En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 24 min 3 sec
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 1 heure 45 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 2 heures 23 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 3 heures 25 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 8 heures 4 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 8 heures 44 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 56 min 56 sec
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 2 heures 4 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 2 heures 42 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 6 heures 52 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 7 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 8 heures 21 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 9 heures 5 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Atlantico Green

Faut-il arrêter de manger des produits de la mer ? Des scientifiques importants commencent à se poser sérieusement la question

Publié le 11 février 2018
Face à la menace que représente la raréfaction des stocks de poissons pour l'équilibre des océans, plusieurs scientifiques appellent à la fin de la consommation de produits de la mer.
Frédéric Le Manach
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Le Manach est directeur scientifique de l'association Bloom, qui oeuvre pour le bien commun en mettant en œuvre un pacte durable entre l’homme et la mer.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la menace que représente la raréfaction des stocks de poissons pour l'équilibre des océans, plusieurs scientifiques appellent à la fin de la consommation de produits de la mer.

Atlantico : Aujourd'hui les protéines issues de la pêche représentent 17% des protéines animales consommées par les humains, et plus de 6% des protéines consommées. Cependant les phénomènes de surpêche poussent de nombreux spécialistes, telle l’océanographe Syliva Earle ou la biologiste Laura McDonnell, sans être pour autant végan, à remettre en cause notre consommation de poisson. Doit-on arrêter de manger du poisson pour sauver nos réserves halieutiques ?

Frédéric Le Manach : Effectivement, les tendances mondiales ne sont pas très bonnes.[1] Certes, il existe des endroits où les populations de poissons se reconstituent car nous gérons mieux leur exploitation (c'est par exemple le cas du thon rouge en Méditerranée, menacé dans les années 2000, mais en pleine forme en ce moment),[2] mais près du tiers des "stocks"[3] est surexploité au niveau mondial.[4] Il est donc certain que nous devons repenser notre modèle de consommation, que ce soit pour les poissons ou les autres protéines animales.

Chaque année, près de 20% des captures totales de poissons sont réduits en farines et en huiles dans le but d'alimenter les élevages de porcs, poulets et poissons. Pourtant, 90% de ces poissons pourraient être consommés directement par les humains avec beaucoup moins de pertes le long de la chaîne.[5] Ce gâchis n'a donc pas de sens, ni d'un point de vue environnementale car ces poissons ont un rôle important dans le réseau alimentaire océanique, ni d'un point de vue éthique puisque ces poissons sont souvent capturés au large de l'Amérique du Sud ou de l'Afrique, c'est-à-dire là où les populations locales sont dans une insécurité alimentaire constante.

Par ailleurs, le modèle actuel dominant dans les pays développés en termes de volumes, la pêche industrielle intensive, génère énormément de captures dîtes "accessoires" de poissons non valorisés et donc rejetés morts à la mer. En aval, la plupart du poisson commercialisé l'est en grande surface et finit souvent à la poubelle car il n'a pas trouvé acheteur.

Les tendances mondiales ne sont donc pas une fatalité : les poissons sont une ressource sauvage qui doit être considérée comme précieuse et qui doit donc être valorisée à son maximum. Si nous arrêtions de les gâcher, nous pourrions certainement continuer d'en consommer. En revanche, il est vrai qu'en l'état actuel des choses, mieux vaut limiter sa consommation de poisson notamment en évitant les espèces d'élevage comme le saumon ou la crevette et en préférant les poissons entiers pêchés avec des méthodes douces pour l'environnement comme le casier ou la ligne.

Qu'est-ce qui explique la situation critique dans laquelle se retrouve la faune marine aujourd’hui ?

Nous ne prenons pas du tout soin de l'océan, qui nous offre pourtant d'inestimables services : oxygène, régulation thermique, nourriture saine et abondante etc.

Les facteurs expliquant la situation critique dans laquelle se retrouve donc l'océan sont donc malheureusement multiples.[6] Il est vrai que de nombreuses méthodes de pêche ne sont pas du tout durables (c'est vrai de la pêche industrielle intensive mais aussi de certaines pratiques de petits pêcheurs, par exemple à l'explosif ou au poisson), mais elle n'est pas la seule coupable : les pollutions physique (plastique etc.), chimique (marées noires etc.), sonore (sonars de navires etc.) représentent également un problème conséquent, tout comme la "bétonisation" des côtes, l'introduction d'espèces invasives (via le transport maritime) ou la destruction des habitats sensibles comme les mangroves ou les herbiers qui constituent souvent des zones de nourrissage ou de nurserie.

Une gestion durable des pêches passe donc nécessairement par une refonte de nos autres secteurs d'activités et par un changement du rapport que l'on entretient avec l'océan.

Quelles sont les poissons ou types de produits qu'il faudrait potentiellement cesser de consommer, ou dont il serait nécessaire de réduire la consommation ?

Chez BLOOM, nous pensons que le plus important est de choisir son poisson en fonction de la méthode avec laquelle il a été pêché. Nous avons créé une infographie pour expliquer ces différentes méthodes car nous avons bien conscience que ce n'est pas si simple.[7] Evitez les poissons pêchés au chalut de fond, qui sont responsables d'un impact physique très important sur les habitats marins et qui génèrent aussi de nombreuses captures "accessoires". Sortez du trio infernal "saumon d'élevage, crevette rose, cabillaud" (qui représente la vaste majorité des achats français) et essayez donc des poissons un peu moins connus (comme le tacaud ou le merlan bleu) ou un peu plus odorants comme le maquereau, la sardine et l'anchois. Enfin, comme pour la viande, limitez la consommation de poisson.

Nous n'avons donc pas de "liste verte" à vous proposer, mais nous avons tout de même une "liste rouge" : évitez les espèces profondes (lingue bleue, empereur, grenadier de roche, sabre noir, sébaste, hoki etc.) ainsi que les gros poissons carnivores comme les requins, les espadons et les thons.

Une question revient souvent lorsqu'il est question de consommation responsable : "que penser des labels ?". C'est justement une question autour de laquelle nous avons développé un programme de recherche et nos résultats préliminaires (qui seront publiés au cours de l'année 2018) montrent qu'aucun label ne tient ses promesses.[8]



[1] Gros (2018) L’exploitation des ressources halieutiques : pressions sur les écosystèmes marins, état des pêcheries, impacts sur la biodiversité et aménagement de ses usages. Disponible à : www.fondationbiodiversite.fr/images/documents/Comprendre_la_biodiv/ressources-halieutiques.pdf

[2] Cela ne veut pas dire que sa gestion est exempte de critique, puisque les quotas de pêche actuels sont quasiment exclusivement alloués à ceux qui ont été responsables de la surexploitation de l'espèce dans le passé, laissant les pêcheurs artisans sur la touche. Voir le communiqué de la Plateforme de la petite pêche artisanale française : www.plateforme-petite-peche.fr/?p=567.

[3] Fraction de la population totale d’une espèce donnée, dans une région donnée, à l’exclusion des individus trop petits pour être capturés ou hors de portée des engins de pêche. Un "stock" correspond à une "unité de gestion", par exemple le "bar en Manche" ou la "plie en Mer du Nord".

[4] FAO (2016) The state of world fisheries and aquaculture — Contributing to food security and nutrition for all. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO), Rome (Italy). x + 190 p.

[5] Cashion et al. (2017) Most fish destined for fishmeal production are food-grade fish. Fish and Fisheries.

[6] Jacquet et al. (2015) Ocean calamities: hyped litany or legitimate concern? Bioscience 65(8): 745-746.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 12/02/2018 - 12:31
Rien qu'en France
combien de tonnes de poissons sont jetées pour garder un prix élevé, car il ne faut pas donner de mauvaises habitudes aux consommateurs français? Combien d'intermédiaires qui s'en mettent plein les fouilles? Je connais des pêcheurs bretons et normands qui ont voulu donner des coquilles Saint-Jacques à des associations qui les ont refusé, car elles étaient dans leurs coquilles. Ces associations n'ont le droit de recevoir que du poisson cuisiné. J'habite près de la mer et j'achète rarement du poisson (trop cher) et je m'en gave à l'étranger comme en Espagne. Arrêtons le gaspillage et les comportements du fumiers de certains pays comme le dit si bien Atlante13 et tout irait pour le mieux.
Atlante13
- 12/02/2018 - 11:05
Non, vous confondez et mélangez tout
n'est pas en cause la pêche organisée et gérée, plus ou moins bien d'ailleurs par l'UE (voir la pêche électrique), mais la pêche industrielle pratiquée par des fumiers sans scrupules qui sillonnent tous les océans, détruisant tout le système écologique à l'aide des filets et de lignes faisant des dizaines de km de long sur des bateaux usines gigantesques. Il s'agit de malades mentaux qui massacrent des centaines de millions de requins chaque année pour ne prélever que les ailerons, rejettent les bêtes encore vivantes qui se noient, incapables de nager. Il s'agit de malades mentaux, japonais, islandais ou norvégiens ou autres, qui continuent à massacrer les baleines et les dauphins. Il s'agit de bateaux usines sillonnant les océans pour ramasser tout le krill possible, chainon indispensable de la vie maritime, pour en faire des aliments pour chats. Et il s'agit aussi des pollutions et empoisonnements des mers par les déchets industriels. Sans que ça vienne perturber le bonheur des nos représentants à l'ONU.
vangog
- 11/02/2018 - 22:24
Entièrement d’accord avec le post précédent!
A force de mettre des bateaux au rebut, l’UE a sur-protégé ses zones de pêche, parvenant à un repeuplement acceptable. Les zones asiatiques et russes ont subi une sur-pêche agressive poussant les bateaux de ces pays à aller piller, de plus en plusieurs loin, les eaux internationales. Plutôt que se polariser bêtement sur le CO2, c’est ce type de surpêche qu’aurait dû condamner l’accord de Paris, s’il n’avait pas été conduit par des abrutis...