exposées : Gravelines, Paluel, Penly, Flamanville, le Blayais.

Enfin, toutes les autres, dont Civaux, sont refroidies par air, au travers des tours aéroréfrigérantes si repérables (notons qu’elles sont emblématiques des centrales thermiques en général, pas des centrales nucléaires exclusivement).

Ces tours laissent échapper une fraction de l’eau qui y circule, laquelle forme les panaches qui les surmontent. Ainsi, ces centrales ne dépendent pas du cours d’eau pour refroidir leur cœur nucléaire, mais uniquement pour réaliser l’appoint d’eau compensant les pertes, et pour refroidir quelques systèmes auxiliaires. Elles sont donc vulnérables au manque d’eau pour cause de sécheresse, davantage qu’à la température élevée pour cause de canicule.

Corinne Lepage : Ils concernent les centrales proches de rivières ou de lacs, c’est-à-dire la majorité des centrales françaises. Cette semaine, EDF a réduit la puissance des réacteurs de la centrale de Bugey, sur le Rhône, et de plusieurs autres centrales situées dans la vallée du Rhône.

Ceci parce que le Rhône est un fleuve très sensible, notamment parce qu’on se situe dans le sud de la France, les températures sont donc plus chaudes, et les centrales du bord du Rhône sont parfois plus fatiguées que celles du reste de la France (à l’instar de Tricastin qui n’a pour l’instant pas été fermée).

Toutes les centrales sont à risque puisqu’en France il n’y aucune centrale sèche, elles sont donc toutes refroidies par des prises d’eau qui donnent lieu à des rejets. Or, comme aujourd’hui les associations sont beaucoup plus attentives à ce qu’il se passe, EDF est contraint d’être plus prudent.

Doit-on s’attendre à ce que ces arrêts ou ralentissements de réacteurs se répercutent sur l’approvisionnement en électricité du pays ?

Tristan Kamin : C’est peu vraisemblable. Le parc électrique français est dimensionné pour satisfaire la demande hivernale, considérablement plus élevée que la demande estivale. Même avec un nombre élevé de réacteurs nucléaires à l’arrêt et une production éolienne très modeste, la France est largement exportatrice chaque jour et chaque minute depuis le début de l’été, sans avoir à solliciter fortement son parc hydroélectrique. Si la production nucléaire venait à manquer, il serait possible dans un premier temps de réduire les exports, puis de solliciter davantage les barrages, et éventuellement le parc de centrales à gaz.

De plus, en recours, dans certaines situations, EDF est en mesure de demander des dérogations quant aux températures des eaux rejetées par les centrales, dérogations évidemment limitées dans le temps et en amplitude.

Concrètement, au cours d’une semaine d’été, des variations conséquentes de la puissance du parc nucléaire ne sont pas rares, que cela soit pour suivre la demande, ou pour « faire de la place », sur le réseau, aux productions prioritaires des parcs solaires et éoliens. Ces baisses de puissance ou arrêt de réacteurs ne dépassent pas, en importance, ces variations habituelles.

Jean-Pierre Favennec : Arrêts ou ralentissements des réacteurs se traduisent par une diminution de la production d'électricité. Mais la consommation d'électricité est plutôt en diminution en France grâce aux progrès de l’efficacité énergétique. La consommation en été est en outre plus basse qu'en hiver et les ralentissements/arrêts de centrales ne poseront pas de problème si les températures reviennent à des niveaux plus bas dans les prochains jours.

Corinne Lepage : Il y autour de cette histoire d’approvisionnement en électricité quelques questions… Il y a deux ans, nous avons eu 20 réacteurs à l’arrêt en même temps. A cause de problèmes de sûreté l’ASN -autorité de sûreté nucléaire- avait interdit leur fonctionnement. Or, nous n’avons pas eu de problème d'approvisionnement d’électricité sur le territoire.

Donc ce n’est pas parce que l’on arrête 4 ou 5 réacteurs que l’on se trouve avec des problèmes d’approvisionnement en électricité. D’autant plus que le solaire se développe et marche très bien quand il fait chaud comme en ce moment. Et d’autre part, EDF a fait une très belle année avec l’hydro-électricité. La hausse de la production d’électricité par les barrages à donc compensé la baisse de production d’énergie nucléaire qui est moins importante cette année qu’elle ne l’était l’année dernière.

Enfin, que faire face au réchauffement climatique et à des températures de plus en élevées ? Quelles solutions EDF peut-il mettre en place sur le long terme ?

Tristan Kamin : Dès 2008, EDF a mis en place un plan « Grand Chaud », visant à prendre en compte, dans les équipements et le fonctionnement des réacteurs nucléaire, les phénomènes de canicules et sécheresses et leur fréquence croissante.

Le référentiel d’EDF a donc été mis à jour par rapport aux évolutions climatiques, en concertation avec l’Autorité de Sûreté Nucléaire, et certains échangeurs thermiques ont été remplacés par des échangeurs plus performants.

Parmi les mesures les plus simples envisageables, adapter les plans de maintenance.

La maintenance des réacteurs nucléaires vaut à chacun d’entre eux plusieurs semaines d’indisponibilité par an ; plus d’un mois consécutif, en général, pour les opérations de remplacement du combustible nucléaire qui ont lieu tous les 12 à 18 mois. EDF optimise sa maintenance en fonction de ses effectifs et fournisseurs, mais aussi de sorte à maximiser le nombre de réacteurs disponibles pendant l’hiver lors des fortes demandes. C’est d’ailleurs ce qui conduit, chaque automne, à voir des articles s’alarmer du nombre de réacteurs à l’arrêt : ils le sont précisément pour éviter de l’être en plein hiver !

Si ce n’est déjà le cas, il serait logique de la part d’EDF de programmer, au plus chaud de l’été, les arrêts pour maintenance des réacteurs les plus exposés au risque de devoir s’arrêter pour cause de canicule, pour ne pas être dépendant de ces réacteurs quand leur disponibilité est compromise.

Corinne Lepage : Comme l’a dit Nobuo Tanaka, l’ancien directeur exécutif de l’AIE-agence internationale de l’énergie- et membre du forum atomique japonais «L’énergie nucléaire est ridiculement coûteuse comparée à l’énergie solaire .. Elle est non compétitive ». L’énergie nucléaire n’est donc pas concurrentielle avec le solaire, trop coûteuse et inadaptée au changement climatique, il faut donc arrêter.

Jean-Pierre Favennec : Il faut privilégier les économies d'énergie et l'efficacité énergétique. En outre d'autres moyens de production seront progressivement mis en place pour compléter la production nucléaire. Le solaire, et à mon sens, le gaz naturel, abondant et peu émetteur de gaz à effet de serre , sont de bons candidats

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires